Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 décembre 2019
Antananarivo | 19h30
 

Enseignement

Situation à l’université de Fianarantsoa

Les « raiamandreny » du Grand Sud-Est, préoccupés

mardi 15 mai 2007 | Eugène R.

C’est confirmé. Une délégation des autorités centrales rejoindront demain Fianarantsoa. Reste cependant à savoir qui vont composer cette délégation et qui en sera le chef.

L’arrivée ce samedi à l’Assemblée nationale des 487 étudiants originaires du « triangle du Nord » (Antsiranana, Mahajanga et Toamasina) a déclenché le processus du déblocage de la situation qui prévaut en ce moment au campus de l’université de Fianarantsoa. Hier matin, des « raiamandreny » du Grand Sud-Est dont les étudiants qui étaient en conflit avec ces étudiants du « triangle du Nord » sont originaires, étaient préoccupés par cette situation qui risque de dégénérer en un conflit permanent inter-ethniques à Andrainjato. Ils étaient une dizaine dont les deux chefs de région (Vatovavy-Fitovinany et Sud-Est), des sénateurs et des députés à tenir urgemment hier une réunion dans la Capitale. A l’issue de cette réunion, il a été décidé que leurs représentants feraient partie de la délégation des autorités centrales qui quitteront demain la Capitale pour rejoindre Fianarantsoa où elles organiseront la réconciliation (avec ses rituels) entre les étudiants en conflit.

Des politiciens en vedette

Plus d’un s’interrogent si certains leaders des étudiants de l’université de Fianarantsoa ne sont pas manipulés par des politiciens. D’après nos sources, l’un des chefs de file de l’opposition actuelle se trouvait dans la Capitale de Betsileo 24 heures avant l’éclatement des drames qui avaient mis l’huile sur le feu à l’université d’Andrainjato. Si certains observateurs parlent d’une simple coïncidence, d’autres affirment que des politiciens se trouvent derrière ces drames. En tout cas, le « spectacle » qui s’est déroulé ce samedi à Tsimbazaza a mis en vedette des politiciens. D’abord, la présence sur place du ministre de la Défense nationale, Petera Behajaina a été très remarquée. Lui qui a porté cette fois-ci sa casquette de « pacificateur », un rôle qu’il avait d’ailleurs joué en 2002 dans la partie Nord de l’île. Son compagnon de lutte de l’époque, Jaosoa Jean Pascal, y était également. Se disant « raiaman-dreny » des étudiants originaires d’Antsiranana, ce vice-président de l’Assemblée nationale a pris une partie de la responsabilté de la vice-présidente Lechat Ramampy Zenaïde qui a assuré l’intérim du président Mahafaritsy Samuël. Et une autre vedette de ce « spectacle » était le député Marson Evariste qui s’est mis à la place du représentant des « raiamandreny » des étudiants originaires du Sud-Est.

Bref, c’était une belle occasion pour ces politiciens de soigner leur image et de dire à l’opinion qu’ils sont incontournables quand il s’agit des événements qui impliquent leur région d’origine.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS