Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 8 août 2020
Antananarivo | 17h47
 

Environnement

Environnement

Le ministère intensifie la lutte contre les crimes environnementaux

mercredi 29 avril | Mandimbisoa R.

Les actions menées dans le cadre de la lutte contre les crimes environnementaux portent ses fruits. Le ministère de l’Environnement et du développement durable (MEDD) rapporte que plusieurs cas de crime ont été enregistrés la semaine dernière dans plusieurs régions. Ils ont été suivis d’arrestation pour la plupart. Un responsable d’un cas de trafic de bois précieux au niveau de l’aire protégée d’Andohahela, commune d’Ankaramena, région Anosy, a pu toutefois échapper aux mains de la justice.

Selon le rapport du ministère de l’Environnement, 65 battants et madriers de palissandres ont été saisis la semaine dernière. Ils étaient déposés au bord de la RN13 au niveau de la commune d’Ankaramena district de Taolagnaro. Le Maire d’Ankaramena a confirmé que les bois précieux proviennent de l’aire protégée d’Andohahela. Dans le district de Maevatanana, un homme a été appréhendé et inculpé pour avoir mis le feu sur une surface de 30 Ha. Il a voulu débroussaillé son champ de culture sans faire une barrière de feu, celui-ci s’est propagé et est devenu incontrôlable.

Ces actions de lutte contre les crimes environnementaux ont été réalisées grâce à une collaboration entre le MEDD et ses directions régionales avec les gestionnaires d’aires protégées, les Organisations non-gouvernementales (ONG), les associations, les Vondron’Olona Ifotony (VOI), les forces de défense et de sécurité et les communautés. Une collaboration que le ministère prévoit de renforcer. Ce projet d’intensifier la lutte contre les crimes environnementaux ne s’arrêterait pas seulement aux pénalisations, le MEDD indique que des solutions durables et à long terme pour diminuer le taux de criminalité environnementale sont en étude. Cela devrait se réaliser à plusieurs étapes : éducation environnementale et contrôle strict au niveau des aires protégées, formation pour les communautés concernant la gestion de l’eau et l’utilisation durable des terres.

« Dans le cadre de la promotion de l’économie verte, la recherche de moyen pour la création d’emplois et de circuit de production est en cours afin de permettre aux communautés locales de se détacher progressivement de la destruction des forêts pour survivre, estime le ministère de l’Environnement.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 29 avril à 14:08 | Turping (#1235)

    Même l’utilisation des charbons de bois considérés comme un acte légal fait partie du crime environnemental ,.Paradoxalement ,beaucoup de foyers malgaches utilisent les charbons de bois et les kitay pour faire cuire leurs repas .Donc ,la déforestation massive est une méthode inappropriée pour préserver l’environnemental . La bataille n’est pas encore gagnée quand la JIRAMA surtaxe les ménages ,alors que la solution ultime c’est l’énergie renouvelable pour produire de l’électricité à moindre coût .Pourquoi ne pas utiliser les plaques céramiques ou d’autres comme solution alternative ???Ce ne sera pour demain pour se projeter réellement vers l’émergence ???

  • 4 mai à 11:18 | bekily (#9403)

    depuis Tsiranana la lutte contre les feux de brousse a toujours (OFFICIELLEMENT ) lieu.
    Mais les gouvernements successifs ont toujours fermé les yeux
    Les chefs de village eux même , censés aider dans cette lutte , font partie ces gangs d’incendiaires ...
    Il y a un DEFICIT énorme de pédagogie dans la communication gouvernementale , de plus les écoles sont abandonnées depuis Ratsiraka :
    L’école le lieu privilégié de rééducation , sensbilisation culturelle
    Le mal est fait !!!!!!! les résultats sont maintenant terribles ;
    surpopulation et raréfaction des moyens ne se conjuguent pas !!!
    Vrai que la cuission se fait avec du charbon ou du kitay
    Mais pourquoi ne pas prendre l’exemple de l’Amérique du Sud qui utilise l’énergie solaire ??? depuis longtemps
    Energie solaire : renouvelavle et gratuite , avec des FOURS SOLAIRES ,
    le cout est approximativement de 200 euros , hors de portée des Malgaches pauvres :
    pourquoi ne pas stimuler la FABRICATION LOCALE DE FOURS SOLAIRES ???
    A vulgariser pour que le peuple puisse y avoir accès ???
    EX : Tsiranana en son temps a vulgarisé les radios cassettes ....malheureusement pour sa propagande personnelle ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS