Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2022
Antananarivo | 21h52
 

Politique

Campagne électorale à Toamasina

Les candidats s’investissent à fond

lundi 17 septembre 2007 | Gilbert R.

La campagne électorale continue de battre son plein dans une Toamasina ville « anormalement » tonitruante car ce n’est pas tous les jours qu’elle élit son député. Tous les jours et jusque tard le soir, de nombreux véhicules bariolés aux couleurs des candidats en lice sillonnent les rues et les ruelles ensablées. Ils enfoncent leurs itinéraires jusqu’au plus profond des fokontany.

En tout cas, la compétition entre les candidats a une dimension au-dessus d’une surenchère polluante de décibels, de cette concurrence en matière de rassemblement populaire et de crédibilité de discours. Encore que, sans aucun doute maintenant, ces atouts endogènes sont très vraisemblablement assujettis à quelque botte secrète exogène. Les électeurs avertis croient pouvoir extraire de cette botte, soit un ressort de nature communautaire - les Mauriciens diraient « communaliste » - , soit une crique aussi puissante qu’un monte-charge en terme de capacité d’intercession auprès du pouvoir central. Les observateurs perspicaces reconnaîssent évidemment les visières MTS derrière ledit ressort, et les privilèges TIM au-dessus du monte-charge. L’argent coule à flots à la mode « vivre contre travail ».Le redoublante Dr Anita, à côté de telles positions, met son expérience parlementaire dans la balance en citant un certain nombre de dossiers plaidés avec succès, sans oublier des interventions et implications sociales et l’importance de la part qu’elle prend pour la promotion genre. Interrogé, le candidat TIM, Botozaza Pierrot, dit croire fermement en sa victoire puisqu’il fait beaucoup pour cela. Sa rhétorique « participation de tous dans le processus développement » avec les objectifs MAP et PRD pour repères sur la base du civisme et de la solidarité, est certes portée par des moyens matériels et financiers puissants. Mais on a noté, l’autre jour dans le quartier de Mangarivotra-Sud, qu’il n’hésite pas non plus à investir sa propre personnalité. Voulant sans doute faire la preuve de sa capacité d’ouverture politique, il a sans complexe fait le porte-à-porte chez Jacqueline Ratsiraka. Et a souscrit à l’exigence de celle-ci, troquant son simple accueil pour écoute contre la réhabilitation prompte, par les soins du candidat, de la ruelle de sable qui dessert sa villa.

Défi relevé dare-dare, dès le lendemain bel exemple de volontarisme, même s’il frise une certaine (fausse ?) candeur ?. Il est relativement aisé de le croire quand il dit faire tout cela pour l’amour de Toamasina et pas pour de l’argent dont il peut disposer déjà à profusion.

Et qu’il le fait avec le district, la commune et leur population, sans ségrégation aucune, même vis-à-vis des autres politiciens.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS