Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 17 novembre 2018
Antananarivo | 05h00
 

Enseignement

Université d’Antananarivo

La première faculté de pharmacie de Madagascar ouverte en 2021

jeudi 25 octobre

La première faculté de pharmacie de Madagascar verra le jour d’ici 2021. Le 22 novembre prochain, la cérémonie de pose de la 1ère pierre se déroulera à l’Université d’Antananarivo. Achevée pour la rentrée 2021, la Faculté pourra accueillir chaque année 40 à 50 étudiants pour un cursus de 6 ans.

Avec seulement 250 pharmacies pour près de 17 millions d’habitants, Madagascar est confrontée à un déficit pharmaceutique alarmant au début des années 2000. Une situation liée à l’absence de formation dédiée depuis l’indépendance du pays en 1960, et qui freine considérablement l’accès aux médicaments ainsi que leur bon usage. Préoccupées, les autorités décident en 2005 de créer un Département de pharmacie au sein de la faculté de médecine de l’Université d’Antananarivo. Le département pharmacie est soutenu par la Fondation Pierre Fabre et la Fondation Mérieux depuis sa création, en 2005. Avec l’appui de l’Université de Grenoble, elles contribuent à l’élaboration d’un programme d’enseignement sur six ans. Ce cursus prépare à la pharmacie d’officine et hospitalière. Chaque année, en moyenne, 225 étudiants le fréquentent.

La principale ambition du Département de pharmacie était de former des professionnels du médicament, en priorité pour le secteur public. De fait, les autorités ont ouvert dès 2010 plusieurs postes de pharmaciens hospitaliers. De quoi accueillir les jeunes diplômés de la première promotion en 2011. Parmi les 20 qui composaient cette promotion, 2 ont poursuivi en doctorat, soutenus financièrement par la Fondation Pierre Fabre.

Depuis 2012, environ 20 nouveaux pharmaciens sont diplômés chaque année au sein ce département. Or, 210 à 220 nouveaux diplômés seraient nécessaires dans les prochaines années pour répondre aux besoins d’où le choix de hisser ce Département au rang de « Faculté de Pharmacie » autonome au sein de l’université d’Antananarivo. L’objectif étant de consolider et pérenniser la formation pour répondre aux besoins en pharmaciens, en priorité pour le secteur public.

La future Faculté de pharmacie disposera, sur une surface d’environ 700m2, de 5 salles de cours et de 3 salles de travaux pratiques entièrement équipées, ainsi que de bureaux pour les enseignants et de salles de stockage de matériel.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 25 octobre à 09:44 | Eloim (#8244)

    C’est une bonne dose de la formation de haut niveau à Mada.
    Pourtant, est-ce que cette étape sera inscrite dans l’annale de notre futur Dirigeant. Ceci pour dire que Mada a déjà connu pareille floraison dans la construction des EPP dans les fokontany et CEG dans les firaisana et Lycées dans les fivondronana, avec l’affectation des SNHFAP durant le règne de l’Amiral Rouge, période à laquelle marque le début de la dégringolade de la qualité d’enseignement à Mada.
    Je crois et j’espère que cette faculté portera haut et fort le flambeau de l’enseignement supérieur du pays et ouvrira le savoir faire des nos techniciens au monde extérieur. Allez, c’est une nouvellement perspective prospérant !

    • 25 octobre à 15:16 | Albatros (#234) répond à Eloim

      En espérant que les multinationales de la pharmacie ne « noyautent » pas trop cette initiative, qui ne peut être que valorisante pour Madagascar et ses habitants !.

  • 25 octobre à 15:15 | komi (#10299)

    Ny tanora no hoavin’ny firenena ka hisaorana ny filoha HERY mitsinjo azy ireo e. Izao no misy sy tanteraka dia nohon’ny ezaka nataon’ny filoha hendry sy manam-pahalalana e. Mahazo tombony indray ny tanora malagasy amin’izao tetik’asa izao. Efa taratry ny fampanadrosoana maharitra sahady izao e

    • 25 octobre à 15:32 | Albatros (#234) répond à komi

      « les autorités décident en 2005 » !.

      2005 c’est pas 2013-2018 !.

  • 25 octobre à 16:36 | Toutoun (#10298)

    Aleo mba hotolorana zava-baovao ireo mpianatra malagasy, fa maro mihitsy izao ny maniry ny hanaraka io sampam-pianarana io, izay tsy maintsy mivoaka any ivelany foana vao afaka manohy !

  • 26 octobre à 08:50 | Stomato (#3476)

    25 octobre à 15:16 | Albatros (#234) répondait à Eloim
    >>En espérant que les multinationales de la pharmacie ne « noyautent » pas trop cette initiative, qui ne peut être que valorisante pour Madagascar et ses habitants !.<<

    Il faut lire plus attentivement !
    >>Département de pharmacie au sein de la faculté de médecine de l’Université d’Antananarivo. Le département pharmacie est soutenu par la Fondation Pierre Fabre et la Fondation Mérieux depuis sa création, en 2005. Avec l’appui de l’Université de Grenoble, elles contribuent à l’élaboration d’un programme d’enseignement sur six ans.<<
    Pierre Fabre et Merieux sont bien sûr les noms de célèbres structures Malagasy ?!?!

    Plus loin il est écrit dans l’article >>Ce cursus prépare à la pharmacie d’officine et hospitalière. <<
    Albatros écrivait : >>cette initiative, qui ne peut être que valorisante pour Madagascar et ses habitants !.<<

    J’ai la terrible tendance à considérer que si la pharmacopée traditionelle Malgache était enseignée cela pourrait être valorisant pour les Malgaches, le Pays, et même le monde entier dans la mesure ou l’on recherche de plus en plus des médicaments d’origine végétale.

    Mais il ne faut pas pour autant oublier que la pharmacopée traditionnelle Malgache est en cours de destruction volontaire et massive suite à la déforestation... (Probablement de la faute des étrangers qui ont besoin de bois pour faire cuire leur riz journalier...)
    Donc il est de bonne politique de favoriser l’immixtion de firmes étrangères dans l’enseignement de la pharmacie à Madagascar.

    • 28 octobre à 18:08 | Albatros (#234) répond à Stomato

      Bonjour Stomato !.

      Ce n’est que tardivement que je réponds à votre post ( j’ai d’autres occupations que le NET !), et j’imagine que ma réponse risque de tomber dans le vide.

      Je pense que vous n’avez pas bien compris mon allusion sur le comportement des multinationales de la pharmacie en ce qui concerne Madagascar.
      Si je vous rejoins dans votre analyse de la pharmacopée malgache et sur les risques de sa disparition, ma crainte, en ce qui concerne les multinationales, c’est de les voir imposer leurs propres choix de médication. Souvenez vous des récents problèmes sanitaires du genre : LEVOTHYROX !.
      Ceci dit que cet établissement puisse former des pharmaciens malgaches à Madagascar pour le bien des pharmacies malgaches me convient pleinement !.
      En espérant qu’une fois formés ils restent à Madagascar !.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 116