Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 octobre 2019
Antananarivo | 17h38
 

Culturel

Le quotidien des pauvres dans la rue

La peinture pour sensibiliser

mercredi 5 décembre 2012 | Andrianjohary Noroelisoa

Le dur labeur quotidien des rues d’Antananarivo en illustration sur peinture. Il s’agit d’une exposition initiée par l’Institut Français de Madagascar, dont l’auteur est appelé Paul Bloas. Elle durera du 4 au 22 décembre 2012. Cette exposition porte comme titre : « Portrait d’enfants des rues d’Antananarivo ». Le peintre déclare qu’il a réalisé pour cette exposition, des portraits géants d’enfants abandonnés et orphelins dont le but est la sensibilisation de tout un chacun face à la crise économique et sociale ; cette dernière ayant jeté sur ces enfants le sort de la pauvreté.

Malgré l’intitulé, les images apparaissent plutôt comme des portraits d’adultes, surtout des hommes dans leurs activités quotidiennes. Une visualisation de ceux que l’on appelle couramment des « dockers ».

Paul Bloas retranscrit dans ses peintures, la ténacité de la vie quotidienne. Cette réécriture à la peinture met en exergue des expressions de tristesse et des traits mornes vus habituellement dans les rues. Le peintre n’a pas oublié de montrer que dans les rues, les coups et les bagarres ne sont pas que des moindres détails. Il les a présentés, toujours, sur l’expression du visage de quelques-uns de ses portraits. Pour Paul Bloas, la peinture est donc une manière de visualiser comment les rues d’Antananarivo sont-elles animées journellement.

Cet artiste affirme que même en étant Breton, il y a un peu de Malagasy en lui, depuis les trois semaines à partir desquelles il a organisé cet exposition. Ainsi, lors du vernissage, en début de soirée du 3 décembre, il a réitéré, en guise de dernier mot, ses excuses, au cas où par ses peintures il aurait offensé la culture locale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS