Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 avril 2019
Antananarivo | 09h43
 

Portrait

Noro Nirina Rakotomampionona

L’urgentiste Major au faîte de sa carrière…

samedi 21 juin 2008 | Franck Raj
JPEG - 43.1 ko
Recevant les félicitations.

Contrairement à ce que l’on s’y attend, le titre honorifique de Major accordé jeudi dernier à Noro Nirina ne lui est pas monté à la tête. Il y a tout juste la joie qui rayonne et qu’on peut lire sur le visage de cette jeune femme domiciliée à Analamahitsy. En fait, cette fille unique des Rakotomampionona a terminé ses études en octobre 2002. On peut dire qu’il s’agit alors d’un coup de chance pour cette sortante de la faculté de médecine. C’est au dernier jour, juste au moment de la publication du résultat des examens que sa demande auprès du ministère a été favorablement reçue. Elle a été donc nommée médecin le mois de novembre qui a succédé à cette série de bonnes nouvelles. Elle a ensuite été affectée dans le Sud de Madagascar, précisément à Andranovory dans la région de Toliary. Après un séjour bien rempli à soigner la population de cette localité, ce fut le transfert pour Bealalana.

« A l’époque, ce n’était pas du tout facile. Mes responsabilités furent énormes. De plus, la différence des dialectes n’a pas souvent arrangé la situation », se rappelle-t-elle. C’est seulement après trois ans et demi d’une enrichissante pratique en tant que médecin qu’elle a eu vent d’un concours en vue d’un stage de spécialisation. Entre-temps, elle a été de nouveau sollicitée vers une autre région. Cette fois, notre doctoresse fût envoyée au CSB II d’Ilaka Centre où elle a soigné ses compatriotes pendant un mois, tout en attendant une autre perspective plus alléchante.

Neutralité mentale

Le Major Noro Nirina se dit être une femme qui s’adapte facilement dans la société. Sans doute, cela provient du fait que ses parents sont des fonctionnaires, et donc d’une extrême mobilité. Dans un rire, elle avoue n’être pas en mesure de répertorier ses véritables défauts. C’est assez étrange pour une personne qui consacre tous ses temps libres aux études. L’on sait que les périodes de vacances sont très longues pour les universitaires. Sachez donc que cette urgentiste promue récemment Major les consacre à peaufiner son anglais au centre culturel américain, à étudier le Management à l’INSCAE ou encore à apprendre des tas de choses qui pourront développer la connaissance (supérieure) chez un être humain. Sobre, son style vestimentaire privilégiant les tons mornes tels le gris, le noir et le marron traduit un certain détachement, voire la neutralité mentale nécessaire à l’accomplissement de ses devoirs pour soigner les patients. Libre au lecteur de tirer une conclusion hâtive quand au trait psychologique de notre Major. Mais une chose est sûre. C’est que Noro est de la catégorie des bons vivants. A preuve, elle respecte toute forme de vie à tel point qu’elle a été une végétarienne des premières heures. « Mes parents racontent que je n’aimais pas la viande dès mon enfance », confesse-t-elle. En revanche, elle ne fait aucune restriction pour les autres aliments, en particulier les menus malagasy ou les légumes. Elle a déjà goûté au fameux
« raketa », cette sorte d’énorme cactus qui pousse à profusion dans le Sud désertique. Côté cœur, elle est sur le point de réaliser l’autre grand rêve de sa vie, se marier. Il paraît qu’elle va convoler en juste noce avec son prince charmant en juillet. Enfin, l’élève douée
« d’Avotra », sa promotion semble n’avoir aucun autre souci que celui de se perfectionner sur le plan intellectuel. Pour elle, tant que les études existent, il faut en profiter dans cette vie de…labeur !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS