Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 13h09
 

Economie

Parlement

La société civile craint un vote expéditif du PLFI 2021

jeudi 19 novembre

Le Projet de Loi de Finances (PLF) 2021 est finalement publié sur le site web du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) mercredi dernier. Adopté en conseil de Ministre, fin octobre, il a été déposé dans les délais impartis au Parlement mais n’a été accessible que tardivement au grand public. Il sera demain présenté en séance plénière à l’Assemblée Nationale.

La recommandation de la société civile pour que que le grand public soit informé en même temps que les parlementaires sur le PLF a été une fois de plus ignorée. La société civile a réclamé depuis des années la transparence budgétaire et alerté sur l’opacité des PLF en organisant notamment un débat public sur ces questions budgétaires. En effet, le texte a souvent été adopté par les députés sans que la société civile n’ait eu le temps de faire ses recommandations.

Plusieurs organisations de la société civile, taclent le gouvernement face à la situation dans un communiqué de presse publié hier.

« Nous, organisations de la société civile, continuons de notre côté à déplorer cette situation alors que ce document est l’outil principal incontournable pour connaître le programme du gouvernement dans l’utilisation de l’argent public. »

La société civile craint aussi un vote expéditif de ce texte, avec un examen superficiel, voire inexistant et aucun débat citoyen, compte tenu de la session parlementaire. La Loi donne 30 jours aux députés pour examiner le texte en première lecture et 15 jours pour les Sénateurs. La seconde session parlementaire pour cette année 2020 se clôturera le 20 décembre prochain.

« Nous osons espérer que, pour cette fois-ci, les députés vont s’armer de courages et d’abnégations pour faire les efforts nécessaires et prendre le temps de consulter/demander les avis de toutes les parties prenantes du secteur privé pour les secteurs économiques et de la société civile pour les secteurs sociaux et environnementaux, et de scrupuleusement analyser ce PLFI 2021 pour l’intérêt des citoyens malagasy notamment des zones et groupes vulnérables. », lit-on dans leur communiqué.

« Que la pratique malencontreuse devenue une mauvaise habitude des députés de voter le budget après seulement revendications et défenses de leurs propres intérêts cesse ! », poursuit le communiqué. En 2016, les députés ont menacé de boycotter l’examen et le vote du budget de l’Etat 2017 sans l’inscription des voitures 4X4 pour les députés dans le texte, ou une autre fois quand ils se sont opposés à la levée de l’immunité parlementaire de leurs pairs.

Enfin, ces organisations de la société civile appellent les sénateurs en fin de mandat à se pencher sur le PLFI 2021 malgré tout pour démontrer au pays tout entier que le bien commun leur importe par-dessus tout, quoi qu’il advienne.

18 commentaires

Vos commentaires

  • 19 novembre à 10:05 | arsonist (#10169)

    La société civile craint ou ne craint pas !
    Si c’est craignos , alors elle craint pour de vrai .

    • 19 novembre à 12:35 | dominique (#9242) répond à arsonist

      le pharaon va leurs dire tout simplement tout va bien pour moi , circulez il n’y a rien a voir ..

    • 19 novembre à 22:24 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à arsonist

      J’avions même pas regardé le post d’Arsonist et j’avions eu la même réaction. Ça craint, c’est craignos, même les journalistes ne craignent plus l’orthographe !

    • 20 novembre à 11:07 | Ibalitakely (#9342) répond à arsonist

      Qui a écrit cet édito ?? Il ou elle a oublié [exprès ou non] de dire que ce n’est encore que le1/3 01 tome sur 03) qui a été déposé à Tsimbazaza. & qui sait, peut-être 0/3 au Sénat !!

  • 19 novembre à 14:04 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    On attend vos contributions (les sociétés civiles) en tant que partie prenante, mais pas seulement des observateurs avisés sur la vie du pays, avant l’adoption par nos parlementaires de cette LFI 2021 de sortie de crise voire de relance économique n’est-ce pas ? Est-ce un bon premier pas ou serions-nous encore mal partie pour 2021 en paraphrasant René Dumont ?

    • 19 novembre à 14:23 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La fin de l’exonération suivant un article du mois de Février de mt.com refait surface dans cette LFI 2021 ou non ?
      "Les nouvelles dispositions du Code général des impôts risquent de saler les factures des établissements d’enseignement privés. Ils ne seront plus exonérés d’impôts comme auparavant. Un minimum de 100 000 ariary, majoré de 5 pour 1 000 des chiffres d’affaires sera désormais obligatoire, conformément aux nouveaux textes en vigueur. Le responsable des écoles privées catholiques à Madagascar, s’en inquiète puisqu’avec ses 3 668 écoles à travers le pays, les établissements catholiques doivent ainsi plus de 366 millions d’ariary à l’Etat par an."

      Il en est de même de la gratuité des inscriptions au niveau de l’enseignement public dans notre pays : Est-ce que la présente LFI 2021 en tient-elle compte ? Doit-on encore se contenter de la surprise du chef voire du pilotage à vue comme d’habitude ?

      Ce sont des pistes de réflexion à analyser en profondeur sur cette LFI 2021 n’est-ce pas ?
      Quid du projet présidentiel ? Il se taille encore la part du lion dans cette LFI 2021 ?
      Concernant le programme de relance : Quel secteur d’activité cette LFI 2021 priorise-t-elle ?

  • 19 novembre à 14:09 | lancaster (#10636)

    Ils vont râler pour rien obtenir. Le député d’un bled perdu pense à 3 choses : ses indemnités, sa voiture, sa réélection.
    L’état ou plutôt le ministre des finances En profite pour les faire saliver sur ces 3 points. Mais en réalité, il va continuer son travail de vulgaire comptabilité Même pas à l’echelle Nationale, mais disons clairement sous la pression du Fmi, ce qui va le permettre de continuer à faire la manche à l’international (avec les per idem qui vont avec) après avoir obtenu le satisfecit d’un quelconque économiste en mission à Tana qui n’ira jamais voir en province les vrais problèmes cruciaux des populations. Car pour cet économiste, c’est aussi sa carrière qui compte, pas la santé économique du pays. Il n’En a rien à cirer. Si ses recommandations ne marchent pas, ce n’est la faute à son irréalisme, c’est à cause de la mauvaise gouvernance.

    Le gouvernement aura beau dire qu’il faut adopter une autre politique, celle qui consiste par exemple à exploiter nos mines et notre pétrole, à créer un véritable fond souverain base sur nos richesses naturelles, à créer un véritable marché intérieur, à booster notre agriculture et notre pêche, à moderniser nos universités en fonction de nos vrais besoins , à mettre en place une politique de sécurité intérieure etc... À ooprer avec qui on veut etc...

    Le fmi dira non. Le fmi forcera à faire une vulgaire comptabilité pour s’assurer que le remboursement des fonds prêtés soit sécurisé. La BM , le FED, la BAD et l’AFD ainsi que les coopérations bilatérales axeront leurs aides et leurs créditS sur les secteurs qui les intéressent.
    Par exemple, le Japon réaménage le port de Tamatave pour faciliter l’exportation des mines d’Ambatovy.. Ce fut pareil pour QMM à Fort Dauphin. Ce sera tant pis pour l’environnement à Tamatave, comme ce fut le cas pour les pêcheurs et l’hinterland de Fort Dauphin. Ça va être pareil pour le sable noir à Tulear.
    Et le plus déplorable là dedans, c’est que l’etat, le ministère des mines et de l’economie n’ont aucune réplique politique et stratégique. On subit alors que à la base, il s’agit de nos richesses. On devrait être en position de force pour négocier et imposer nos conditions fiscales, environnementales, infrastructurelles, sociales, pour le bien du pays et de sa population. Hélas, il suffit à ces géants miniers d’envoyer quelques responsables etatiques et régionaux faire un peu de tourisme dans leurs pays (Japon, Canada, Chine, Australie etc... ), et le tour est joué.

    • 19 novembre à 14:32 | vatomena (#8391) répond à lancaster

      Il est tout de meme ahurissant que nos richesses minières soient connues et découvertes par les étrangers.Depuis des millions d’années ,ces richesses minières étaient sous nos pieds et nous ne le savions pas.Du reste nous en avions pas l’usage. Aujourd’hui encore il n’existe pas chez nous de grosses industries consommatrices de produits miniers . C’est l’étranger qui a valorisé notre sous sol et qui nous enrichit.S’il arretait son exploitation, ce serait une plus grande misère pour nous.. tous.Savons nous quoi faire avec le chrome ou les terres rares ..?

  • 19 novembre à 17:33 | ratiarivelo (#131)

    Efa fantatra depuis ny fanonganam-panjakana 2009**** fa tsy misy mandeha @ny laoniny ny fitondran’i RAJOELINA ka na IREO SARI-BAKOLINY "SOLOMBAVAM-BAHOAKA (irk-ird-mapar sy IREO masiso :INDEPENDANT*** dia mazava ho azy : fa dia LASA ho AZY tohin’ny TAY ny MARARY ny fananganana TANANA eny TSIMBAZAZA !!! fa aza mandany rora ny @ny izany hianareo ao @ny SOCIETE CIVILE***Mazava ve Tompoko o ??? Fa IZA reo io E !! fombany io depuis ny Transition *** Zay tiany ihany no LANIANA*** MAHEREZA fa ilainareo izany TOMPOKO ?? Haranako AZY : IZA no nanao an’io :LALAM-PANORENENA t@ny 2010*** dia IZY ihany no MANDIKA ny zavatra nataony***

  • 20 novembre à 03:51 | la mite railleuse (#10900)

    radio Pangolin à 1 727 km d’
    Ambanja

    démocratie en berne

    pendant que la société du Spectacle se repaît d’un procès d’Assises exposé de manière obscène, délibérément mis en avant pour occuper les esprits à la manière d’une série Netflix (le titre de BFMTV, « Daval, la série », témoigne de l’abjection du procédé), tandis que chacun est cantonné chez soi, tandis qu’on allume des contrefeux inessentiels sur Dieu sait quel complotisme dont, dans le fond, on se fiche (par exemple, ma voisine croit aux cartes de tarot et Mitterrand s’appuyait sur la voyante Tessier, sa Raspoutine en jupons, et cela n’occupait pas tout le devant du débat public sous les cris d’orfraie d’une petite-bourgeoisie apeurée), pendant ce temps, donc, il se passe des choses d’une réelle gravité pour la démocratie française

    la casse du système de retraites, tout d’abord, qui, pendant qu’aucun mouvement social ne peut avoir lieu et alors même que beaucoup ne font que songer à survivre économiquement à ce qui leur a été imposé (et dont on apprend au passage progressivement par les scientifiques que c’était inutile), a été remise sur les rails dans la loi de financement de la sécurité sociale, tranquillou bilou, alors qu’elle faisait la quasi-unanimité de toutes les professions contre elle, des avocats aux éboueurs, des médecins aux artisans

    l’état d’urgence sanitaire permet de faire régner un climat qui se révèle profondément liberticide de la part de l’exécutif qui en profite pour faire passer de nombreux dispositifs.
    Je sais qu’il est de bon ton, dans le confort ouaté de l’entre-soi médiatico-parisien, tous bords confondus, de dire qu’il n’y a pas péril en la demeure, que non les libertés vont très bien et que la dictature ce n’est pas cela etc etc, il est de bon ton ce faisant de montrer que l’on « en est », que l’on fait partie de la caste au pouvoir, par souci de notabilisation. Pourtant, c’est exactement ce qu’il se passe : les libertés fondamentales en France sont en très grave danger

    les essais menés à l’occasion des confinements/déconfinements sur la liberté d’aller et de venir se sont déjà montrés concluants, nul doute qu’ils pourront resservir

    la loi félonne de sécurité globale (mais rien que le titre devrait faire bondir n’importe quel démocrate se regardant avec sincérité dans une glace et toute la presse unanime devrait être en grève générale !), va être votée par un Parlement godillot, avec l’appui de la droite au quasi grand complet, décidément la plus bête (et coupable) du monde.
    Je le redis : ce texte est une abjection antidémocratique et doit être combattu vigoureusement. Laisser ce combat à la seule « extrême »-gauche est une faute politique majeure qui se paiera cher. L’idée même que des journalistes doivent aller se présenter en Préfecture pour être en quelque sorte accrédités afin de couvrir des manifestations est gravissime tout comme l’est le dispositif visant à empêcher d’informer le public sur les dispositifs de maintien de l’ordre

    on se sert de vous, de votre révolte, légitime, contre l’insécurité et les racailles, contre la délinquance qui est complaisamment laissée en stabulation libre par ceux-là même qui font aujourd’hui mine de vouloir la réprimer, pour retourner contre le peuple ces outils profondément liberticides.
    Ce qui est visé, c’est la liberté de la presse d’une façon générale, et la liberté d’expression d’une manière encore plus générale, et, derrière, la liberté politique, la liberté de s’opposer. N’importe quel citoyen doit pouvoir s’exprimer sur ce qui se déroule dans SON espace public, sans en recevoir l’autorisation de la Préfecture. Ce qui se met en place ne s’appelle plus la démocratie

    les déclarations de Dupont-Moretti, qui en moins de 24 heures déclare sa « détestation » de Marine Le Pen qui, quoi qu’on pense d’elle, représente 10 millions d’électeurs aux dernières présidentielles, et le lendemain s’engage clairement contre la liberté d’expression garantie par la loi de 1881, dans la grande tradition des socialistes de ces dernières années, sont absolument gravissimes. L’on se sert de manière abjecte et perverse de l’assassinat de Samuel Paty pour faire passer des dispositifs qui vont précisément à l’encontre de ce pour quoi il est mort, à savoir la liberté et en particulier la liberté d’expression et de conscience

    chacun doit avoir bien présent à l’esprit l’état de la situation et ses véritables enjeux.
    La crise sanitaire sert (par effet d’aubaine) une oligarchie gagnante de la mondialisation à opérer une sorte de coup d’Etat contre les peuples. Des mouvements sporadiques de révolte dans de nombreux pays se déclenchent ici ou là, mais il me semble important que chacun soit alerté et ne puisse pas dire ensuite "ON NE SAVAIT PAS"

    je pense notamment à tous ceux qui ont pensé, braves castors, faire barrage contre le fascisme

    j’espère qu’ils ne sont pas trop déçus

    prenez soin de vous et bonne vie

    • 20 novembre à 07:40 | Vohitra (#7654) répond à la mite railleuse

      Bonjour,

      La France, la patrie des droits de l homme, est en train de renier l une des bases fondamentales de la democratie...

      Liberticide-Egalite-Fraternite...

      Profiter ainsi de la lutte contre le terrorisme pour mener la strategie du choc...

      Est-ce qu’on avait mis du poison dans la potion magique du gaulois ?

    • 20 novembre à 08:12 | Rainingory (#11012) répond à la mite railleuse

      Bonjour aux matinaux,
      la mite railleuse, c’est un peu tard pour s’apercevoir que dans toutes contrées, mais certes à différentes échelles et de différentes natures, on s’est servi à raz la gueule de la pandémie pour faire avaler des couleuvres entières à leurs peuples !
      Sur ce, bonne journée.☀️🌄🌅🏜️

    • 20 novembre à 08:35 | la mite railleuse (#10900) répond à la mite railleuse

      hélas Vohitra ...

      le gaulois s’est inoculé le poison depuis 1974 (Giscard)

      puis, ce fut la chute vertigineuse

      46 ans de délire

      désormais, en étant positif, il va falloir 50 ans de "remontada"

      l’affaire est loin d’être gagnée, car le gaulois n’a AUCUNE antidote crédible à ce jour

    • 20 novembre à 09:05 | arsonist (#10169) répond à la mite railleuse

      Les électeurs se sont aperçu , mais trop tard , des insuffisances malfaisantes du giscardisme pendant son mandat à l’Élysée .
      Les diamants de Bokassa n’étaient que l’aspect superficiel (mais grave) de l’état de l’exécutif à l’époque .
      Les électeurs ont tenté de se rattraper en renvoyant Giscard à ses chères études aux Présidentielles suivantes et en élisant Mitterrand à sa place .
      Mais je me souviens toujours du terrible aveu de Mitterrand juste un peu avant la fin de son 2e mandat .
      Rappelez-vous , il avait déclaré en direct à la télé , au nez et à la barbe du téléspectateur :
      "Contre le chômage on a tout essayé !" .
      P.utain ! Quel aveu d’échec et d’impuissance !
      Et au poste le plus élevé de l’état en plus !

  • 20 novembre à 09:18 | la mite railleuse (#10900)

    he oui ARSONIST ... mon vieux papa dit Jospin non ?

    po grave, et la France avait encore de la croissance !

    • 20 novembre à 09:30 | la mite railleuse (#10900) répond à la mite railleuse

      après vérification ... c’est bien la mite randienne qui a balancé ces propos !

      mea culpa, mea maxima culpa

    • 20 novembre à 09:36 | arsonist (#10169) répond à la mite railleuse

      Ha-ha-ha !
      "Jospin non !"
      "La mite randienne" !
      Elles sont bonnes celles-là !
      Dîtes-donc, vos amis ne doivent pas s’ennuyer en votre compagnie .

    • 20 novembre à 10:06 | Vohitra (#7654) répond à la mite railleuse

      " Le temps de tant de pets " comme disait le titre du bouquin de l’autre....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS