Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 28 mai 2022
Antananarivo | 22h50
 

Culturel

Davy Sicard en concert à Madagascar

Le bonheur sur scène lors de ce rendez-vous

vendredi 19 octobre 2007
Un réunionnais d’origine malgache.

Davy Sicard, ce miraculé sera bientôt en concert à Madagascar. A 34 ans, après avoir partagé la scène avec Ayo et ismael Lo tout récemment ainsi que tête d’affiche de « Sakifo » de La Réunion, il sera en concert à Madagascar le vendredi 26 Octobre prochain.

Ce Réunionnais, né à Colombes en banlieue parisienne, d’un père malgache et d’une mère réunionnaise, semble être spécialiste du hasard.

Au début des années 1980, le cyclone Hyacinthe détruit une partie de l’île de la Réunion. La famille Sicard doit déménager. Dans leur nouveau domicile, le père de Davy répète pour l’orchestre du bal. « j’étais plus sensible aux mélodies jouées par mon père que je ne l’imaginais. Je suis ainsi parvenu à jouer des morceaux alors que je ne les avais jamais appris et je chantais, mais en secret uniquement ! » Davy n’a pas eu l’audace de chanter en public. Par contre, il s’est lancé dans des déclamations poétiques. « Cela me semblait plus facile. Je ne sais pas pourquoi », a-t-il déclaré dans un interview.

En 1992, l’un de ses amis lui propose de former un groupe. Son « oui » marque le début d’une longue aventure au côté des « College Brothers ». Les concerts se sont enchaîné pendant cinq ans, sans discontinuer. En français, en anglais, le groupe s’est fait un nom sur l’île et a connu un succès certain.

Davy Sicard prend goût à la scène

Il ne voulait plus la quitter depuis ces instants. « Je ne suis pas très à l’aise dans les conversations, mais sur scène, je perds ma timidité. J’y suis bien ».
Le groupe a repris une chanson réunionnaise, « Toué lé jolie ». Là aussi, le début d’un cycle loin d’être achevé. Désormais, Davy Sicard va faire du créole un cheval de bataille.

« J’ai le sentiment que je n’apporte rien de nouveau en chantant en français. Au moment où je me suis mis à chanter dans les bars en créole, on en entendait très rarement. Pour moi, c’est la mise en avant d’une langue, d’une culture qui me semblait mises de côté ».

En 1994, les « College Brothers » se font connaître du grand public réunionnais. L’année suivante, ils gagnent le prix RFI Média, ce qui leur permet de sortir un album et de réaliser une tournée internationale les mènant de l’Europe au Canada, en passant par le Kazakhstan.

Joueur de maloya

Le maloya (style musical provenant des esclaves malgaches et réunionnais) s’installe dans sa musique. « Ma famille n’est pas installée dans la tradition et aucun de mes proches n’est joueur de maloya. Je ne pourrais même pas dire comment je l’ai connu, ni à quel moment cela s’est passé. Ma mémoire a dû enregistrer des mélodies… » Il crée ainsi deux airs de maloya dès 1995, « Zistwar réunioné » et « Grand pé ». En 1997, fin d’une belle aventure : les « College Brothers » se séparent.

Davy Sicard fonde un nouveau groupe « System Sy ». En 2000, un clash marque le terme de cette deuxième expérience. Envie de changer de vie…
Davy s’embarque pour Paris. « Je n’ai tenu que deux mois. Je n’y étais pas à ma place. Je tentais d’intégrer le monde de la musique, avec des textes en français. Mais encore une fois, j’ai senti rapidement que je n’apportais rien de nouveau. J’ai alors fermement décidé de mettre en avant le créole ».

Il chante alors en solo ou avec son batteur de l’époque College Brothers, qui devient rouleur (de l’instrument réunionnais, le rouler). En 2003, sort un album « Ker Volkan », tiré à 1000 exemplaires. Mais la lassitude se fait sentir. Il songe à arrêter la musique. L’année suivante, retournement de situation : un manager le repère et tout s’enchaîne. On l’a ensuite découvert lors du festival des Printemps de Bourges en 2005. Puis, en juin 2006, son nouvel album « Ker Maron » sort enfin. « Tout s’est fait si rapidement. Je n’ai eu qu’à me laisser guider. Je n’en reviens pas ».

Comme si le hasard était encore là pour lui apporter la plus belle des surprises : un album et des concerts pour lui seul. Comme ce sera le cas ce vendredi 26 Octobre au Ccac. Ce guitariste gaucher et ayant le maloya comme arme sera en concert dans son pays d’origine. A ne pas rater !

Recueilli par Daddy R.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS