Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 19 juillet 2019
Antananarivo | 02h28
 

Economie

Economie

La loi de finances rectificative 2019 scrutée à la loupe avant son adoption

samedi 11 mai | Arena R.

La présentation de la loi de finances rectificative 2019 devant le conseil des ministres a été prévue le 17 avril dernier. Plus de deux semaines plus tard, aucune trace et aucune information sur les tenants et aboutissants de ce projet de loi. Le ministère de l’Economie et des finances explique que le budget inscrit dans la loi de finances initiale 2019, élaboré avant la mise en place du nouveau régime ne permet pas la réalisation de 13 axes prioritaires dictés dans la politique générale de l’Etat d’où l’élaboration de la LFR.

Dans un communiqué de presse publié hier, la présidence de la République explique que cela fait trois fois qu’une analyse profonde de la LFR est opérée au niveau du conseil des ministres. « Une lecture et une étude ligne par ligne des dépenses inscrites par chaque ministère est au menu de ces étude et analyse afin qu’on parvienne à mettre en place une bonne gouvernance et redresser l’économie nationale et apporter un réel développement senti et effectif au niveau de la population ».

Dans son bulletin d’informations du mois d’avril, le ministère de l’Economie et des finances précise que « cette loi de finances rectificatives devra indiquer un nouvel équilibre pour le cadrage macro-budgétaire, ainsi que des allocations budgétaires tenant compte des priorités données aux nouvelles missions des institutions et ministères ». « Par rapport au cadrage macro-budgétaire relatif au budget initial pour l’année 2019, les objectifs en matière de croissance économique devraient être revus à la hausse, suivant l’hypothèse d’un fort afflux de financements ».

Le ministère évoque que « l’expansion de quelques branches de production qui se trouvent dans les secteurs primaire et tertiaire, à savoir le Bâtiment et travaux publics (BTP), le transport, l’agriculture, l’élevage et pêche, le tourisme, l’administration, ainsi que les externalités positives de celles-ci dans les autres secteurs-branches seront favorisées ».

Sans avancer le moindre indice chiffré, le ministère de tutelle lance dans son récent bulletin d’informations à propos de la LFR que concernant l’inflation, « le taux prévu devrait changer suivant les éventuelles expansions de la masse monétaire, mais le gouvernement est tenu de maintenir celui-ci à un niveau acceptable pour dispenser de la population et de l’économie, des surchauffes au niveau de la demande, et des pertes de compétitivité des branches productrices ».

« Quant à la balance commerciale, l’hypothèse d’un creusement se profilerait à cause de l’accroissement de l’importation induit par les demandes en intrant des chantiers non satisfaits par l’économie nationale. Au niveau des finances publiques, les recettes, les dépenses et le déficit budgétaire devraient également être repensés, tout comme les éléments des documents de performance et les Cadres de dépenses à moyen terme (CDMT) des institutions et ministères, dont les contenus servent à mesurer, quantifier et contrôler les réalisations ».

Enfin, le ministre de l’économie et des finances estime que la LFR 2019 devrait permettre de suivre le rythme imposé par l’émergence, dans le cadre du soutien des missions étatiques qui consistent à assurer le bien-être de la population. Pour atteindre l’efficacité dans une très courte période, le budget, en tant qu’instrument de réalisation de cette Politique Générale, devrait emboîter le pas à l’adoption de la méthode « Contrat-programme ». En arrière-plan, l’optimisation de la répartition sectorielle et spatiale des moyens sera également de mise, pour assurer l’équilibre en matière de développement et de croissance inclusive entre les régions, tout en veillant à l’application des réformes sur la bonne gestion des deniers publics.

31 commentaires

Vos commentaires

  • 11 mai à 09:42 | lancaster (#10636)

    Blablablablabla. Cause toujours. Les observateurs ont eu raison de dire que ce n’est pas un problème de financement, mais plutôt de compétence. Les ressources humaines d’experience Sont rares dans le système IEM et gouvernemental.
    La politique spectacle a ses limites. On y est.

    • 12 mai à 14:10 | Ibalitakely (#9342) répond à lancaster

      Fa mbola ho ezahana ampidirina & atao misimisy ao @ LFR aza ny budgets du prezidà & sa femme.

  • 11 mai à 10:21 | Isandra (#7070)

    <i »« Enfin, le ministre de l’économie et des finances estime que la LFR 2019 devrait permettre de suivre le rythme imposé par l’émergence, dans le cadre du soutien des missions étatiques qui consistent à assurer le bien-être de la population. Pour atteindre l’efficacité dans une très courte période, le budget, en tant qu’instrument de réalisation de cette Politique Générale, devrait emboîter le pas à l’adoption de la méthode « Contrat-programme ».

    Contrat-programme : Là , ce nouveau régime est en train de mettre en place une nouvelle méthode de gestion publique, un budget avec des objectifs bien définis et avec la déconcentration de pouvoir de décider,...

    En voyant, notre ambition, le candidat Rajoelina avait raison quand il a dit notre pays ne se développera, même en 2050, si l’on ne dépend que des financements de nos bailleurs traditionnels. Pour développer rapidement notre pays, il faut multiplier nos sources financières,...

    • 11 mai à 10:45 | lanja (#4980) répond à Isandra

      il faut multiplier nos sources financières,...
      tsy ratsy ny mitady mpitady mpamatsy vola hafa,
      fa ny mangarahara no mety hanahirana anareo,
      satria tsy mety intsony ny bodongerona, tsy tetezamita intsony izao,
      hatreto dia ianareo irery izany no mahafantatra ireo tena hamatsy vola ny IEM,
      ireo nantsoina tany paris toa tsy hita lotra hoe iza ,
      ny hitan ny olona aloha @ izao dia toa ny bailleurs tradi ihany
      no mamatsy vola @ vinavina nataon ny teo aloha ,
      Ilay IEM à grande vitesse mbola resaka matavy,
      propagande tsisy farany

    • 11 mai à 11:11 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Lanja,

      Mizara telo ny famantsiam-bola ny IEM, ary efa nohazavaina :
      - Amin’ny alalan’ny famantsiam-bola mahazatra,...
      - Amin’ny alalan’ny 3P,
      - Amin’ny alalan’ny harena ananantsika,...

    • 11 mai à 11:59 | FINENGO (#7901) répond à Isandra

      @ Isandra (#7070)
      Je cite :
      En voyant, notre ambition, le candidat Rajoelina avait raison quand il a dit notre pays ne se développera, même en 2050, si l’on ne dépend que des financements de nos bailleurs traditionnels. Pour développer rapidement notre pays, il faut multiplier nos sources financières,...
      ...........................................................................................................
      Tous ici savent que vos bailleurs traditionnels sont : L’Union Européenne, les USA, l’Allemagne et la France.
      Les bailleurs que l’Etat Malgache passe sous silence sont : les Emirats Arabes unis, Dubaï.
      Depuis 2017 Hery leur a promis la construction de 1OOO Mosquées à Madagascar et l’objectif à l’heure ou l’on parle est presque atteint, voir atteint.
      Mais Personne ne peut savoir le montant des sommes en Dollars que ces deux Pays auraient versé à l’Etat Malgache, car des très Hauts Placés se sont appropriés de la somme certainement. Et ça ne peut surprendre personne, c’est courant et du déjà vu.

      A l’île Sainte Marie dont la religion musulmane ne concernait que les 4 Karana Pakistanais qui tenaient des commerces à l’époque, au jour d’aujourd’hui l’île à sa Mosquée de son vert vêtu, flambant neuf.

      Le SEUL et UNIQUE Bailleur qui vous reste à adopter c’est la Chine avec son investissement généralisé.
      Mais quand les Chinois auront mis à sac tout le Pays, vous auriez un réveil douloureux comme le Ghana avait, et vous finiriez par comprendre que la Chine ne vous veut que par et pour les richesses qui existent dans votre Pays, mais la Chine n’a que faire de Madagascar et des Malgaches.

      Toi et Betoko vous pourriez toujours faire éloge à votre Mentor Rajoelina, mais d’ici la fin de son quinquennat il finira bien par vous entuber tous, et à sec autant que vous êtes.

    • 12 mai à 07:08 | lanja (#4980) répond à Isandra

      Isandra

      Mizara telo ny famantsiam-bola ny IEM, ary efa nohazavaina :
      - Amin’ny alalan’ny famantsiam-bola mahazatra,...
      - Amin’ny alalan’ny 3P,
      - Amin’ny alalan’ny harena ananantsika,...

      tsy misy zava baovao ireo na iray aza,
      izay anie no mahatonga ny olona miteny hoe com sy spectacle no betsaka eh.
      ny vendrana irery ihany no azo ambakakaina @ izany...
      ilay harena niantsona mpitrandraka à grande vitesse dia efa tantara nanomboka 2009 ,
      ny kianjan ny maky sy ny hopitaly manarapenitra no vitany.

    • 12 mai à 10:13 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Lanja,

      Ny lalam-bola anie ireo ihany, fa ny hahasamy hafa azy ny tetik’ady entina manao an’ilay zavatra sy ny programme atolotra. Raha ny BM sy FMI no nanao ny programme-nao, dia ireo ihany sy ny partenaire ndrizareo vitsivitsy no hamatsy vola anao, fa raha ianao kosa no nandrafitra an’ilay izy mifanaraka amin’ny zava-misy sy ny ilain’ny firenena, dia homora aminao ny misokatra amin’ny mpamatsy vola hafa.

      Tahakan’ilay samy nirotsaka hofidina, fa izay mahay maharesy lahatra ny vahoaka no lany.

      Tamin’ny andron-dRavalo izao maro ny mpandraharaha ngoavana te hotonga teto na Frantsay io na Alerikanina, na Allemand, fa rehefa nahita ny fomba maloto nataon-dRavalo eo amin’ny sehatra fandraharahana dia naleon-drizareo ny tady toeran-kafa madio kokoa. Ireny no hoezahan’ny filoha Rajoelina ho resehina lahatra ho tonga aty.

    • 12 mai à 16:15 | lanja (#4980) répond à Isandra

      Isandra,
      raha ny fahaizana manao vinavina ekonomika dia feno manampahaizana erantany,
      ary tsy ny olona manana fahasahiana mihitsy no olana,
      misy betsaka eto amintsika,
      fa raha izany tokoa no heverinareo hampandroso ny toekarena,
      dia tena mora ny raharaha,
      izay no mahatonga anareo mihorakoraka.
      nahita ity DJ ity ,
      fa aza maika mitehaka lotra,
      ireo izay tsy mihoby sy miogaoga toa anareo
      dia tsy " detracteurs " araka ny lazainareo azy loatra akory,
      samy mitady izay ahasoa ity firenena ity daholo
      fa misy ny malagasy no efa mahay mandinika
      sy mamakafaka , tsy mino angano, tsy azo ambakaina.

  • 11 mai à 11:16 | Behantra (#9165)

    Cela fait trois fois qu’une analyse profonde de cette LFR est opérée au niveau des conseils des ministres !!!!

    Resultat : une langue de bois incompréhensible

    Peut être qu’il faudrait une ... quatrième analyse beaucoup plus profonde que les précédentes

    • 11 mai à 11:28 | Behantra (#9165) répond à Behantra

      Incroyable

      Cette discordance au sein des soit disant dirigeants !

      De deux choses l’une : ou bien l’IEM d’Holijaona Raboana n’est qu’un tissu d’âneries

      Ou bien il n’y a que des incompétents au sein de ce ministère

    • 12 mai à 08:15 | lanja (#4980) répond à Behantra

      l’ IEM est une illusion orange d’un miracle économique basé sur une exploitation à outrance d’une richesse très mal évaluée , associé à des appels tous azimuts de partenaires , avec une croyance enfantine , naive et habituelle des faibles, le gagnant gagnant.

      Raboana Holijaona applique ce qu’il avait appris à l’école, avec une adaptation très maladroite des cas des pays asiatiques. Il oublie deux choses élémentaires : l’économie n’est pas une science exacte et le Père Noel n’existe pas.

      Certes , l’echec du paradis socialiste de l’Amiral rouge n’est plus à démontrer, mais contrairement à l’IEM, je préfère le conte de fée raconté par un intellectuel.

    • 12 mai à 10:53 | Isandra (#7070) répond à Behantra

      Lanja,

      La contribution de Raboana dans la conception de l’IEM est minime, car il a participé à ses différents forums organisés au même titre que les autres participants et les experts. La majeur partie des contenus de l’IEM ont été les conclusions des différents forums et études des experts de différents domaines. Il est bien de signaler que moi aussi, j’y ai participé.

      Faites la comparaison entre le document de Raboana et l’IEM vous pourriez constater qu’il y a de grande différence.

      Contrairement à ce que disent les détracteurs du président, l’IEM se réalise actuellement à grand pas. Les mpihaino vilana se trompent en pansant que l’IEM se résume à MIAMI et Building, etc,...

    • 12 mai à 11:00 | Maestro (#7313) répond à Behantra

      @ Isandra

      Contrairement à ce que disent les détracteurs du président, l’IEM se réalise actuellement à grand pas. Les mpihaino vilana se trompent en pansant que l’IEM se résume à MIAMI et Building, etc,...

      Plus de trois mois sont passés et vos Compatriotes n’ont toujours pas leur trois repas quotidien !!!! Je ne suis pas Président mais quand même Bordel Quoi !!!!!!!!! Sinon la Limousine se mange ?

    • 12 mai à 11:33 | Isandra (#7070) répond à Behantra

      Maestro,

      Merci d’avoir cru que Rajoelina est un Messi faiseur de miracle, en trois mois, tous les Malagasy mangent leur faim,...!

  • 11 mai à 12:23 | zanatany (#10633)

    Fini les lois de finance votées à la va vite comme du temps de Hery Rajao .Maintenant c ;est plus que du sérieux et tant pis pour les détracteurs

  • 11 mai à 15:29 | diego (#531)

    Bonjour,

    Nous sommes en régime présidentiel, mais pas du tout en régime dictatorial. Il faut donc que le pouvoir Exécutif fasse attention.

    La situation politique dans laquelle Madagascar se trouve n’est pas directement de la responsabilité des Institutions politiques malgaches, mais celle de la CI qui a imposé au pays un calendrier électoral, en soi, qui a de nature à affaiblir les trois pouvoirs, l’Exécutif, Législatif et Judiciaire.

    On voit que le pouvoir Exécutif est là, veut, me semble-t-il, travailler, et mettre en place rapidement les projets du président. Normal, mieux c’est légitime, les élections ont des conséquences. Le pouvoir Judiciaire est bien là aussi, et il a fait savoir au président récemment qu’il a l’intention d’exercer ses prérogatives et au delà, Rajoelina a été prévenu !

    Madagascar organise des élections législatives. Autrement dit, le pouvoir Législatif n’est pas fonctionnel.

    Le pouvoir Exécutif risque, rapidement, de sortir de ses prérogatives Constitutionnelles, ce qui est inconstitutionnel, à l’absence de pouvoir Législatif.

    Il est donc urgent que l’Exécutif patiente un tout petit peu. C’est au pouvoir Législatif de voter des lois, les amender. L’Exécutif ne peut pas ignorer les députés pour le Budget de l’Etat.

    Patience, pour ne pas ouvrir une autre crise. L’Etat malgache n’a jamais eu un budget transparent, mais il faut faire attention, les gens ne sont plus patients, il faut donc que l’Etat vient vite en aide au plus faibles, ils sont nombreux, riz, rano, jiro, santé.....Ils seront patients !

    • 11 mai à 17:59 | lé kopé (#10607) répond à diego

      D’après les promesses présidentielles ,l’élu de ces "dames "a fait le tour du monde, et , jusqu’à MIAMI (South Beach et Bay Side) pendant quatre ans, pour peaufiner son programme. Pour le moment rien ne pointe à l’horizon. Je serai le premier à le féliciter si le quart de son projet se concrétise pour le bien de notre chère patrie commune. J’ai cru à petites doses que les fonds étaient opérationnels et que l’on n’avait pas besoin des bailleurs traditionnels. Wait and See...

  • 11 mai à 19:56 | ratiarison (#10248)

    Ho HITANAREO eo anie ny REPONSES ny hatao hoe : KABARY AMBONY VAVAHADY na IEM i Andry Rajoel. sy ny FORONGONY********samy tsara

  • 11 mai à 20:01 | diego (#531)

    Bonjour à vous le kope,

    Pour réaliser ses projets, Rajoelina va devoir trouver des millions, des milliards de dollars ou en euros. Ce qui veut dire exactement, il va devoir endetter le pays.

    Le problème pour lui n’est pas en soi l’endettement, Madagascar doit s’endetter massivement et très vite pour se développer et sortir les Malgaches de la pauvreté qui touche plus de 70-80% aujourd’hui. Regardons le Sud, c’est une région qui affronte une crise grave, la famine, il y a des millions d’enfants qui sont déjà perdus.

    Comment Rajoelina va trouver des milliards ? Et auprès de qui, quels pays, quels types d’investisseurs ? Les Banques ne lui donnent, au mieux que 400 millions, dans un pays où l’Etat n’a fait un seul Investissement dans le pays et les besoins sont en milliards ?

    C’est l’équation que le président va devoir résoudre. Tout seul, il n’y arrivera pas. Pour les Bailleurs des Fonds et les banques et les investisseurs, les choses sont assez simples :

    - l’Etat et les Institutions malgaches, mécaniquement, la classe politique et les dirigeants malgaches sont solides, assez fiables ?

    Aux politiciens et dirigeants no mikaondoha Ils ont la réponse.....

    • 11 mai à 23:54 | Turping (#1235) répond à diego

      Diego
      S’investir pour s"endetter sans maîtriser l’endettement public n’a pas d’intérêt collectif ni de sens.
      - Investissement et meilleur rendement sont inhérents .Donc ,si la politique gouvernementale et les institutions ne sont pas mécaniquement assez solides et fiables ,le reste c’est du rafistolage . Tout se repose sur la capacité de fixer un cap qui tient vraiment la route en se posant la question : quel est l’objectif rationnel d’un pouvoir exécutif à fixer des vrais projets sociétaux profitant à l’intérêt général ,collectif , ??? puis le rôle du pouvoir législatif respectif ???
      - Ailleurs , l’investissement public est bien ficelé afin que l’endettement public soit maîtrisé par rapport au PIB. Or,à Madagascar ,cette histoire est tabou depuis des lustres .
      Logiquement,la dette publique est analysée dans le cadre de la gestion temporelle des finances publiques ,des transferts inter-générationnels de la gestion des chocs ( destructions des infrastructures ,absence d’industrialisation ,....),de la démographie du taux de croissance de l’économie,du niveau d’intérêt de l’inflation.....
      - Le FMI ,BM ,les bailleurs de fonds était omniprésents déjà depuis l’indépendance octroyée sous dépendance et impuissance de ceux qui se sont succédé au pouvoir .Quel miracle s’attendait on sans changer vraiment les donnes .La problématique résiduelle se situe là après 1975 ;

  • 11 mai à 23:57 | Turping (#1235)

    Le tout était omniprésent depuis des lustres .....
    Rappel ; Le FMi naquit après la deuxième guerre mondiale .

  • 12 mai à 13:25 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra (#7070)
    12 mai à 11:33 | Isandra (#7070) répond à Behantra ^
    Maestro,
    Merci d’avoir cru que Rajoelina est un Messi faiseur de miracle, en trois mois, tous les Malagasy mangent leur faim,...!
    .................................................................................................
    Dame Isandra c’est plutôt toi qui mange ta faim, voir mange ta main pourquoi pas.
    Misérable ! ! !
    Même réflexion que Maestro faisait à Betoko.
    On dit mange à sa faim ou, mange à leur faim, Femelle Bourricot.
    Isandra et Betoko deux Misérables inséparables et inégalables.

    Demain Le 13 mai, une Piqûre de Rappel pour le 13 mai 1972.
    Il y a toujours autant d’ignares et de simplets qui croient que 45 ans après ils ont conquis la Lune, Mars et Vénus.

    Bande de vauriens ! ! !
    Je m’adresse à Betoko et Isandra.
    Madagascar n’a fait que régresser depuis 45 ans, pour devenir le 3ème Pays le plus Pauvre et le plus corrompu au MONDE.
    A l’un, ça lui fait BANDER, et à l’une, ça la Fait MOUILLER.
    Deux POURRITURES sur Pieds.

  • 12 mai à 17:52 | dominique (#9242)

    choisissez qui va se remplir les poches au passage et comme dab pas 50% qui arrivera a destination ; du connu depuis des lustres rien a y faire c’est génétiquement un modifiable...... vous verrez c’est couru d’avance ...

  • 12 mai à 17:57 | lancaster (#10636)

    Cette difficulté à trouver une loi des finances rectificative vient du fait que les rêveries de IEM sont irréalisables avec les financements habituels. Or, à ce jour, rien de concret n’est en vue en terme de financement car aucune banque, aucun pays, aucun investisseurs privé ou public ne va s’aventurer à donner un seul dollar pour du vent.
    IEM pour le moment c’est un poème en langue de bois qui est en train de s’évaporer sans même laisser un bon parfum. Miami, villes nouvelles, puces électroniques, métro, tramway, usine plaques solaires, 200 4x4 etc... Aucune étude de faisabilité. On n’a pas Vu un seul chiffrage.
    Hélas, c’est de la politique spectacle. Bonne pour les faiseurs de comm. et les naïfs. Risible pour les gens sérieux.
    Cet article ne veut rien dire d’autre que : le gouvernement est bloqué. Le pire à venir est de voir l’adoption d’une LFR copie conforme à quelque chose près de la LFI de Rajao. La pire des insultes pour le régime actuel. Mais on tend pourtant dans cette orientation.

    • 12 mai à 18:32 | zandede (#10615) répond à lancaster

      zandede
      Cette LFR devra attendre la validation des soit disant experts de Bretton Woods. Puisque nous
      sommes un pays sous programme incapables de financer le développement socio économique
      de notre pays ce sont les autres qui vont décider à notre place. O put... de Mer...

  • 13 mai à 09:21 | benantsa (#10178)

  • 13 mai à 16:21 | Milaza (#10526)

    Le président Andry RAJOELINA n’a aucune tolérance de négocier à la préservation de l’intérêt du peuple et très strict sur le gestion des fonds publics

  • 13 mai à 19:07 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Qu’est-ce qu’une loi de finance ? Ses tenants et ses aboutissants ?
    Qu’est-ce que l’orthodoxie financière ? Est-elle respectée dans tous les pays (développés et en voie de développement) ?
    La réponse à toutes ces questions nous aide à avoir une bonne vision sur la LFR.

  • 14 mai à 05:26 | zandede (#10615)

    zandede
    Au lieu de nous faire des litanies sur des paradigmes inopérants exploitez les ressources naturelles
    de ce pays. Si ce sont les tunes qui vous manquent je propose le mode opératoire suivant :
    40% IDE
    40% ETAT MALAGASY
    20% IDM ( investisseurs directs malagasy)
    Tout projet de développement doit s’accompagner d’un transfert de technologie. L’émergence de
    bona est à caser dans les oubliettes

  • 14 mai à 05:26 | zandede (#10615)

    zandede
    Au lieu de nous faire des litanies sur des paradigmes inopérants exploitez les ressources naturelles
    de ce pays. Si ce sont les tunes qui vous manquent je propose le mode opératoire suivant :
    40% IDE
    40% ETAT MALAGASY
    20% IDM ( investisseurs directs malagasy)
    Tout projet de développement doit s’accompagner d’un transfert de technologie. L’émergence de
    bona est à caser dans les oubliettes

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS