Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 21 août 2019
Antananarivo | 15h09
 

Editorial

L’incertitude n’a pas que des inconvénients

mercredi 24 août 2011 | Miary

De vraies questions sont à se poser autour de l’éditorial de Sahondra
Rabenarivo
lorsqu’elle évoque la question de savoir s’il
faudrait un diplôme pour aller voter. Reconnaissons en préalable qu’il
ne s ‘agissait là que d’une coquetterie d’auteur pour provoquer la
réflexion et avouons être tombés dans le piège. La situation à
Madagascar s’est simplifiée et s’est manifestement compliquée en
certains domaines.

Le premier élément important, c’est que pour la première fois depuis
plusieurs années il n’y a pas de candidat dominant qui apparaisse. À
vue de nez, il n’y a pas de candidat assuré de gagner à une forte
majorité la présidentielle dès le premier tour. Fini le temps où peu
après la chute de leur prédécesseur, l’élection d’un Zafy, d’un
Ratsiraka, d’un Ravalomanana ou d’un Rajoelina pouvait paraître
assurée sauf surprise grosse comme la lune. Le temps de
l’ultra-domination d’un parti et de sa machine de guerre semble
également connaître une pause. C’est un fait politique à prendre en
compte, pour parler comme un célèbre orateur.

Autre élément non négligeable : dans la mesure où ceux qui ont recouru
dans le temps aux manipulations de scrutins se retrouvent dans des
camps politiques opposés, et seront là pour les détecter et les
dénoncer, il semble qu’il y ait moins à craindre des manipulations
grossières des voix. Après déjà deux années de difficultés à se faire
reconnaître, le pouvoir lui-même n’a t-il pas tout intérêt à prouver
qu’il ne peut recourir de manière grossière aux fraudes car sa
crédibilité future dépend de son adhésion aux principes de base d’une
bonne pratique de la démocratie ? En tous les cas l’opinion publique
est avertie et sera plus attentive et plus prompte pour être un vigile
de la chose.

À nos yeux le jeu est désormais plus ouvert sans que, pour les
amoureux de la démocratie, la cause soit gagnée ; et c’est là que
l’éditorial de Sahondra Rabenarivo prend sa vraie dimension. « Qu’il y
ait bordel électoral, qu’on ait la sensation de choisir, de bouger,
d’avancer ». Il faut créer les conditions d’un vrai débat, un débat
d’idées, que les enjeux soient mis en évidence, que soient dénoncées
les dérives de ceux qui nous ont mené en bateau depuis ces temps, et
que les engagements soient clarifiés par des critères vérifiables à
divers époques. Il ne suffira pas des promesses de beaux parleurs,
mais des éléments chiffrables et démontrables. Et que des débats
puissent se faire à partir de ces éléments et qu’on en finisse avec
les « kabary tsy valiana » ou les promesses unilatérales.

17 commentaires

Vos commentaires

  • 24 août 2011 à 08:17 | QUOUSQUE TANDEM (#543)

    "... le pouvoir lui-même n’a t-il pas tout intérêt à prouver qu’il ne peut recourir de manière grossière aux fraudes car sa crédibilité future dépend de son adhésion aux principes de base d’une bonne pratique de la démocratie ?"

    On aura tout vu et tout entendu !!!!!

    "... il ne peut recourir ... aux fraudes ..." Le pouvoir a déjà fait ses preuves !!!!!

    "... crédibilité ... " mort de rire !!!!

    "... bonne pratique de la démocratie" de qui se moque-t-on ??????

    • 24 août 2011 à 09:27 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Mais ou donc allez-vous chercher vos éditorialistes maintenant ????????

    • 24 août 2011 à 10:42 | maminah (#2788) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Visiblement, partout où la réflexion déploie ses meilleurs fruits.

      Et pourquoi pas dans la diaspora aussi ? Il est vrai qu’elle n’est pas toujours (à vérifier) pointue dans l’appréhension du quotidien du pays et des manigances et autres manoeuvres qui s’y dénouent, dont certaines n’ont même pas la pudence de se dissimuler.

      Ce qui ne l’empêche d’avoir une vue d’ensemble pertinente, et de rappeler les fondamentaux qui doivent guider les objectifs.

      Je partage l’avis de Quousque Tandem sur la vision quelque peu séraphique de l’éditorialiste sur les capacités de nuire de cette équipe de la Transition. Mais elle évoque aussi l’expérience de certains membres de l’opposition actuelle, qui pourra faire office de garde-fou en l’espèce. Les vrais vigiles restant néanmoins chaque citoyen.

  • 24 août 2011 à 09:16 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Miary,

    ’dîtes-vous que

    "Le temps de l’ultra domination d’un parti et de sa machine de guerre semble également connaître une pause".

    Je n’ai pas fait un procès d’intention au "POUVOIR ACTUEL" quand ce dernier souhaiterait faire les élections municipales/territoriales avant les élections des "DEPUTES DE MADAGASCAR".

    Souhaiterais-je me tromper que ce n’est pas dans le but de museler les électeurs à la base ??

    Résultat,tout candidat du "POUVOIR" passe comme une lettre à la poste.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 24 août 2011 à 11:30 | da fily (#2745)

    Welcome Miary,

    nonobstant votre avis sur l’election-plan qui peut paraître à l’instar de l’article de Sahondra aussi pertinent, je ne suis pas si sûr d’y déceler quelque avantage, du mois en matière de changements profonds.

    Je ne démords pas que de toutes façons, dans l’état, les hâtifs ne prépareront aucunes élections présidentielles, si d’aventure d’autres sont au programme je me demande encore lesquelles ? Les raisons que j’invoque sont les mêmes depuis l’avènement de cette HAT, et ce n’est ni la pseudo évolution de la situation, ni les gesticulations dilatoires qui feront qu’on sache concrètement dans combien de jours nous auront notre scrutin. Vous avez l’impression d’oublier que la patte du grand manitou Ratsirahonana fait encore autorité dans les affaires de l’état. Il n’y aucuns mouvements, ni aucunes décisions qui n’émanent pas de sa moustache chafouine, et les dissenssions et autres bras d’honneur échangés au sein de ce panier de crabes aujourd’hui, sont certainement suite des directives de ce manipulateur hors pair.

    Il est vrai que chaque homme politique aujourd’hui en place, dispose de plus de tribune pour soit se lamenter sur sa condition (cf les AS), soit y donner son avis dont on s’en tamponne d’ailleurs, quand ça va mal pour leur strapontin, car quand tout roule pour eux, c’est motus tout baigne madame la baronne, le monde autour peut crever, ils ne voient que leurs avantages. Alors se dire que ces incertitudes n’ont pas que des inconvénients me paraît assez naîf et léger, et je le dis en connaissance de cause et des strictes réalités du terrain, l’entourloupe continue de battre la campagne.

    • 24 août 2011 à 12:07 | maminah (#2788) répond à da fily

      Une seule mise en garde, Da Fily,

      A force de diaboliser Ratsirahonana, ne risque-t-on pas d’oublier, et par là même, innocenter, les nuisances coupables de toute cette myriade hâtive ? Ratsirahonana n’y a pas, j’imagine, l’exclusivité des décisions. Gare donc au syndrome de la brebis galeuse, qui fait le jeu de cette équipe de rapaces. Il n’y a rien de plus commode pour eux que de se cacher derrière cet écran qui concentre toutes les responsabilités. Ce qui leur donne les coudées franches pour dépouiller le pays de ses dernières ressources, et ce, de la façon la plus éhontée. Pendant ce temps, le pays paie au prix fort l’aventurisme et l’impéritie de ces bouffons.

      Citons donc aussi inlassablement, et nommément, les autres. Sinon on a vite perdu de vue la réalité.

    • 24 août 2011 à 14:15 | da fily (#2745) répond à maminah

      J’entends bien maminah, j’entends parfaitement...mais l’homme est habile, et son degré de malfaisance n’est pas à prendre à la légère. Il se suffit à évoluer en eaux troubles, et sa stature de faiseur de roi en sa qualité de juriste est une réalité qui ne souffre d’aucune controverse, si on est objectif of course.

      Si vous imaginez que Ratsirahonana n’a pas le monopole des décisions, dites-vous bien qu’il est le grand ordonnateur auquel le panier fait référence, et c’est lui même qui s’est drapé de la toge des druides qui on sait sont ceux qui oeuvrent dans l’ombre. La tripatouille, il connaît, et les rouages ne lui sont pas inconnus, son acuité et vivacité à profiter du chaos momentané est redoutable.

      Et c’est bien le mal que l’on dénonce depuis au moins 3 ans, le grouillement de ce bouillon de culture est en partie organisé et entretenu par cet alchimiste frustré qu’est Norbert le tripatouilleur. Et observer et constater les errements et les pillages en règle des petits frankensteins qu’il a drainé dans son sillage, ne peut que conforter dans l’idée de la nuisance de ce fourbe aigri et frustré de n’avoir jamais été reconnu comme "grand" par ce vahoaka à qui il en veut finalement.

    • 24 août 2011 à 14:33 | ZOZORO (#5338) répond à da fily

      Da fil"Y"

      Ratsiana orana n’est pas alchimiste, c’est un artificier charlatant présent à chaque feux d’artifices et explosions sociales à Madagascar !!

      Et de deux, le prénom d’einstein c’est albert et non Franck

      Sur le reste je suis d’accord

    • 24 août 2011 à 14:44 | ZOZORO (#5338) répond à da fily

      Et être reconnu "grand" dans tous les sens du terme, c’est impossible pour celui ci.

      Vu son aire, surtout sa truffe, vous avez raison, il en veut à tout le monde.

      Remarque, j’ai fais la campagne pour lui en 199* je sais plus, nous étions MFM à l’époque et il était soutenu à fond par la face de cheval !

      Et il a beaucoup appris depuis. Le backstage lui convient sur mesure. C’est l’homme de l’ombre de cette crise même s’il sort aux grands jours quelques fois... Financement parallèle était plus utilisé que reconnaissance internationale à l’époque... pour le même résultat !

      Tout ça c’est vrai et alors ??? Maintenant on fait quoi ??? On attends d’autres bavures de leur part pour se précipiter aux claviers et dénoncer comme on sait bien le faire ? ...

    • 24 août 2011 à 18:02 | maminah (#2788) répond à ZOZORO

      Ou mieux encore, pour les plus vaillants et les plus valeureux, retrousser ses manches et travailler, avec un candidat de sa sensibilité, à la conception d’un projet sérieux et constructif, à une stratégie d’action pour une future campagne ? Ou encore, s’engager dans le militantisme. Pourquoi se priver de telles perspectives ? C’est maintenant que ça se joue.

      C’est ce que Miary entendait sans doute par "avantages". L’incertitude, à savoir l’absence de "l’ultra-domination d’un parti et de sa machine de guerre" de type AREMA, écueil d’une autre envergure, offre à la classe politique l’opportunité de renverser la vapeur. Malgré les apparences, les dés ne sont pas tout à fait pipés, et c’est maintenant qu’il faut s’y investir déjà.

    • 24 août 2011 à 21:06 | Jipo (#4988) répond à da fily

      pourquoi ne lui est - il encore rien arrivé ?

  • 24 août 2011 à 12:05 | msymandinika (#1079)

    En parlant d’élections présidentielles, les politiciens qui forment la garde haute de la Hat ont été plusieurs à s’y essayer et le sieur Rolland Ratsiraka est le seul à avoir eu une certaine marge de votants, en opposition à Lahiniriko, Ratsirahonana, Andriamanjato Richard,...

    C’est pourquoi je suis d’accord avec da fily pour dire que les membres de la Hat ne sont pas pour les élections car ils sont là pour durer et ils s’accrochent, becs et ongles à l’avantage acquis par une désignation fantaisiste, à commencer par les membres de la Directoire Militaire qui n’ont même pas été nommés, l’amiral qui s’est considéré comme le plus ancien même s’il l’est devenu pour reconnaissance du service rendu, le petit qui a été désigné par l’amiral et le général qui ont été amenés par leurs cols de chemise, les membres des deux congrès, les ministres et consorts et tout cela se dit DU PEUPLE ; j’en rirai bien si ce n’est pas un tragédie pour Madagascar.

    Et pour les forumistes de l’étranger, votre Alain la menace vient d’ajouter à sa triste célébrité, en autorisant le vol de bien d’autrui, et même des médias pro-Hat ont dénoncé le scandale.

    Et ne me dites pas que vous appuyez la Hat mais que vous vous désolidarisez de son bras armé !

  • 24 août 2011 à 13:01 | saina gasy dadabe (#4061)

    méme si le dernier Houellbec , n’est pas encore sorti en livre de poche
    nous ne saurions l’interdire a l’intelligencia de Tana
    le mythe du bon sauvage, comme celui de l’innocence enfantine,fait encore des ravages parmis les ames bienpensantes du CCAC,

    Résidence d’artistes , du CALI à Ouessant
    La Réunion : rencontre avec Joëlle Ecormier et Johary Ravaloson - France Inter " Heure ultramarine "

    http://tinyurl.com/3hx5xcu

  • 24 août 2011 à 14:03 | ZOZORO (#5338)

    Vive la GENIOCRATIE

    Que tous les malgaches deviennent Raeliens. Mettons à la poubelle le papisme (j’ai pas le droit de dire le vrai mot).

    Mais vu qu’on a plus de 70% d’analphabètes, combien exactement auront droit de vote

    • 24 août 2011 à 16:46 | BemioVah (#3451) répond à ZOZORO

      Zozoro,

      Nous, sous-signés,
      « X », suivi de l’empreinte du doigt.

      Lorsque vous dites : « Mais vu qu’on a plus de 70% d’analphabètes, combien exactement auront droit de vote ? », que voulez-vous insinuer par là ? J’avoue que j’ai du mal à suivre votre raisonnement.

      Sur les 70% d’analphabètes, combien sont illettrés ? Combien ont la capacité physique ou civique de voter ? Et sur le même total, combien sont en âge de voter ?

      Sur les 30% d’alphabètes ou quelque peu instruits, combien auront le courage de voter leur conscience et jetant un regard franc et droit sur le cas des 70% d’analphabètes, avant de regarder hypnotiquement l’image de leur célèbre candidat ?

  • 24 août 2011 à 16:51 | racynt (#1557)

    La question d’avoir un diplôme se pose t-il vraiment dans la mesure où l’on sait très bien que beaucoup de ces politiciens véreux sans aucun scrupule sont bardés de diplômes. un homme peut être doué de bon sens sans avoir fait des études ou avoir eu des diplômes et on peut être un intellectuel tout en ayant aucun état d’âme et en ayant aucune vergogne. J’aurai aimé savoir combien parmi ces allemands qui ont voté et soutenu Hitler sont des intellectuels ? Faut il vraiment avoir fait des études pour être capable de faire de vrai débats démocratiques et avoir le sens du discernement ?

    Comme disait gasykely hier , à Madagascar le parent même lorsqu’il a tord on n’ose pas le contredire, une forme de respect démesuré ancré dans notre culture qui a permis au politicien de perpétuer la pratique du Kabary tsy valiana.

    Pour instaurer un réel débat, ne faut il pas d’abord que ces diplômés ou non de leader politique cesse d’infantiliser le peuple et de les considérer comme des adultes, d’oser affronter la population quelque soit son opinion et lui donner la parole comme il en existe ailleurs lors des débats participatives. Mais auront-ils assez d’ouverture d’esprit pour cela et le peuple est il assez responsable pour porter leur opinion et leur conviction personnelle sans se laisser influencer par ces leaders pour que ces débats ne soient pas des mascaradesmais de vrai débats d’idées , de vrai échange de point de vue pour faire avancer et bouger les choses comme le dit Sahondra Rabenarivo.

  • 24 août 2011 à 17:44 | rayyol (#110)

    C est sur que cela prend un certain courage pour emettre un son parmi une bande de dinausaure pour qui la conversation est un jeu, une maniere de pavaner ou juste passer le temps et quettant tout semblant de faiblesse de l adversaire pour pouvoir se pavaner comme des paon et dire je l avais dit ,je vous l avait bien dit pouah gens instruit fort en verve mais peu en jugeotte et en action

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS