Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 24 mai 2018
Antananarivo | 05h18
 

Société

Riz

Le ministère se veut rassurant

samedi 27 janvier | Ny Aina Rahaga

Sur les 2.600.000 Tonnes de riz dont nous avons besoin par an, la production n’a atteint que 2.041.000 Tonnes. Pour combler ce gap, le gouvernement a dû faire appel aux importateurs. En 2016, nous avions importé 250.000 Tonnes de riz, et en 2017, le volume total importé est de 570.000 Tonnes. Une quinzaine de semi-remorques chargés de 700 sacs de riz chacun, ravitaillent le marché d’Anosibe tous les jours. Les importations ont été effectuées deux mois avant la période de soudure. Malgré le passage du Cyclone Ava, cet approvisionnement n’a pas été interrompu. Grâce à ces importations massives et à un partenariat avec le secteur privé, les prix du riz ont connu généralement une certaine stabilité. Le Ministre du Commerce et de la Consommation a tenu à rassurer la population par rapport à la disponibilité du riz et par rapport aux actions de contrôles économiques qui suivent leurs cours. Il a insisté sur l’importance de la traçabilité du riz et a rappelé le contrôle sur les factures de vente à tous les niveaux. Les factures sont à présenter obligatoirement, pour retracer l’historique des prix depuis es importateurs jusqu’aux détaillants, en passant par les grossistes. Sur la base du différentiel de prix réalisé en interne, le Kapoaka ne devrait pas dépasser 460 Ariary à Antananarivo et ses environs. Ce prix inclut déjà la marge bénéficiaire des détaillants. Pour ce qui est du riz local, qui reste la préférence du consommateur malgache, son coût de production élevé se répercute sur son prix. La population augmente en nombre, la consommation augmente en quantité, les rizières ont cependant les mêmes surfaces, et les paysans producteurs utilisent encore les moyens traditionnels. Nous devons augmenter notre capacité de production, il est important de mécaniser notre agriculture. Si nous parvenons à produire 30% de plus, nous ne serions plus obligés d’importer du riz, et donc de faire sortir nos devises. En effet, les importations de riz ne représentent que 10 à 20% de la consommation générale. L’autosuffisance alimentaire est l’idéal. Les barrages agricoles, l’accès aux semences pour les producteurs sont tous autant de moyens mis en œuvre par le gouvernement afin d’augmenter la production locale.

17 commentaires

Vos commentaires

  • 27 janvier à 13:29 | chilpéric (#10125)

    quelle honte ! encore un disciple de j Goebbels ! plus le mensonge est gros plus facilement les gens l’avaleront sans réfléchir !

  • 27 janvier à 14:06 | NTMO (#10005)

    En effet c’est le pire score de toute l’histoire de Madagascar ! 570 000 tonnes d’importation !! Jamais vu !
    De juteux contrats pour les nantis, du découragement pour les riziculteurs Malagasy qui subissent une concurrence déloyale.
    Tout cela reste en effet très rassurant...
    Je ne félicite pas le rédacteur de cet article, la dernière phrase étant affligeante car si on importe autant de riz, c’est bien parce que les efforts du gouvernement sont inexistants !

  • 27 janvier à 16:31 | LeFou (#10163)

    Le rendement moyen de vos rizières ( 2 à 2, 5 tonnes / ha) est très faible, des pays jadis plus pauvres que Madagascar sont maintenant à 6 voire 7 tonnes / ha comme par exemple le Vietnam. Madagascar n’est pas victime de la mondialisation mais d’en rester à l’écart...

    • 27 janvier à 17:52 | NTMO (#10005) répond à LeFou

      Oui, et dire que c’est à Madagascar qu’a été découvert et mis au point le système de riziculture intensive qui permet même des rendements supérieurs à ceux que vous citez. En 30 ans, le taux d’adoption reste minable et en dessous de 2%...
      Sur des parcelles que je suivais, on faisait tous les ans du 19 tonnes à l’hectare.
      Et ça fera plaisir à Isandra, c’etait à Soatanana.

  • 27 janvier à 17:38 | Vohitra (#7654)

    Pour résorber progressivement le déficit de la production rizicole à Madagascar, il faudra aussi promouvoir la riziculture pluviale sur tanety, c’est à dire les sols colluvionnaires et les sols ferralitiques à pente faible et moyenne mais en adoptant des techniques biologiques appropriées afin de conserver les couches arables.

    A Madagascar, depuis longtemps, les appuis techniques alloués et les stratégies de vulgarisation sont pour la plupart concentrées sur la riziculture de bas-fond. Cette dernière est non seulement dépendant d’un niveau de maîtrise d’eau adéquate mais aussi coûteuse en terme de temps de travaux et d’intrants ; Avec la riziculture pluviale, il n’y a pas de risque d’inondation et on pourra aussi pratiquer l’association culturale afin de mieux valoriser l’espace, permettant ainsi de diversifier les sources de revenu à l’échelle familiale.

    Mais chez nous, il y a une préférence pour la promotion de la riziculture de bas-fond car la construction de barrage et réseaux hydro-agricole permet aux bureaux d’étude et entreprise ayant des liens avec les initiés de s’enrichir

  • 27 janvier à 18:13 | olivier2 (#9829)

    Bonsoir Vohitra.

    De mon humble avis, la production rizicole à Madagascar est en baisse constante pour les raisons suivantes :

    1) le Socialo-communiste Ratsiraka a cassé l’héritage laissé par les colons et leurs successeurs , les « coopérants frantsay » : en effet, apres l’indépendance, rien n’empechait les malagasy de récupérer l’existant, de l’entretenir, et surtout de l’améliorer.
    Il n’en Fut rien.

    Au contraire, de l’héritage colonial , il ne reste maintenant que des bâtiments fantomes, des concessions laissées plus ou moins à l’abandon..mais évidemment titrées et bornées au nom d’anciens AREMA...CELA , il faudra en REPARLER...

    Oui, pendant pres de 20 ans, de fiers Malagasy , avec le talent qui les caracterisent, ont RUINE totalement ce pays...sans l’aide de la francafrik...
    Ce fut un choix plus ou moins collectifs, mais il faut l’assumer publiquement ;

    Leurs enfants ont été formé en URSS, à Cuba..d’autres en France ou en Angleterre..

    2) apres la defaite de ratsiraka en 91...et jusqu’à nos jours..chose étonnante..
    Aucun président Malagasy, fusse t il le sauveur ou le Messi...n’a jamais :

    - permis l’acces au foncier au paysans : les terres nationalisées, parmi les meilleurs, on SYSTEMATIQUEMENT été réservées aux apparatchiks...Et Ra8 ne fait pas exception à la règle ! SI SI !
    - Développé la riziculture, comme PRIORITE D’ETAT...sachant que le malagasy est quand même LE premier consommateur de riz dans le monde...c’est dire le NIVEAU EXCEPTIONNEL de tous les présidents qui se sont succédés..non ?

    Pour développer la Riziculture, les malagasy n’ont pas besoin des vazah ou des ONG comme la GTZ...

    Ils ont besoin de se regrouper en COOPERATIVES pour s’entre aider, comme le font d’autres paysans Africains...par exemple pour acquérir de manière collective un Tracteur..

    Une fois regroupés, ils auront un pouvoir pour mieux travailler, et imposer leurs vues...

    Pourquoi ne l’ont il pas fait jusqu’à ce jour ?

    A vous de me le dire..

     :)

    • 27 janvier à 18:35 | chilpéric (#10125) répond à olivier2

      J’aime bien les questions rhétoriques... mais vous connaissez très bien la réponse à vos interrogations ! Vous manquez d’audace comme toujours ! Peur d’offenser vos amis qui vous passent la brosse à reluire sur ce forum ?

    • 27 janvier à 21:39 | Vohitra (#7654) répond à olivier2

      Bonsoir l’ami,

      La baisse continuelle de la production rizicole à Madagascar peut être résumée à quatre facteurs majeurs :

      - l’insuffisance d’investissement en matière de gestion de la fertilité des rizières au niveau des exploitations agricoles ( apport de matière organique et amendement)
      - faible maîtrise de l’eau et insuffisance voire absence même de protection des bassins versants environnants (ensablement continuel des bas fond)
      - la dégénération et la faible performance des variétés utilisées
      - le coût élevé des main d’œuvres nécessaires à l’unité de surface pour des raisons diverses liées à l’économie de l’exploitation (i.e incapacité à faire l’acquisition de petite mécanisation...)

      Ce que je viens de citer est uniquement vu sous l’angle de la technique de production ; mais d’autres facteurs liés au marché et à d’autres paramètres infrastructurels entrent aussi en ligne de compte.

      Pour cette fois, il faut l’admettre, l’Amiral n’en est pas ni le principal ni l’unique responsable ; au contraire, j’apprécie plutôt les actions engagées du temps de Ratsiraka Didier dans la valorisation et investissement dans les périmètres rizicoles du Somalac (Ambatondrazaka) et de la Fifabe (Marovoay), mais faute d’entretien de la part des régimes successifs, les réseaux avaient fini par péricliter.

    • 28 janvier à 08:38 | el che (#344) répond à olivier2

      Bonjour Olivier,
      Je ne suis pas partisan de Ratsiraka, mais je puis vous affirmer que celui avait un programme, hélas a avorté pour divers raisons longues à expliquer. Mais il a écrit un livre intitulé « Revolution agraire à Madagascar » dans lequel il expose la situation Synthétique de l’île, en y apportant des solutions permettent d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.
      Ces écrits sont encore d’actualité aujourd’hui, même si on doit tenir compte de l"évolution exponentielle de la population, ainsi que des nouvelles techniques de production agricoles et animalières

    • 28 janvier à 15:57 | chilpéric (#10125) répond à olivier2

      Tout d’un coup, depuis quelques jours, plusieurs intervenants (et non des moindres... comme Olivier2) ont « découvert au détour du chemin« que le futur de Madagascar passait par une politique agricole volontariste ! .... Allélouia ! Il faut fêter ça même si on peut parier gros que cette »reconnaissance" tardive n’aura absolument aucun impact sur la réalité !

      Redescendons sur terre si vous voulez bien ! L’élection ne se jouera PAS sur MT-machinchose ni sur les réseaux sociaux ! Elle se jouera à coup de millions de T-shirts et de casquettes de base-ball frappés de slogans débiles et des portraits des principaux concurrents, et de déhanchements imbibés de rhum au son du dernier « tube » gasy ... tout le monde le sait et surtout .... tout le monde l’accepte , « fihavanana » oblige ! !

      Soyons lucides ! Ce forum et les échanges qui l’animent n’auront absolument aucune incidence sur le résultat de la prochaine élection !

      Comme le dit ma fille bien-aimée, « La vie n’est pas un jeu ! » .....et pourtant ....

  • 27 janvier à 18:53 | olivier2 (#9829)

    LOL

    Paulo..

    Je vous aime bien, et vous le savez..

    J’ai essayé de faire le « médiateur de bistrot », mais vous vous êtes entêté..

    Pour des raisons d’ego...je le comprends..
    Je ne suis pas un exemple à suivre en la matière !

    Mais vous êtes un sacré K... de ne pas reconnaitre que les gens dont nous parlons ici MERITENT le respect.

    Pensez vous sérieusement que vous allez rencontrer des personnes dotées d’un esprit critique fiable et de bonne foi par paquets de 100 ici ?

    Pensez « macron » paulo...et « ouvrez » à gauche..

    LOL

    • 28 janvier à 13:31 | kartell (#8302) répond à olivier2

      Marco Polo aurait été le pionnier de la route de la soie, mais, hier, « Macron Polo » à Davos, « le Macropoléon » avait chanté, avec une certaine allégresse, l’autoroute du gagnant/gagnant, le nouveau bonneteau du libéralisme qui devrait, à l’en croire, être la nouvelle bible du continent africain, en autre !….
      Chez nous, nos toujours, amis, chinois ont promis leur route de l’« entre-soi » avec le réaménagement du port et l’autoroute de l’émergence et du bonheur retrouvé, clé en mains, inutile d’imaginer la fierté nationale d’être associée à de tels projets gargantuesques que notre nouveau maître a bien voulu imaginer pour nous !…
      Nous tenons, de la sorte, cette émergence comme notre nouvelle bible dont tout le monde parle en s’enflammant, même nos pyromanes attitrés organisent, désormais, de grandes sauteries pour immortaliser ces instants de communion pour un avenir meilleur, voir radieux, comme s’ils étaient les seuls, à y penser !….
      On pourrait presque croire que les prochaine élections seront un mal pour un bien sauf que le monde tourne tandis que nous palabrons, de plus belle !….
      Le chantre de la cuisine française vient de s’éteindre, le polygame, maître queux, international, laisse trois veuves mais on est loin du bal tragique à Collombey, qui avait fait qu’un mort !…..
      Apprenons à relativiser !…..
      Bon dimanche.

  • 28 janvier à 13:21 | olivier2 (#9829)

    Bonjour Ché

    Merci de votre post.

    Je suis personnellement très intéressé de lire les « raisons longues à expliquer », car il me semble que les raisons que vous évoquez, sans toutefois les exposer, sont justement parties prenantes dans l’échec perpetuel malagasy..

    Ratsiraka a t il echoué à faire de son pays , un paradis socialise et « ecologique » à cause de la francafric ?
    J’en doute ..Mais personne ne l’avoue..Pire , tout le monde fait l’autruche !
    S’est il fait passer pour un sauveur, alors que lui et ses amis ont petit à petit bâti une dictature communiste ?
    Probablement..Mais personne ne l’avoue..

    Effectivement, Ratsiraka a écrit un joli livre, qu’il a fait entrer par la force dans toutes les têtes de tous les enfants malagasy …

    Tous ensemble, regardons et interprétons les STATISTIQUES concernant la production rizicole Malagasy depuis 1960...
    Que disent elles ces statistiques ?...Rien de bon...
    Les « belles idees » de Ratsiraka se sont transformées sur le terrain en CATASTROPHE..

    Et tous ensemble reconnaisons que les belles paroles n’ont pas été suivies d’effets.
    PIRE, l’heritage colonial a été détruit ou vampirisé par des Aparachiks..

    Oui je sais j’enfonce une porte ouverte...

    Et pourtant elle n’est pas si ouverte pour tout le monde..car à la veille d’une élection bidonnée, les malagasy font fi du passé pour se lancer dans une soit disant campagne électorale...dont l’issue sera probablement une CRISE..

    Le probleme des malagasy, cher Ché, n’est pas d’avoir de beaux livres ou de beaux programmes pour faire ensuite semblant de les respecter...

    Le problème des malagasy c’est qu’ils qu’il font trop souvent semblant..qu’ils ne travaillent pas assez, qu’il ne savent pas se regrouper tout en respectant leur parole...

    Bon dimanche

     :)

  • 28 janvier à 16:23 | olivier2 (#9829)

    Bonjour Vohitra

    Vous avez résumé votre « POURQUOI » de la baisse continuelle de production Rizicole.
    Selon vous, 4 points sont à prende en compte, d’un point de vue purement technique :

    1) l’insuffisance d’investissement en matière de gestion de la fertilité des rizières
    2) faible maîtrise de l’eau et insuffisance voire absence même de protection des bassins versants environnants (ensablement continuel des bas fond)
    3) la dégénération et la faible performance des variétés utilisées
    - 4) le coût élevé des main d’œuvres nécessaires à l’unité de surface pour des raisons diverses liées à l’économie de l’exploitation (i.e incapacité à faire l’acquisition de petite mécanisation...)

    Alors je me demande Pourquoi , le grand Ratsiraka et ses successeurs, n’ont ils pas su répondre d’une maniere satisfaisante à ces 4 POINTS cités par vous ?

    Selon vous, en tant que riziculteur, qu’est ce qui a empeché vos présidents successifs de répondre au 4 points essentiels que vous avec vous même mentionnés ?

    Sur la terre de mes ancetres à moi, on pratique l’agriculture depuis tres longtemps..

    L’un des mes grands pères, agriculteur de son état, a passé sa vie à travailler la terre, 16h par jour et 7jours sur 7..
    Il se retournerait aujourd’hui dans sa tombe en voyant les GAINS honteusement acquis par de pseudo agriculteurs malagasy qui vendent leur vanille immature et mal préparée à USD 600/Kg..

    Ou est l’injustice dans cette histoire ?

    Dans le fait que la vanille fut « introduite sur un plateau d’argent » ?
    Dans le fait qu’un agriculteur francais travaille , encore aujourd’hui, beaucoup plus qu’un agriculteur malagasy ?

    Mais revenons à vos 4 vérités :

    1.qui vous empeche, vous producteurs de riz, d’investir ensemble dans la gestion de la fertilité ?
    Pourquoi ne le faites vous pas ensemble ?
    C’est un mystere incomprehensible.

    2.qui vous empeche de collectivement maitriser l’eau ?
    La sagesse ancestrale inhérente à votre société devrait théoriquement permettre des investissements communs : pourquoi ne pas le faire ?

    3. qui empeche les ingenieurs agronomes malagasy de vous guider quant aux variétés à utiliser ?
    Le FOFIFA n’est t il pas là pour vous aider et vous accompagner ?

    4. « le coup élevé de la main d’oeuvre » : alors là je ne vous suis plus..
    Je ne comprends plus..
    Voulez vous dire que produire du riz à madagascar coute plus cher qu’en ASIE ?

    Bon WE

  • 28 janvier à 16:49 | olivier2 (#9829)

    @Kartell

    Macron, le premier President porteur d’espoirs depuis des lustres..
    Est en train de se débrouiller comme un CHEF..
    Macron sait que la Chine est puissante, et sait faire profile bas, espérant un relation privilégiée.
    Macron est intelligent, et il représente au MIEUX son pays .

    Je suis , à titre personnel, extrêment satisfait de ses actions et décisions...
    Il y a bien longtemps que je n’avais pas ressenti ce sentiment..
    Bocuse est mort..à 93 ans ! Comme quoi le beurre...

    Ma crainte ? Que Macron intervienne dans l’élection malagasy..
    Laissons david douillet devenir le futur ennemi des pro Ra8..

    David Douillet : MDR – XPTDR !

     :)

    • 28 janvier à 19:36 | kartell (#8302) répond à olivier2

      Méfions-nous, tout de même, d’un cocorico trop triomphal, même si son prédécesseur était plus proche du chapon que du coq de combat, aux ergots libéraux comme ce nouveau cru français, le moindre sommelier vous dirait , toutefois, d’atteindre, un peu, avant de croire déguster un grand millésime ! ….
      Il y aura forcément quelques connexions pour cette élection même si la francafrique n’est plus ce qu’elle était, il subsiste encore quelques scories résiduelles, d’ailleurs, le seul fait qu’un candidat ait organisé un rassemblement de soutien, à Paris, en dit long sur le sujet …..
      Les européens se méfient davantage de la Chine que nos hommes politiques pour qui, le gagnant-gagnant est notre émergence absolue !….
      Effectivement, ce Bocuse était le pape de la gastronomie française, au pays de la Mecque du bien-manger !….
      Bonne pioche pour notre ami, candidat président, car avec le choix, de ce maître absolu de la pièce jaune, il tient là, l’un des rares spécialistes de l’humanitaire populeux, notre adonis a, visiblement, tapé à la bonne porte mais souhaitons plus d’avenir à Douillet qu’Arfa en a eu, chez nous !….
      Nous sommes sur la bonne voie, montante ou descendante ?….

  • 30 janvier à 21:06 | SNUTILE (#1543)

    Des anciens du secteur riziculture parle de donner à chaque famille un hectare de terre pour qu’elle puisse produire son riz et se nourrir d’elle même. Ce qui peut changer l’évolution sociale en même temps. Favoriser les échanges s’il y a complémentarité des produits de la culture.
    La culture intensive a été testée à la période Ratsiraka, avec les coopératives au modèle russe mais sa capacité de gestion équitable et éthique à échouer faute de l’équilibre démographique et autres paramètres d’ordre social, éducatif, culturel...

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 133