Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 septembre 2018
Antananarivo | 20h17
 

Politique

Parlement

Le premier ministre défend le projet des lois électorales

vendredi 23 mars | Ny Aina Rahaga

Les projets de lois relatives aux prochaines élections ont réellement du mal à faire l’unanimité auprès des députés de l’Assemblée Nationale. Résultant même au report du vote desdites lois réclamé par les députés pro-régime. Le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana s’est permis de défendre ces projets de lois en dehors de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale.

Selon le premier ministre, l’élaboration de ces projets de lois ont été élaboré de la manière la plus inclusive possible. Plusieurs consultations avaient été entamées auprès des partis politiques et des organisations de la société civile avant que le comité interministériel et le gouvernement ne s’occupent de sa rédaction et des corrections qui ont été apportées aux projets de lois.

Toujours est-il selon Olivier Mahafaly qu’en ce qui concerne le projet de loi portant régime générale des élections et référendums, seuls quelques points ont été modifiés afin d’améliorer au possible le code électoral malgache. 80% du contenu du projet de lois discuté à l’Assemblée Nationale résulterait de l’ancien code électoral de 2012. Les nouvelles dispositions concerneraient essentiellement du financement des partis aux élections, le bulletin unique et le rôle prépondérant accordé à la Commission Eléctorale Nationale Indépendante (CENI). A titre d’exemple, il a cité l’article 35 du code électoral de 2012 qui prévoit que la convocation des électeurs se fait 90 jours au moins avant la date des élections, sans faire aucune mention à une quelconque commission électorale. Aussi, ce dernier s’interroge sur le pourquoi des agitations de l’Assemblée Nationale, alors que des dispositions moins démocratiques dans le code de 2012 n’avait fait réagir personne.

Contrainte de temps

Le gouvernement se heurterait à un impératif temps des plus pressants, selon toujours Olivier Mahafaly. Que ce soit au niveau de l’organisation des élections, ou pour les élections proprement dites. Sans le code électoral, le processus ne pourra pas avancer d’un iota, déclare le premier ministre. La CENI devra encore élaborer le calendrier électoral pour le soumettre au gouvernement et les électeurs doivent être convoqués. Sur les élections proprement dites, le timing imparti par la Constitution sur la tenue des élections n’est pas non plus facile. La collecte des résultats du premier tour n’est pas une chose aisée étant donné le territoire malgache. L’organisation du second tour dépendra pourtant de ces résultats. D’où l’initiative de la possible utilisation des bulletins individuels au second tour, a précisé le premier ministre. L’impression des bulletins uniques n’étant pas réalisable à Madagascar, ils doivent être commandé en Afrique du Sud. Ce qui n’est pas le cas des bulletins individuels. Selon le premier ministre donc, les députés de l’Assemblée Nationale devraient trouver le moyen de voter au plus vite ces projets de lois.

Olivier Mahafaly a ensuite répliqué à l’opposition suite à la déclaration de celle-ci en déclarant qu’il n’y a aucune victoire ni défaite dans le report du vote de ces lois, car la victoire serait pour l’Assemblée nationale de sortir un texte qui assurera des élections crédibles et une période post-électorale stable.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 23 mars à 09:17 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Vraiment ce PM veut faire voter tout ou rien sur ce projet de loi alors qu’il aurait dû privilégier le côté technique voire juridique de ce projet de loi au lieu de se cantonner à la politique politicienne précipitée.

    • 23 mars à 09:26 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le mot de la fin doit appartenir à la CENI, organe en charge et responsable de la bonne tenue voire de la crédibilité de nos élections mais pas au gouvernement : Les députés et les sénats doivent se référer à la CENI (au nom de son indépendance) avant le vote éventuel de ce projet de loi.

    • 23 mars à 09:30 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Lire... les sénateurs...

  • 23 mars à 09:46 | ravony zoely (#10111)

    Mijabaka Rafanjakana !
    Minia mandika ny lalam-panorenana .
    Tsisy ilàna CENI intsony izany rehefa lany io fa dia ny gouvernemanta sy ny fitondràna no mitantana sy mamolavola ny fifidianana mba hangalàrany !
    Miverina any amin’ny 25 taona efa lasa ianao PM !!!!

  • 23 mars à 11:39 | Tax boom (#10141)

    D inn tsony moa zany no hilana ny CENI rah toa ka holaniana io fehezan-dalàna io satria dia ny Governemanta hitsabaka anaty fikarakarana ny fifidianana

  • 23 mars à 11:45 | Isandra (#7070)

    « 80% du contenu du projet de lois discuté à l’Assemblée Nationale résulterait de l’ancien code électoral de 2012. »

    Ce PM se moque de gens, la modification des 20 articles sur cent, mais majeurs suffit pour que le principe démocratique perde son sens sur un code électoral,...

    « A titre d’exemple, il a cité l’article 35 du code électoral de 2012 qui prévoit que la convocation des électeurs se fait 90 jours au moins avant la date des élections, sans faire aucune mention à une quelconque commission électorale ».

    Quelle mauvaise fois de la part de Mahafaly, nous savons tous que le gouvernement de cette époque n’a fait que validé le calendrier électoral proposé par la CENI de cette époque dont la présidente Béatrice, bien qu’ils ne soient pas obligés, parce qu’ils sont démocrates,...

    Par contre, avec ce régime, il faut se méfier, tout doit clair et précis, car leur manière dont ils interprètent les articles de la constitution nous laisse croire qu’ils n’auront pas honte et n’hésiteront pas de les interpréter de travers en leur faveur.

    • 23 mars à 11:56 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Mahafaly ne connaît il pas ce proverbe Malagasy :

      « Fandio iray siny tsy mahaleo ny fandoto iray tandroka », « Une cruche d’eau pure est souillée par une cuillerée(corne) d’eau sale ».

      Donc, il suffit que 20% soient mauvais pour salir les restes,...

  • 23 mars à 12:26 | Jipo (#4988)

    Il a l’ air bien fatigué notre PM, il serait temps qu’ il passe la main comme son tôlier honoris causa du ruban !
    Défendre les projets de lois c ’est bien, respecter ces dernières , c ’est : mieux ...

  • 23 mars à 12:59 | Solofo Jocelyn RAZAFINDRAKOTO (#10225)

    Inona no mahamaika ny praiministra hanao amboletra hampandany io code électoral io ?Sa io no mety hanilihana ny mpifaninana ?

  • 23 mars à 13:12 | Isandra (#7070)

    Mahazo mivazavaza arak’izay tiany i Mahafaly, fa ity aloha ny ahiahy tsy havanana ampetrak’ingahy Jeannot R nationaly,... :

    http://www.madagate.org/monde-malgache/communaute-malagasy/6717-fitondrana-hvm-mbola-hamerina-ny-zava-doza-tokony-tsy-hiverina-intsony.html

    Fotoana tokoa izao hananantsika mpitondra mitsinjo marina ny taranaka amam-para, fa tsy ny sezany sy ny harenany anio ihany. Iza no manan-tsafidy ny amin’izany, isika izay mipetraka eto Madagasikara, tsy afaka hiatehatra amin’ireo vahiny isika sy ireto Andafy be vava sy be fanakianana, nefa rizareo aza mitsoaka any alavitra any.

  • 23 mars à 14:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Sur ce projet de loi, la relation entre les parties prenantes suivantes doit être clarifiée, en d’autres termes qui ont fait/font quoi dans ce projet de loi ?

    - La CENI au nom de son indépendance.
    - Le pouvoir exécutif à travers le conseil de gouvernement et de ministre.
    - Le pouvoir législatif représenté par l’Assemblée Nationale et le Sénat.

    Ce projet devait-il venir de la CENI ? Et vient-il de la CENI ?
    A-t-il été concocté par l’exécutif seulement ? C’est peut-être le cas dans l’état actuel de ce projet.
    Cette pratique est-elle conforme aux textes en vigueur ? Que fera la HCC ?
    Qui doit expliquer la teneur du texte à l’Assemblée Nationale et au Sénat : la CENI ou le gouvernement ?
    Dans notre situation actuelle, on dirait que la CENI n’ait point été consulté ni par l’exécutif sur les modifications apportées ni par le législatif sur sa faisabilité par rapport aux critères exigés (indépendance - inclusivité - budget alloué, etc..).

    • 23 mars à 14:27 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Concernant le bulletin de vote ( unique ou individuel), qui va le payer ? La CENI, le GOUVERNEMENT ou les candidats ?

  • 23 mars à 14:33 | Mihaino (#1437)

    Les députés sont convoqués ce jour pour une autre session extraordinaire pendant 12 jours encore !!
    Ce laps de temps suffit LARGEMENT pour étudier , amender cette loi organique !Tout ce cirque de va et vient suffit Mrs & Mmes les députés . Le Peuple vous a élus pour LIRE , comprendre les projets de loi du gouvernement . Peu importe si vous êtes pour ou contre l’Exécutif actuel car tous les électeurs , les candidats déclarés ou potentiels attendent avec impatience les vraies règles du jeu et le calendrier électoral .Que cette loi soit votée avec tous les amendements nécessaires !Point barre , dixit feu Basile .
    Les compatriotes savent que vous portez le titre de Représentant national , Député de Madagascar sur votre carte de visite donc , soyez dignes de cet honneur au lieu de discutailler sans cesse !Le monde entier nous observe et défendez vos convictions au lieu d’attendre les fameuses mallettes ou toute autre forme de corruption , d’intimidation , de pression !N’oubliez pas de vous laver et de vous parfumer pour bien aérer et pour donner une ambiance sereine et apaisée dans cet hémicycle !
    Bon courage !

  • 23 mars à 15:30 | diego (#531)

    Bonjour,

    La CENI n’a rien à faire dans l’organisation des élections. L’Executif propose et les Parlementaires votent. C’est de cette manière qu’un pays, n’importe lequel, fonctionne et doit être gouverné !

    Madagascar a tout. C’est un pays qui a tous les pouvoirs bien en place, Exécutif, Législatif et Judiciaire. Il n’y a aucune raison que les processus et les Lois électoraux ne soient pas en place et que les partis politiques et leurs leaders et les candidats les connaissent parfaitement bien.

    La chose la plus importante, ce que les processus et les lois sont bien compris par les partis et les candidats. Les résultats seraient donc incontestables, de facto les futurs élus seraient légitimes.

    En résumer, il faut arriver à voter des lois et avoir des processus en place ! Si les pouvoirs Exécutif, Législatif et Judiciaire n’y arrivent pas, il y a bien des manœuvres politiques pour marginaliser le peuple et voler en fait le pouvoir :

    - c’est un manœuvre politique qui consiste à priver les électrices et électeurs de s’exprimer sur l’avenir du pays.

    • 23 mars à 20:13 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Salut Diego ,
      Soyez réaliste maintenant car nous étions nombreux à critiquer la CENI , imposée et importée d’ailleurs depuis 2013 . Feu Basile , si vous vous en souvenez , n’avait de cesse de la critiquer et avait toujours soutenu qu’il appartenait au Ministère de l’Intérieur d’organiser toutes les élections de A à Z.
      Espérons que la CENI , indépendante , semble-t-il, assumera ses vrais rôles de A à Z et annoncera les résultats acceptés par tous, sans trop de réclamations !! Voeux pieux de ma part évidemment .

  • 23 mars à 16:23 | LOVAXEL (#10217)

    Bonjour
    qui a dit qu’il y aura un second tour ?

  • 23 mars à 16:26 | LOVAXEL (#10217)

    un constat
    je ne sais pas si le PM est fatigué
    une chose est frappante, les apparatchiks et autres conseillers qui trônent derrière lui ne respirent pas la sérénité et la joie de vivre
    ou alors il prononce l’oraison funèbre de son gouvernement

  • 23 mars à 16:38 | Ibalitakely (#9342)

    Ka tsy maintsy ho atao anaty sikilaona io mba hanamora kokoa ny fangalarana, betsaka no toerana na faritra tsy ho tongan’ny biletà na ttsy hafa ilaina @ fifidiana dia « miasa ho anao ny fitondrana !! ».

  • 23 mars à 17:50 | diego (#531)

    Bonjour,

    Il n’y a que les Institutions de la République qui ont la légitimité de donner leurs avis sur le processus électoral et éventuellement suggérer quelques idées à L’Executif. Au final, l’Executif propose et le Législatif vote.

    Une fois que les lois sont votées, elles entrent en vigueur, c’est les Institutions judiciaires qui prendront la suite.

    Que les opposants soient contents ou mécontents s’il y avait vote, tout le monde devrait respecter les lois.

  • 23 mars à 20:20 | ratiarivelo (#131)

    Mba tongava saina @ny IZAY RY MALAGASY O ??? AOKA IZAY ??

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 218