Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 octobre 2021
Antananarivo | 19h09
 

Politique

Sortie de crise

Le CCOC réclame la fin des arrestations

mardi 5 mai 2009

Une sortie de crise nécessite un environnement apaisé dans lequel les arrestations, les violences et les intimidations n’ont plus cours. Ce qui est encore loin de la situation actuelle dans laquelle les brutalités et arrestations pour des raisons de divergences d’opinion se poursuivent et sont apparemment encouragées. C’est le message du Comité Citoyen et des Organisations de Civiles (CCOC).

Lili Razafimbelo, membres du CCOC est claire : « une concertation est impossible tant que le climat de terreur, les arrestations et les provocations d’où qu’elles viennent, perdurent. Si nous voulons sérieusement rechercher le bien du pays et de son peuple, il faut mettre fin à tout cela. En tout cas, les arrestations qui ne respectent pas les règlements portent atteinte aux droits de l’homme et ne nous conviennent pas pour dire qu’elles sont condamnables. Elles ne respectent pas la liberté d’expression pas plus que la liberté d’opinion », explique Lili Razafimbelo.

Le CCOC continue son travail de contact avec tous les acteurs de la crise et toutes les parties concernées. Il ne cesse non plus de consulter les organisations internationales. L’objectif étant de trouver les voies et moyens et de convaincre pour une conduite apaisée et consensuelle de la transition.

Le CCOC, une organisation d’envergure

Le CCOC enregistre à ce jour un réseau dense de 15 entités avec des ramifications dans les 22 régions de Madagascar. Il rassemble au moins, à travers ces entités 1.040.000 membres individuels. Ses ramifications se présentent de la manière suivante : 16 plateformes ou réseaux d’associations nationales, 22 plateformes ou réseaux d’associations régionales, 10 fédérations, 47 associations ou ONG de dimension nationale, 2 906 associations ou ONG de dimension régionale.

Le CCOC équivaut à quelque 1 134 entreprises affiliées, 32 organisations du secteur privé de dimension nationale, 6 organisations du secteur privé dimension régionale, 10 média de dimension nationale, 22 média de dimension régionale, 3 cercles de réflexion et 12 organisations confessionnelles de dimension nationale.

Le CCOC ne se résume pas à cet aspect quantitatif, il est fondé sur des centres assez larges et des principes qui animent ses membres. Le CCOC représente, à travers ses membres, outre les intérêts des individus-citoyens, presque tous les groupes d’intérêts, allant des droits de l’homme, au genre, en passant par les travailleurs, la démocratie, la participation citoyenne et la lutte contre la corruption, contre la violence, les paysans, les jeunes, jusqu’à l’environnement et au développement socio-économique.

Bref, à notre humble connaissance, tout ce qui peut être considéré jusque là comme la majorité silencieuse, non tapageuse, mais qui a ses opinions qui ne sont pas forcément pour l’un ou pour l’autre camp en présence et encore moins pour ceux qui sont venus se rattacher aux belligérants. Leur non engagement dans le conflit ne signifie pas de l’indifférence mais le respect de leur opinion.

Recueilli par Bill

8 commentaires

Vos commentaires

  • 5 mai 2009 à 10:19 | RAVELO (#802)

    "madame Lili RAZAFIMBELO"
    Vos idées sont plus que louables,et je vous en félicite.Soyez quand-meme un peu prudente,car vous ne vous adressez pas à des gens normaux,bref !!!
    Je crains fort que ces cris d’alarme que vous lancez resteront lettres mortes !

  • 5 mai 2009 à 10:45 | rakoto09 (#1735)

    Il est vrai que votre démarche est louable mais il faut un climat apaisé en arrêtant tous les perturbateurs mauvais perdants du TIM. N’oublions pas leur maitre mot "Raha maty aho matesa rahavana" et ça se vérifie de jour en jour ce qui emmène la radicalisation de l’Armée qui ne fait que son boulot

    • 5 mai 2009 à 11:20 | par ci par la (#1470) répond à rakoto09

      Je suis désolé de vous contredire Rakoto09, mais le monde où nous vivons réagit mal à la violence, d’où la nécessité de cet appel au calme.

      Depuis quand une armée peut se substituer aux institutions juridiques et décider de droit de vie ou de mort de ses concitoyens (cas du 7 février et autres jusqu’à maintenant) ?

      Est-il vraiment nécessaire de toujours tirer à balles réelles, alors que les balles en caoutchouc existent ?

      Vous avez le droit d’avoir votre opinion, je vous l’encourage même. Mais s’il vous plaît, arrêter d’attiser dans vos posts la haine et la violence en encourageant les agissements de cette armée de mutins.

      La roue a toujours tourné à mada et un jour, peut-être ce sera à votre tour aussi d’être devant le canon de ces mutins à cause de votre conviction !

      amicalement

    • 5 mai 2009 à 22:44 | Albatros (#234) répond à rakoto09

      "TIM mauvais perdant" !!!

      Vous pensez réellement que Mr Rajeolina a gagné quelque chose ?.

      Et Madagascar dans tout cela !!. Qu’a gagné Madagascar ?.

  • 5 mai 2009 à 10:50 | Rivohanitra (#142)

    Chère Lily,

    Madagascar n’a jamais connu une telle tuerie.
    Je doute que le peuple puisse sortir indemne de cette situation traumatisante.
    Les exilés pour rentrer au pays, ont choisi TGV comme pion, ils n’ont pas lésiné sur les moyens. Des dictateurs sanguinaires restent de véritables "chiens tueurs" même après 6 ans d’exil.
    Quand je pense qu’ils osent prêcher le bien et la reconciliation nationale au moment où ils tirent en pleine tête sur une vendeuse de journal qui ne faisait que travailler. Cette femme est une des victimes de ce combat de chiens que des sanguinaires affamés de pouvoir se livrent entre eux.
    Je pleure pour ce pays bien-aimé et pour les victimes innocentes de ce combat de dingues.
    Rivohanitra

  • 5 mai 2009 à 15:24 | ikopa (#671)

    Il faut savoir ce qu’on veut si l’on veut arriver quelque part.

    Certains disent vouloir sortir la nation de la crise actuelle. Est-ce cela veut dire que l’on veut faire revenir ra8 au pays et continuer ce qu’il a déjà commencé ? Nous savons tous la réponse à de tel souhait. Ou bien, ils veulent dire que les opérateurs veulent sauver leurs entreprises de la faillite causée par les troubles quotidiennes ? Nous savons aussi que ce n’est pas Ny Hasina A. qui s’y opposerait ni même le cdt CHARLY. Mais demandez-vous, à quoi riment les jets de cocktail molotov perpétrés par les amis de ra8

    • 5 mai 2009 à 16:03 | mimi (#426) répond à ikopa

      Juste une question de quel jet de coktail parlez-vous.
      Précisez contre qui, parrut quand et dans quel quotidien.
      Ensuite contre qui et dans quel but.
      Merci et si vous n’êtes pas en mesure de répondre à cette demande.
      Veuillez ne plus proférer de telles accusations.
      Bien à vous.Mimi

    • 5 mai 2009 à 16:57 | ton ami (#480) répond à mimi

      Pensez vous que Rajoelina écoute ces reclamations ? je ne crois pas.

      Je vous raconte une petite histoire, après 26 Janvier dernier Rajoelina est devenu comme un naif : il ne veut plus parler ni Dieu ni le droit de l’homme ni le fihavanana Malagasy.

      Il n’est plus comme il était ! pauvre mec

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS