Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 16 novembre 2018
Antananarivo | 04h01
 

Politique

Herizo Razafimahaleo

L’austérité doit être appliquée

mercredi 4 juin 2008 | Randria N.
JPEG - 112.5 ko
Des suggestions bien suivies par les journalistes.

Eradiquer rapidement la pauvreté, telle est la priorité annoncée du régime de Ravalomanana. Et si l’on se base sur les indicateurs macroéconomiques publiés ici et là par les tenants du régime et les bailleurs internationaux, tout semble aller dans ce sens : taux de croissance dépassant les 6,3% et taux d’inflation de 10,3%. Herizo Razafimahaleo, président fondateur du parti Leader Fanilo s’érige pourtant en faux contre ces affirmations. En effet, nous ne sommes pas parmi les mieux lotis, loin s’en faut, parmi la trentaine de pays africains subsahariens dont la moyenne est de 6,5% en matière de taux de croissance et de 7%, s’agissant du taux d’inflation. « Il n’y a donc aucunement lieu de s’enorgueillir partout que Madagascar est un pays modèle envié par tous les Etats, comme le font nos dirigeants », a-t-il déclaré, lors d’un point de presse qui s’est déroulé à son domicile à Ivandry, hier après-midi. « Beaucoup restent à faire et il n’y a aucune raison de pavoiser alors que nous ne sommes même pas à la hauteur de nombreux pays africains », a-t-il souligné. Pour ces raisons, et surtout parce que la population malgache s’enfonce chaque jour dans une paupérisation grandissante, l’éminent économiste qu’il est, a tenu à apporter ses suggestions. Des suggestions qui se résument à l’application d’une politique d’austérité qui doit faire fi de toutes les dépenses non prioritaires.

En somme, un point de presse intéressant à plusieurs titres qui a apporté son lot d’information pour éclairer l’opinion de tous sur la véritable situation qui prévaut actuellement, mais qui a malheureusement été boudée par la presse publique, notamment, la radio nationale et la télévision nationale, ainsi que par la MBS alors qu’elles ont été averties de sa tenue, selon l’hôte des lieux..

- SES SUGGESTIONS

Annulation du sommet de l’Union Africaine

Ce sommet prévu se tenir à Antananarivo en juillet 2009 est jugé « inopportune, trop coûteuse et (source de) trop de problèmes », selon Herizo Razafimahaleo. Le temps imparti pour la réalisation des structures d’accueil est nettement insuffisant, 4.000 chambres en 13 mois. Et même en ignorant ce facteur, une telle manifestation est-elle une priorité alors que les retombées n’en seront que la fierté et l’honneur pour les organisateurs, sans impact aucun pour le quotidien de la population ?

Inutilité de l’extension de l’aéroport d’Ivato

Le bouclage du financement du MAP et l’amortissement des impacts de la crise alimentaire sont autrement plus primordiaux que cette extension grandiose de l’aéroport annoncée par Ravalomanana à son retour du Japon. « Il est même nécessaire de racler les fonds de tiroirs pour la réalisation de ces priorités », a-t-il suggéré.

Freiner la gabegie

L’exemple doit venir d’en haut afin que les dépenses publiques non prioritaires n’aient plus cours, notamment l’utilisation à outrance de « Force One », la réalisation des divers ateliers et séminaires, les déplacements superflus des autorités (à l’extérieur comme à l’intérieur), l’attribution injustifiée des 4x4, les pratiques abusives des marchés de gré à gré ainsi que les différentes exonérations ou exemptions (douanières et fiscales) discrétionnaires et illégitimes.

Stabilisation du prix des carburants

Étant donné que la recette fiscale pétrolière estimée pour 2008 a déjà été fixée par la loi des finances y afférente, Herizo Razafimahaleo, suggère que l’Etat se cantonne à cette somme préalablement fixée, en d’autres termes, « ignorer » la taxe basée sur le pourcentage en valeur (ad valorem) pour que la recette fiscale reste au même niveau que celle prévue, et partant, pour que les répercussions de la hausse du prix des carburants soient amoindries auprès des usagers.

À titre d’illustration : si la taxe prévue a été de 40% alors que le prix du baril était à 50 dollars, cette taxe devrait être abaissée à 20% si le baril est à 100 dollars. Le résultat est une recette fiscale stable et en adéquation avec les prévisions de 20 dollars prévues, dans les 2 cas. Un exemple magistralement exposé par Herizo Razafimahaleo.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 103