Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 22 octobre 2019
Antananarivo | 19h12
 

Société

ONUCHA et FIDA

La situation dans le Sud de Madagascar préoccupe les Nations Unies

jeudi 6 juin | Arena R.

Une délégation des Nations Unies, conduite par son représentant résident, Violette Kakyomya, a été reçue par le Premier ministre, Christian Ntsay à Mahazoarivo hier. Cette délégation est composée, entre autres par Ursula Mueller, sous-secrétaire générale des Nations Unies aux affaires Humanitaires (ONUCHA) et Donald Brown, vice-président Adjoint du département de gestion des programmes du Fonds international de développement agricole (FIDA). Le projet de développement dans le sud de Madagascar a été au cœur de cette rencontre.

Donald Brown a indiqué que le principal défi est le développement, et si aucun pris en compte n’est engagé, cela entrainera une crise humanitaire. Pour Ursula Mueller qui a déjà effectué une visite dans le pays, la situation par rapport au changement climatique est inacceptable. Cela affecte, dit-elle, les moyens de subsistance de la population et a un impact sur le développement. Sans parler de l’accroissement de la vulnérabilité et la pauvreté dans le pays dans lequel les couches sociales les plus vulnérables sont les principales victimes.

Le Premier ministre a, pour sa part, salué l’excellence du partenariat et le soutien permanent des Nations Unies, tout en expliquant que cet organisme s’est toujours engagé à solliciter la contribution des partenaires internationaux, pour le développement du pays, surtout concernant la lutte contre la pauvreté, dont l’actuelle principale priorité du gouvernement est le cas de la partie Sud de l’île. Effectivement, expliquait-il, une délégation des Nations Unies s’est dans la région en question, pour constater de visu les avancées et les éventuelles contraintes des projets financés par l’organisme, et pour dresser une statistique des actions à entreprendre, tant pour la partie bailleur que pour le gouvernement malgache.

L’Etat s’engage dans des mesures à court terme telles que l’amélioration des infrastructures locales, la promotion de l’adduction d’eau potable, et essentiellement la considération du développement humanitaire car force est de reconnaître que le capital humain contribue de façon significative à la croissance d’un pays. Mais Christian Ntsay ne manque pas de rappeler que la partie australe de Madagascar a toujours fait face à des phénomènes météorologiques. C’est la raison pour laquelle, il a lancé, dans le cadre de la journée internationale de l’Environnement, un appel à tous les Malgaches, la préservation de l’environnement ainsi que la lutte contre la déforestation.

« Nous misons actuellement sur la bonne gouvernance et l’état de droit, ce qui exige le maintien de tous les efforts déployés en termes de protection des ressources naturelles et d’entretien de l’environnement », lance le chef du gouvernement.

Ursula Mueller a également touché mot sur l’épidémie de rougeole qui sévit dans le pays, ainsi que sur la situation de malnutrition des enfants lors de sa visite dans le Sud. Toutefois, elle a remercié l’initiative du gouvernement à appuyer les familles vulnérables de la région afin de lutter contre cette insécurité alimentaire grandissante, et les organisations humanitaires qui soutiennent la population et sauvent des vies. Cette responsable de l’ONUCHA ajoute que l’on doit également s’attaquer aux causes profondes de pauvreté et de sous-développement.

Enfin, le responsable de FIDA avance qu’à l’instar des 430 milliards de dollars déjà investis dans le pas, le Fonds est prêt à apporter davantage son appui pour la réalisation du Plan pour l’émergence de Madagascar, et qu’il est très important d’avoir un plan de développement réalisable, auquel le gouvernement a initié le leadership de mettre les ressources propres internes. Ainsi, continuait-il, un nouveau programme de partenariat sera bientôt mis en place, pour appuyer le programme de mise en œuvre du Plan pour l’émergence de Madagascar.

36 commentaires

Vos commentaires

  • 6 juin à 09:48 | FINENGO (#7901)

    Pendant que Andry Rajoelina se soucie de la construction de la nouvelle Capitale dit"Tanamasoandro et les répliques des Plages de Miami et de la Côte d’azur sur Tamatave", l’ONU se préoccupe de la Famine qui sévisse et tue dans le Sud de Madagascar.

    Voilà un exemple de Priorité que l’Etat Malgache relègue au second voir au cinquième rang.
    Il est bien déplorable qu’une instance extérieure, se préoccupe du sort de la Population, pendant que le Pouvoir Dirigeant, joue au Grand Seigneur.
    C’est bien Pitoyable tout ça.

    • 6 juin à 10:23 | betoko (#413) répond à FINENGO

      Qu’est ce que tu attends pour les sauver au lieu de vociférer ici
      Une pipe l’une est en construction pour pouvoir emmener de l’eau dans cette région ,pourquoi personne n’en parle ?

    • 6 juin à 14:09 | Isandra (#7070) répond à FINENGO

      Sorry Lefona ihany, j’emprunte votre post pour répondre cet sénile aboyeur sur tout c qui bouge :

      5 juin à 15:00 | Lefona Again (#10319)
      Quand en France, la Cathédrale Notre Dame de Paris fut construite, la misère existait aussi ! Ne fallait-il donc pas entreprendre sa construction car la priorité aurait du être la prise en charge des miséreux ?

      Quand les USA ont fait une expédition sur la Lune dans les années 60, "On" a critiqué son GVT de l’époque et la NASA d’avoir gaspillé autant de milliards de dollars alors que sur "la planète terre" et plus précisément aux US, il y avait de réels problèmes sociétaux (chômage, ségrégation et guerre du Viet Nam).

      En 1982, à Madagascar, j’ai fait mon SN (service national) avec un compatriote dont la passion était la musique. Un jour de paie des quelques légendaires 12500 Ariary de l’époque toujours, avec une bonne dizaine de notre régiment, on décida de se faire une soirée entre nous. Au milieu de la soirée, tout le monde discute avec tout le monde et à un moment donné, cet ami dit en toute confiance et innocence : " il faut faire quelque chose pour aider les artistes Malgaches car la culture Malgache, c’est puissant, mais il faut investir dans un équipement moderne comme cela se fait aux USa !". Que n’a-t-il pas dit ! L’amicale soirée s’est transformé en tribunal populaire !
      D’emblée, tout le monde a ricané et s’est moqué de sa g..ueule ! Du genre "on sait que t’es un artiste, mais réveille-toi ! Qu’est-ce qu’on a à fiche de ton studio d’enregistrement hyper moderne, alors que les gens n’ont pas de quoi manger ! Réveille-toi !".

      Cette anecdote m’a marqué à vie, mais positivement, dans le sens où j’ai compris les sens du mot AMALGAME : mélanger tout, pour anéantir toute autre initiative !

      Autrement dit, et selon vos principes de forumeurs MT pro-le8 ou nostagique du feu "Empire Français" : la seule priorité n’est pas d’essayer quoi que ce soit à long terme, de projeter, ce qui serait un LUXE d’après vous, mais tout bonnement et simplement de donner à manger à tout le monde et tout de suite ! et basta !

      Donner à manger sans investir ? Espèce de cra..pules que vous êtes ! Rien d’autre que des vampires de la misère pour vous permettre de montrer aux yeux de tous, ô combien vous êtes "concernés’ par la misère des autres !

      Je défie alors quiconque ici sur ce forum, surtout les "vazaha-donneurs-de-leçons" de me dire comment on devrait faire..mieux !..mais surtout bande de je-ne-sais-plus-quoi, avec qui ?

    • 6 juin à 19:55 | lanja (#4980) répond à FINENGO

      Votre constat est vrai, mais les pro régime sont toujours obligés de réagir, la vérité qui blesse !!! donc, devant une telle évidence , soit ils vous apportent de réponses à coté, soit ils feront de démonstration de leur a susceptibilité à fleur de peau pour masquer la réalité, inutile de donner suite à des délires

    • 13 juin à 13:40 | ravel (#4625) répond à FINENGO

      j’allais dire la même chose ,heureusement que l’onu ,lui ( Joelina) il va s’occuper du cache misère

  • 6 juin à 10:29 | betoko (#413)

    Pipe line pas pipe l’une

    • 13 juin à 14:45 | vatomena (#8391) répond à betoko

      De la mesure Isandra ! L’Amérique du Nord L’Australie,la Nouvelle Zélande sont aujourd’hui de superbes états . A l’origine, ils ont été occupés par une faune humaine venue d’ Europe et particulièrement deshéritée :des forçats ,des aventuriers ,des pirates,des filles de joie ,des paysans sans terres ,des religieux persécutés. Ils se sont accrochés sur des terres inconnues . Ils étaient souvent ignares et pourtant dans ces conditions difficiles ,ils ont survécu . Ils se sont organisés . Ils ont développé le pays à force de travail ,d’adaptations,d’organisation . Et sans le secours d’aides internationales . Elle n’existaient pas encore .Ils étaient seuls dans le dénuement et la détresse . Ils ont tenu . Ils ont vaincu le mauvais sort à force de courage et de travail .Nous sommes chez nous ,ici ,avec une civilisation millénaire.Pourquoi donc avec toute l’aide internationale.nous n’arrivons pas à émerger. Qui sommes nous pour patauger ainsi dans une misère noire ,l’anarchie ,le désespoir . la dépendance envers la générosité des étrangers .

  • 6 juin à 10:31 | kartell (#8302)

    Cette préoccupation onusienne est une épine dans le pied d’un programme cousu de fils blancs de la marche en avant, d’autant qu’elle oblige à freiner le tempo du vite fait, bien fait et du tout pour demain !.....
    Ce grain de sable dans les rouages du scénario présidentiel est malvenu parce qu’il va le contraindre à réagir, sans obligation d’agir préférant ainsi laisser l’initiative des secours aux intervenants extérieurs habituels....
    Cocasse situation où l’on se vante de la création de villes nouvelles mais où l’on est incapable de résoudre un problème récurrent de famine !...
    Prioriser les urgences reste visiblement le problème majeur d’un pouvoir qui sait le faire pour les siennes mais qui feint d’en être capable pour celles de ses concitoyens, les plus vulnérables...
    Pourtant, cette famine n’est pas nouvelle mais elle a toujours été mise de côté par les pouvoirs successifs minimisant son ampleur avec un sommet de l’imposture avec les affirmations scandaleuses de Rajaonarimampianina sur le sujet ...
    Ce brusque retour aux réalités du moment permet de se remettre les pieds sur terre et la tête, un moment dans les étoiles, sur les épaules....

    • 6 juin à 11:02 | elena (#3066) répond à kartell

      La 1ère révolte des paysans a eu lieu en 1971avec Monja Jaona et depuis 48 ans, tous les ans, comme un marronnier(c’est grave pourtant) , on est "concernés" et on se penche sur la misère Sud.
      Je ne minimise pas le gros travail des ONG internationales

    • 6 juin à 15:11 | kartell (#8302) répond à kartell

      @elena

      Cette famine du Sud est devenue au fil des années la carte de visite d’un pays incapable d’apporter ne serait-ce, qu’une amélioration durable au problème....
      On en parle surtout lorsque les organisations internationales tirent la sonnette d’alarme vite relayée par le pouvoir en place qui monte ainsi dans le train en marche qu’il se contente le reste du temps d’observer sans agir ....
      Le réchauffement climatique ne pourra qu’aggraver les conditions de vie de ces gens entraînant une exode massive vers les deux centres urbains de cette côte, objet de convoitises minières prédatrices....
      Le recours à l’assistance repose exclusivement sur l’extérieur dans un état où le pouvoir en place semble avoir définitivement confié les clés du secours à d’autres....
      Et dire qu’il propose une co-gestion des îles éparses, cela laisse rêveur, non ?...

    • 6 juin à 15:24 | elena (#3066) répond à kartell

      On mettra juste un petit drapeau malgache, à côté du drapeau français et l’honneur est sauf.

  • 6 juin à 10:40 | betoko (#413)

    Finengo
    J’ai lu le post de Zanatany hier et je lui donne raison .La liberté d’expression n’autorise pas à quiconque d’insulter quelqu’un et de surcroît un président de la république de l’insulter avec des grossièretés ou mot cru tel que le mot ENC....ler que tu avais utilisé la semaine dernière
    Imagine que le ministre des affaires étrangères porte plaine contre M.T et toi au tribunal .tu auras des gros ennuis .Tu disais que tu assumes mais tu n’assumes rien du tout
    J’espère que le post de Zanatany et le mien sera lu par des proches du président et qu’ils feront le nécessaire
    En bon attendeur

    • 6 juin à 11:24 | ratiarison (#10248) répond à betoko

      MATATESA ny vali-fingika ry BETOKO VONGANY A ? fa IALAHY io no tena mpanompa MPANAMBANY ny SASANY eto @ny ity forum ny M.T. Tsotra ny mahaiza manaja ny HAFA rehefa tsy mahatanty ny taim-bava ny hafa MAZAVA ! fa LEROA raha harahana @ny VAVAN’ i iahaly no vatatay i ANR bac-3 samy tsara

    • 6 juin à 11:42 | kartell (#8302) répond à betoko

      La critique politique est un vaste sujet où ses limites doivent être impératives sinon elle devient diffamatoire en perdant toute efficacité....
      La liberté de penser est différente de celle d’écrire puisque cette dernière laisse des traces indélébiles qui peuvent conduire au tribunal et à des condamnations...
      Vouloir faire partager son indignation n’autorise pas à utiliser un vocabulaire de caniveau parce qu’elle traduit une violence des mots qui décrédibilise son auteur et ses pamphlets ...
      D’autant qu’agir de la sorte entraîne de facto une escalade de cette dérive verbale dont l’auteur ne prend plus conscience dans une fuite en avant qui conduit à la caricature et au vulgaire....
      Ce n’est qu’une approche très personnelle mais il faut laisser aux politiques l’entière liberté de penser même si cela peut indigner ou exaspérer en lecture dans un esprit de tolérance non réciproque mais imposé par celui du respect des idées, fussent-elles, excessives et partiales, au possible !....

    • 6 juin à 13:00 | Lefona Again (#10319) répond à betoko

      @ Ratiari..acthoum !
      jereo ty izy ! Miresaka fanajana nefa miantso ny olona ho "VONGANY" !
      Ialahy io angamba no notaizaina tao anatin’le vongany ka tsy afa-manaotra amin’ny fomba fiteny ?
      On est ce que l’on dit l’ami ! Pas de miracle ! Niveau scato, t’es l’indéniable king ! Mpanjakan’ny voretra ! Avo vava fa ambany fiteny !

  • 6 juin à 12:21 | reviv (#9830)

    voilà pourquoi la définition des priorités par les gouvernements Malgaches ne répond pas ...mais pas du tout aux réalités locales.

    les causes profondes de la pauvreté ne sont jamais abordées car les rustines ne font que les entretenir.

    et qd ce gvrt projette la réhabilitation des routes nationales (RN1, RN2, RN3, RN4, RN5, RN5A, RN6, RN7, RN12A, RN13, RN44, RN43),

    toute personne avisée et éclairée remarque que seule la RN10 ne figure parmi les priorités.
    et comment peut-on lutter sérieusement et honnêtement contre cette vulnérabilité récurrente ?

    ces régions frappées par des difficultés de toutes sortes en plus des cataclysmes climatiques sont celles dont les infrastructures de base font cruellement défauts à savoir hôpitaux,
    les écoles, lycées, universités digne de ces noms n’existent quasiment pas.

    Etc etc .....

    appréciez le constat avec sincérité.

  • 6 juin à 13:33 | FINENGO (#7901)

    @ betoko (#413)
    Si c’est le cas.
    C’est une bonne question Betoko.
    Pose la question aux Dirigeants responsables pourquoi, ils n’en parlent pas.
    Idem aux journalistes du Pays, pourquoi ils n’en parlent pas.
    Quant à moi personnellement je n’ai pas de réponse à te donner, pour le Pourquoi du Comment de la chose.
    Quant à ce que Zanatany a dit, c’est son droit le plus strict de le penser et de le dire, au même titre que Kartell.

    Et pour terminer, réfère-toi à ce que Kartell te dit dans son dernier Paragraphe
    Mais de là à tolérer l’intolérable, pour être tolérant, ne peut pas être de moi.

  • 6 juin à 14:40 | Marylyn (#10429)

    Selon l’Alimentation en Eau dans la partie Sud de Madagascar, de l’eau propre, des toilettes basiques et de bonnes pratiques d’hygiène sont essentielles pour la santé. Situation de la sécheresse dans le grand sud de Madagascar touche les étrangers.

  • 6 juin à 14:40 | Vohitra (#7654)

    Bonjour a tous,

    Allons changer la Constitution, ce systeme a Etat unitaire n est plus apte a garantir le developpement equitable et conforme aux souhaits de la population des differentes Regions du pays, passons a une Republique Federale de Regions Autonomes.

    Laissons aux Regions respectives les soins de s occuper de leurs developpements socio economique ainsi que l aspect securitaire, et que les elus regionaux puissent negocier eux meme leurs priorites a travers des partenariats mutuellement avantageux et equitables.

    • 6 juin à 15:35 | lé kopé (#10607) répond à Vohitra

      Le problème de la sécheresse dans le sud est une situation qui date depuis longtemps et qui n’a trouvé aucune solution ,malgré le financement quasi permanent des ONG. Les "éléphants blancs", c’est à dire les projets qui n’ont pas abouti ne manquent pas ,mais au lieu de sauver les plus démunis, l’argent remplit les poches des dirigeants successifs.A l’époque de la deuxiéme République ,un Département ou même un Ministére intitulé ’micro hydraulique") a été créé pour résoudre ce problème. Malheuerusement ,tout s’est envolé en fumée avec en plus l’assasinat d’un jeune Ingénieur qui voulait dénoncer le pot aux roses.(paix à son âme)

    • 6 juin à 20:10 | lanja (#4980) répond à Vohitra

      le fédéralisme peut bien apporter une solution pour Madagascar , un changement radical sur le plan institutionnel peut créer un dynamisme économique favorable, ....Zafy et Ratsiraka ne l’ont pas faits, pourquoi ????

  • 6 juin à 15:48 | reviv (#9830)

    oui elena,
    kartell évoqué ceci :
    " Le recours à l’assistance repose exclusivement sur l’extérieur dans un état où le pouvoir en place semble avoir définitivement confié les clés du secours à d’autres....
    Et dire qu’il propose une co-gestion des îles éparses, cela laisse rêveur, non ?..."
    - voilà tout est dit, plus pertinent et subtil que ça, tu bats des ailes.

    depuis que ce forum plate forme d’expression libre existe grâce à mt.com, ce dont vous mettez très justement en exergue sur la défaillance du système de gouvernance à Madagascar, je n’ai jamais cessé de le dire ici ou ailleurs,

    et pourquoi s’abstiendrait-on d’exprimer une entière reconnaissance aux différentes organisations internales toujours prompt à porter secours aux populations en détresse pour leur donner un peu de répit à leur grande misère.

    seulement, une solution d’urgence ou ponctuelle, bien que ça soit utile, ne peut rien résoudre, la preuve.
    il faudra bien guérir le mal à ses racines.

  • 6 juin à 16:25 | reviv (#9830)

    oui lé kopé, votre témoignage illustre parfaitement le mal.

    lorsqu’un semblant de projet de société est lancé, celui-ci est immédiatement pris entre les mains des " plus agiles " pour être traité par des rapaces et vautours en tout genre et se termine le plus souvent en queue de poisson par l’esprit de l’appât du gain facile avec la corruption bien installée confortablement et bien sûr l’impunité aidant.
    autrement dit, tout le monde sait que cette misère est exploitée par les plus malins et
    ces individus n’ont aucun intérêt à ce que la chose s’arrête et c’est bien là le problème.

  • 6 juin à 16:30 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra (#7070)

    Tu peux rééditer autant de fois que tu voudras le Post de Lefona ihany.
    Mais ce que disait Lefona ihany, je l’ai aussi lu, et je partage son avis dans le sens de l’ambition.
    Et quand je dis : Dans le sens de l’ambition, une ambition saine, et que l’on peut réaliser, sans piétiner les priorités.
    Contrairement à ce que certains disent "Ambition", et qui n’est en réalité qu’une folie de Grandeur, tels le Tanamasoandro, les Plages de Miami et de la Côte d’azur.
    Suivez mon regard.

    Des priorités il y en a dans ce Pays, et se sont des Priorités de première importance.
    J’en avais cité quelques-unes unes hier, que je vais encore les redire.
    La Santé, l’enseignement, la Sécurité, l’insalubrité de toutes les Villes de ce Pays, dans lesquelles seuls des Porcs peuvent y trouver bonheur pour y vivre heureux.

    Alors Isandra, quand tu sauras faire la différence entre ces deux choses, Ambition et Priorité, tu reviendras me voir, et on pourra en discuter.

    • 6 juin à 20:14 | Isandra (#7070) répond à FINENGO

      Finengo,

      Dans ce cas le vous confondez l’ambition et le projet. La construction de ces nouvelles villes n’est pas une ambition, mais, c’est un projet à réaliser, avec lequel on assure l’une des priorités, que la création d’emplois, sinon, son budget n’aurait pas été prévu dans cette LFR rectificative. Ceci dit, notre ambition, c’est de faire émerger notre pays, si vous la jugez de grandeur, tant mieux.

      Cependant, le réalisation de ce projet n’empêche pas de s’occuper de autres priorités. C’est comme une troupe au combat, l’une partie combattent contre les ennemis immédiats, alors que l’autre s’occupe de ceux de loin, pour empêcher leur avancement, en utilisant les jumelles et les armes longues portées.

  • 6 juin à 16:32 | FINENGO (#7901)

    Erratum
    J’en avais cité quelques-unes hier, et je vais encore les redire.

  • 6 juin à 16:42 | reviv (#9830)

    Vohitra :
    " Laissons aux Regions respectives les soins de s occuper de leurs developpements socio economique ainsi que l aspect securitaire, et que les elus regionaux puissent negocier eux meme leurs priorites a travers des partenariats mutuellement avantageux et equitables."

    Vohitra, ce n’est pas pour vous contredire mais lorsque vous parlez des élus régionaux vous êtes généreux.
    Votre proposition est bonne mais ne fonctionne que dans une démocratie mûre.

    vous savez comme moi qu’être élu ne signifié pas grand-chose dans nos contrées profondes ou pas.

    lorsque les populations voire leurs représentants parlementaires n’ont pas les moyens et la volonté de contrôler les exécutifs que par la violence, inutiles d’aller plus loin.

    le sefafi le dit bien sûr le thème qui suit celui-ci à propos de la décentralisation qui n’est effective que de nom.

  • 6 juin à 16:59 | reviv (#9830)

    FINENGO :
    " Contrairement à ce que certains disent "Ambition", et qui n’est en réalité qu’une folie de Grandeur, tels le Tanamasoandro, les Plages de Miami et de la Côte d’azur.
    Suivez mon regard. "

    je vous rejoins sur ces points.
    même si on peut être d’accord avec des créations nouvelles, il y a bcp de choses plus urgentes à régler concernant ces grandes villes comme par exemples les réseaux d’assainissement défaillants ou défectueux voire les structures sanitaires publiques inexistantes...etc
    et après seulement, on peut imaginer des choses nouvelles...
    faire le contraire ou l’inverse est en quelque sorte synonyme de " marcher sur la tête " ou encore une folie de la démesure et c’est en procédant ainsi que l’insécurité sous toutes ses formes n’est jamais résolue.

  • 6 juin à 17:26 | papangue (#9623)

    Hi all,

    En effet, il est étonnant de constater l’écart entre les projets grandioses « pharaoniques » à l’échelle de Madagascar et la vie des vrais gens.

    Certains pensaient à tort que la misère c’est dans les villes et ne touchent pas les campagnes, et bien non, avec une population à 92 % en dessous de 2 EUR par jour, et comme on dit que 78% des Malgaches sont des campagnards …. où le bât blesse.

    Donc parmi ces gens qui sont dans la misère totale, rappelons le rang du pays :3e pays le plus pauvre du monde, le grand hâtif est donc venu à Paris montrer son projet et sa personne, DJ un jour, DJ toujours.

    Les lèches -quelque chose (mettez ici ce que vous voulez) se sont accourus au siège de l’UNESCO pour le show !

    A-t-il parlé de ces gens du Sud ?

    Non, ce n’est pas au programme, pourtant c’est bien de 1,5 millions de personnes qu’on parle ici, C’est ça la vraie urgence, il se vante d’avoir créé une école Orange, mais pendant ce temps ls gens meurent de faim, quelle honte.

    D’ailleurs, c’est une école, quid du reste ? Comment payer et recruter les profs ? Avec quel argent ?

    C’est étonnant ces histoires de financement, déjà que les derniers gouvernements avaient du mal à payer les fonctionnaires, comment celui-ci va faire ?

    On parle d’autofinancement, mais comment ?
    A, on a perlé de coton de Tuléar …

    Il faut qu’il explique comment il fa faire tous ces projets

    Cette minorité plus avide de chouquettes, de cacahuètes gratuites et de promotions rapides qu’autre chose, s’est empressé à Paris écouter les âneries de leur nouveau président.

    Cela ressemble beaucoup aux fêtes avec sabmos et jus le 26 juin à l’embrassade à Tana ou à Paris, c’est pareil, le gasy se précipitent sur les sambos au cas où il y en a plus.

    Pour la petite histoire, des personnes qui sont allées à l’Unesco, ont parlé de bousculade pour se faire le buffet gratuit.

    C’est pareil pour ces demandes de vote, quand le peuple meurt et a le ventre vide, et de plus les élections sont truquées, est-ce la priorité ?

    Ce n’est pas un peu nombriliste de demander de voter alors que les compatriotes meurent par milliers … ?

    Ces grandes constructions hopitaly manarapenitra , sekoly seront vides, comme auparavant avec Dédé et est KOBAMA, SOTEMA, KIRAROMA, AFOMA,SMPL etc ...

    L’essentiel c’est que l’argent arrive, coule, même peu, car il ne faut pas oublier que M/car est un pays sous-aidé même à l’époque de Tsiranana.

    Au niveau d’un pays , on devrait parler de milliards de $ et non millions, mais ca sera un autre post peut être.

    Millions c’est au niveau d’entreprises mais pas d’un pays aussi grand et aussi pauvre qui n’a pas d’infra.

    • 6 juin à 19:21 | betoko (#413) répond à papangue

      Et pourquoi vous n’avez pas interpellé le président à ce sujet entre autre lors de cette rencontre au siège de l’UNESCO ?
      Selon les membres de la délégation qui étaient avec Andry Rajoelina ce jour là ,nombreux étaient présents dont des membre des GTT ,mais n’ont pas osé une seule question à Me le président et cela paraît avait étonné l’intéressé car il était près à vous écouter sur tous les sujets et à vous répondre bien sûr
      Peut être ce n’est qu’une partie remise ,dans 5 ans qui sait

  • 6 juin à 20:27 | lysnorine (#9752)

    « Le Premier ministre a, pour sa part, salué l’EXCELLENCE du PARTENARIAT et le soutien permanent des Nations Unies, tout en expliquant que cet organisme s’est toujours engagé à solliciter la contribution des partenaires internationaux, pour le développement du pays, surtout concernant la lutte contre la pauvreté, dont l’actuelle PRINCIPALE PRIORITÉ du gouvernement [ INEXACT : cf. « Miami Beach, « villes nouvelles », autoroute, réhabilitation traditionnelle des routes non entretenues traditionnellement aussi, entre autres] est le cas de la partie Sud de l’île…

    Propos certainement décousus de la part d’un premier ministre.
    L’EXCELLENCE dudit PARTENARIAT depuis au moins TRENTE ANS a été amplement PROUVÉE par la croissance régulière et soutenue de la PAUVRETÉ de la masse de la population Malagasy, de la DÉPENDANCE STRUCTURELLE de l’économie de Madagascar, incapable de se développer, et des FINANCES PUBLIQUES de l’État, vis-à-vis de la « charité » de l’Extérieur. Ledit « partenariat » a été et demeure toujours générateur de DIVIDENDES SUBSTANTIELLES, en faveur, d’une part, des fonctionnaires internationaux faisant du « TOURISME » ou s’incrustant dans les pays quémandeurs « d’aide » comme Madagascar, tout en percevant des indemnités et/ou avantages appréciables, et d’autre part, de leurs « partenaires » locaux, l’élite politico-économique au pouvoir, enrichis régulièrement par leurs retombées, notamment à l’occasion de la passation de « MARCHÉS » divers pour la réalisation du ou des projets. C’est ce qu’on traduit par l’expression « win-win », ressassée à tout propos.
    Exemple : « L’Etat s’engage dans des mesures à COURT TERME (!) telles que l’amélioration des INFRASTRUCTURES (?) LOCALES (!), la promotion de l’adduction d’EAU POTABLE … », problème OBSTINÉMENT INSOLUBLE depuis une ÉTERNITÉ malgré la floraison de projets qui ont été INFRUCTUEUX Et on peut avancer sans risque de se tromper que, eu égard aux expériences concrètes, passérs, « de visu », cette situation et les « échecs » se perpétueront dans le…court, moyen et long terme.

  • 6 juin à 23:19 | kozobe (#7754)

    Bonsoir à ceux qui se reconnaîtrons... Aux autres aussi, pourquoi pas.
    Les mauvais diagnostics engendrent forcément des solutions illusoires, qui n’ont d’autres buts que d’entretenir... l’illusion justement. Que n’a t-on pas dit sur les milles et un problème qui pèsent excessivement sur le Sud profond ? Et chaque entité y va de son verbiage, en voulez-vous en voilà.
    En son temps, voilà déjà des dizaines d’années, un certain Latimer Rangers, journaliste reporter et d’investigations (si je ne m’abuse pas) de son Etat avait dit que le véritable problème du Sud malgache n’est pas l’accès à l’eau potable, mais bien d’irrigations pour les immenses terres arables qui ont juste besoin de "s’abreuver" pour devenir fertiles. S’il y a, s’il y avait une personnalité qui connait cette région et qui a beaucoup d’empathie pour ses habitants, c’est bien lui. Je partage totalement son avis et sa vision de ce que devrait être le Sud profond.
    Souvent , sur ce forum, il y en a qui préconisent que la solution est que les habitants de cette région émigrent vers des cieux plus cléments, pour fuir toutes ces désolations provoquées par la sécheresse, l’insécurité , la disette chronique... Et patati et patata.
    Seulement voilà, cette émigration massive existait déjà depuis fort longtemps, existe encore et toujours. Et c’est elle qui engendre, entre autres, la menace la plus sérieuse sur l’environnement, dans les régions d’accueil. Notamment sur ce qui reste des aires à protéger (mangroves, Parcs, forêts classées, forêts primaires). J’ai failli oublier la bombe à retardement que constitue les problèmes de voisinage entre migrants et locaux.
    Il existe de part le monde, des régions plus désertiques encore que le Sud malgache, mais les habitants arrivent à faire verdir le désert, à le rendre fertile, et ce grâce à leur ingéniosité et leur volonté. En d’autre terme, les habitants arrivent à amener l’eau salvatrice, sur des dizaines de kilomètres avec des systèmes de captage (d’eaux mais pas de l’autre de captage, propre aux dirigeants "chasseurs-cueilleurs) , de canalisation.. Je n’ai pas besoin de citer quelques-uns de ces pays, ce serait faire injure à votre connaissance, votre culture, votre érudition...
    Quant au Fédéralisme, c’est vraiment une autre histoire. Depuis le temps que nous avons institué l’ignorance et la médiocrité, et tous leurs corollaires, comme valeurs suprêmes... Hadiasa iô Paoly.
    En fait, tout ce que je viens de dire concernant le Sud est valable pour tout Madagascar. A quelques nuances près, voilà tout. C’est mon avis. Il pourrait n’engager que moi.

  • 6 juin à 23:53 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra (#7070)
    Comme d’habitude, comme le dit si bien lanja (#4980) dans son Post juste au-dessus, tu réponds à côté, pour faire diversion.
    On a l’habitude de tes esquives et de celles de Betoko.
    Jamais ça ne veut répondre aux questions que l’on leur pose.
    Encore une fois je me répète, tu confonds l’Ambition et la Folie de Grandeur.
    En réalité, mis à part jacasser, tu n’as jamais rien compris à ce que l’on te dit.
    Je ne t’ai jamais parlé de Grandeur.
    Je te parle de : la Folie de Grandeur. Saches faire la différence.

    Et pour terminer, ne me parle pas de combat Militaire, tu n’étais pas encore sortie du ventre de ta mère que moi j’y étais au combat.

    Que ce soit en Offensif, qu’en défensif, on est au combat, c’est la gestion du combat qui peut varier.
    Et on utilise également les Jumelles, et également des armes de longue portée.
    L’ensemble s’appelle « dotation » ça englobe les équipements y compris l’armement.
    Que l’on soit sur la ligne de front, où à l’arrière pour ce qui est du commandement, comme pour le soutien.

    C’est fini la ligne de front où l’on combattait au corps à corps.
    Le corps à corps est réservé aux attaques des forces spéciales.

  • 7 juin à 09:50 | Ibalitakely (#9342)

    Au moins tgv ou plutôt ird sait-il distinguer l’urgent de l’important, qu’est-ce qui est prioritaire des prioritaires. Son LFR reflète quoi exactement ?? & peut-il présenter publiquement ses excuses envers ces bailleurs de fond quant à ce qu’il a pu dire fin 2018 à propos de ces derniers ??

  • 7 juin à 11:14 | ratiarison (#10248)

    LEFONA Again : mpadefona HIVOA........!! Fotsifotsy FANAHY toa TAKATRA i LETY, ka ny tain-KARY no atao TRANO !! samy tsara

  • 10 juin à 14:19 | SNUTILE (#1543)

    Et Madagascar quelle est sa part dans la prévention des catastrophes humaines dans le propre pays ?

    Six (6) mois à l’avance l’internationale agit. Et le gouvernement depuis un (1) an quand il faut agir, se préparer ? Depuis l’année dernière il a été prévisible les phénomènes périodiques et être en avance sur celles-ci. Se constituer des stocks sur la récolte actuelle, des méthodes de "manger juste" sans gaspillage dans les autres régions, le partage des excédants etc.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS