Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 novembre 2018
Antananarivo | 04h01
 

Environnement

Projet Ambatovy

Le tracé du pipeline révèle ses entrailles

mercredi 13 avril 2011
JPEG - 81.2 ko
Atelier-colloque à l’académie malgache de Tsimbazaza.

L’Académie malgache de Tsimbazaza a ouvert ce 12 avril 2011 un atelier-colloque de restitution des travaux archéologiques d’Ambatovy, intitulé « Archéologie et anthropologie socio-culturelle du Mangoro à l’Ivondro ». Il s’agissait pour le Projet Ambatovy de donner à l’Académie malgache la primeur des découvertes faites durant la phase construction entre Moramanga et Toamasina. C’était aussi l’opportunité de restituer les connaissances archéologiques nouvelles au public sur les régions Mangoro et Atsinanana. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de l’engagement du Projet relatif au respect du patrimoine culturel et cultuel malgache. C’est dans cet esprit d’engagement, en effet, qu’Ambatovy a maintes fois dévié le tracé de son pipeline afin de préserver les zones archéologiques sensibles comme celles comprenant des lieux de cultes ou autres monuments historiques.

À l’issue des travaux réalisés sur terrain entre 2005 et 2010 pour la mise en place d’un pipeline de 220 km entre Moramaga et Toamasina, le bilan archéologique est riche pour les deux régions concernées où des vestiges et mobiliers historiques intéressants ont été mis au jour par l’équipe archéologique d’Ambatovy. C’est pendant cette période, en effet, que l’équipe a recensé 4851 objets (poterie en terre cuite, chloritoschiste, céramique importé, verre, pierre, métaux, ossement, plastique, botanique, et autres) et 262 sites d’héritages culturels qui se composent notamment de 126 sites archéologiques. Le reste est constitué des villages anciens, des lieux de sépulture, des sites sacrés et des pierres sacrées, dont les plus anciens remontent au XIIIe siècle et les plus récents au XIXe siècle.

JPEG - 91.5 ko
Un des objets retrouvé dans les sites.

Ces découvertes ont offert l’occasion au Projet d’organiser ce colloque international destiné à susciter des débats autour des stratégies de fouilles archéologiques dans l’Est de Madagascar et des perspectives de développement de l’archéologie. « Ambatovy ne peut que s’en féliciter et constate avec respect la richesse de la culture malgache, admirable par sa diversité, son intensité et ce fihavanana dont la réputation n’est plus à faire. Puisse cette contribution d’Ambatovy montrer encore plus la richesse et la valeur de cette culture nationale », a déclaré dans son allocution d’ouverture le directeur adjoint des relations externes du projet, Mark Sitter.

Réunissant d’éminents archéologues et anthropologues malgaches et étrangers, cette rencontre a permis, avant tout, de faire le point sur bon nombre de travaux d’Ambatovy reposant sur diverses interventions archéologiques comme les prospections, collectes de surface sondages, fouilles de sauvetage. Parmi les travaux réalisés figurent ceux effectués sur les terrains dédiés à la construction de l’usine de production à Toamasina, en février 2007. Des missions d’expertise archéologique ont permis de comprendre les caractères cachés de plusieurs sites et de saisir l’importance des objets et structures contenus dans les sols. Ces travaux ont été précédés un an plus tôt, d’un sauvetage archéologique préalable entrepris par le promoteur du Projet, ce qui a permis d’inventorier et de répertorier les sites culturels historiques et archéologiques s’y trouvant.

Quand bien même les études archéologiques entre le Mangoro et l’Ivondro seraient plutôt rares, le passé historique de cette partie de l’Ile est reconnu pour son intensité. L’entreprise a contribué à une compréhension élargie de l’histoire en partageant les résultats de ses travaux et en les soumettant à discussion. « C’est donc une approche doublement utile pour le respect et la valorisation de la culture malgache mais aussi pour le développement de la connaissance scientifique », a conclu Mark Sitter.

Le Projet collabore avec l’Université de Toamasina et son Centre d’études et de recherches ethnologiques et linguistiques (CEREL), l’Université d’Antananarivo à travers le Centre d’art et d’archéologie (CAA), et l’Institut de civilisation/Musée d’archéologie (ICMAA) pour le traitement, l’étude et la conservation des mobiliers archéologiques. Le programme de ce colloque-atelier est subdivisé en deux temps : la journée du 12 avril consacrée davantage aux travaux de restitution et celle du 13 à des visites de sites d’intérêt archéologique et historique à Moramanga par les hôtes scientifiques du Projet.

Recueilli par Valis

5 commentaires

Vos commentaires

  • 13 avril 2011 à 08:21 | malagasy34 (#5283)

    Là, on nous prend pour des canards sauvages : tout ce cirque , c’est tout juste pour maquiller le désastre écologique qui nous attend et le pillage de notre pays.
    Pour le petit peuple : RIEN !!!!

  • 13 avril 2011 à 09:58 | Madagascan (#1869)

    Que de trouvailles dans le sous-sol malgache ! Mais a part le comptage de pièces, que pourrions nous apprendre sur l’histoire de Madagascar avec ces objets ? Sont-ils datés ? C’est cet aspect qui rendra l’exercice intéressant.

  • 13 avril 2011 à 10:25 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Bravo pour les découvertes...

    Il y a les entrailles de Mada et les entrailles du Malagasy...

    En image, un des objets archéologique découvert montre un morceau d’ assiette à l’envers. Un morceau d’ « assiette » à contempler et d’une valeur inestimable pour le Malagasy !

    Pour les autres leurs assiettes sont remplies de quoi ?
    http://www.rechtaufnahrung.ch/fileadmin/media/bilder/medien/plakate_fr/Affiches_A3_f_Page_1.jpg

  • 13 avril 2011 à 16:41 | Jipo (#4988)

    Je ne sais pas s’il reste grand chose à découvrir en archeologie à Madagascar, Un eminent archeologue : P Verin ,pour ne citer que lui, y a contribué sa vie entière, avec l’aide de confreres de l’Orstom durant une trentaine d’années, de1955 à l’ indépendance , voir meme quelques temps après :1980 ,(approximativement )
    Ce qui n’a pas empeché ratsiraka, d’en faire disparaitre la plus grande partie du musée, de Tananarive .
    A present c’est comme les bombes, on peut en trouver un peu partout, l’important est : de bien chercher ...

  • 14 avril 2011 à 16:54 | natureprotection (#5529)

    Pour le Projet Ambatovy, il y a des hauts et des bas. Chaque médaille a un revers. L’article ci-dessus montre les avancés et les avantages. Mais par ailleurs le projet est source d’autres problèmes GRAVES et potentiellement dangereux en cours et qui vont durer : EN PROTEGEANT SES EMPLOYES DES MOUSTIQUES, LE PROJET LES EMPOISONNENT TOUT LE MONDE (LES SIENS, LES AUTRES ET LA NATURE) . Un homme averti en vaut deux ! Un extrait d’un texte très objectif que scientifique qui circule sur le Net (contrôlez SVP ce qu’on y écrit) :
    ................................. VERSION FRANCAISE ...................
    STOP a la POLLUTION de SHERRITT/AMBATOVY depuis 2007
    STOP a l’INTOXICATION de TOUTES les POPULATIONS
    Voir Internet (mots clés de recherches) : pesticides ontario canada – pesticides non merci – ensp les insecticides a usage domestique dans l’habitat - reach greenpeace - pesticides dérèglement endocriniens – deltametrhrine cypermethrine dereglement endocrinien canada – arla canada deltametrhine cypermethrine perturbateur endocrinien – circ deltametrhrine cypermethrine perturbateur endocrinien – orp deltametrhrine cypermethrine deltametrhrine cypermethrine perturbateur endocrinien – institut pasteur deltametrhrine cypermethrine perturbateur endocrinien – fao deltametrhrine cypermethrine perturbateur endocrinien - BTI - BTI Canada – Larvicide BTI -

    Pour lutter contre les moustiques, AMBATOVY nous intoxique beaucoup plus gravement.
    Les traitements anti moustiques réalisés depuis 2007 dans les bases de vie : les maisons, les bureaux et a en extérieur sur les chantiers entre Moramanga et Tamatave sont réalisés avec des PESTICIDES a base de CYPERMETHRINE et DELTAMETHRINE.

    Ces produits provoquent des DEREGLEMENTS ENDOCRINIENS potentiels chez l’Homme , sur les embryons , le fœtus , les enfants , les femmes, la fertilité masculine … pour après de nombreuses années se transformer en LEUCEMIE , CANCERS , MAL FORMATIONS etc …etc ..etc . Des études Scientifiques du Centre International de lutte contre le Cancer , de l’OMS , FAO …. Union Européenne, Afssa , Arla Santé Canada Etc .. etc .. etc .... l’établissent.

    Ces traitements ont déjà provoqué la mortalité totale des abeilles qui sont des SENTINELLES de l’ENVIRONNEMENT ceci dés le début des traitements en Décembre 2007 . Ces produits sont en effet reconnus scientifiquement comme étant toxiques aigus pour les abeilles, les poissons, tout le milieu aquatique, les oiseaux donc poulets , canards, L’environnement et l’HOMME.
    L’Abeille pollinisent 80% des fleurs. Les pertes annuelles sut un rayon de 30 Km autour de Tamatave sont de environ 40 Tonnes de miel , 1 000 T de riz, 900 T de café , 8 000 T de cocos + 35 000 T de litchis + mortalité des poissons anguilles … poulets …

    Les traitements étant réalisés par des pulvérisateurs puissants motorisés. Les nuages de fines gouttelettes se dispersent dans l’environnement par phénomène de dérive bien connus sous les vents dominants d’Est - Sud Est – Nord Est.

    Par courrier du 18 juin 2010 le Gouvernement Malgache a demandé a SHERRITT/AMBATOVY de cesser ces traitements . Depuis, Il est évident que Sherritt poursuivent ces traitements le plus discrètement possible …. !!!

    Ainsi, depuis 3 ans, ces traitements INTOXIQUENT plus de 500 000 habitants de Tamatave et ses environs -rayon de 30 Km-, intoxiquent les habitants de toutes les zones d’habitations des ouvriers du chantier Sherritt entre Moramanga et Tamatave qui sont bien entendu les plus exposés avec des traitements REPETITIFS et des dosages non maîtrisés.

    Les Moustiques développent des résistances a ces produits ( OMS – Institut Pasteur … )
    Sherritt augmentera-t-il donc les doses, ceci pendant 30 ans ?

    Une solution de substitution BIOLOGIQUE existe : le BTI connu depuis 30 ans dans le monde entier notamment au Canada ....... (recherche Internet : BTI canada – etc ..)


    ENGLISH VERSION ----------------------------

    STOP POLLUTION by Sherritt / AMBATOVY since 2007
    STOP POISONING in all populations
    See Internet (Keywords for searching) : ontario canada pesticides - pesticides no thank you - ENSP insecticides for domestic use in the home - reach Greenpeace - endocrine disrupting pesticides - deltametrhrine cypermethrin endocrine disruption canada - canada arla deltametrhine cypermethrin endocrine disruptor - circ deltametrhrine cypermethrin endocrine disruptor - orp deltametrhrine cypermethrin cypermethrin deltametrhrine endocrine disruptor - Institut Pasteur deltametrhrine cypermethrin endocrine disruptor - fao deltametrhrine cypermethrin endocrine disruptor - BTI - BTI Canada - BTI larvicide -

    To fight against mosquitoes, AMBATOVY poisons us much more seriously.
    The anti mosquito made since 2007 in the basics of life : homes, offices and outdoors on construction sites between Moramanga and Tamatave are made with PESTICIDES based on CYPERMETHRIN and DELTAMETHRIN.

    These products cause endocrine disruption potential in humans, on embryos, fetuses, children, women, male fertility ... for after many years become LEUKEMIA, CANCER, poorly formatted etc. ... etc. .. etc.. Scientific studies of the International Center for the Fight against Cancer, WHO, FAO .... European Union, AFSSA, Arla Canada Health Etc. .. etc. .. etc. .... establish it.

    These treatments have already caused total mortality of bees that are sentinels of the environment from the beginning of this treatment in December 2007. These products are indeed scientifically recognized as being acutely toxic to bees, fish, all aquatic birds, therefore, chickens, ducks, environment and man.

    The Bees pollinate 80% of flowers. Annual losses knew a radius of 30 km around Tamatave are about 40 tons of honey, 1 000 t of rice, 900 tons of coffee, coconuts 8000 T + 35 000 T of lychees + mortality of eel, fish … chickens ...

    The treatments being performed by motorized power sprayers. The clouds of fine droplets are dispersed into the environment through well-known drift phenomenon under prevailing winds from East - South East - North East.

    By letter dated 18 June 2010 the Government of Madagascar has requested SHERRITT / AMBATOVY to stop these treatments. Since then, It is clear that Sherritt continues these treatments as discreetly as possible.... !!!

    Thus, for 3 years, these treatments INTOXICATE more than 500 000 inhabitants of Tamatave and the surrounding - 30 km radius - poisoning the residents in all areas of residential of Sherritt’s construction workers between Moramanga and Tamatave who are obviously the most exposed with REPETITIVE treatments and uncontrolled dosages.

    Mosquitoes develop resistance to these products (WHO - Institut Pasteur ...)
    Does Sherritt will therefore increase the dose, this for the next 30 years ?

    A BIOLOGICAL alternative solution exists : the BTI known for 30 years throughout the world including Canada ....... (Internet seaech : BTI Canada - etc. ..)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 106