Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 octobre 2018
Antananarivo | 20h56
 

Portrait

Andry Rajoelina

La foi agissante

vendredi 16 novembre 2007 | RAW
JPEG - 56.9 ko
Le couple Rajoelina, avec le trophée du Meilleur Jeune Entrepreneur
décerné par la BNI-CL, en 2003.

Se trouvant par la force du métier pour la première fois face à Andry TGV, je fus impressionné par sa jeunesse et son moral d’acier. Enfermé malgré lui par ses fans et par ses proches dans un système de sécurité judicieusement rapproché et hermétique, le jeune entrepreneur, candidat à la Mairie de la capitale n’est pas moins d’un abord facile.

Un premier contact donne l’impression à son interlocuteur que l’homme est d’une intelligence et d’une force de caractère d’acier trempé, inébranlable. Ce qu’en disent de lui ses fréquentations professionnelles sont tout de suite vérifiés. C’est un professionnel qui a des capacités de persuasion qui font penser à un têtu qui ne lâche prise une fois un projet bien ligoté, décidé.

Sa physionomie aidant et son look radieux sont pour facilement séduire ceux qui l’écoutent. L’engouement des jeunes de tous les horizons sociaux et qui demandent à constituer des comités de soutien exprime sa popularité croissante.

Apparemment, l’allure de Andry TGV, simple mais élégant, jamais pédant et encore moins exhibitionniste ou expansionniste, quelque part on dirait un enfant de chœur, lui ouvre toutes les portes et les cœurs. Ce qui lui donne par moments l’air d’un homme très sûr de lui et qui ne voit que tout en rose, que tout lui sourit. Sa photographie lors de sa Première Communion lui colle jusqu’à aujourd’hui à la peau et dans son regard.

JPEG - 30.2 ko
Andry, en premier communiant.

Catholique pratiquant, Andry TGV cultive cette foi catholique et a foi en tout ce qu’il entreprend. Comme un jésuite qui conduit une mission là où il est envoyé, Andry TGV entraîne la foule dans son sillage là où il passe. À bien y regarder, il sait répandre et partager cette confiance dans tout ce qu’on entreprend. En self-made-man qu’il est, et pour lequel il ne s’en cache pas, il se présente comme le modèle des jeunes qui ne peuvent plus s’attendre à pouvoir poursuivre de longues études pour diverses raisons. C’est à beaucoup d’égards, un autre « success story » que la nouvelle génération de jeunes tananariviens se plait à évoquer et à entretenir, font comprendre nombre de ses fans, mais aussi de jeunes opérateurs et les travailleurs à domicile. Quant aux femmes, elles font un rapprochement rapide avec Elia Ravelomanantsoa, la self-made-Woman en raison de leur succès et de leur cursus.

JPEG - 42.7 ko
Son esprit combattif date de son plus jeune âge.

Quoi qu’il en soit, Andry TGV est spécifique. C’est un sportif. Il a été champion de Karaté dans la catégorie des Cadets en 1987 et il dirige des actions sociales tout en étant président d’honneur de club de karaté. En tout cas, Andry Rajoelina de son vrai nom, est reconnu de tous dans le milieu des entreprises. Même les institutions financières lui reconnaissent son honnêteté et ses capacités de conception et de gestion. C’est un créatif né. Il a ravi le titre de « Meilleur manager de l’année 2000 » chez Eco Austral. En 2003, il a obtenu le « Trophée du meilleur entrepreneur » de la BNI-CL. Aujourd’hui, il part à la conquête de la Mairie de la capitale de Madagascar et il y croit car la Mairie est une affaire de gestion de la ville. À aucun moment de notre entretien, aucune peur n’a transpiré de ce jeune audacieux. Aucun indice de sentiment haineux ne semble pouvoir sortir de ce combattant. Au contraire, il dégage une sensation de sécurité et de paix intérieure qui semble être sa force. En bref, le personnage inspire l’honnêteté et la clarté teintées d’optimisme combattant dans l’humanité.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 281