Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 19h24
 

Culturel

Ces artistes qui créent un phénomène

La « nostalgie » ne peut-elle pas être réactualisée ?

jeudi 14 février 2008 | Daddy R.

La jeune génération n’assure-t-elle pas, ou serait-ce la nostalgie qui gagne tellement de place dans le cœur du public malgache que bon nombre de formation ayant fait fureur dans les années 80 ou avant même, sont sur le point de faire un retour en force dans le milieu du showbiz au point même que certains créent un phénomène.

Depuis quelques temps, de « vieux loups » du showbiz espèrent faire un « come back ». L’année 2008 semble être la bonne pour certains car leur calendrier risque d’être surchargé. Rebika, Lolo sy ny tariny, Iraimbilanja, Voninavoko et bien d’autres formations figurent sur la liste. Mais sauront-ils garder la même ambiance d’antan ?

A plusieurs reprises, on ne cesse de noter que les malgaches sont très nostalgiques, surtout en matière de goût musical. Voyez simplement ces vieilles compositions que certains artistes veulent retoucher, aucune n’a eu de succès. « Il vaut mieux écouter l’original. Il ne faut guère apporter une quelconque retouche à ces compositions car on les aime telles qu’elles étaient… » . Parmi les commentaires qu’on entend ici et là quand il s’agit de « reprises ».

D’ailleurs, l’on ne s’étonne pas si de groupes mythiques, en l’occurrence Mahaleo, font toujours un tabac à chaque représentation car le public les aime comme ça. Pire encore, les nouvelles compositions sont loin d’être acceptés par ces derniers. « On vient surtout pour écouter ces morceaux qui nous ont bercé. On s’en fiche même si tous les membres du groupe sont dans un état « pitoyable » sur scène, on les aime comme ça. On comprend s’ils chantent faux car ils ont déja atteint un certain âge… ». Entre autres commentaires que le public avance pour argumenter leur présence dans ces évènements.

Une situation malheureuse car on ne pourra jamais redorer la vraie « valeur » de ces chefs d’œuvres si l’on en abuse ainsi. Tiens, des groupes comme Rolling Stones ou Scorpions, si l’on ne va citer qu’eux, qui sont tous des sexagénaires, font appel à des « mercenaires » pour les accompagner sur scène, une manière de garder l’aspect original de ces œuvres. Vu qu’ils ne sont plus en mesure d’assurer une bonne exécution, ils préfèrent « former » des doublures ou des relèves, comme on veut, pour respecter la qualité d’écoute du public. Et il ne faut pas s’étonner si leur « live » est toujours impeccable. Il ne faut pas oublier que le public est le premier consommateur et il faut les éduquer à « consommer » le bon produit pour qu’ils puissent faire la différence entre « bon » et « mauvais ».

De l’autre côté, bon nombre de jeunes sont des excellents musiciens à Madagascar mais ils n’ont pas cette chance d’être encadré ou « formé » afin d’assurer la relève. Peut-être que c’est eux mêmes qui n’en veulent pas mais, souvent, ils ne sont jamais accepté par ces « vieux ». D’où leur choix de créer selon leur goût et la « tendance », ce qui n’a pas généralement de « valeur ». Et la boucle est bouclée, chacun pour soi et à chacun son goût !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS