Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 13 décembre 2019
Antananarivo | 07h56
 

Enseignement

Malaise à l’université de Toamasina

Le fils du député Mektoub kidnappé

vendredi 18 mai 2007 | Eugène R.

Le campus de l’université de Fianarantsoa n’est pas le seul à être actuellement un théâtre de conflit entre étudiants de differentes origines ethniques.

L’université de Barikadimy (Toamasina) n’est pas épargnée par le conflit inter-ethnique comme celui qui a opposé à l’université d’Andrainjato (Fianarantsoa) les étudiants originaires du « triangle du Nord » (Antsiranana, Toamasina et Mahajanga) à ceux du Sud-Est. Si à Andrainjato, le conflit a été déclenché par le tabassage d’un étudiant originaire du Sud-Est, à Barikadimy, il a débuté par un « kidnapping ». Le fils du député de Mananjary Mektoub Omar El Camille est la première victime. Etudiant en deuxième Année en Gestion, ce fils cadet d’un député de l’opposition originaire du Sud-Est a disparu depuis ce mercredi. Le député Mektoub Omar El Camille a été mis au courant de la nouvelle en pleine intervention ce mercredi à l’Assemblée nationale en tant que rapporteur de la commission « infrastructure ». L’élu de Mananjary a immédiatement quitté l’hémicycle pour s’informer davatange sur la disparition de son flis.

Sur fond de tension politique

Tout ceci se produit sur fond d’une tension politique qui est monté de plusieurs crans ces derniers jours dans le Grand Port. Ce lundi, le maire incarcéré Roland Ratsiraka a refusé de signer la lettre du ministère de l’Intérieur lui notifiant sur la prolongation de sa suspension. « Une troisième suspension n’est possible qu’avec la décision prise en Conseil des ministres », soutient le maire Roland Ratsiraka. De la prison d’Ambalatavoangy, le neveu de l’amiral Didier Ratsiraka revendique son retour à la mairie de Toamasina alors que son procès relatif au détournement de fonds affecté au ramassage des ordures n’a même pas commencé.

D’après nos sources, le président fondateur du parti Madagascar Tonga Saina (MTS) sera entendu devant la barre la semaine prochaine. Ce procès d’un candidat malheureux à la présidentielle du 03 décembre 2006 risque d’aggraver la tension politique dans la Capitale de Betsimisaraka. Une ville où les « Mpiavy » ne sont pas du tout sereins comme dans d’autres grandes villes dont Toliara et Antsiranana.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS