Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 14 août 2022
Antananarivo | 15h35
 

Economie

Projet Ambatovy

La Chambre de Commerce Toamasina anticipe

lundi 22 octobre 2007 | Gilbert R.

La Chambre de commerce, d’industrie, de services et professions libérales de Toamasina (CCIT) a organisé à l’hôtel Miramar, le vendredi 19 octobre dernier, un déjeuner – débat. sur le thème, « L’implantation du projet Ambatovy : opportunités d’affaires, développement régional, craintes,… » Les invités ont eu à tourner et à retourner, par anticipation, les effets possibles, nocifs ou avantageux, de l’implantation du projet Ambatovy. L’objectif étant que les deux Régions directement concernées, l’Alaotra Mangoro et l’Atsinanana et aussi la nation tirent le meilleur parti de cette implantation, cela aussi bien en terme d’avantages économiques qu’en terme de retombées sociales positives.

En tout cas, les investisseurs ont mobilisé la LRDI (Local Resources Development Initiative), une structure spécialisée à l’expertise internationale. Le manager de cet organisme, Jean François Gascon, entouré d’experts du groupe y a exposé en long et en large les mission, stratégie, méthode, objectifs et types d’interventions de son groupe.

5000 emplois directs et 25 000 indirects

Ainsi sa mission fondamentale est « d’optimiser les retombées positives du projet pour les communautés locales », en termes de formation qualifiée de la main-d’œuvre, et d’utilisation optimale des ressources locales Quant à ses objectifs principaux, ils sont de « maximiser l’embauche locale », de « renforcer les capacités locales », de « générer des opportunités pour les entreprises », de « faciliter l’intégration dans l’environnement local » et donc de « contribuer au développement de la Région ».

La LRDI estime que le projet créera quelque 5 000 emplois directs et plus de 25 000 emplois indirects et induits. Pour autant, il ne résorbera pas à lui tout seul le chômage dans la Région.

La LRDI invite ici et maintenant « toute personne ou toute entreprise de la Région ayant œuvré dans le domaine de la construction à venir la rencontrer ». Elle enjoint aussi les opérateurs économiques locaux à « anticiper les multiples opportunités qui se présenteront » parce que, déclare-t-elle, « l’égalité des chances est notre valeur fondamentale ».

Gare à l’inflation

L’organisateur de la rencontre, la CCIT, travaillera « main dans la main » avec le projet, c’est-à-dire concrètement avec la LRDI, sur cette question d’intégration. Ce d’autant plus, a fait remarquer son président, Intsorou Eric, dans son discours de lancement, que l’implantation du projet ne manquera pas de faire exploser le marché régional. La forte et subite concentration d’une nombreuse main-d’œuvre dans les zones concernées par le projet, notamment autour des gisements à Ambatovy et à Analamay, près de Moramanga, ainsi qu’à Toamasina où l’usine et le port d’embarquement, apporteront sa cohorte prévisible de déficits de l’offre (denrées alimentaires et PPN, productions agricoles, capacités de transport et de stockage, logements, main-d’œuvre qualifiée et cadres techniques, capacité d’éducation et de services sanitaires, etc…). Et bien sûr, l’inflation sera là car il y aura beaucoup d’argent liquide en circulation, tandis que le prix de la plupart des produits sera artificiellement majoré pour cibler la population. Il s’agit donc de prévenir ces retombées négatives.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS