Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Culturel

Théatre

LES PRECIEUSES RIDICULES : Le ridicule ne tue pas….

vendredi 8 mai 2009 | Arena R.

Après avoir été méprisés par deux filles à un rendez-vous pour être marié, Grange et Croisy décident de venger l’offense subie. Ils envoient chez les filles leurs valets qui vont se faire passer pour un marquis et un vicomte. Magdelon et Cathos, discutent amour et mariage avec Gorbibus, père de Magdelon. Leur servant annonce Mascarille, le valet de Grange. Celui-ci une fois reçu par les filles, les entretiennent aimablement avec des discours de vie mondaine, et en récitant aussi quelques bouts de son œuvre. Elles sont très fascinées et pensent qu’à travers lui, elles pourraient réussir à se faire connaître dans le milieu mondain de Paris. Mais grosse erreur.

Il s’agit d’un résumé de la truculente pièce théâtrale de Molière, intitulée « Les précieuses ridicules », présentée pour la première fois en France, le 18 novembre 1659. Récemment, elle a été interprétée par la Compagnie Chèvre à Cinq pattes dirigée par le metteur en scène Hervé Dartiguelongue, et jouée par sept comédiens et artistes franco-malgache. Mercredi et jeudi, cette pièce a été présentée au centre culturel Albert Camus, à Analakely. Comme partout ailleurs, dans les autres îles de l’océan Indien, elle a connu un succès populaire immense, sauf quelques détails « ridicules » qui ne tuent pourtant pas.

Ce qui frappe les yeux dans cette pièce ne se trouve qu’à l’avant dernière scène. Les faux marquis et vicomte, tous nus, descendant de la scène et traversant la salle où des spectateurs composés de Malgaches et de Français, enfants et adultes, père et fille assistent à la représentation. Pour les Malgaches qui n’ont jamais été éduqués pour supporter de pareilles indécences, l’image a été plus que choquante. Elle manque de pudeur. Toutefois, elle a beaucoup ravi les uns qui, au final, ont ovationné les acteurs.

Les commentaires se faisaient, malgré tout, attendre à la sortie de la salle. Et enfin de compte, plus personne ne veut pas commenter l’acte encore « insupportable » pour les Malgaches. « No comment ! », lance Ariry Andriamoratsiresy, un chorégraphe national de renommée mondial, qui est pourtant un des témoins d’un pareil comportement, lors de la dernière édition de Sanga, en 2003, dans la capitale. A l’époque, les danseurs qui ont agi de la sorte ont été interdits par le ministre de la Culture du moment.

Il ne faut pas prendre les choses sous cet angle là, il faut considérer le spectacle dans son ensemble, suggère Rina Ralay Ranaivo, responsable auprès du CCAC. Et dans son ensemble, comme l’ont rapporté les journalistes étrangers qui l’ont déjà vu, celui-ci est impeccable et haut en couleur. Le metteur en scène a su le ramener du classique à la modernité. Il a également su réparer les failles, surtout les blancs, laissés par Molière, grâce à la musique et la voix de Hanitra, la chanteuse de Tarika Be.

Cette pièce vous amène dans un univers intime et social où tout craquelle, se fissure, où chacun tente vaille que vaille de préserver ses acquis, ses certitudes. Les propos sont du metteur en scène de la pièce « Les Précieuses ridicules ». Elle rassemble également tous les « ingrédients de la farce : les répliques, les gestes exagérés, les costumes exubérants, les situations absurdes, les expressions outrancières… »

Les comédiens de la CCCP (Elodie Buisson, David Léon, Richard Mitou, Frédéric Roudier, Vincent Vabre) et les artistes malgaches (Fela Karlynah Razafiarison, Haingo Ratsimbazafy et Hanitra Rasoanaivo) se sont retrouvés lors de deux résidences pour la création du spectacle. Une avant-première du spectacle a déjà eu lieu en avril 2008 à Béziers et une seconde s’est déroulée à Montpellier en juin 2008 dans le cadre du Festival du Printemps des Comédiens.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 8 mai 2009 à 06:20 | zandrygasy US (#1941)

    "le ridicule ne tue pas"...serait-ce une raison pour avoir des dirigeants aussi ridicules, qui prennent des decisions economiques et politiques ridicules...et surtout des promesses ridicules (genre, ampidiniko ny vidin’ny mofo ny vary ny jiro)...this page doesn’t have enough room to list examples !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS