Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 19 novembre 2018
Antananarivo | 13h55
 

Coopération

Coopération

Le Collectif Tany craint la reprise du projet Daewoo

samedi 17 février | Ny Aina Rahaga

Les dons et autres formes d’aides venant des pays étrangers mais surtout asiatique ont toujours inquiété les malgaches. L’appréhension d’une contrepartie de ces aides et dons, quelques soient leurs formes, est toujours bien présente. Le Collectif Tany vient d’interpeller l’ambassadeur de la Corée du Sud sur cette question. Selon le Collectif, lors de la remise de la lettre de créance de cet ambassadeur, la communication de la présidence avait annoncé l’accélération de nombreux projets pour le renforcement de la coopération entre les deux pays, et ce dans plusieurs domaines. Précédant cela, rappelons que la Corée du Sud avait effectué des dons à l’Etat malgache : Dons des matériels aux Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), des équipements informatiques pour les services météorologiques dans les 22 régions, l’ouverture d’un centre d’accès à l’information au sein de l’Ecole polytechnique à Antananarivo et le projet « Better Life Girls » pour l’amélioration de la vie des jeunes filles malgaches.

D’autres projets de développement sont également en cours ou en étude dans plusieurs secteurs avec la Corée du Sud. Face à tous ces projets et aides, le Collectif Tany a donc adressé une lettre ouverte à l’ambassadeur de la Corée du Sud. Lettre selon laquelle le Collectif demande à l’ambassadeur de « préciser les contreparties de ces dons et investissements demandées à la partie malgache à court, moyen et long terme. En d’autres termes, que gagnez-vous en échange à Madagascar ? ».

Daewoo Logistics

L’inquiétude du collectif Tany se base surtout sur le précédent que constitue le projet Daewoo Logistics ou l’affaire Daewoo pour les malgaches. Il s’agissait du bail emphytéotique contracté avec la société Daewoo Logistics pour la location de 1,3 million d’hectares de terrain pour en faire des plantations. Un projet qui a été suspendue par la partie malgache avec les évènements de 2009. « Devons-nous nous attendre à une reprise de ce projet Daewoo Logistics de quelque manière que ce soit, comme prévue initialement ou sous une nouvelle forme », continue le Collectif Tany. Il est vrai que dans ce genre de cas, et vu l’attachement des malgaches à leurs terres, la transparence dans le cadre de ces coopérations est de mise. Toutefois, il appartient également à la partie malgache et donc à l’Etat de jouer cette carte de la transparence afin de dissiper toute crainte et de ne pas mettre la population sur le fait accompli. Dans toute coopération, il s’agit d’un accord « donnant-donnant » avant d’en arriver à un accord « gagnant-gagnant ». De ce fait, il incombe en premier à l’Etat et aux dirigeants de préciser et de faire connaitre les modalités de ces coopérations, avant les ambassadeurs.

27 commentaires

Vos commentaires

  • 17 février à 09:06 | RAMBO (#7290)

    Quel genre de Dieu ?
    Certains ont avancé l’argument que Jésus ne se réclamait que de faire partie de Dieu. Mais l’idée que nous faisons tous partie de Dieu, et que la semence de la divinité est en nous, n’est simplement pas une interprétation possible des paroles et des actes de Jésus. De telles idées sont révisionnistes, étrangères à son enseignement, étrangères à ses croyances déclarées, et étrangères à la compréhension de son enseignement par ses disciples.

    Jésus enseigna qu’il était Dieu d’une manière compréhensible aux Juifs et conforme à la façon dont les écrits hébraïques décrivent Dieu, non pas de la manière dont le mouvement du Nouvel Age entend Dieu. Ni Jésus, ni son audience n’avaient grandi avec La Guerre des Étoiles, et donc, lorsqu’ils parlaient de Dieu, ils ne parlaient pas de forces cosmiques. Il est historiquement inexact de redéfinir le concept de Dieu exprimé par Jésus.

    Lewis explique :

    Soyons clairs. Parmi les panthéistes, comme les Indiens, n’importe qui pourrait dire qu’il est une partie de Dieu, ou qu’il ne fait qu’un avec Dieu… Mais cet homme, parce qu’il était juif, ne faisait en aucun cas référence à ce type de dieu. Dieu, dans sa langue, signifiait l’Être en dehors du monde ; celui qui l’a créé et qui est infiniment différent de quoi que ce soit d’autre. Quand vous saisissez cela, vous voyez que ce que cet homme disait était, en termes simples, la chose la plus choquante qui ait jamais été itérée par des lèvres humaines. [19]

    Certes, il y a ceux qui acceptent Jésus comme un grand enseignant et refusent pourtant de l’appeler Dieu. Nous avons vu que Thomas Jefferson, en tant que déiste, ne voyait aucun problème à accepter les enseignements de Jésus sur les principes moraux et éthiques tout en niant sa déité.[20] Mais, comme nous l’avons dit et comme nous l’examinerons plus loin, si Jésus n’était pas celui qu’il prétendait être, alors nous devons étudier certaines autres possibilités, aucune desquelles ne permettant qu’il soit considéré comme un grand enseignant moral. Lewis déclara : Je m’efforce ici d’éviter à quelqu’un de dire les choses vraiment sottes que les gens disent souvent à son sujet : ‘je suis prêt à accepter Jésus comme un grand enseignant moral, mais je n’accepte pas sa revendication de divinité.’ C’est précisément la seule chose que nous ne devons pas dire. [21]

    Dans sa quête de la vérité, Lewis savait qu’il n’y avait pas deux façons de considérer l’identité de Jésus. Ou bien Jésus était celui qu’il prétendait être—Dieu dans la chair—ou ses revendications étaient fausses. Et si elles étaient fausses, Jésus ne pouvait pas être un grand enseignant de principes moraux. Cela aurait fait de lui un menteur intentionnel ou un lunatique souffrant d’un complexe divin.

  • 17 février à 10:55 | Isambilo (#4541)

    Savez-vous que l’esclavage existe encore en Corée du Sud ?

    • 17 février à 11:06 | RAMBO (#7290) répond à Isambilo

      Cà y est après les Chinois et les Turcs « masaka indray ireto Koreana ireto » !
      A Madagascar aussi l’esclavage existe bel et bien encore.

  • 17 février à 11:03 | RAMBO (#7290)

    Il y a quelques jours j’ai parlé ici du cas de Singapour qui connait un développement économique fulgurant alors que cette petite île du Sud est Asiatique n’a eu son indépendance que 5 ans après nous en 1965. En 15 ans les Singapouriens ont transformé complètement leur pays en havre de paix et de luxe qui fait parler les muets comme on dit ici.
    L’article de ce jour confirme ma conclusion que l’un des facteurs de blocage de notre pays c’est :« la peur de l’étranger » qu’ils soient européens ou autres.. Qu’il soit intello ou analphabète, le Gasy se méfie des Vazaha. Vazaha veut dire en réalité étranger à la peau claire...Qu’il soit Turc ou Américain, Chinois ou Coréens les Gasy n’en veulent pas. Au delà de leur confession religieuse, les Karana sont les premiers cibles même s’ils contribuent largement au développement de notre pays. Les Karana de Mada ont le même problème que les Juifs en Europe dans les années 30-40. Ils sont entre eux , ils ont leur propre coutume, leurs propres fêtes,contrairement aux Chinois ils ne s’intègrent pas dit-on ici.Mais rassurez-vous tant que Rajao est Président, il n’y aura pas de la Shoah contre les Karana à Mada... l’OPK c’est juste les conséquences de sautes d’humeur des Gasy frustrés de voir ces gens là s’enrichir dans leur pays mais pas plus.
    Les dons et autres formes d’aides venant des pays étrangers mais surtout asiatique ont toujours inquiété les malgaches. ..dit Ny Aina Rahaga en introduction. Même ce collectif Tany est né à Paris avec des Andafy qui voulaient préserver les terres gasy contre les occupations étrangères alors que eux même ils sont en terre étrangère et possède souvent des biens immobiliers en Europe ou ailleurs.
    L’investissement massif étranger est l’un des facteurs de décollage économique partout dans le monde...Madagascar a de grosses potentialités économiques et de ressources naturelles mais les Gasy doivent savoir que sans les apports étrangers, nous ne pouvons pas tout seul nous en sortir.
    Quand je regarde le Présudent Hery Rajaonarimampianina parler, je suis stupéfait de sa sincérité et surtout de son excès d’optimisme. Quand il a promis que dans 3 mois, les délestages seront éradiqués il était vraiment sincère mais ce sont les fonds qui manquaient. Les Bailleurs de fonds, lors d’une rencontre au Carlton avec les 2 candidats Rajaonarimampianina et Robinson avaient promis d’apporter des aides massives à notre pays quelque soit le président élu. Mais le retournement de situation ou la mise en écart de Rajoelina par Rajao était l’un des facteurs d’hésitation des Bailleurs. Ils voulaient voir comment Rajao gérer politiquement cette situation avant de s’engager. C’est seulement en 2015 que les Bailleurs ont compris que Rajao est l’homme qu’il faut et ils ont commencé à ouvrir les robinets... Dernièrement le Président a parlé de « la boucle à boucler » en parlant avec ferveur de « terminer les travaux inachevés par les colons français ». C’est la première fois que j’entends un président Gasy aborder ce sujet. Il a parlé de terminer la boucle TCE Tana Antsirabe, Antsirabe Fianara et Fianara Manakara . Il s’agit de réhabiliter les voies ferrées Gasy bien entendu. Et ce qui m’a surtout surpris c’est sa phrase :« Efa vonona ny mpamatsy vola amin’izany » . C’est ici que je pensais aux sud Coréens qui ont une grande envie de nous aider.
    Remettre en surface Daewoo n’est pas si mal que cela. Surtout que Hery Rajaonarimampianina n’a pas d’arrière pensée vénale contrairement à celui qui avait conclu cette affaire avec les Coréens auparavant. Mais pareil qu’avec les Chinois les Gasy ont peur des étrangers. Ils préfèrent vivre éternellement la misère que d’accepter les mains tendues des étrangers. C’est ce qu’on appelle orgueil mal placé ou déplacé. Le débat est ouvert ! Cela ne va pas être facile et Rajao doit encore une fois faire preuve de son habilité politique pour faire passer ce projet.

    • 17 février à 12:13 | isoarha (#8297) répond à RAMBO

      Pour Rambo,

      Les Gasy n’ont pas peur des étrangers, ’faut vous faire une idée, au contraire, les Gasy sont respectueux des étrangers , les Gasy ne font jhuste pas confiance a certains Gasy, comme vous.

    • 17 février à 16:54 | Behantra (#9165) répond à RAMBO

      En voilà un autre qui aimerait bien poeter plus fort que la nandra de service

      A vomir !!!!

    • 17 février à 17:07 | Behantra (#9165) répond à RAMBO

      Ben justement

      A propos de ses poetards :

      Allez dans madagate et lisez l’article concernant un certain Vonjy Randriamoramanana

    • 17 février à 17:36 | Vohitra (#7654) répond à RAMBO

      Bonjour Behantra,

      J’ai lu cet article dans la la gazette de la GI d’aujourd’hui, c’est vraiment incroyable...
      Avec les sociétés fictives dénommées Bizna et Mofogasy sises à Dubaï...

      On se demande s’il existe des liens entre cet escroc et les rumeurs persistantes à propos des biens mal acquis à Dubai detenus par la sosie de Bourvil et la petite frappe qui va monter au plateau demain...

    • 17 février à 20:29 | vatomena (#8391) répond à RAMBO

      Vendez ,vendez donc les terres et lorsqu’elles seront en production ,il ne restera plus qu’à les nationaliser comme cela fut fait pour les entreprises coloniales
      avec le succés qu’on connait !

  • 17 février à 11:44 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Le Collectif doit s’ adresser directement à ses représentants, le fait de demander ces précisions aux autorités Coréennes prouve la surdité plus qu’ opaque du gouvernement .
    @ stalone : il est évident que les accords conclus par hery seront bien entendu plus recevables que ceux passés par Ravalomanana, les pots de vins tombant dans de meilleures poches : celles de votre bande ...
    Comment voulez-vous avancer avec des comportements pareils ???

    • 17 février à 16:47 | Vohitra (#7654) répond à Jipo

      Le collectif Tany devrait tourner son regard du côté de la Région Melaky, il me semble que le silence d’un certain Voninahitsy pourrait vous éclairer, on ne sait jamais, loin du regard de la ville , concentrez vos investigations entre le district de Maintirano et le District d’ Antsalova, peut être vous arriverez à trouver un début de reponse...on ne sait jamais...

    • 17 février à 16:50 | Gérard (#7761) répond à Jipo

      tous les vieux d’ici savent ce que le « cadeau vazaha » peut avoir d’empoisonné et necessiter de méfiance...

  • 17 février à 16:44 | Gérard (#7761)

    je parcoure distraitement la tribune et m’étonne de ne plus y trouver la relation de la vie quotidienne d’un certain dadabé........
    bon plus sérieusement et selon les propos éclairants de zippo, en matière de relation internationales il n’existe pas de dons, mais des ,affaires qui se négocient entre les représentants des diverses parties
    la question est donc de savoir si les représentants de la parie Malgache négocient dans l’intérêt de leur pays, et de leurs compatriotes, ou dans leur intérêt « propre »(leur dégoutant profit personnel !), ce qui est la définition de la corruption
    il faut le leur « demander » avec insistance !
    le demander à la partie adverse est bien tordu et fait rigoler tout le monde , enfin , on devrait plutôt en pleurer......

  • 17 février à 19:04 | staufen (#9499)

    1.3 millions d’hectares ce sont 13 000 km2 donc virtuellement un carré de 114 km de côté.C’est beaucoup de terres données aux coréens même si l ile est très étendue, attention .Madagascar ne pourrait pas se rapprocher de la communauté européenne ?

  • 18 février à 01:27 | Turping (#1235)

    Ce projet était une erreur fondamentale de l’ère Ravalomanana,trop libéraliste .
    - Les malgaches s’ attachent à leur terre .Le pays,économiquement n’arrive pas à nourrir ses populations .L’exode rural , l’insécurité ,.... alors qu’à côté il devrait y avoir une ambition collective en faisant Madagascar comme le « grenier de l’océan indien » .
    - L’utilisation des pesticides ,des produits toxiques ,Ambatovy en est la preuve !

    • 18 février à 11:17 | Vohitra (#7654) répond à Turping

      Bonjour Turping,

      Au cours de l’ année 2017, Madagascar avait importé plus de 500.000 tonnes de riz afin de pouvoir subvenir aux besoins de la population, c’est l’effet de la sécheresse dans le pays lors de l’été 2016/2017, et là, pas plus tard qu’il y a deux semaine, le ministre en charge du secteur, sans aucune honte ni humilité, venait d’affirmer que Madagascar atteindra l’autosuffisance alimentaire d’ici trois ans ! vraiment, on peut s’attendre à tout et entendre tout avec ces incapables aux manettes du pouvoir...

    • 18 février à 11:33 | Vohitra (#7654) répond à Turping

      Ce projet de Ravalomanana avait effectivement échoué, mais sitôt arrivé au pouvoir lors de la transition, Rajoelina et sa bande, avec Hajo en tête, avait octroyé pas moins de 100.OOO hectares de terrain à des investisseurs copains et coquins, dans les régions Nord-ouest et Nord-est, et dans le plateau de l’Horombe...

      Et actuellement, il n’est jamais trop tard de le rappeler ici que de nombreux îlots autour de la grande terre du pays avaient été cédé à des investisseurs étrangers qui avaient débarqué d’on ne sait où, et des infrastructures hôtelières ont émergé comme par magie sous terre...

      Est-ce l’anticipation de ce qu’ils appellent « émergence » ?

      On se rappelle encore que c’était pendant la transition de Rajoelina que le sieur vatomanga avait pu implanter partout des infrastructures de couleur « Azura » fruits de la mue des végétaux de couleur rose une fois lignifiés...

    • 18 février à 12:36 | Turping (#1235) répond à Turping

      Bonjour Vohitra,
      Je suis écœuré aux attitudes de ces dirigeants qui vendent les terres malgaches aux étrangers,soyons clairs car les malgaches ne sont plus chez eux.Beaucoup sont expropriés de leurs terres pour faire des gisements, des exploitations illicites ne respectant pas l’environnement.....
      - Nous découvrons tous les jours les effets néfastes de la mondialisation qui appauvrissent les populations . L’insécurité ne fait que gagner du terrain.
      - En 2017,sur le fait d’avoir importé 500 000 tonnes de riz nous démontre l’absence d’une politique volontariste à produire plus afin d’assumer l’auto-suffisance alimentaire car le riz est la base de l’alimentation des malgaches. C’est la honte !
      - Vendre les terres aux plus offrants aux étrangers, dépasse les limites à ne pas franchir.Trop c’est trop !

    • 18 février à 12:36 | Turping (#1235) répond à Turping

      Bonjour Vohitra,
      Je suis écœuré aux attitudes de ces dirigeants qui vendent les terres malgaches aux étrangers,soyons clairs car les malgaches ne sont plus chez eux.Beaucoup sont expropriés de leurs terres . À côté il y a des gisements, des exploitations illicites qui ne respectent pas l’environnement.....la santé des populations .
      - Nous découvrons tous les jours les effets néfastes de la mondialisation qui appauvrissent les populations . L’insécurité ne fait que gagner du terrain.
      - En 2017,sur le fait d’avoir importé 500 000 tonnes de riz nous démontre l’absence d’une politique volontariste à produire plus afin d’assumer l’auto-suffisance alimentaire car le riz est la base de l’alimentation des malgaches. C’est la honte !alors qu’on clame l’émergence !
      - Vendre les terres aux plus offrants aux étrangers, dépasse les limites à ne pas franchir.Trop c’est trop !

    • 18 février à 13:00 | Vohitra (#7654) répond à Turping

      Il n’y a pas de mal à travailler en partenariat avec des étrangers, et Madagascar restera un pays d’avenir pour les étrangers qui veulent y investir.

      Seulement, à partir du moment que des voyous et malfrats qui gèrent et dirigent le pays, il n’y a que des investisseurs voyous qui sonnent à nos portes, les vrais investisseurs de bonne foi restent méfiants et hésitent à venir, c’est normal.

      Le manque total de transparence et l’opacité dans la mise en oeuvre des investissements, et la non- implication des Régions et des élus restent des problèmes fondamentaux posés par les pratiques douteuses des pouvoirs successifs à Madagascar.

    • 18 février à 14:04 | Turping (#1235) répond à Turping

      Rbjr Vohitra ,
      « Il n’y a pas de mal à travailler en partenariat avec des étrangers, et Madagascar restera un pays d’avenir pour les étrangers qui veulent y investir. »
      -Où est le mal du moment qu’il y ait une réciprocité à tirer le profit ? dans le cadre où l’état malgache traite le partenariat économique pour améliorer le quotidien des malgaches en toute transparence ?
      - On a cité à maintes reprises le problème sécuritaire ,la corruption ,le détournement ,etc.....
      - Donc ,les dispositions de protection des investissements y compris le règlement entre investisseurs et état sont importantes pour le flux d’investissements .En Afrique ,il existe déjà les négociations des accords de partenariat économique (APE) sans passer forcément par le FMI ,entre l’union européenne et les régions d’Afrique comme d’autres partenariats (similaires )asiatiques ,arabes .
      - Les accords bilatéraux avec protection s’avère nécessaire afin d’encourager les vrais investisseurs . Pour ce faire ,il y a aussi beaucoup de travail à faire du côté des voyous qui dirigent le pays .

    • 18 février à 14:10 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : Les accords s’avèrent ......

  • 18 février à 01:28 | Turping (#1235)

    La génération Foza après Ravalo n’a pas fait mieux !

    • 18 février à 15:30 | Jipo (#4988) répond à Turping

      C ’est pas comparable, elle a tout détruit !

  • 18 février à 13:22 | kartell (#8302)

    La question primordiale de cet aspect sensible des dérives, tous azimuts, des pouvoirs successifs, unis, solidairement, dans la prévarication étatique, serait de se demander pourquoi, un pays, à l’origine agricole, ancestrale, se voit tenter de louer une partie de ses terres ?….
    Mauvaise gestion interne, incapacité de nos paysans à obtenir des rendements suffisants, absence totale de formation ou plutôt impossibilité totale d’accès routiers pour valoriser les récoltes, ententes entre collecteurs, insécurité des campagnes ect….
    Double peine pour ce monde paysan qui a du faire face à un pouvoir qui lui mettait la tête sous l’eau par ses manquements répétitifs et durables et celle de voir, ce même pouvoir, prédateur et hors-sol, décider, en lieu et place de ceux qui vivent de la terre, de les louer, sans préavis !….
    Ce n’est pas un hasard si cette initiative avait germé dans la tête d’un Ravalomanana, son libéralisme écervelé l’a poussé à la faute, lui qui croyait pouvoir transformer son pays en un vaste supermarché, ce que d’autres ont fait et font dans le domaine minier, notamment….
    Aujourd’hui, l’émergence est devenue un mot magique, utilisée à toutes les sauces et servant de cache-sexe à des futurs candidats, en mal de crédibilités …
    Beaucoup trop de bavardages inutiles pour masquer une réalité sclérosée par une absence totale d’actions qui ne voient jamais le jour, en ne servant, uniquement, que de propagandes à des bonimenteurs qui savent, d’avance, qu’elles n’aboutiront jamais !…..
    Nous payons cash, cet entre-soi destructeur en faisant de l’andafy, à la fois, notre bouc-émissaire à tous nos échecs et la source recherchée de notre corruption qui se porte comme un charme !…
    Restons modestes dans nos intentions futures au lieu d’être gourmands et hâbleurs !….

    • 18 février à 14:58 | Vohitra (#7654) répond à kartell

      Un des problèmes qui constituent des obstacles pour le financement des innovations dans le secteur agricole sont l’absence d’une banque de développement, ces petites institutions de crédits de la place ne sont que des sangsues qui pompent le peu de capital disponible au niveau des exploitations, et qui ne sont pas adéquates pour des appuis à moyen et long terme en faveur du paysannat.

      Et puis les réformes foncières opérées au pays depuis quelques années sont destinées à favoriser les futurs investissements étrangers mais jamais en faveur du développement du secteur agricole.

      Ce qu’il nous faut dans un premier temps, c’est une vraie réforme agraire, et il n’y en a jamais eu dans le pays depuis l’indépendance.

      On se rappelle que dès son accession au pouvoir, les terrains agricoles récupérés par le régime Ratsiraka auprès des anciennes exploitations des colons avaient été livrées aux mains des membres de sa famille et ses amis à travers la PROCOOPS

    • 18 février à 15:24 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Vohitra

      Le financement a toujours constitué le bouc-émissaire de nos propres échecs, balancé à toutes les sauces, il a été servi jusqu’à l’usure pour éviter de se pencher sur les vrais obstacles que sont la corruption, l’absence de formation et au final, une volonté, dissimulée, que rien ne change !….
      La nationalisation débridée n’a pas servi de leçon mais elle a constitué les bases solides de notre sous-développement car les pouvoirs ont toujours imaginé que la pauvreté était beaucoup plus rémunératrice par les aides qu’un développement interne, moins juteux ….
      L’enrichissement immédiat mais éphémère a toujours été préféré à celui du long temps, de peur que d’autres touchent le jackpot !….
      La notion de service public n’a jamais été intégrée à celui de la nation, le prétexte a prévalu sur celui d’une réalité inaccessible d’un intérêt général, virtuel….
      Le chacun pour soi s’est mué en chacun pour son clan !….

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 461