Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 15 décembre 2019
Antananarivo | 22h08
 

Politique

Sénat

Les licenciés ripostent

samedi 11 octobre 2008 | Eugène R.
Une vue partielle des licenciés.

Les 106 employés soufflés par le cyclone au Sénat brisent le silence. « Ce licenciement est irrégulier », martèle Justin Rakotonindrainy, porte-parole de ces victimes. « Irrégulier pour deux raisons : la décision n’a pas été prise par le bureau permanent du Sénat et il n’y a pas eu entretien préalable », poursuit le chef de file des licenciés. « D’ailleurs, il y a des contradictions car le président Yvan Randriasandratriniony a décidé de procéder à cette compression alors qu’il a augmenté de 21 à 23 le nombre des services au Sénat. », révèle Justin Rakotonindrainy. Pire, continue notre interlocuteur, il y a des services au Sénat qui n’ont pas de personnel suite à ce licenciement. « La plupart d’entre nous a reçu la lettre de notification dans les couloirs du bâtiment d’Analamahitsy. », raconte une autre victime, père de quatre enfants tous en âge d’être scolarisés, qui sera devenu chômeur à partir du 31 octobre.

Pas de « raiamandreny »

Les 106 ELD (Employés de longue durée) et EFA (Employés fonctionnaires assimilés) déplore que le personnel du Sénat se sente orphelin depuis le départ de Rajemison Rakotomaharo. « Une fois notifiés de cette décision de licenciement, nous avons formulé une demande d’audience auprès du président Yvan Randriasandratriniony, mais aucune suite jusqu’à présent. », dénonce Rabemaso Bertin. Dans la même foulée, Rabemaso Bertin souligne que le personnel du Sénat est là pour servir non les sénateurs, mais l’Institution qu’est le Sénat. « Argumenter que le nombre des sénateurs a été réduit de 90 à 33 et qu’il faut réduire le nombre du personnel du Sénat n’est pas fondé. Nous sommes là pour servir le Sénat et non les sénateurs. », précise-t-il. Lui qui pointe du doigt le sénateur de Menabe Ngolo Gilbert Evenon d’être l’instigateur de ce licenciement. En tout cas, les 106 employés n’entendent pas rester les bras croisés. La saisine de la Chambre administrative se profile à l’horizon et les meneurs des victimes se préparent à faire des révélations fracassantes sur la gestion du Sénat depuis la présidence de Yvan Randriasandratriniony.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS