Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 octobre 2020
Antananarivo | 16h34
 

Société

Saison cyclonique 2019-2020

Les acteurs de la gestion des risques et catastrophes se préparent

samedi 21 décembre 2019 | Mandimbisoa R.

Le Conseil national de gestion des risques et des catastrophes (CNGRC) a tenu une réunion à Anosy hier. L’objectif : mieux préparer la saison cyclonique 2019-2020. Madagascar se trouve déjà dans cette période qui est souvent marquée par les catastrophes naturelles comme les inondations. Ce fut le cas, entre autres, avec le passage de la tempête tropicale Belna qui a gravement affecté le Nord et l’ouest de la Grande île quelques semaines plus tôt.

La réunion, organisée par la Cellule de prévention et d’appui à la gestion des urgences (CPGU) auprès de la Primature, s’est focalisée sur le suivi de la mise en œuvre des réformes et améliorations effectuées dans le cadre de la gestion des risques et catastrophes. Mais elle a également permis d’effectuer un état des lieux de la préparation de la saison cyclonique 2019-2020 et des mesures à prendre ainsi que la situation des épidémies et les préparations y afférentes.

Après les dégâts laissés par Belna, « il est impératif d’assurer d’une part, la synergie des actions concrètes à entreprendre et d’autre part, la complémentarité des interventions des différents secteurs en terme de préparation et de prévention face aux effets néfastes des aléas climatiques et épidémiologiques avant, pendant et après cette saison », a expliqué le Premier ministre Christian Ntsay qui a dirigé cette réunion.

« Le but est de minimiser autant que possible les dommages économiques et matériels et surtout les pertes en vies humaines et tous les préjudices causés aux populations les plus vulnérables ainsi que l’ensemble de la société malgache ».

Les efforts effectués en matière de mécanismes de protection financière face aux catastrophes majeurs avec le partenariat de la Banque mondiale, de l’Agence française de développement et de la Banque africaine de développement étaient également au menu de la discussion. Dans ce contexte, la mise à jour, et les reformes nécessaires au système de gestion des risques et des catastrophes, ont déjà été effectuées. Ce, à travers les nouveaux décrets d’application de la loi sur la politique nationale de la gestion des risques et des catastrophes (PNGRC).

Ces réformes se résument sur quatre axes prioritaires dont le renforcement structurel qui sera principalement concrétisé par le changement de statut du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) en un Établissement public à caractère administratif (EPA) doté d’une autonomie administrative et financière et renforcement de la résilience financière par le biais de la mise en place du Fonds National de Contingence (FNC) et du développement des mécanismes d’assurances.

Dans ces réformes, il est également question de renforcement de la résilience des infrastructures à travers l’élaboration des normes de construction des bâtiments résistants aux aléas naturels et d’intégration de la résilience climatique dans les politiques sectorielles de développement, plus particulièrement, dans les schémas régionaux de l’aménagement du territoire (SRAT) et le plan régional de développement (PRD).

Le Premier ministre appelle ainsi tous « les acteurs en Gestion de risques et catastrophes à réunir leurs efforts et à mettre en cohérence toutes les activités à entreprendre à tous les niveaux afin de trouver plus d’efficacité dans chacune des interventions pendant cette saison cyclonique 2019-2020 ».

6 commentaires

Vos commentaires

  • 21 décembre 2019 à 11:42 | lancaster (#10636)

    Gestion des catastrophes naturelles, imperfection des résultats électoraux, code minier, îles éparses, crise universitaire, le PM est sur tous les fronts. Il fait son boulot en termes d’annonces . Maintenant, l’intendance doit suivre. Les services de l’etat Et les ministres doivent se démener pour obtenir des résultats.
    Remarquons qu’il y a un sujet sur lequel le pm est absent : Tanamasoandro.. Le ministre concerné est depuis longtemps aux abonnés absents. Incompétence ou consigne de se mettre en veilleuse ?, Ou les deux ?
    La ministre de la culture, sous couvert de sa qualité de porte parole, assure ces absences d’eclaircissements de la part des ministres concernés. Elle le fait plutôt bien. Par exemple, concernant cette loi VBG, elle y est allée sans complexe, faute d’entendre la ministre de la population ou celui de la justice.
    En tout cas, le prochain remaniement s’annonce intéressant. Le casting a déjà commencé semble-t-il. Attention aux désillusions et faux espoirs.
    Si j’ai un conseil, refusez les propositions. Vous perdrez votre tranquillité pour un poste très courte durée, siège éjectable sans crier gare, fonction étalable au public, risque de scandale inutile, salaire pas si alléchant que ça, déclaration de biens , risée du monde en cas de connerie, bref tout pour un poste supposée attrayant.

  • 21 décembre 2019 à 12:17 | Vohitra (#7654)

    Belna était passé, avec les ruines et dévastations laissés après, et les séquelles visibles dans les parties Nord et Nord-Est du pays.

    Et là maintenant, on se concerte pour la préparation et les actions de préventions car la BM et AFD avaient passées à la caisse avec les USD 50 millions et 10 millions d’euros…

    Et s’il n’y avait pas eu ces mannes provenant des coopérations bilatérale et multilatérale, on devine aisément ce qui aurait pu être les actions préparatoires…la com et les annonces météo…

    « Le but est de minimiser autant que possible les dommages économiques et matériels et surtout les pertes en vies humaines et tous les préjudices causés aux populations les plus vulnérables ainsi que l’ensemble de la société malgache » un extrait de l’article.

    Mais comment a-t-il pu imaginer de telle déclaration alors que rien n’a été fait depuis, en termes de bâtiments anticycloniques ou de mise à disposition de réserves alimentaires et médicaments, avant le début de la saison cyclonique dans les zones sensibles ?

    Sans parler de longues interruptions causées par les aléas climatiques pour la scolarité des enfants dans les zones littorales, déjà on est dans la période de vacances de fin d’années sur le territoire…la proposition de vacances pendant la saison de pluie proposée dans le cadre du PSE était déjà dans les oubliettes créant de fait des inégalités pour la scolarisation des enfants des villes et des zones rurales…

    • 21 décembre 2019 à 13:54 | Patience (#10811) répond à Vohitra

      @vohitra,
      Si vous avez des propositions intelligentes, faites le savoir. Au moins, ils font de la prévention catastrophes. Sur quels acquis des précédents gouvernements peuvent ils se fonder puisque rien n’a été fait depuis 60 ans, dites moi ? C’est trop facile de taper sur ceux qui prennent le train en marche ou alors vous êtes trop kans pour comprendre ça ? C’est vraiment pas intéressant les échanges sur ce réseau avec de tels raisonnements. T’as fait quoi toi pour le pays ? Quoi ? Faut il demander les avis de tous ces attardés des réseaux sociaux pour prendre une décision. Vous n’avez vraiment rien à faire ni de votre temps ni de votre vie. C’est valable pour les autres aussi d’ailleurs, avec toutes les fautes de français dégoûtantes qu’on y trouve et qui enlèvent les joies de la réthorique .
      Au moins ils se réunissent pour étudier en amont comment faire face aux catastrophes. Bande de... C’est toujours pas bien ? Vous voulez quoi au juste ? Jouir en polemiquant sur tout. Triste mentalité.

    • 21 décembre 2019 à 16:11 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      La patience a des limites, ce qu’on a l’habitude d’entendre dans d’autres circonstances, mais pour le cas du pseudo en présence, les limites sont devenues congénitales, à telle point qu’elles dépassent la limite de la décence.

      Ici, personne ne t’a demandé ce que t’as fait pour ce pays, et personne ne s’en fout car ce n’est pas ici que tu vas te justifier pour tes actes…à moins que tu fais partie de ces gens qui avaient l’habitude de se concerter, d’assister à des portes ouvertes ou colloques ou séminaires, à longueur d’années sans qu’il n’ y ait d’impacts tangibles pour les biens de la population de ce pays, qui du reste se trouve dans sa grande majorité dans l’indigence totale pour au moins 90 %.

      Quand on est décideur et détenteur du pouvoir pour veiller sur et assurer l’amélioration des conditions et cadre de vie de la population, étant donné le résultat désolant et les retombées insignifiantes obtenues, on peut s’attendre à recevoir des critiques, parfois acerbes, et c’est normal, car la défaillance en politique ne se résout ou se ramène pas à coup de tolérance ou complicité face à des médiocrités et incompétences manifestes.

      Alors, où est-ce qu’ils en sont actuellement pour la reconstruction de la ville de Soalala ou de la Commune d’Ambohipaky ? Et qu’est ce qu’ils sont devenus depuis les sinistrés là-bas actuellement, les quelques feuilles de tôles et kilo de riz étaient largement suffisant pour eux pour se maintenir en vie en attendant la prochaine perturbation climatique ? Ou sont-ils des citoyens de seconde zone vivant dans les littorales et qu’ils sont déjà habitués à de telles privations ?

      Alors, une fois que la manne de la BM et de l’AFD est disponible, on se concerte mais avant l’installation de la saison et passage de Belna, on reste muet et introuvable côté préventions de catastrophes, et la patience défroquée s’amène ici pour donner des leçons maintenant…quelle pourriture !

    • 24 décembre 2019 à 09:08 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Vohitra

      Bonjour,

      Vohitra, La patience a raison. Avez-vous besoin de reconstruire en ce début de période cyclonique ? Il ne faut jamais confondre vitesse et précipitation n’est-ce pas ? La critique est facile car il suffit de parler et d’écrire mais une fois qu’il y a un (une) contradicteur(trice) l’insulte abonde dans tous les sens.

    • 26 décembre 2019 à 15:19 | Ibalitakely (#9342) répond à Vohitra

      à #(10811),
      « 21 décembre à 13:54 | Patience (#10811) répond à Vohitra ^
      1- C’est valable pour les autres aussi d’ailleurs, avec toutes les fautes de français dégoûtantes qu’on y trouve et qui enlèvent les joies de la réthorique . » : rhétorique & non raitaurik.
      2- « Si vous avez des propositions intelligentes, faites (le) les savoir. ».
      3- « Au moins, ils font de la prévention catastrophes. » : ce n’est même du patois !!
      4- « Sur quels acquis des précédents gouvernements peuvent ils se fonder » : se fondre sur les acquis des autres ??????.
      5- « C’est vraiment pas intéressant(s) les échanges sur ce réseau avec de tels raisonnements ». Samy tsy mahay itsika, ka tsy aleho ve atao @ teny malagasy !!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS