Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 15 décembre 2018
Antananarivo | 04h49
 

Conjoncture

Election présidentielle 2018

La CENI amenée à proposer un autre calendrier électoral après le 13 juin

mercredi 23 mai | Ny Aina Rahaga

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a signé hier, à son siège à Alarobia, un accord de partenariat avec le Centre européen d’appui électoral (ECES) pour la « prévention des conflits électoraux ».

Un accord qui selon Eva Palmans, représentante de l’ECES à Madagascar, ne fait que formaliser le travail accompli par les deux organes depuis 2013. La signature de cet accord de partenariat s’avérait nécessaire ; la conjoncture étant ce qu’elle est, elle favoriserait le risque de conflit pré ou post-électorale. Avec cette coopération, les deux acteurs pourront ainsi améliorer l’efficacité et l’impact de leur intervention pour prévenir ou résoudre les conflits qui pourraient naitre des élections. « Cette collaboration sera l’une des garante de la stabilité et de l’existence d’un climat apaisé avant, pendant et après les élections » souligne la partie malgache.

Le président de la CENI, Hery Rakotomanana a rappelé dans son discours d’hier que «  la CENI s’attèle, depuis plus de deux ans, aux préparatifs électoraux. La démarche de la Commission continuera dans ce sens malgré les évènements politiques actuels ».

Questionnée sur l’impasse politique actuelle et la quasi-inexistence de solutions proposées par les deux partis en conflit, le président de la CENI a déclaré que la Commission serait peut-être amenée à proposer un nouveau calendrier électoral. « Après la concertation multi-acteurs et la promulgation des lois électorales, nous attendons les résolutions des partis politiques et de la société civile pour le 13 juin prochain » dixit Hery Rakotomanana.

« Le rôle de la CENI n’est pas de jouer les médiateurs ou les réconciliateurs. Nous ne faisons que préparer et garantir au maximum la fiabilité et la transparence des élections. Sauf que la CENI ne peut être que simple spectateur face aux problèmes du pays et doit trouver des moyens pour que l’on puisse avancer vers les élections, d’où les cadres de concertation » continue Hery Rakotomanana. La CENI avait déjà avancé trois dates possibles pour la tenue des élections il y quelques temps. « Ce qu’on espère c’est que l’on retrouve à nouveau la possibilité, pour ne pas que l’on sorte du cadre constitutionnel et nous invitons les uns comme les autres à réellement penser au pays », insiste ce dernier. La CENI donne ainsi jusqu’au 13 juin aux politiciens afin de trouver un accord politique pour passer aux élections.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 23 mai à 14:34 | Ibalitakely (#9342)

    Hay ve efa t@ 2013 no nitsabatsabaka amin’ny fifidianana eto Madagasikara izany eces izany e ?? Ary tsy mba amin’ny maha mpanome hevitra azy koa ve fa partenaire izao ahoana koa hono, ka mila manao sonia amin’ny hafa any ivelany ny "mahaleo tena ??

  • 23 mai à 15:56 | ratiarison (#10248)

    Tsy hita mihintsiny ny lohany**** sy vodiny***@ny ity raharaha MPIFIDIANANA inty : ny CENI milaza DATY ?? inona idray no hitsaban’ny itony ECES itony ??? alefan’ny HVM indray angaha hadrebireby ny CENI ??? Vitantsika io e ?? AMPY IZAY miala RAJAO***+ RIVO*** sy ny forongony ,, Samy tsara

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 76