Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 15h59
 

Société

Couverture de santé universelle

Le Ministère de la santé incite la population à adhérer à une assurance santé

vendredi 28 février | Fano Rasolo

Dans le cadre de la mise en place de la couverture de santé universelle (CSU) à Madagascar, le ministère de la Santé publique lancera prochainement une nouvelle campagne au niveau des districts pour inciter la population à intégrer les systèmes d’assurance-santé existants dans le pays. Une réunion de validation du curriculum de formation des formateurs en visite à domicile et en dialogue communautaire sur la CSU est en cours pendant une semaine à Ampefy et se termine ce jour.

« Pour le moment, nous sommes dans la phase de la formulation des messages à véhiculer pour inciter toutes les couches de la population à entrer dans les systèmes d’assurance-santé existants tels que les Assurances, les Mutuelles, les Coopératives, etc.… L’objectif est d’inculquer aux gens l’habitude de cotiser dans ces systèmes d’assurance-santé privés, pour qu’ils puissent obtenir des services de santé gratuits de la part de ces systèmes privés actuels, en échange de leurs cotisations, et ce, avant la mise en place officielle de la Caisse nationale de solidarité santé (CNSS) », selon une source auprès du ministère de la Santé.

Cette source a souligné qu’après cette réunion, le ministère procédera à des signatures de convention et de coopération avec les assurances-santé existant dans le pays.

« Le but du ministère est d’orienter le public à prévenir les problèmes liés au manque d’argent en cas d’une maladie subite dans la famille, en cotisant dans les assurances-santé. Chacun a le droit de choisir l’assurance dont il veut être membre, et y cotiser au tarif existant », selon toujours les explications.

En 2015, les autorités ont pris la décision d’élaborer une Stratégie Nationale sur la Couverture Santé Universelle (SN-CSU), qui se traduit par une approche globale de la protection des populations en leur donnant accès à des soins de santé de qualité et abordables. La stratégie se base sur un mécanisme d’assurance maladie qui inclut une Caisse nationale de solidarité pour la santé (CNSS), et un fonds dédié pour mettre en commun des financements et subventionner les cotisations des individus les plus pauvres. Le gouvernement procède actuellement à des essais pilotes de ce mécanisme dans trois districts répartis sur trois régions.

A Madagascar, seuls 8% de la population sont affiliés à l’assurance santé, que ce soit dans le domaine privé ou public.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 28 février à 08:44 | poiuyt (#584)

    Toa mirediredy ; ny sakafo sy ny aina aza tsy hita izay vola hitaizana azy, dia ny hanao cotisations hono. Hanokana vola hono. Hankalatra sy hamono olona zany ?
    Mirediredy.

    • 28 février à 08:53 | poiuyt (#584) répond à poiuyt

      Heverina fa manodikodina vola panjakana daholo ireo olona mivarotra à tany eny Anosy.

    • 28 février à 16:05 | Ibalitakely (#9342) répond à poiuyt

      Angamba kosa ny ministeran’ny mponina & na mitovitovy amin’izany no tokony itarika ny olona momba ny assurances na mutuelles sns e !!
      * Aiza ilay hoe sekoly, hôpitaly ... "gratuits" ho an’ny rehetra. Izao mpitondra izao efa t@ 2009 aza no nanambara fa gratuit hatramin’ny cours accélérés any mpanao fanadinana ??????

  • 28 février à 13:09 | Enyiky (#10874)

    Tsara ilay hevitra mba tsy hahavesatra ny dépenses raha sendra marary fa maro anefa ny sakana. Ankoatr’ireo voalazan’ny namako etsy ambony @ sakafo anio tadiavina anio dia tombony ho antsika koa ny mbola fandalana ny "voin-kava mahatratra". Mifarimbona ny fianakaviana sy ny namana mifanampy rehefa marary ianao. Eo koa ny fanekena ny hoe "Andriamanitra no mpandahatra", izay maty izany dia izay no fotoanany, tsy voatery marina foana io fa tsy voatery diso koa... Eo koa ny automédication, azonao vidina eny amin’ny pharmacie daholo izay fanafody tinao, efa be dia be ny manao dokotera tena, aleo tsorina fa manampy be iny na tsy manana salan’isa aza hoe firy no maty tamin’ity manao dokotera tena ity. Ny kolontsaintsika koa dia tsy matahotra ny ampitso... tombony be iny na mahatonga olana aza... ilay hoe hanangom-bola aho sao marary, mety hisy handika hoe "Tongava aminao arak’izay irinao" ka aleo tsy manangona fa mivavaka mba ho salama tsara... Eritreritra nandalo e

  • 28 février à 14:11 | ratiarison (#10248)

    IZAY TSY manam-bola Dia HITAN’NY HAVANY EO ??ny amaniny no fanafodiny**** MAHEREZA

  • 28 février à 15:02 | lé kopé (#10607)

    Tsy mbola fay ny volany CNAPS efa voahodina ,ary mbola hanaovana ny IEM ihany ve ny Malagasy, fa mbola ampiana fisarihana vaovao indray .Mbola tsy matotra isika fa vao mahita ny mena miraviravy ,dia ny handrapaka ihany no ao an-tsaina . Tsy aleo ve ny kely anànana no tehirizina , raha tsy hoe alainy mpandroba indray .Hiodina havia , hiodina havanana, tsy hita intsony izay haleha ...Mbola misy fanantenana ihany ve ???Mandry tsy lavo loha !!!

    • 28 février à 15:57 | Eloim (#8244) répond à lé kopé

      Tsy mifanohitra @ fampanantenana t@ fampielezan-kevitra ny hanao fitsaboana maimaim-poana eny @ toeram-pitsaboana sy ny hopitalim-panjakana ve izany ? Resaka omeko tsy omeko izy zany an ! Akory atao, ry zareo zao ny eo sady efa feno "cerveaux" koa manodidina ny mpitondra e !

  • 28 février à 16:21 | Isandra (#7070)

    Dans un premier temps, c’est facultative, et on n’incite ceux qui ont le moyen, parce que la plupart de Malagasy n’ont pas l’habitude et de ce genre d’assurance, ne connaissent pas leur fonctionnement, même ceux qui ont le plus de moyen d’existence suffisant, pourtant, c’est très intéressante, en voyant les gens qui font la queue aux hôpitaux privés payants.

    Je me demande pourquoi seulement, aujourd’hui.

    Ce dernier temps, par ex : on lit sur les réseaux sociaux des appels à la solidarité pour aider des artistes ou de gens connus Malades hospitalisés. C’est honteuse, mais, ils sont obligés et victimes d’un système de santé quasi-inexistant.

    Bon, en même temps, les détracteurs, sont systématiquement prêts à critiquer tout ce qui bouge. Cela ne devrait plus nous décourager, on a l’habitude.

  • 28 février à 16:32 | saint-augustin (#9524)

    Bonjour,je ne sais pas si vous savez combien un malgache du Sud dépense pour consulter un ou une ombiasa ou Tromba (qui est à la fois psychiatre,diabetologue,cardiologue,orthopeudie,obstetricienne,ect ) et c’est vraiment de l’hécatombe dans le Sud(que je connais).L’avantage de cette initiative :
    - éduquer la population de consulter le medecin mais pas l’ombiasa d’abord et seulement la fin qu’ils viennent voir un médecin
    - éduquer la population Malgache pour prévenir et prévoir mais pas agir le jour le jour.
    _Les compatriotes qui n’ont pas les moyens peuvent bénéficier une sorte de CMU en France à bientôt

  • 28 février à 20:51 | Antony (#9838)

    Hi ! Hi ! Hi ! Ahoana ary izany lôjikan’ny fitondrana izany e ? Matoa anie 8% no manana fiantohana dia satria izay anie izany no manana ny farafahakeliny e !
    Ataovy aloha izay hahatonga ny 50%-n’ny Malagasy hanana ny farafahakeliny izay isika vao miresaka ankoatry ny hanina isan’andro.
    Ny mpino kristiana aza nampianarina hanao hoe "Omeo anay anio izay hanina sahaza ho anay.". Mila antoka avy amin’Andriamanitra fa tsy misy ny ahiana noho izany, azo antoka ny fiadanana.
    Fa ny Gasy kely, ny hanina tamin’ny herintaona tadiaviny androany !!! Amin’ny fomba ahoana no handeha hieritreretany an’izany ! HAY ZAH’ KOA AN’ISANY !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS