Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 14 août 2020
Antananarivo | 06h11
 

Transport

Circulation

Les transporteurs nationaux et régionaux réclament la réouverture des gares routières

mardi 9 juin | Fano Rasolo

« Nous avons faim. Venez à notre aide ! ». C’est le cri de détresse lancé par les transporteurs nationaux et régionaux, lors d’une manifestation qu’ils ont tenue hier, devant la gare routière Maki d’Andohatapenaka. Ils réclament la réouverture des gares routières nationales et régionales.

« Nous, transporteurs, guichetiers et propriétaires de véhicules de transport en commun demandons la réouverture de toutes les gares routières pour que nous puissions payer nos loyers. Voilà déjà trois mois que nos activités sont suspendues à cause de la maladie Covid-19, et nous n’avons reçu aucune aide de la part de l’Etat pour supporter nos charges quotidiennes. Nous ne revendiquons plus d’aide humanitaire, mais voulons reprendre nos activités », soutient Georges Rakotoarijaona, porte-parole des grévistes.

Ces derniers ont prévenu qu’ils vont maintenir leur mouvement jusqu’à entière satisfaction de leurs revendications.

Pour sa part, le directeur général de l’Agence de transport terrestre (ATT), le général Jeannot Reribaky a affirmé que la décision de rouvrir les gares routières est difficile vu la situation sanitaire actuelle.

« Les régions et districts non encore touchés par la maladie ne pourront pas accueillir les passagers en provenance des villes où sévit le Covid-19. Cela pourrait aggraver la situation en engendrant une rapide propagation de la maladie », lance-t-il.

De même, la suspension des transports dans les zones et régions touchées par le Coronavirus est une directive présidentielle et il n’y a que lui seul qui peut ordonner sa suppression et décréter la réouverture des gares et stationnements rappelle Jeannot Reribaky. « Nous compatissons aux difficultés de ces transporteurs, mais la multiplication persistante des contaminations ne permet pas la reprise des activités de transport dans les zones les plus touchées », insiste-t-il.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 9 juin à 14:12 | dominique (#9242)

    Ceux la ils n’ont encore rien compris au film et leurs président ne fait rien pour les nourrir ! oui il est en extase pour son colisée qui va couter une véritable fortune certainement mieux employée ailleurs surtout en ce moment ...

  • 10 juin à 05:39 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Voulez-vous tuer nos poules aux oeufs d’or ?
    Qu’est-ce qu’un etat incapable d’organiser le travail de ses coopératives de transport de voyageur ?
    En ayant toute les cartes en main au départ comme à l’arrivée et vous voulez les voirs en détresse : Démissionner si vous n’êtes pas en mesure de solutionner ce problème en proposant des solutions à votre supérieur hiérarchique respectif jusqu’au conseil des ministres. C’est de l’irresponsabilité manifeste de nos responsables dans le secteur du transport. Quelle honte !

  • 10 juin à 05:56 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Est-ce si difficile de mettre un contrôle au départ et à l’arrivée pour chaque coopérative et des centres de quarantaine éventuelle ?
    N’y a-t-il pas des cas de covid-19 dans chaque quartier mais les transports urbains et suburbains travaillent toujours et idem pour les vols internationaux ? Pourquoi les transporteurs régionaux et nationaux ne peuvent-ils pas reprendre leurs boulots ? N’ont-ils pas des familles à faire vivre et des engagements à honorer ?

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS