Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 14h33
 

Politique

Proclamation du résultat des Législatives

La HCC entretient le suspense

lundi 8 octobre 2007 | Eugène R.

La Haute Cour Constitutionnelle entretient le suspense sur la date de proclamation du résultat officiel des Législatives du 23 septembre dernier.

Le délai de 20 jours accordée à la Haute Cour Constitutionnelle pour proclamer le résultat officiel de l’élection législative du 23 septembre dernier court à partir du jeudi 4 octobre dernier, date de réception du dernier pli électoral en provenance des CRMV. Ambohidahy sera donc tenu de proclamer son résultat au plus tard le 24 octobre prochain. La loi en vigueur précise cependant que la HCC n’est pas tenue d’attendre l’expiration de ce délai de 20 jours pour statuer publiquement. D’ailleurs, il y a actuellement une contrainte de temps car la nouvelle Assemblée nationale devra être là avant le 16 octobre, date du début de la session budgétaire des deux Chambre du Parlement (Sénat et Assemblée Nationale). Ce qui fait que la HCC devra prononcer son verdict au plus tard le 15 octobre. Ce délai sera-t-il respecté ? Actuellement, les hauts conseillers dirigés par le président Jean Michel Rajaonarivony se penchent sur les contentieux électoraux, suite aux requêtes introduites par les candidats qui se sentent victimes des fraudes ou des irrégularités. « Laissez-nous d’abord travailler. D’ailleurs, la loi en vigueur nous accorde un délai de 20 jours à partir de la date de réception du dernier pli électoral. », s’est contenté de repondre un haut conseiller.

A d’autres niveaux

Cette contrainte de temps ne se pose pas uniquement au niveau de cette suprême juridiction électorale. Elle se pose également au niveau du parti au pouvoir qui a officieusement raflé la majorité absolue (106 sièges sur 127) des sièges à pourvoir. En effet, l’élaboration de toute stratégie politique en vue de la constitution du bureau permanent de la nouvelle Assemblée nationale est suspendue à la décision finale d’Ambohidahy. Par ailleurs, une autre contrainte de temps se situe au niveau même de la constitution de ce bureau permanent. Un bureau permanent qui était composé de 09 membres dont un président, six vice présidents et deux questeurs. Là où plus d’un se posent la question de savoir si avec l’adoption de la nouvelle Constitution qui a supprimé les provinces autonomes, ce nombre des vices présidents (six dont un par province) sera maintenu. Bon nombre de juristes soulignent que la révision de ce nombre passera avant tout par la révision du réglement intérieur de l’Assemblée nationale. Or, il faudra encore du temps pour cette révision qui ne pourra être débattue qu’au cours des séances à l’hémicycle. Ce qui laisse à penser pour certains observateurs que l’élection d’autres membres du bureau permanent de la nouvelle Assemblée risquera d’être reportée.

En tout cas, les regards sont braqués depuis jeudi sur Ambohidahy. Ambohidahy qui pourrait créer des mauvaises surprises pour les candidats qui ne mènent officieusement qu’avec quelques voix seulement d’écart comme l’indépendant Rambolazafy Alexandre dit Chirak à Ivohibe.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS