Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 22 mai 2019
Antananarivo | 03h49
 

Economie

Filière Vanille

Le calendrier de cueillette et l’insécurité au cœur d’un débat à Sambava

samedi 27 avril | Arena R.

Les principaux acteurs de la vanille se concertent à Sambava, région SAVA, dans le cadre de la plateforme régionale de concertation pour le pilotage de la filière, depuis hier. Le Premier ministre, Christian Ntsay et des membres du gouvernement ont honoré de leur présence la cérémonie d’ouverture officielle de cette conférence. A terme, cette rencontre devrait aboutir à une résolution compacte pour mieux organiser la filière qui, selon le chef du gouvernement est « un pilier du développement économique dont dépendent également plusieurs régions de l’île ».

La définition du calendrier de cueillette figure notamment parmi les principaux problèmes évoqués concernant cette filière. Les opérateurs eux demandent que la saison soit ouverte à partir du mois d’août. Mais les cultivateurs et les élus locaux souhaitent qu’elle le soit au mois de juillet au plus tard. D’ autant plus que cette filière pourrait être source d’une insécurité grave dans la région de SAVA.

Le Premier ministre a indiqué que la définition de cette date est très délicate et essentielle. Deux ministères sont concernés par son étude afin de garantir la bonne qualité des produits malgaches. Vous n’êtes pas sans savoir, dit-il, que le non respect de la qualité de la vanille peut avoir d’impacts négatifs sur le développement de l’économie de la région et de l’ensemble de l’île. Ainsi, nous devons faire attention sur l’établissement de ce calendrier, ajoute le chef du gouvernement.

Lors de son allocution, Christian Ntsay a également insisté sur l’importance de l’amélioration de la gestion de la filière. « La vanille est un produit de rente qui contribue à l’approvisionnement de la caisse de l’Etat et est une source de revenu pour beaucoup de travailleurs dans huit Régions, y comprise celle de la Sava ». Il faut dire que la Région Sava tient un rôle important dans le secteur, avance-t-il, et c’est dans cette optique que l’atelier a tenu lieu, où plusieurs points clés concernant la filière vanille passaient en revue.

En ce qui concerne les vols de vanille, le chef de la délégation gouvernementale présente a instruit une nouvelle méthode de travail qui misera sur l’éradication de ce trafic. Il s’agit du « Traitement en temps réel », tant au niveau de la gendarmerie, de la police nationale, qu’au niveau ministère de la Justice. Cette méthode implique que désormais, des autorisations de délégations de pouvoirs entre des agents de la Justice et des agents de la police nationale, en cas d’absence de représentants de la Justice, doivent se faire pour faciliter les arrestations.

« L’application de cette méthode revient à mettre en place une réforme pour la sécurisation et le contrôle permanent de la filière vanille, incluant ainsi l’identification des lieux de collecte et des noms des collecteurs, le renouvellement des cartes de planteur, de préparateur, et d’exportateur, aux fins de la traçabilité des produits », explique Christian Ntsay. La gestion de ces cartes sera confiée à un centre spécialisé.

Ainsi, les ministères de l’Agriculture et du Commerce seront-ils en charge de créer des bases de données pour la gestion de la vanille et pour la professionnalisation des opérateurs du secteur, de façon à maîtriser les innombrables petits opérateurs non identifiés qui promeuvent malencontreusement le secteur informel.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 27 avril à 14:00 | Jipo (#4988)

    Primo de quoi se mêle le gouvernement ?
    Les exploitants de cette filière sont les mieux placés pour savoir quand récolter leurs produits que n’ importe qui d’ autre .
    Il suffit de répertorier les cultivateurs, et la quantité de leur production, avec relevé d’ identité systématique, pour mettre fin à cette mascarade !
    Pourquoi pas comme les zébus pucer chaque gousse pendant que vous y etes ?
    Secundo le gouvernement n’ a-t-il rien d’ autre à faire que perdre du temps à savoir à quelle date récolter ???
    Qu’ il s’ occupe de recenser les cultivateurs via les coopératives et les protéger pendant la période de récolte à maturité ./ comme dirait l’ autre .

    • 29 avril à 14:39 | NTMO (#10005) répond à Jipo

      Vous vous trompez Jipo.
      La filière vanille est un joyau de ce pays et c’est une des principales sources de devises.
      Elle est malmenée depuis quelques années par des opérateurs mafieux et des autorités complices. La qualité de la vanille Malagasy est en chute libre.
      Le fait que ce soit le PM en personne qui s’occupe du sujet est un bon signe. La régulation d’une filière aussi sensible doit bien être menée par une politique d’état qui protège des dérives et qui recadre les autorités locales.
      Et, contrairement à ce que vous semblez ne pas savoir, la date de cueillette est parmi les points les plus importants de cette politique de filière.
      Pour une fois qu’une réunion est importante, pourvu qu’elle se traduise en action car la filière en a bien besoin.

  • 29 avril à 07:24 | râleur (#3702)

    bienvenue au pays des ateliers, séminaires, fora, débats, discussions, blablas,.....

    pour ce qui est de "faire", il faut attendre

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS