Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 avril 2019
Antananarivo | 16h58
 

Editorial

Le terrain d’Otokar

samedi 17 mai 2014 | Lalatiana Pitchboule

Otokar et sa famille disposaient d’un terrain ancestral. Un certain Canfre est arrivé un jour et s’est approprié manu militari le terrain en question. Les années passant, le terrain en question devenant plus coûteux à valoriser et difficile à exploiter, Canfre a décidé de restituer à Otokar son bien. Toutefois, l’acte de propriété que Otokar avait reçu en même temps que son sceptre de pouvoir, comportait en filigrane une clause particulièrement perverse : le terrain original avait été amputé, lors de la restitution, d’une certaine parcelle Jaune à laquelle la famille Canfre et son chef portaient un intérêt tout particulier.

Quand les héritiers de Otokar se sont enfin préoccupés de faire valoir leurs droits sur cette parcelle, ils se sont heurtés bien évidemment à un refus catégorique de la part des légataires Canfre. « Ca va pas, non ?! Z’êtes qui vous d’abord ??? Y a certainement pas matière à contester notre propriété sur la parcelle Jaune ».

Bon an mal an, les uns et les autres se sont satisfaits d’un certain statu quo. Le terrain en friche accueillait les oiseaux et les scientifiques venus les observer. Les Otokar, de toutes façons, n’avaient pas vraiment les moyens pour pouvoir reconquérir cette parcelle et l’exploiter. Ils galéraient déjà suffisamment à coté.

Et puis les choses ont commencé à se compliquer quand des géologues et des prospecteurs sont venus évaluer les richesses potentielles de la région. La famille Canfre s’est aussitôt empressée de mettre une clôture pour fixer les limites de la fameuse parcelle Jaune.

Il faut tout de même dire que le juge de paix appelé à trancher le litige a laissé traîner l’affaire. Il faut aussi dire que la mauvaise foi de la famille Canfre et ses appuis lui permettaient de faire jouer tous les artifices de la procédure. Mais il est probable que des cousins de Otokar, se soient quand même un (tout petit) peu laissés acheter leur silence. Certains, voire le chef de famille lui-même, derrière des gesticulations de façade, ont certainement négocié pour fixer, peut être à leur bénéfice mais, de toutes façons, à l’insu de leur famille, les limites de la clôture des Canfre.

Et puis les géologues ont commencé à laisser entrevoir des perspectives d’enrichissement mirifiques. On allait pouvoir creuser des puits de pétrole. L’or noir allait jaillir à flots.

Waaahhh … Les Canfre et certains des Otokar se réjouissaient déjà, chacun dans leur coin, à l’idée des limousines et des Porsche Cayenne qu’ils allaient pouvoir s’offrir.

Et patatras... Les banquiers et les prospecteurs ont bien vite douché leur enthousiasme : « Messieurs, il n’est pas question de financer et de creuser des puits tant que vous ne vous serez pas mis d’accord sur vos limites de terrain respectives. Montrez nous donc le contrat qui nous assurera de votre bonne foi mutuelle. On connait la chanson. C’est pas quand on aura commencé à investir que vous allez nous dire que les problèmes de royalties restent à régler. ».

Ah… ben… les voila donc forcés de négocier. Il fallait donc s’entendre. Un contrat de co-gestion semblait être un compromis intéressant.

Mais le chef de famille Otokar, détenteur de l’autorité, s’est montré trop gourmand. Quand on lui proposait de partager le gâteau, lui en voulait toujours plus. Les Canfre se sont alors alliés à certains jeunes cousins du chef Otokar pour lui piquer son sceptre, symbole de son pouvoir. « Il est temps d’écarter cet ainé aux dents décidemment trop longues et empêcheur de tourner en rond… » … Ce qui fut fait… vite fait…

Mais la lutte pour la succession du chef Otokar fut rude… Cinq longues années s’écoulèrent avant qu’un représentant d’une honorabilité suffisante puisse enfin prendre l’ascendant sur la famille… Et laisser au bout du compte entrevoir la conclusion de ce fameux contrat de co-gestion.

Le nouveau chef Otokar, endetté jusqu’au cou, s’est empressé de bafouiller à sa famille « ce contrat avec les Canfre ne remet pas en question nos droits inaliénables sur notre terre… D’ailleurs si les Canfre veulent le conclure, c’est que implicitement et intrinsèquement, les Canfre nous reconnaissent nos droits anciens… Pourquoi devrions nous nous en priver ? »…

Les Canfre étaient contents… On allait pouvoir jouir des fruits de l’exploitation de la parcelle Jaune, à la rigueur en les partageant. Certains des Otokar l’étaient aussi. D’autres avaient le sentiment de s’être faits gruger.

Les plus mécontents étaient ceux des Otokar qui s’accrochaient à l’idée d’une restitution de leur bien ancestral. Mais ceux là se mettaient le doigt dans l’œil. Parce qu’aucun chef de clan des Canfre, comme aucun autre chef de clan n’importe où dans le monde – à part chez les Otokar – ne pourra jamais affronter les siens sur la cession d’un pouce carré du patrimoine foncier familial… Même pas la peine d’essayer braver le conseil de famille sur ce sujet…. C’est un coup à se faire pendre par les… oreilles… Pas fou, hé !!!

Mais baaahhh… Finalement… On allait pouvoir parachever ce fameux contrat entre les Canfr’e et les Otokar… Les banquiers et les prospecteurs allaient définitivement être rassurés… Et on allait enfin pouvoir s’occuper de choses sérieuses.…

L’histoire ne dit pas s’ils furent heureux ni s’ils eurent beaucoup d’enfants.

NDA : Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé, ne serait que pure coïncidence.

Patrick Rakotomalala (lalatiana pitchboule)
Mai 2014

18 commentaires

Vos commentaires

  • 18 mai 2014 à 12:53 | iarivo (#5822)

    Complètement nul comme scénario, et démontre à quel point certains s’accroche sur leur fantasme !!!

    Des "Iles éparses" qui n’ont JAMAIS appartenu à Madagascar ou aux malagasy (contrairement à ce qui est insinuée aux Otokar) à l’exception d’une ou de deux petites décennies où ces Iles furent rattachées administrativement à la colonie Madagascar et ses dépendances (Comores, Réunion, ...) de par la seule volonté de la puissance coloniale !!!

    Cela apporte encore une nouvelle fois la démonstration que :
    - certains sont toujours adeptes à l’espoir d’un enrichissement facile, sans aucun effort (la richesse et l’abondance nous tombe du ciel)
    - d’autres vont chercher n’importe quelles excuses bidons pour "chatouiller" leur pseudo-nationalisme à la gomme pour espérer calmer leurs frustrations innées !!!

  • 18 mai 2014 à 14:28 | iarivo (#5822)

    "Un certain Canfre (= France dans le désordre) est arrivé un jour et s’est approprié manu militari le terrain en question (= Madagascar)."

    Mais ce Patrick Rakotomalala, alias lalatiana pitchboule, oublie consciemment et volontairement que ces mêmes Otokar et leurs familles (venus d’ailleurs) se sont, eux-aussi, approprié manu militari ces terrains en question, au prix de multiples massacres, voir de quasi-génocides non seulement vis-à-vis des premiers occupants (autochtones) mais aussi au sein de la famille elle-même !!!

    Et cela c’est le même scénario pour tous les peuples du monde, y compris pour les africains, au quatre coins du monde, y compris en Afrique, et de tout les temps !!!

    • 18 mai 2014 à 16:57 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Yes et RAKOTO pour l’ autre " belli-gérant " .

    • 18 mai 2014 à 20:08 | olivier (#7062) répond à iarivo

      C’est tout à fait cela…

      Un colon peut en cacher un autre…

      Ré-écrire l’histoire à sa sauce, et manipuler les masses.

      Merci Iarivo

      OR

  • 18 mai 2014 à 14:51 | iarivo (#5822)

    "Les années passant, le terrain en question (Madagascar) devenant plus coûteux à valoriser et difficile à exploiter, Canfre a décidé de restituer à Otokar son bien."

    Drôle de réflexion, le terrain en question serait donc devenu plus coûteux à valoriser et difficile à exploiter alors que le gouvernement Canfre mettait en place toute une série de politique pour justement coloniser (humainement) et d’exploiter (Opération de la Sakay = une des premières étapes de cette politique de valorisation structuré et planifié) ce même terrain.

    Si le Canfre a décidé de se séparer de ce terrain c’était bien sous la pression des Etats-Unis qui n’avaient point de colonies (à l’exception de leur propre territoire qu’ils s’étaient approprié au prix de multiples massacres et de quasi-génocides comme l’ont fait les Otokar et leurs familles) et cherchaient donc d’autres territoires où ils pourraient s’étendre et se développer économiquement et commercialement.

  • 18 mai 2014 à 15:16 | iarivo (#5822)

    "Toutefois, l’acte de propriété que Otokar avait reçu en même temps que son sceptre de pouvoir, comportait en filigrane une clause particulièrement perverse : le terrain original avait été amputé, lors de la restitution, d’une certaine parcelle Jaune à laquelle la famille Canfre et son chef portaient un intérêt tout particulier."

    Terrain original par rapport à quoi ???

    Par rapport à celui qu’avait Otokar avant que Canfre ne le s’approprie manu militari" ???

    Mais dans ce cas là Otakar a pu bénéficier de beaucoup de BONUS puisque non seulement la parcelle Jaune n’était absolument pas inclus dans ce terrain originel, mais aussi l’extrême nord et l’extrême sud n’en faisait également pas partie, sans tenir compte des îles Nosy-Be et Sainte-Marie !!!

    Ce BONUS exceptionnel dont a bénéficié Otokar ne relève que de la seule volonté de Canfre (division administrative coloniale) et non pas d’un quelconque exploit ou de fait d’armes d’Otokar ou de sa famille.

  • 18 mai 2014 à 15:41 | jansi (#6474)

    Otokar devrait commencer par rassembler toute la documentation existante a ce sujet en mobilisant tous les membres de la famille a New York, Paris , Maurice et bien sur dans les ministères et autres organismes charges des industries stratégiques a Tana. Il y verra plus clair au lieu de parler de co-gestion avant de se rétracter après cette bourde.

    Le jugement du grand Conseil a New York était pourtant bien clair. Les terres jaunes appRtiennent a la famille Otokar qui doit en parler a l’amiable avec les Canfre.
    Je pense que ce droit de propriété doit être d’abord restitué a Otokar par Canfre avant de parler de la forme de gestion qui est un autre aspect du problème. Car de toute évidence. Otokar seul n’a pas les moyens de nettoyer tous les matins ces lieux.

  • 18 mai 2014 à 16:06 | Mihaino (#1437)

    Ce dialogue entre Lalatiana et Iarivo plus l’intrevention de Jansi ci-dessus n’intéressent aucunement pas les 92% des pauvres compatriotes actuellement !
    Pour le moment , la priorité des priorités reste la lutte contre la PAUVRETE !
    Ce problème des îles éparses nécessite de longues concertations & négociations entre Canfre & Otokar qui peuvent durer plusieurs années !
    Wait and see ...

    • 23 mai 2014 à 10:21 | tgvsokatra (#2274) répond à Mihaino

      C’est vrai qu’actuellement 92% des malgaches n’ont rien à voir avec tout ça mais seulement jusqu’au moment où ils seront bien informés.
      Le 4ème pouvoir ne joue pas encore son vrai rôle ou .....
      Et ce n’est pas toujours vrai que la lutte contre la pauvreté se limite à des actions de charité ou des actions sociales. il faut toujours penser à inventorier les potentiels écoK et à prendre les mesures adéquates

    • 23 mai 2014 à 14:05 | tgvsokatra (#2274) répond à Mihaino

      C’est vrai qu’actuellement 92% des malgaches n’ont rien à voir avec tout ça mais seulement jusqu’au moment où ils seront bien informés.
      Le 4ème pouvoir ne joue pas encore son vrai rôle ou .....
      Et ce n’est pas toujours vrai que la lutte contre la pauvreté se limite à des actions de charité ou des actions sociales. il faut toujours penser à inventorier les potentiels écoK et à prendre les mesures adéquates

  • 18 mai 2014 à 16:56 | iarivo (#5822)

    Ce sont bien sur ces petits détails insignifiants ou superficiels, souvent imaginaires, que vont s’accrocher les pseudo-nationalistes bidons de tout bord pour satisfaire leur égo et effacer leur frustrations diverses car frustrations il y en a !!!

    Et c’est bien pour cela que depuis 50 ans Madagascar subit crise après crise et n’arrive pas à prendre véritablement le taureau par les cornes pour lutter efficacement contre le sous-développement !!!

    Des pseudo-nationalistes bidons qui ne forment, bien sur, qu’une infime minorité, à peine une poignée de la population malagasy mais qui vont faire un maximum de tapage, utiliser différents mythes et les gourou-charlatans qui vont avec, propager de la désinformation ou de la mal-information pour créer des mouvements de masse entièrement à leur service (les "Zanak’i Dada" par exemple), trouver d’imaginaires boucs émissaires à combattre ou de pseudo-causes nobles à soutenir afin de pouvoir assouvir leur rancoeur.

    Pour eux, ils s’en foutent complètement des véritables préoccupations dont Madagascar aurait besoin comme :
    - la mise en place d’un véritable Etat de droit et d’Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous,
    - la définition et la mise en application d’un réel plan de développement socio-économique et culturel ,
    - sa place dans le concert des nations avec le respect mutuel, mondialisation comprise,
    - l’égalité de tous devant la loi, y compris de ceux qui ont la charge de gouverner le pays,
    - le partage équitable de la richesse nationale produite, au profit du plus grand nombre et de toute les couches sociales de la société malagasy,

    et des milliers d’autres préoccupations beaucoup plus importantes pour Madagascar que celui de laver les frustrations de certains et assouvir leur rancoeur !!!

    • 18 mai 2014 à 17:35 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Iarivo : ouah, vous devenez surprenant !
      Sur ce coup là j’ adhère .
      Entièrement d’ accord que les indépendantistes ont semé leur zizanie et sont vite barrés se cacher : après .
      Ou sont -ils maintenant que Dago et leur frères pataugent dans la misère qu’ ils ont imposé à 19 millions de compatriotes , ces xénophobes qui sont les premiers à cracher dans la soupe, et que la situation arrange, car si ce que vous décrivez se produit ( et ne peux que le souhaiter), ils perdront tout, c ’est bien pour cela que cette politique de diviser pour régner est leur cheval de bataille & fer de lance, non aux zétranzés : nous pouvons faire pire !
      " Et bien je vais vous le dire " : à l’ étranger, Particulièrement dans les grandes surfaces des iles limitrophes en quête de denrées commercialisables, et négociables de retour au Pays, pour continuer à profiter de la misère de leurs compatriotes, voilà ou sont ces indépendantistes patriotes le jour et profiteurs la nuit .
      Pour les reconnaitre ? tres simple, jogging ou Levis & basket blancs de préférences, et si il y a marqué Addidas dessus, c ’est encore mieux, sans oublier les inkontournables Ray-ban, pour faire dgenre, les voilà vos nationalistes patriotes, que vous laissez faire la pluie & les tsunamis particulièrement économiques, car pour le beau temps, ils vont le chercher par patriotisme : ailleurs ...
      Le résultat : vous l’ avez vu pendant 20 ans, et continuez à le payer, en plus d’ avoir accueilli le responsable comme tonton Cristobal, à la différence que les lingots il les a planqués dans une république qui n’ est pas bananière et dans laquelle il a confiance, contrairement à la sienne / laquelle : il " Pompe " et continue au grand jour, & avec délectation, il aurait tors de se priver ...

    • 18 mai 2014 à 19:34 | jansi (#6474) répond à iarivo

      Rien n’empêche de s’occuper des points urgents que vous citez et en même temps de mettre en place le dispositif pour régler ce problème des îles éparses.
      J’ai l’impression que pour vous, tous les problèmes doivent être traités par les mêmes hommes. Or, il y a bien 31 ministères et plusieurs organismes nationaux qui peuvent se partager les tâches.
      C’est donc un faux problème de dire qu’en s’occupant des îles éparses, on oubliera les autres sujets.
      Dites plutôt que vous êtes pour l’abandon des revendications malgaches sur ces îles et que vous estimez que ces îles n’appartiennent pas a Madagascar mais plutôt a la France. C’est votre avis. On la compris. Mais vos arguments ne tiennent pas la route, car vous affirmez qu’on ne peut pas faire plusieurs choses a la fois.
      De votre point de vue il faut faire les choses les unes après les autres. S’il y a 31 problèmes, et s’il faut une année pour régler un problème, vous estimez donc qu’il faut 31 années pour régler tous les problèmes. Lol !

    • 18 mai 2014 à 20:17 | iarivo (#5822) répond à jansi

      Je n’ai jamais écris que les Iles Eparses appartiennent à la France autant que je n’ai jamais également écris qu’elles appartiennent à Madagascar !

      Ma réponse est dans mon post précédent (celui-ci de 19:38) !

      Je dis simplement que nous perdons notre temps (et nous nous épuisions) sur des problèmes insignifiants, voir même de faux problèmes qui finalement se révèleront n’être que de pures chimères (les moulins à vent de Don Quichotte).

      Il est un million de fois plus important, plus intéressant et plus utile pour Madagascar et le peuple malagasy de s’atteler à la mise en place d’un véritable Etat de droit, de le faire fonctionner au mieux dans les règles et de s’assurer de la bonne gouvernance du pays plutôt que de s’attarder sur des sujet aussi mineure que celui des Iles Eparses même si le sous-sol de son plateau continental contient des ressources naturelles inestimables.

      La mise en place d’un véritable Etat de droit, solide et fort, à Madagascar, c’est construire des fondations solides et durables qui permettront au pays de s’engager dans la voie de son développement d’une manière responsable, juste et équitable ...

      ... tandis que le problème sur la souveraineté ou non de Madagascar sur Iles Eparses n’est qu’une pure gâterie des pseudo-nationalistes bidons qui s’ennuient et veulent faire sensation sans grand effort !!!

      Comme nous avons 31 ministères et plusieurs organismes nationaux qui peuvent se partager les tâches, alors que ces ministères et ces organismes nationaux se concentre et s’attelle sur les objectifs les plus importants et les plus vitaux pour Madagascar et le peuple malagasy plutôt que de se disperser sur des problèmes d’amour-propre ou de fierté mal placé.

      Hery Rajaonarimampianina l’a très bien compris et c’est bien pour cela qu’il ne cesse d’esquiver à chaque fois la question sur les Iles Eparses.

      Quand Madagascar sera capable de mettre en place un Etat de droit responsable, compétente et fiable, d’assurer son développement dans le respect des accords et des relations internationaux (respect mutuel) alors tous ces micro-problèmes fantaisistes se résoudront d’eux-mêmes !!!

      La France pourrait même remettre gracieusement les Iles Eparses à Madagascar (certains en prendront un coup dur à leur amour-propre !) comme l’avait si bien écrit un internaute dans un autre sujet !!!

      Malheureusement, cela fait près de 30 ans que nous essayons de mettre en place cet Etat de droit ...

    • 23 mai 2014 à 10:37 | tgvsokatra (#2274) répond à iarivo

      Hery RAJAONARIMAMPIANINA : Champion de l’esquive mais attention dans certains règles des arts martiaux, si l’on s’abstienne à attaquer ==> FAUTE
      Peut être que Le point commun de Ratsiraka, RAVALO Et Andry est d’avoir de pures chimères comme Don quichotte mais c’est le moins qu’on puisse faire pour éviter de se ranger dans la classe de DADABE Tsiranana et DADA ZAFY......

  • 18 mai 2014 à 19:38 | iarivo (#5822)

    Nous voulons, ou plutôt certains voudraient se focaliser sur des problèmes de soi-disant de souveraineté nationale sur les "Iles Eparses", entre autres, tout simplement parce que ces dernières auraient une situation stratégique importante ou parce qu’elles auraient potentiellement d’importantes richesses naturelles dans le sous-sol de son plateau continental ...

    Nous entrons pourtant à grande vitesse dans la mondialisation et l’interdépendance, les frontières vont progressivement disparaître pour laisser place à un total libre échange des marchandises et des personnes.

    L’Union Européenne en est une première étape et qui a donné exemple en Afrique avec l’Union Africaine, le COMESA, ...

    Ce ne sera qu’un juste retour des choses car la planète Terre et tout ce qui la compose naturellement (sur le sol, dans le sous-sol et dans les airs) appartiennent à l’humanité toute entière, OU MIEUX ENCORE, n’appartiennent à personne mais qu’il revient à cette même humanité de la gérer au mieux, à bon escient pour que tout les fruits qui en ressortiront profite à tout le monde (peuple ou individu) de façon équitable.

    Ainsi les richesses ressources naturelles qui seraient présente dans le sous-sol de Madagascar (et donc des Iles Eparses) n’appartiennent pas à ceux qui habite au-dessus (ce ne sont pas les malagasy qui les ont créés !) autant que le pétrole et le gaz naturel qui se trouve dans le sous-sol des pays du Golf du Mexique, du Moyen-Orient ou de la péninsule arabique n’appartient pas aux Etats ou aux habitants de ces régions.

    Si elles ne sont pour le moment que le résultat des pillages des temps passés, le butin accumulé au profit du pays, du peuple ou du clan le plus fort après multiples guerres, massacres et génocides, un jour elles seront nécessairement géré et exploité collectivement si nous ne voulons pas voir la renaissance des conquêtes coloniales et impérialistes.

  • 19 mai 2014 à 01:50 | Radepy (#7163)

    Gouverner un territoire aussi vaste et désorganisé comme Madagascar n’est pas une chose facile.

  • 19 mai 2014 à 18:38 | Scipion3926 (#6636)

    Ce problème ne sera toujours pas résolu lors de l’arrivée prochaine au pouvoir de l’équipe Le Pen. Je doute que la cogestion franco-malgache soit encore à l’ordre du jour du Front national.
    Je vais demander a la direction du Front national d’exprimer sur ce forum leur vision concernant les questions qui fachent. A savoir
    1 - le devenir des îles éparses
    2 - la libre consultation des archives civiles et militaires concernant la "Rebellion de 1947" ainsi que celles de l’armée et de l’administration coloniale
    3 - l’accession des Saint-Marien à la nationalité française
    4 - la coopération européenne, bilatérale et décentralisée avec Madagascar

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS