Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 17h57
 

Société

Affaire Natacha Barday

Le « Quai d’Orsay » intervient

jeudi 28 juin 2007 | Ax’s

Donnant suite aux multiples requêtes de sa famille, le Quai d’Orsay a fini par intervenir officiellement auprès du gouvernement malgache en demandant l’hospitalisation de la Française détenue depuis le 21 mai dernier à Antanimora. Elle est soupçonnée de complicité de tentative d’assassinat contre un ex-associé de son mari.

Cela fait des semaines que les proches de la jeune femme attendaient cela. Vendredi dernier, le Quai d’Orsay a demandé officiellement au gouvernement malgache d’hospitaliser Natacha Barday, une Française détenue depuis un mois à Madagascar où elle est accusée d’avoir commandité la tentative d’assassinat d’un autre Français, ex-associé de son mari. Le père et le mari de la jeune femme, reçus jeudi dernier avec leur avocat par le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, avaient saisi la diplomatie française de cette demande. La justice malgache soupçonne Natacha Barday d’être à l’origine de la tentative d’assassinat dont a été victime l’homme d’affaires français Gilbert Dailly, un ex-associé de son mari, Riaz Barday, français d’origine karana. Courant 2006, l’association entre les deux hommes pour la reprise d’un hôtel de luxe à Nosy Be avait tourné court, au point que le litige se retrouve devant les juridictions commerciales malgaches. Riaz Barday, qui soupçonne un jeu d’influence de son ancien partenaire, avait alors été expulsé mi-décembre 2006 de Madagascar sur intervention directe du président Ravalomana.

Malaise

Le 11 avril dernier, Gilbert Dailly, installé à l’arrière de sa voiture conduite par son chauffeur, essuie deux coups de feu sans être atteint. Il porte plainte et désigne un collaborateur de Riaz Barday comme le probable auteur des coups de feu. Le 21 mai, Natacha Barday est interpellée, son portable ayant reçu avant et après la tentative d’assassinat deux appels de l’employé de son mari.

Mère de deux enfants de quatre et sept ans, Natacha Barday est incarcérée à la prison pour femmes d’Antanimora à Antananarivo, dans une cellule de 18 m2 où s’entassent une cinquantaine de personnes. Sa défense affirme avoir prouvé, grâce aux relevés de localisation téléphonique, que le tireur désigné se trouvait à plus d’une vingtaine de kilomètres du lieu de l’agression. Pourtant, la justice malgache a refusé à trois reprises les demandes de remise en liberté de Natacha Barday, tout comme son transfert à l’hôpital. Reste à savoir si la demande du Quai d’Orsay trouvera un écho favorable du côté de l’administration malgache. Visitée hier par sa mère, la jeune femme a eu un malaise, justifiant selon ses proches, une modification urgente de ses conditions de détention.

Recueillis par Ax’s (JIR)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS