Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 juin 2019
Antananarivo | 04h08
 

Editorial

La pratique du « sakaizan’ny mpandresy », ennemie de la parité hommes-femmes

vendredi 9 mai 2014

Six femmes « seulement » dans le gouvernement, remarquaient la plupart des médias au lendemain de la présentation du premier gouvernement de la Quatrième République. Mais à peine quinze jours plus tard, personne ne relève plus qu’il n’y a que deux femmes parmi les douze membres du Bureau permanent de l’Assemblée Nationale, alors qu’elles étaient encore trois femmes sur six membres la semaine dernière.

Pourquoi cette régression ?

On s’était habitué à voir neuf femmes évoluer dans le gouvernement de l’ancien Premier ministre Omer Beriziky, qui au lendemain de la signature de la Feuille de Route du 17 septembre 2011 avait plaidé auprès des groupements politiques signataires pour qu’ils présentent des femmes dans leur liste de noms proposés pour faire partie du gouvernement de la Transition. Beaucoup avaient alors cherché – et trouvé – dans leurs rangs les femmes qui pouvaient représenter le mieux l’identité politique de leur parti. À l’époque, c’était la différence qui ‘payait’ : c’est en revendiquant son identité qu’un parti politique avait le plus de chances d’être accepté comme une force politique méritant de faire partie du gouvernement d’union nationale.

Aujourd’hui, maintenant qu’on a un Président de la République élu, tout le monde laisse au vestiaire son identité, et tente de se fondre dans la foule des partisans qui en très peu de temps s’est massée derrière le Président. Et on n’est plus là en tant que membre d’un groupement politique – qu’on aura quitté en hâte s’il persistait à rester dans l’opposition – mais en tant qu’individu cherchant à se faire nommer ministre, ou membre du bureau permanent de l’Assemblée nationale, avec tous les avantages très concrets qu’impliquent ces fonctions.

La ‘tradition’ du sakaizan’ny mpandresy

Tant que Philibert Tsiranana était Président de la République, tous les politiciens, ou presque, étaient PSD ; tant que Didier Ratsiraka était Président de la République, ceux qui n’étaient pas AREMA, même si leur parti était membre du Front national de défense de la révolution, étaient considérés comme des losers, pouvant au mieux aspirer à un strapontin dans les travées du pouvoir ; et ainsi de suite jusqu’à aujourd’hui. Le raz-de-marée MAPAR n’aura pas fait long feu : à peine cinq mois après l’investiture du Président, le coordonateur général a fait défection, donnant le signal d’une débandade à laquelle préside le chacun pour soi et tous derrière M. Rajaonarimampianina.

Des politiciennes pour initier le changement

De même qu’il n’y avait que très peu de femmes, selon les témoins, à faire la queue à l’hôtel Colbert pour déposer leur CV durant la semaine de constitution du gouvernement, minoritaires à l’Assemblée Nationale, et peu habituées à se battre bec et ongles pour un siège, seules deux femmes font désormais partie du bureau permanent. Ce n’est certainement pas un hasard que Hanitra Razafimanantsoa et Roberthine Rabetafika appartiennent toutes deux à des groupements politiques constitués bien avant les élections. Les politiciens peuvent profiter, quoique souvent de manière éphémère, des éternels changements de camp ; il semble que les femmes, et ceci confortera mon ami Maurice Beranto dans sa conviction, doivent faire leurs armes au sein d’un parti qui les encadre et les soutient pour percer durablement dans la sphère politique.

C’est peut-être de la pratique saine par les femmes de la politique au sein de ‘vrais’ partis (c’est-à-dire ceux qui existaient avant l’arrivée au pouvoir du Président de la République, quel qu’il soit) que viendra le salut de ce monde politique qui, au spectaculaire dégoût du futur ex-député Rossy, est dominé par des politiciens sans foi ni loi ?

Mireille Rabenoro

26 commentaires

Vos commentaires

  • 9 mai 2014 à 08:45 | Les Elites (#8260)

    "Le plus important, ce n’est pas le nombre des femmes mais le nombre d’Elite"

    D’après Elite

    • 9 mai 2014 à 09:39 | mpitily (#1212) répond à Les Elites

      Est-ce qu’un élite "laisse au vestiaire son identité, et tente de se fondre dans la foule des partisans qui en très peu de temps s’est massée derrière le Président" même si ce dernier visiblement interprète la constitution à sa manière et n’a cure de ses électeurs ?

      Ou, est-ce qu’un élite, farouche opposant de longue date du président nouvellement élu, laisse son identité et ses principes au vestiaire, et venir encenser son ennemi d’hier et intégrer la plateforme présidentielle ?

      Les politicards sont encore légions dans la nouvelle AN. Une fois élus, nos députés politicards jugent que ce qui est bon pour leurs petites personnes est forcément bon pour leurs électeurs. Ils se croient au dessus de la loi et du peuple comme leur cher PRM et ses sbires du HVM. Pitoyable !

    • 9 mai 2014 à 10:30 | Les Elites (#8260) répond à mpitily

      "Un Elite est celui qui est capable de tout".S’il a eu un poste c’est par son intelligence qu’il a eu, peu importe ce que disent les gens,l’important c’est d’obtenir ce qu’il désire. Faites comme lui si tu veux réussir dans ta vie.
      S’il est déchu de ses fonctions,l’erreur est humaine,c’est un sage ce Elite.Voilà ce que c’est un Elite, "un Stratègeman".

    • 9 mai 2014 à 10:31 | randriana2014 (#8327) répond à mpitily

      Ce n’est pas d’être une élite qui va faire avancer les choses mais c’est de conviction, d’honneur et d’intelligence que nous avons le plus besoin, de personnes qui peuvent faire avancer notre Nation par leur détermination a faire changer les choses a jamais comme la pauvreté et le renforcement de notre dignité par des actes, sans retournement de vestes.
      Il y à t’il une personne comme cela dans ce gouvernement ????

    • 9 mai 2014 à 10:33 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à mpitily

      Pour vous consoler :
      - "Christine a téléphoné à Maharante :
      - "Nous soutenons le Président Hery RAJAONARIMAMPIANINA".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 11:52 | mpitily (#1212) répond à Les Elites

      Désolé mais nous n’avons pas les mêmes définitions d’un élite. Il y a élite et élite quoi.

      Capable de tout ? non merci.

      Bref ce qu’il nous faut sont des hommes/femmes sages et patriotes.

      La crainte de Dieu est le début de la Sagesse.

  • 9 mai 2014 à 10:56 | tsimahafotsy (#6734)

    Entre la parité hommes-femmes, le dosage ethnique, les ambitions politiciennes des MPTS ( Mpanao Paolitika Tsisy Soatoavina ) et les SM ( Sakaizan’ny Mpandresy ) ce sera toujours la quadrature du cercle pour créer un gouvernement digne de ce nom ! lol !

  • 9 mai 2014 à 11:55 | Vohitra (#7654)

    Hoy Ramatoa Nadine Ramaroson fony fahavelony : « eto amintsika, ny olon-tsivanona foana no vonona hitondra fa ny olom-banona dia mbola tsy mety vonona ».
    Mampieritreritra tokoa fa tena misy fahamarinany ihany ilay voalazany, tsy anavahana lahy sy vavy ny olon-tsivanona eto amintsika rehefa fahefana no resahana.
    Rehefa mbola any anaty tolona politika any anivon’ny antoko, dia manao azy ho olon-kendry avokoa ny mpanao politika Malagasy amin’ny ankapobeny, fa rehefa azo kosa ny tanjona politika dia mipoitra amin’izay ny hadalana sy hagegena rehetra, tsy hanavahana lahy sy vavy, fa dia tena manampatra ny fahefana tokoa.

    Ohatra azo singanina amin’izany ny minisiteran’ny fitsarana : nanomboka oviana moa no efa vehivavy no nisahana ny andraikitrin’ny minisitra tao, moa nampihena ny kolikoly sy ny tsy fahatokisan’ny vahoaka ny fitsarana malagasy ve izany ?
    Amiko aloha, ampanetrentena no hilazako fa olon-kendry sy olo-marina ary ampy traikefa no mbola tena ilain’ny firenena aloha raha ny amin’izao fotoana izao, tsy hanavahana io na lahy na vavy, fa rehefa mitovy kosa ny traikefa sy ny fahalalana, ary mahafeno ny fepetra, dia tokony hotsinjovina ny fampiharana ny miralenta.

  • 9 mai 2014 à 12:26 | Turping (#1235)

    Mireille Rabenoro ,
    - Il est important de souligner que le critère de parité homme / femme est un signe annonciateur vers la démocratie ,du développement humain d’autant plus qu’il y a plus de femmes que d’hommes à Madgascar .

    - De même il y a plus de jeunes actifs sans emplois que de vieux .

    - Il y a en grand nombre de pauvres ,presque 80% de gens vivent en dessous du seuil de pauvreté .

    - Les 92% de malgaches vivent avec moins de 8O euros /mois par famille ,soit disant 24O OOO Ariary ,un chiffre non exhaustif ,approximatif ,voire surestimé .

    - La vraie problématique Madame ,même si Madgascar ,les politiciens gasy veulent aligner ce pays pour faire la casting avec les pays démocratiquement avancés comme la Suède ,la Norvège ,....les pays nordiques ,etc....le concept de base n’étant pas le même comme le plagiat de la constitution ,des beaux discours sans passer à l’acte.
    - Jusqu’à ce jour ,dans l’attente du vrai changement à moins qu’il y ait du miracle :faire la politique ,être au pouvoir ,c’est de se remplir les poches d’abord ,le reste ,le déluge après moi.....
    quand on décroche le pouvoir on s’asséoit sur le peuple après .
    - Les discours démagogues ,cela fait depuis de belles lurettes qu’on a entendu parler ...
    - Pareil ,l’histoire de "parti " ,vous l’avez évoqué .

    - Quand le PSD ,était au pouvoir ,les lèches C.ul comme du genre feu Andriamanjato AKFM était avec le PSD .

    - Quand Didier Ratsy Hiraka fut arrivé au pouvoir ,Andriamanjato avait retourné sa veste ....pour s’allier avec ce dernier .

    - Ratsirahonana et ses consorts ont fait de même.

    - Deuxième problématique dramatique : l’absence du contre pouvoir ,le statut de l’opposition met en danger la démocratie ,l’émancipation de tout citoyen ,la parité homme/ femme à, faire évoluer réellement ce pays.
    - Le parti unique fort ,avec le regime despotique quelque soit sa forme écrase les autres pour bafouer l’intérêt collectif ,du peuple malgache .

    - Les autres partis politiques "batârds" se prostituent avec le regime en place ,plus fort du moment qu’on leur offre du privilège ,de fauteuil ,des avantages , de l’argent,etc....

    - C’est de ce côté là que nous sommes très en retard de 3 siècles si on voulait réellement parler de la parité ,homme /homme (la souveraineté nationale ,en respectant son peuple).
    - Le beaux discours ,les blabla ....auront encore du beau jour ,si rien de concret ne sera fait .
    - Quelle société voulons exactement ,sur quel critère ,sur quel repère ?
    De côté là on ena parlé :le fihavanana ;le soatovina ;la solidarité et cohésion nationale ,etc....

    - Tant que les politicards ne mettent pas en exergue les vrais intérêts public avant tout ,....avant les leurs ,une transformation ,de reformes importantes ,luttes contre les corruptions ,la pauvreté ,...on rese toujours dans le mutisme.....

    • 9 mai 2014 à 12:48 | Turping (#1235) répond à Turping

      ....On reste....

  • 9 mai 2014 à 17:16 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Mireille RABENORO,
    Un jour à ORLY,vous étiez débarquée pour le vol à destination de "TANA" ;
    Content de vous lire et cela me touche énormément de lire "une RABENORO" ;J’étais un "AMI" d’Aubert,jusquà sa mort.
    - "Qu’il se repose en Paix".
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 17:24 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile ,
      Une question concernant le feu Aubert Rabenoro ,rien à voir avec le sujet .
      - De son vivant ,n’était-il pas à l’eglise ARAGO ,l’eglise malgache à Paris ???
      - J’avais fréquenté cette église entre 1986 et 1989 ;
      - Si c’était le cas ,je le connaissais ,le feu Aubert Rabenoro .
      Il était un professeur à l’Universite ou autre ,un notable ....

    • 9 mai 2014 à 17:38 | Turping (#1235) répond à Turping

      Dans l’attente de la réponse de Basile ,j’ai fait une petite recherche .
      Aubert Rabenoro fut un anthropologue,professeur émérite de Paris .
      - Soit disant une tête pensante malgache comme le feu Henri Raharijaona ,l’ex-Ambassadeur de Madgascar en France.....

    • 9 mai 2014 à 17:48 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Le sujet de Mireille RABENORO est classée "EDITORIAL".
      Par principe,je lis l’éditorial et je ne fais pas de commentaire.
      Turping,
      C’est un sujet intéressant,surtout pour le fait de la "PARITE H/F" que les européens se cassent le "Q" pour l’appliquer.
      Pour Madagascar,je trouve que ce n’est pas le moment d’en discuter.
      Vous savez "TURPING",nous avions eu plus de 350 -CT-,pour la Transition.
      Combien d’entre eux osaient-ils se présenter à une élection au suffrage universel ?
      - "Turping",vous allez me reprocher de mon attitude,mais je ne suis pas obligé de respecter à la lettre vos principes.Point barre !
      J’ai une seule règle :
      - "Respect Mutuel,quel que soit le sujet ;même si je suis hors sujet,tant que le modérateur ne me supprime pas,je roule toujours à ma manière".
      DISCUTER D’UNE FACON ANONYME C’EST N’EST PAS MA MANIERE DE VIVRE,mais je l’accepte..ai-je déjà convenu,avec le "PATRON" décédé.
      Désolé,
      Turping
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 17:50 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      A titre personnel,je suis content de retrouver "Mireille RABENORO".Point barre

    • 9 mai 2014 à 18:01 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile ,
      - Ne vous inquiétez pas ,c’était juste une petite question de curiosité .
      - D’après ma recherche ,ma mémoire.....Aubert Rabenoro ,je le connaissais de visage ,il y eût une occasion où la communauté malgache de Paris fut ensemble ,à l’eglise d’Arago.
      Quant à l’éditorialiste ,on se demande si elle est l’épouse du feu Aubert Rabenoro ou elle porte tout simplement le même nom.....sinon tant pis .

    • 9 mai 2014 à 18:10 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Turping,
      Mireille RABENORO,c’est la nièce d’Aubert.
      Vous n’avez beaucoup d’occasions de rencontrer l’pouse d’Aubert,elle est dans le SUD de la France.

    • 9 mai 2014 à 18:17 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Turping,
      Pour ne pas remuer le problème de l’enseignement,à Madagascar,je vais vous donner une marge :"EN 1972,il me semble qu’elle était,en France,pour ses études".

    • 9 mai 2014 à 18:21 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Encore,
      Pour pimenter un peu notre conversation :
      - un de ses cousins était à NOSY-LAVA,parmi les étudiants ,avant de venir ,en France.
      Turping,j’arrête là.

    • 9 mai 2014 à 18:24 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile ,
      J’ai quitté Paris en 1997 .Depuis ,je vis dans le Sud de la France .
      - Cela dépend ,quel Sud voulez -vous parler ?
      - Le Sud est ; oeust ???

    • 9 mai 2014 à 19:03 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Du côté de NICE,si je ne me trompe pas.
      C’est une européenne !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 9 mai 2014 à 19:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      1997,
      Vous êtiez à Paris.
      Certainement,volus avez eu l’occasion de me rencontrer..
      1997,j’étais avec "AUBERT" pour checher un logement pour l’ex-Ambassadeur de ZAFY,parce que "MALALA ZO",est arrivé pour occuper son poste,à Paris ;

  • 9 mai 2014 à 18:20 | kunto (#7668)

    KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :
    Les pays développés ont parlé de parité après leurs développement pas avant , vous parlez de mots à la mode mais nous ne sommes pas à la hauteur .
    Chaque chose en son temps .
    L’ennemi aujourd’hui c’est : LA PAUVRETE .
    QUE DIEU NOUS AIDE A NOUS CONCENTRER SUR 1 SEUL ENNEMI ...

    • 9 mai 2014 à 18:28 | kunto (#7668) répond à kunto

      KUNTO ny PATRIOTE GASY d’ANTANANARIVO :
      A courir derrière plusieurs lièvres on attrape aucun comme depuis 50 ans .
      ce concentrer sur 1 seul sujet c’est ça aussi la DISCIPLINE .
      QUE DIEU NOUS GUIDE

  • 10 mai 2014 à 11:34 | maloka (#8357)

    Oui mais…

    Parcourant une demi-douzaine de fois le texte, j’avoue, j’ai eu du mal à établir le lien de cause à effet entre ladite pratique et l’instauration de la parité homme-femme. Je perçois cette pratique comme l’un des maux rongeant la base de la politique malagasy. Si classement il y a, en premier lieu, c’est la Vie de la nation elle-même qui est directement menacée. Vu sous cet angle, choisi par l’auteur, la parité homme-femme ne semble pas d’actualité.

    Mais non !

    De même, l’outil de comparaison sur la parité homme-femme dans l’équipe gouvernementale et celle du bureau permanent de l’AN n’est pas évident. La nuance qui sépare ces deux cas est notable. Même en l’absence de loi les contraignant, le président et son premier ministre ont plus de marge pour appliquer la parité homme-femme lors de la formation du gouvernement, « s’ils y tiennent », puisqu’il s’agit d’une Nomination. En revanche, la composition du bureau permanent résulte d’un Vote et par conséquent la probabilité du respect de la parité homme-femme est moindre pour plusieurs raisons. Aussi, le départ des 3 femmes sur 6, du bureau permanent, contre 2 sur 12 actuellement ne représente pas une régression, ça s’appelle le retour à l’ordre.

    Alors,

    Si le déracinement de ce fléau national nécessite un travail de longue haleine touchant les domaines de la culture, de l’éducation ou encore de l’éthique, le seul moyen qui garantit le respect de la parité homme-femme est l’adoption d’une loi. L’initiative commence très bas et par une chose très simple voire élémentaire, à la portée de tout homme malagasy, comme la valorisation de la place des femmes au-delà de leurs rôles traditionnels (épouse, mère, fanaka malemy etc.). Dans l’idéal une telle loi libèrerait enfin la femme malagasy du joug du caractère misogyne du décideur ou de la pratique de la promotion-canapé.

  • 11 mai 2014 à 11:40 | lanja (#4980)

    Azo ampiana koa hoe hatr@ 1960 ; toa tsy mba nisy filoham-pirenena Vehivavy...asa aloha raha misy ny lalàna manakana ny vehivavy eto... fa resaka politika fotsiny io , izay mahay milalao politika no lasa député , na lasa ministre ... fa tsy hoe satria lehilahy, na satria vehivavy ... ny poste tazonin ny lahilahy, mety misy vehivavy mahavita azy tsara, toy izay koa , ny poste tazonin ny vehivavy dia misy lehilahy mahavita koa , atao inona ilay heo firy ny lahy , firy vehivavy ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS