Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 25 novembre 2020
Antananarivo | 00h30
 

Société

Violence

L’auteur du viol qui a provoqué la mort d’une fillette de 7 ans arrêté

mardi 3 novembre | Fano Rasolo

Les cas d’actes de violence commis sur des enfants mineurs sont en hausse ces dernières semaines. Presque chaque jour, des cas de viol sont rapportés sur les réseaux sociaux. Hier, la Police des mœurs et de la protection des mineurs, a annoncé qu’un adolescent de 16 ans, présumé auteur d’un viol sur une petite fille de 7 ans, a été arrêté à Anosibe. La fillette victime était un membre de la famille du présumé coupable. Elle est décédée dans la nuit du dimanche à l’hôpital Befelatanana, où elle a été admise d’urgence il y a quelques jours.

Hospitalisée depuis une semaine, elle était tombée dans le coma depuis quelques jours. Victime de viols à plusieurs reprises, la petite fille a succombé face à de sévères complications de son état.

« Notre petite fille s’est plaint d’avoir mal au ventre et à la tête. Persuadés qu’elle était victime de mauvais sort, nous l’avons amené chez un guérisseur. Là-bas, on s’est aperçu qu’elle avait une tache blanchâtre au niveau de son vagin, nous pensions encore que cela provenait d’un acte de sorcellerie. Son état de santé s’est petit à petit dégradé et nous avons décidé d’aller dans une centre santé de base. Les soignants nous ont conseillé de se rendre à l’hôpital car ils soupçonnaient que notre fille ait été victime de viols à répétition », a confié la mère.

La petite fille aurait déjà subi un viol à l’âge de 5 ans. L’auteur était le même que celui est suspecté actuellement. À l’époque, la famille s’est contenté d’un arrangement vu que le coupable était un membre de famille, mais ce dernier aurait continué des méfaits et profitait de l’absence des parents pour perpétrer les viols envers la fillette.

La peur de dénoncer les agresseurs à la Police, notamment en cas d’inceste et la négligence des parents sont des facteurs qui favorisent souvent les viols, soutient le commissaire Alexandre Ranaivoson, responsable de la Communication auprès de la Police Nationale.

Selon le bilan reçu la semaine dernière auprès de la Police Nationale, trente-six (36) cas de viol sur mineurs ont été enregistrés pour le seul mois de septembre auprès de la Police des mœurs et de la protection des mineurs.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS