Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 19 octobre 2020
Antananarivo | 23h27
 

Politique

Conseil national du TIM

Les reformateurs sont radiés

lundi 16 juillet 2007 | Eugène R.

Le président national du TIM Razoarimihaja Solofonantenaina a unilatéralement tranché ce samedi : tous ceux qui ont participé au conseil national d’Antohomadinika sont radiés du parti.

Le président national du TIM Razoarimihaja Solofonantenaina a choisi la cérémonie d’intronisation du nouveau bureau du ComTim d’Ankadikely Ilafy pour réagir à la tenue du Conseil national du parti initié par le CRT (Comité pour la Redynamisation du TIM). « En tenant ce conseil national, ils se radient eux-mêmes. », a martelé ce vice président de l’Assemblée nationale. Razoarimihaja Solofonantenaina considére ce conseil national comme n’ayant pas existé. « Le TIM a son président national qui est le seul compétent à convoquer un conseil national du parti. », a-t-il souligné pour rappeller ce que le président de la République, non moins fondateur du parti, Marc Ravalomanana a fait remarquer devant la presse à Ivato lors de son retour d’Accra. Le président de la République qui a fait comprendre que le TIM a son président qui sait ce qu’il doit faire. A cette allure, les membres du bureau politique, les parlementaires (députés et sénateurs) et les militants du TIM qui ont participé au conseil national d’Antohomadinika n’ont plus le droit d’assister au congrès national prévu au mois de septembre prochain.

 Guerre de procédures

 Les réformateurs au sein du TIM ne vont pas se plier facilement à cette sanction annoncée unilatéralement par le président Razoarimihaja Solofonantenaina. Un discours en public du président du parti suffit-il pour fixer le sort d’un membre du parti ? Le statut ou le réglement intérieur du TIM confère-t-il au président national du parti, le pouvoir de prendre unilatéralement des sanctions à l’endroit des membres du parti ? La guerre des procédures est ouverte depuis ce samedi entre le président Razoarimihaja Solofonantenaina et les partisans de la redynamisation du TIM qui ont vivement condamné durant le conseil national d’Antohomadinika la monopolisation de la gestion du parti par ce « Tikoboy ». Certainement, le camp Ranjivason va brandir les dispositions du réglement intérieur du parti qui prescrivent les procédures à suivre et à respecter avant de radier un membre du parti. Des dispositions qui ordonnent d’abord l’examen des cas au niveau de la commission des affaires internes (dont le président n’est autre que le sénateur Joseph Yoland, l’un des dirigeants du CRT) avant que le bureau politique (et non le président national) ne tranche. Ce que le président Razoarimihaja Solofonantenaina n’a pas respecté ce samedi devant les militants TIM de la commune rurale d’Ankadikely Ilafy.

 Bref, la tension au sein du parti majoritaire est montée d’un cran depuis ce samedi. On attend la réaction de l’ancien ministre Ranjivason Jean Théodore et consorts.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS