Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 septembre 2020
Antananarivo | 23h12
 

Tourisme

Trafic aérien

La reprise des vols internationaux attendue par les opérateurs touristiques

vendredi 19 juin | Mandimbisoa R.

Les acteurs du tourisme à Madagascar ont annoncé qu’ils se préparent à la reprise des activités touristiques et espèrent l’ouverture du trafic aérien après l’annonce de reprise générale des activités annoncée par Andry Rajoelina, dimanche dernier. Le secteur du tourisme paie en effet un lourd tribut dans cette crise sanitaire, étant donné que le tourisme à Madagascar dépende fortement des touristes internationaux. Pour l’instant, aucune mesure concrète n’a été annoncée par les autorités pour soutenir ce secteur, en dépit des nombreux échanges avec le ministère des Transports et du Tourisme,

Au niveau international, les pays européens ont déjà annoncé l’ouverture de leurs frontières extérieures aux vols intercontinentaux dès le début du mois de juillet. De nombreux pays d’Afrique se préparent également à une reprise dès le 15 juillet. Les dernières informations visibles sur le site d’Air Madagascar indiquent la prolongation de la suspension de tous les vols internationaux de la compagnie jusqu’au 30 juin. La compagnie aérienne nationale se focalise actuellement sur les vols spéciaux, organisés pour le rapatriement des étrangers à La Réunion. Le conseiller-consulaire élu par les Français à Madagascar, Jean-Hervé Fraslin, a révélé que Tsaradia prépare prochainement des vols spéciaux à partir de Toamasina, Toliara et Fort-Dauphin et éventuellement Sainte-Marie pour le rapatriement de français et Européens encore bloqués dans les provinces.

Des ressortissants malgaches coincés à l’étranger, notamment en France et en Europe sont également en attente de leur rapatriement, l’Etat ne semble pourtant pas encore disposé à organiser des vols pour leur retour au pays malgré la déclaration tonitruante du président selon laquelle la maladie est maitrisée dans le pays.

Le transport aérien ne devrait pas retrouver son niveau de trafic d’avant-crise avant 2023, avec d’abord un redémarrage sur les liaisons intérieure suivi par une reprise beaucoup plus lente du trafic international, estime l’Association internationale du transport aérien (IATA).

« Des mesures incitatives majeures de la part des gouvernements et l’injection de liquidités par les banques centrales vont stimuler la reprise économique une fois que la pandémie sera maîtrisée. Mais il sera plus long de restaurer la confiance des passagers. Et même alors, les personnes et les voyageurs corporatifs vont gérer soigneusement leurs dépenses de voyage et rester plus près de chez eux », explique Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA, association qui rassemble quelques 290 compagnies aériennes membres.

Publié dans le site du Air journal, selon un sondage réalisé par l’IATA, 58% des passagers interrogés limiteraient dans un premier temps leurs déplacements à des séjours dans leur pays. « Cela rend des mesures de sécurité sanitaire communes pour le voyage en avion encore plus importantes », commente Alexandre de Juniac, redoutant l’impact de mesures unilatérales. L’association plaide en faveur de la combinaison de différentes mesures, dont le port du masque et le contrôle de la température des passagers, en attendant l’arrivée d’un vaccin, de passeports immunitaires ou de tests de covid-19, utilisables à grande échelle. En revanche, elle est totalement opposée à des mesures de quarantaine des passagers à l’arrivée : 69% des voyageurs refuseraient de voyager en cas de quarantaine de 14 jours.

22 commentaires

Vos commentaires

  • 19 juin à 09:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Le mieux c’est de se préparer au lieu de se faire imposer encore et comme toujours le diktat du plus fort dans un contexte de mondialisation car tôt ou tard le régime va se plier : Pourquoi ne pas anticiper l’inévitable ? D’autant plus qu’avec une seule pierre, on va faire non pas deux mais plusieurs coups : Je m’explique en ouvrant selon les normes sanitaires nos transports nationaux et régionaux associés à l’ouverture des centres de quarantaine dans chaque région touristique en particulier et dans toutes nos régions en générales, non seulement on va gagner la lutte contre le covid-19 à travers des déplacements de population organisés et contrôlés (non pas en catimini comme actuellement) mais on va également favoriser nos relances économiques par le secteur des transports de voyageurs et du tourisme local (voulu ou par nécessité et en toute indépendance), sans oublier les structures sanitaires déjà en place qui peuvent servir éventuellement aux besoins de la réception des vols internationaux de rapatriement de nos compatriotes et pourquoi pas des vols internationaux touristiques.

    • 19 juin à 12:05 | rayyol (#110) répond à plus qu'hier et moins que demain

      C est trop demandé pas plus d une tache a la fois un seul homme prend toute les decisions Ils vont se mettre a courir comme des poules auquel on a couper la tête Quel incompetence sa fait pleurer

    • 19 juin à 14:43 | lé kopé (#10607) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le volet touristique est un secteur pourvoyeur devises , mais surtout si on prend des mesures d’accompagnement drastiques .Notre Pays peut offrir des avantages et des opportunités que d’autres Nations n’ont pas . Mais avons nous la volonté et les moyens pour développer cette manne qui nous tombe sur les bras ? Les infrastructures sont les bases de la réussite de cette démarche , à savoir , des routes praticables en toute saison , des établissements sanitaires ,dignes de ce nom , des complexes hôteliers convenables ,sans prétendre envisager les 4 ou 5 étoiles (mais pourquoi pas),et surtout la Sécurité qui laisse à désirer . Malgré la présence des policiers à chaque barrage routier , le touriste est harcelé par les tracasseries Administratives dès son arrivée (douane), qui se poursuivent durant son séjour . Après avoir visité les "incontournables" sites de la Grande île , son seul souhait est de quitter le plus rapidement cette atmosphère délétère , pour se réfugier dans sa patrie ,où les règles sont plus claires .Nul doute , qu’ils ne vont pas conseiller à leur entourage ,les péripéties de leur voyage ...Bref ,voilà en quelques lignes les mécanismes qui bloquent l’éventuelle progression dans ce domaine . Ces difficultés ne sont pas insurmontables , mais il ne faut pas oublier l’effet néfaste de Dame Corruption ,qui est toujours lié à une mentalité déplorable . Mais comme les Barea ? impossible n’est pas Malagasy !!!

    • 19 juin à 14:48 | Vohitra (#7654) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le kope,

      Et surtout, un secteur touristique florissant necessite l effectivite d un Etat de droit mais pas du tout d un puissant Al Capone present et visible partout...

    • 19 juin à 15:23 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Réalisez-vous que le plus lambda des touriste souhaitant aller en vacances dans un pays étranger se renseigne ?
      Et il se renseigne sur tous les sites qui parlent du pays visé.
      Et quand il arrive sur un site comme Madagascar-Tribune, que lit-il ?
      Certainement pas de quoi l’encourager à venir.
      Beaucoup de photos de ce site montrent des foules compactes dans les rues, dans les transports.
      Et les commentaires ne sont pas non plus vraiment engageants.
      Subir une quatorzaine à Madagascar à l’arrivée puis une autre à l’arrivée dans le pays européen, avec entre temps des brimades et des escroqueries à Madagascar par exemple. est passablement dissuasif !
      Et sans compter des hôtels au nombre d’étoiles astronomique, des transports peu fiables, peuvent tromper un touriste une fois... mais il le fera savoir, si ce n’est pas déjà fait.

      Les malagasy ont fait beaucoup d’effort pour faire d’un très beau pays, un repoussoir touristique.
      Et rien n’est prévu pour redresser la barre...

      Qui a pensé au fait que le premier pays au monde par le nombre de visiteurs a des savoirs qui pourraient intéresser Madagascar ?

  • 19 juin à 09:56 | betoko (#413)

    A propos de transport aérien à lire dans L’express de Madagascar de ce jour l’interview de Rolland Ranjatoelina "Le meurtre d’Air Madagascar a été prémédité "

  • 19 juin à 09:58 | Eloim (#8244)

    Pas de précipitation inouïe ! Dago ne fera pas partie des pays dits "covidfree". Donc, notre pays restera dans l’attente d’une bonne gestion de la pandémie. Aucune mention ne nous indique qu’on est épargné de cette épidémie même la phase de la propagation nous réserve autant d’incompréhension, phase 1 ou phase 3. une épidémie annoncée comme étant maîtrisée de par le nombre des cas en traitement quasiment statique et non pas en tenant compte de surcroît l’augmentation fulgurante des nouveaux cas de contaminés. L’on a affaire à des cas communautaires dont l’échantillon est très éparpillé et atteint presqu’une centaine de districts du pays. A chacun de voir comment faire face à cette pandémie : sauve qui peu !

  • 19 juin à 11:19 | kartell (#8302)

    Je laisse à Spliff et consorts le soin de juger de cette analyse intéressante sur l’avenir de l’aérien..
    https://antoinehavetgliding.jimdofree.com/2020/04/19/quel-avenir-pour-l-aérien/

    • 19 juin à 14:09 | Vohitra (#7654) répond à kartell

      Il ne faut pas oublier dans la liste le nom d un CDB de parapente, muni de sagaie pour chasser les sangliers...avec ses odeurs sentant l oignon et ail...et les poches lestees de jamala

    • 19 juin à 17:42 | spliff (#5871) répond à kartell

      Bjr kartell,

      Il convient de poser au préalable que toute projection dans l’aérien appelle à la prudence tant les variables aux comportements difficilement prévisibles sont nombreuses y compris au niveau stratégique. L’échec de l’A380 en est un bon exemple illustrant la difficulté de l’exercice pour lequel la vision même des avionneurs sensés détenir la meilleure expertise en la matière montre ses limites.

      Ceci dit l’historique des crises permet de dégager des modèles de « recovery » relativement fiables dont l’auteur du texte et le commentateur de la video présentent bien les principaux paramètres et mécanismes impliqués tant pour cette industrie que pour les activités périphériques concernées...

      Mon avis personnel, pour ce qu’il vaut, n’est pas celui d’un expert en économie de cette industrie, mais celui d’un acteur technique qui observe la chose du point de vue de la sécurité de l’emploi, et le cas échéant des choix persos à faire pour rester du « bon côté » compte tenu des informations officielles (et non officielles) qui peuvent être glanées au sein des réseaux professionnels, mais aussi au vu du quotidien opérationnel observé.

      Je note que l’article et la video datent de la mi-avril et qu’ils privilégient plutôt des scénarios pessimistes avec des « knock on effects » systémiques associés instructifs et bien décrits. Ce qui est en soi logique.

      Ceci dit, on est en Juin où le déconfinement devient le maître mot, et s’il est normal de prévoir une décrue significative de l’activité sur une certaine durée, la quantifier au préalable en temps et en ampleur reste à mon avis assez difficile, particulièrement eu égard à la mutation de cette industrie vers le modèle dominant « low cost » qui a réellement démocratisé ce mode de transport en insufflant le réflexe du voyage comme une certaine normalité.
      Si les conséquences financières de la crise du COVID chez les ménages seront déterminantes dans cette équation, je pense que le réflexe et la volonté du voyage persistera et compensera dans une certaine mesure les scénarios les plus alarmistes.
      J’en prends pour exemple indirect que malgré les difficultés financières dues à cette crise, l’activité aérienne cargo qui couvre largement la consommation par l’achat en ligne est restée élevée (à part un drop en avril) et a même partiellement augmenté, ce que j’ai personnellement pu observer au niveau des payloads dans ma propre activité, (europe-asie / intra europe).
      Par ailleurs, Amazon est en plein ramp up intense de ses capacités cargo de transport aérien... donc malgré les set back financiers effectifs et prévisibles des ménages, cette conso là semble relativement robuste, ce qui laisse voir qu’une fois les habitudes installées, elles tendent à rester, et elles constituent un marché... un marché qui nécessiterait probablement une adaptation si on veut le capter, mais un marché au potentiel réel. Donc concernant le voyage aérien, ‘faut voir à mon avis... rien n’est gravé dans la pierre...
      J’ai idée qu’à la faveur de cette crise, au delà des anticipations savantes qu’il est au demeurant utile de comprendre, le low cost va grapiller plus de parts de marchés aux « majors », lesquelles vont initialement bénéficier de perfusions, mais qui devront encore plus s’adapter à la lame de fond des easy, ryan et southwest pour à terme se concentrer sur le long courrier.

      En ce qui concerne Mada, cette règle du low cost s’appliquera tôt ou tard (des projets sont dans les tuyaux) et là Air Mad devra se surpasser pour muter vers le modèle adéquat...

    • 19 juin à 18:34 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Spliff

      Merci pour cet état des lieux, version Spliff, mais qui me semble coller avec une incertitude d’avenir dont personne ne connaît à ce jour, les véritables aboutissants ...
      Les deux clés essentielles de cette équation sont sans aucun doute la découverte d’un vaccin et l’amortissement plus ou moins long du choc économique...
      Par contre, la mentalité des gens n’a pas changé d’un iota ou sinon à la marge ...
      Le consommer sans entrave reste d’actualité ou en dormance temporaire ...
      Seul le coût payé par le transporté influera sur le remplissage tandis que, comme vous l’avez très justement souligné, le vol des avions cargos ne subira que peu de restriction dans un monde où les échanges commerciaux sont la colonne vertébrale d’une société de subsistance, d’affaires et d’aides aux pays en difficultés...
      Néanmoins, il semble qu’un écrémage important se produise parmi cette pléthore de compagnies aériennes dont , seules, les meilleures d’hier feront parties des rescapées...
      D’autant qu’une probable seconde vague est envisagée parmi les états les plus prudents, son ampleur et sa durée donneront le tempo à ce monde de l’aérien qui se croyait avec d’autres, plus ou moins protéger, de ce genre d’aléas....
      Demain devrait être un autre jour...
      Bonne soirée.

    • 19 juin à 20:44 | spliff (#5871) répond à kartell

      Il est évident que l’onde de choc de cette crise allait faire des victimes dans l’aérien...
      C’est effectivement pas beau à voir... avec les bandits en cols blancs qui composent les bottom feeders de cette industrie, c’est le far west version hémoglobine.
      Il faut voir à moyen terme ce que cela donnera le temps que les cartes se redistribuent et que le volume d’activité se clarifie.

      https://www.air-journal.fr/2020-06-12-snpl-et-buzz-les-profiteurs-ne-connaissent-pas-la-crise-5220798.html

      https://www.senat.fr/questions/base/2020/qSEQ200616624.html

  • 19 juin à 11:51 | dominique (#9242)

    C’est déjà le bon chantier dans les vols Air Madagascar sans le virus , Alors je ne vous parle même pas du chantier a venir avec ce virus sans parler de la mise en quarantaine de 14 jours déjà ( qui va payer l’hôtel) ?? là ils sont tous partis en courant et les douaniers qui vont de mieux en mieux torturer moralement les passages (jamais en règle) soit disant sauf si tu fille quelques billets mieux quand temps ordinaire !! il y a le corona !! le cirque va être complet croyez moi et la corruption a l’arrivée au top niveau !! du jamais vu , la médaille d’or olympique de la corruption a l’arrivée pour Ivato ; j’ai même vu le mec du phytosanitaire enfermer des passages dans son bureau et qui n’avaient rien a se reprocher pour les presser comme des citrons afin d’escroquer quelques billets ; la honte complète ici .. pour ma part j’évite le déplacement la famille attendra des jours meilleurs et ça évitera en plus a mes valises de disparaître ....za c’est comme za a l’arrivée aéroport Ivato ....

    • 19 juin à 12:38 | betoko (#413) répond à dominique

      Concernant les douaniers , ne pas se faire intimidé , j’en ai fait l’expérience ,Combien de fois des douaniers me disaient " Vous avez ce ci , un arrangement est possible entre nous car si les collègues qui sont dans les bureaux vont vous fouiller , vous allez payé au max .
      J’ai répondu , pas question allons voir vos collègues ... Réponse , Vous alors et ils m’ont laissé tranquille . . En fait c’est un transitaire qui m’avait conseillé , Si un ou des douaniers vous cherchent à vous corrompre , demandez lui le montant des taxes que vous deviez payé sur les articles qui sont dans votre valise , ils ont toute une liste et c’est votre droit , Il existe des articles où vous ne devrez pas payé , tel qu’un ordinateur portable ,du fromage du vin , de la charcuterie etc ...

  • 19 juin à 12:47 | Vohitra (#7654)

    Saison touristique 2020 pour Madagascar ?

    Faut être une enivrée ou un dérangé pour espérer encore qu’il y aura des opportunités de relance et une préférence marquée des touristes étrangers pour la destination locale pour cette année avec cette flambée actuelle de la contamination dans la grande île, même l’île Sainte marie est maintenant atteinte par la contamination du Covid-19…et encore avec l’état déplorable de nos moyens et infrastructures sanitaires existantes qui ne peuvent constituer des garanties suffisantes aux yeux des étrangers…et que la saison 2021 va dépendre encore de stratégies opérationnelles de lutte et résultats réels des actions mises en œuvres dans ce sens…

    L’île Maurice n’enregistre plus actuellement de nouveaux cas de contamination du Covid 19 actuellement, et avec ses infrastructures touristiques performantes et accueillantes, et les autorités mauriciennes préfèrent n’opérer l’ouverture de son espace aérien que vers la fin du mois d’août prochain…

    Et actuellement, les cas de contamination s’étendent sur au moins 10 des 22 régions que comptent Madagascar…et encore avec les nombres limités de tests de dépistage opérés…

  • 19 juin à 15:28 | rayyol (#110)

    Bien amenager Il ny a pas un endroit de toutes les destinations soleil de la terre qui peut eclipser Madagascar surtout le Sud Soleil perpetuel Air sain de la mer tranquillité bonne bouffe beaute des paysages la mer Il reste les routes a aménager Et les destinations sont innombrables Comparer a l Europe un paradis oublier securite, gens sympathique Et pour le moment a prix brader possibilité immense

  • 19 juin à 16:30 | nez_gros (#10715)

    Minimisons drastiquement le tourisme internationale , surtout pour cette année,
    - Le tourisme c’est de l’Économie fortement dépendante, en plus ce sont des touristes backpaker qui n’apporte pas grand chose...

    - Les Occidentaux et les asiatiques ne vont pas , au moins cette année sortir de leurs continents.

    - Madagascar est une grande île, une grande île a vocation d’être grande... nous sommes la Grande Bretagne et la france reunis... notre destiné c"est egalér au moins, depasser au mieux ces 2 pays...

    nous devons avoir une volonté et un ideal

    - le tourisme c’est pour les Seychelles, Comores, reunion , Maurice, maldives...sans mepris aucune.... t’as capté gros...

    • 19 juin à 19:28 | Stomato (#3476) répond à nez_gros

      >> nous sommes la Grande Bretagne et la france reunis.<<

      Le tokoa gasy est déjà autorisé ? Visiblement vous en avez abusé LOL !
      La superficie de UK est 242 495 km²
      La superficie de FR est 552 000 km² (France métropolitaine)
      Donc au total les deux 794 495 km²
      A comparer à Madagascar : 587 041 km²

      La superficie de la France est de 643 801 km², donc vous faites vraiment petits garçons à coté.
      La superficie de la France est la mesure physique de l’aire des espaces sous souveraineté.
      (Y compris la superficie des Iles éparses bien entendu !)

      NB : sources internet interrogé par Google.

    • 19 juin à 19:48 | Patrick le lyonnais (#1439) répond à nez_gros

      Madagascar c’est plutôt la France et la Belgique en superficie. Personnellement, j’espère ne pas avoir à repousser mon voyage encore une fois. Le tourisme n’est pas important d’après vous, mais il fait rentrer des devises. En Europe, l’Espagne, la France, l’Italie sont très contentes du tourisme, qui donne du travail à des centaines de milliers de personnes. Recettes du tourisme en France = 56 milliards d’€. Recettes du tourisme en Espagne = 62 milliards d’€. Si Madagascar avait seulement le 1/4 des recettes touristiques de la France (14 milliards d’€) son PIB ferait plus que doubler. Alors dire que Madagascar n’a pas besoin du tourisme, pour améliorer le sort de ses habitants, est stupide. Mes contacts là-bas, sont très contents quand je viens dépenser mes euros.

    • 19 juin à 20:47 | nez_gros (#10715) répond à nez_gros

      @gros Stomato, la ZEE (Zone économique exclusive ) cela te dis quelque chose, alors tenez vous bien :
      la ZEE de Madagascar est de 1 140 000 km² et avec le 587 000 km², c’est beaucoup
      la ZEE france 334 604 km²
      la ZEE UK 773 676 m²

      Quand on parle de l’economie , on parle de la terre, de la mer,, et la potentielle que l’on peut en tirer. ( (le ciel aussi pourquoi pas....)
      t’as capté gros ou pas ?

    • 22 juin à 10:18 | Patrick le lyonnais (#1439) répond à nez_gros

      D’où sortez vous ces chiffres ? Comment une ZEE peut elle être inférieure à la surface terrestre d’un pays ? Vous confondez plateau et ZEE, avec des chiffres erronés en plus. Si la surface de plateau française est de 390 000km² environ, la ZEE est supérieure à 10 millions de km². Il semblerait même, que depuis la conférence de Montego Bay, cette ZEE soit de 11,7 millions de km² environ. On est très loin des 334 604km², ne vous en déplaise.
      Je vous joins un lien intéressant traitant de ce sujet :
      https://www.geostrategia.fr/zone-economique-exclusive-francaise-11-millions-de-km%C2%B2-pour-quoi-faire/

  • 20 juin à 17:25 | cacatoès (#9758)

    Vahao amin’izay fa tsy misy handehanana any dago e !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS