Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 18 août 2019
Antananarivo | 21h50
 

Evènement

Célébration de la fête nationale

L’ancien président Ratsiraka et Norbert Ratsirahonana y étaient

vendredi 27 juin 2014 | Valis
PNG - 171.3 ko

Comme il fallait s’y attendre, l’ancien président Ravalomanana n’était pas au rendez-vous ce jeudi 26 juin 2014 à la cérémonie de célébration du premier 26 juin de la 4è République. Parmi les anciens présidents et chefs d’État invités à cette cérémonie, seuls l’amiral, ancien président de la République, Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana ont fait le déplacement ; le premier parce qu’il dit qu’il est le plus haut gradé de nos forces armées jusqu’à présent tandis que le second déclare qu’il ne peut pas faire autrement parce qu’il a soutenu la candidature de Hery Rajaonarimampianina lors des campagnes de propagande. En réponse aux questions des journalistes, Didier Ratsiraka a fait constater que les équipements de nos forces armées sont de son époque –orgue de Staline et autres véhicules blindés amphibie. « Ce n’est pas pour dire du mal, poursuit-il, mais sans doute qu’il y a d’autres priorités ». L’ancien président de transition, Andry Rajoelina, tout comme l’ancien président Albert Zafy n’ont pas daigné célébrer avec la population malgache la fête nationale et la fête de l’Armée à Mahamasina. Bien que l’esprit de la célébration ait été la réconciliation nationale, on doit avouer que le discours du président (voir en fichier attaché) n’a pas tout à fait été entendu ni écouté par les anciens chefs d’État, Albert Zafy et Andry Rajoelina.

Le podium de l’après-midi au stade de Mahamasina a été émaillé par un accident tragique en raison des bousculades au portail. Un enfant et un adulte ont péri écrasé dans ces bousculades à l’entrée qui ont également fait plusieurs blessés. Le Premier ministre Roger Kolo s’est rendu dans la soirée auprès des victimes à l’hôpital Ravoahangy Andrianavalona et a présenté les condoléances aux proches des personnes décédées.

PDF - 101.6 ko

84 commentaires

Vos commentaires

  • 27 juin 2014 à 10:37 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    De sages initiatives, pour un vaste programme.
    Un beau discours, qui n’ attend que sa mise en route, Hery en a -t-il vraiment les moyens ?
    Il se pose en rassembleur et réconciliateur , mettant la réconciliation en priorité, ce qui en soit n’ est pas un programme et loin d’ etre gagné .
    Lui permettant même de passer encore 4 années à courir après .
    je ne pense pas que ce soit une priorité et qu’ elle viendra d’ elle même si les urgences étaient rétablies, à savoir santé éducation, et travail pour tous.
    Pouvant laisser ceux qui ne veulent pas avancer : sur place .
    Pas surpris de l’ absence du rat nocturne, et de son " amour " du Pays, il n’ y a qu’ à voir ou il a placé l’ argent qu’ il a volé .
    Quant aux deux autres, il auront au moins le plaisir de contempler le fruit de leurs compétences et les progrès que Dago aura réalisé grâce à elles...
    Et de se demander qui a écrit le discours du Prézident : cette fois-ci.
    Certains se battent contre les terroristes, d’ autres pour le djihad, en voilà un nouveau : la réconciliation, on est pas sorti de l’ auberge : la fête aura été belle et le ranonapango délicieux ...

    • 27 juin 2014 à 12:02 | Bena (#2721) répond à Jipo

      fini le délestage, taux de croissance 7%, renforcer le tourisme, 100000 emplois pas an, ariary fort, mais comment ? avec quel avec un chef qui baisse sa kulotte partout dans le monde ? le boomerang vous connaissez ?

    • 27 juin 2014 à 12:34 | Jipo (#4988) répond à Bena

      Tout à fait , nous avons un sujet comparatif dans l’ hexagone, avec un taux de croissance à O %, un taux de chômage et une quote de popularité , au moins égaux, & qui suivent la même courbe d’ évolution, une réactivité & autosuffisance somme toute siamoise .. ;
      Quand "j’ admire " les photos, particulièrement les tenues vestimentaires des figurants et leurs mines patibulaires, j’ ai plutôt l’ impression d’ assister aux obsèques de cette mémorable fête, qu à une liesse populaire de joie, de bonheur, et de liberté enfin retrouvés, mais ce n’ est qu’ une impression personnelle ...

    • 27 juin 2014 à 13:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Bena

      Selon SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA :
      - "Madagascar est entré dans une ère de normalisation qui lui offre désormais l’appui de la Communauté Internationale.
      SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA a aussi les soutiens de
      - Jean Luois ROBINSON (-ex-ESCA-)
      - et du Président Marc RAVALOMANANA
      et vous passez votre temps à vociférer sur le Président de la République Malgache,
      Chef d’Etat de Madagascar
      SEM Hery RAJAONARIMAMPIAINANA..
      Il en appelle à la responsabilité de chacun,pour préserver l’unité nationale.
      Il en appelle à toutes les bonnes volontés et la conscience nationale,pour bâtir une Nation réconciliéee et prospère.

      Basle RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 juin 2014 à 13:37 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Vous jouez à quoi le " vociférateur " du 9/3 , à copier le fichier attaché du discours d’ hery dans l’ article / le BDR et le nouveau plan d’ hery pour lutter contre, à savoir :
      un comité ministériel à la place d’ un comité de pilotage, des ronds de jambes de majorettes et coup d’ épée dans l’ eau , laissant aux trafiquants , toutes les manoeuvres et temps nécessaires pour écouler ce qu ’ils n’ ont pas encore réussi à écouler, gaspiller de l’ argent pour payer ce comité à ne rien faire, en plus de justifier l’ inutilité complète du comité précédent, dit : de pilotaze ...
      décidément !

    • 27 juin 2014 à 16:25 | Bena (#2721) répond à Jipo

      basile, un peu de vacances sous les tropiques et tu verras la réalité. un discours reste un discours (tu dois être déjà saturé de ceux de hollande). ici c’est le même, mais la misère en sus.
      tiens, ces deux présidents se ressemblent coté cœur (je veux dire gestion des dames), et coté discours et promesses infinies.

  • 27 juin 2014 à 10:42 | iarivo (#5822)

    Lala Norbert Ratsirahonana, un de ces grands personnages de la vie politique malagasy au cours de ces 30 derniers années !!!

    De ces grands personnages qui ont tenté de transformer Madagascar en un état moderne et ouvert vers l’avenir, et continue de le faire avec conviction et abnégation au risque de leur vie.

    • 27 juin 2014 à 11:15 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Pour un tel résultat, on aurait souhaité qu’ ils soient : moins " grands " ...

    • 27 juin 2014 à 11:42 | Jacques (#434) répond à iarivo

      " Lala Norbert Ratsirahonana, un de ces grands personnages de la vie politique malagasy au cours de ces 30 derniers années !!! De ces grands personnages qui ont tenté de transformer Madagascar en un état moderne et ouvert vers l’avenir, et continue de le faire avec conviction et abnégation au risque de leur vie. "

      dixit, le sieur iarivo.

      Eh bien, cher Monsieur iarivo, pour ce qui d’une "provoc" vous n’y êtes vraiment pas allé avec le dos de la cuillère. Très intelligent. Chapeau, Monsieur iarivo !

    • 27 juin 2014 à 12:02 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à iarivo

      SEM Lala Norbert RATSIRAHONANA,un Homme d’Etat".Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 juin 2014 à 14:34 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      1 GROS TAS vous voulez dire !

    • 27 juin 2014 à 15:08 | mpitily (#1212) répond à iarivo

      N’importe quoi Iarivo !

      L’un des plus grands fossoyeurs de Madagascar plutôt oui ! Et qui continue de sévir malheureusement.

      C pas parce qu’il l’a soutenu au 2d tour qu’il doit le soutenir pour toujours non ? Halte au culte du président et aux hypocrisies à la façon Ratsirahonana SVP !

    • 27 juin 2014 à 15:19 | Isandra (#7070) répond à iarivo

      Votre post considéré par ZD comme provocation,...parce que cette fois, durant l’événement 2009, Norbert R a utilisé ses talents, ses connaissances en défaveur de Ra8,...du coup, il le considère comme un traître...

      Pourtant, ce n’est pas à cause de personne que celui-ci avait poussé à bouter tous ses anciens conseillers expérimentés qui auraient pu lui aider à se maintenir au pouvoir, après service rendu...mais plutôt, à cause de son arrogance,...

    • 27 juin 2014 à 16:19 | tsimahafotsy (#6734) répond à Jacques

      Pet-être que Iarivo parle du Ratsirahonana jusqu’en 2002.
      Il y avait un deal entre Ratsirahonana et R8 en 2002 pour permettre à un Merina d’accéder à la présidence après tous les côtiers Tsiranana, Ratsiraka, Zafy.
      Ratsirahonana a retiré sa candidature, en faveur de R8 alors qu’il était bien placé dans les sondages.
      Malheureusement après la victoire, il n’a eu qu’un poste d’ambassadeur extraordinaire, poste honorifique sans aucun pouvoirs, d’où la colère et la vengeance qu’il a nourries envers R8. Ce dernier n’a respecté aucun des engagements politiques conclus avec Ratsirahonana et l’AVI. Et çà , c’est l’intéressé lui-même qui me l’a confié lorsque de retour à Mada en 2006, je me suis présenté chez lui car entre tsimahafotsy, il est d’usage d’aller voir les anciens pour demander conseil.
      Tout le monde sait que la haine n’est pas bonne conseillère et l’imminent juriste constitutionnaliste est devenu le suppôt gâteux des putschistes.

    • 27 juin 2014 à 16:21 | tsimahafotsy (#6734) répond à tsimahafotsy

      erratum : éminent juriste mais pas imminent

    • 27 juin 2014 à 16:35 | Bena (#2721) répond à tsimahafotsy

      imminent, ça va aussi, comme le ..danger.

    • 27 juin 2014 à 16:55 | iarivo (#5822) répond à tsimahafotsy

      Il n’y a jamais eu un deal entre Ratsirahonana et Ra8 en 2002, JAMAIS, et c’est un Hery Velona qui vous le dit !!!

      Ce sont les "Hery Velona" qui avaient décidé dès 1997 de choisir un challenger pour "évincer" par les urnes le nouveau président élu mais indésirable, Didier Ratsiraka (= ancien dictateur/culte de la personnalité/pouvoir personnel/marxiste donc athée) !!!

      Ce sont toujours les "Hery Velona" qui avaient décidé de tenter l’expérience avec un non-côtier et un non-catholique, ce choix ayant été avalisé, soutenu et même suggéré par le FFKM au grand complet !!!

      Ce sont donc encore les "Hery Velona" qui avaient préparé et monté en puissance dans la vie politique marc ravalomanana, la première étape étant la mairie d’Antananarivo.

      Le véritable traite dans toute cette histoire c’est bien marc ravalomanana qui, après un premier mandat de 5 ans, va trouver une certaine légitimation (qui lui manquait) par les élections de 2006 pour enfin jeter son masque et montrer son vrai visage !!!

      ... avec la complicité de certains dignitaires du FJKM d’où le violent mécontentement de l’EKAR (non respect par l’un des membres du FFKM du deal convenu entre les quatre Églises la composant).

    • 27 juin 2014 à 20:15 | tsimahafotsy (#6734) répond à iarivo

      Entre la version de Iarivo, simple militant des Hery velona, et celle de Ratsirahonana, je crois plus à ce dernier qui est dans " le secret des dieux ".

    • 27 juin 2014 à 22:53 | Paulo Il leone (#6618) répond à iarivo

      Il faut impérativement que vous preniez des cours de rattrapage en français, puisqu’à l’évidence vous ne connaissez pas le sens des mots dont vous ponctuez ici et là vos posts délirants !
      Par exemple, dire de cette ORDURE de Norbert Ratsirahonana que c’est un "grand personnage" va vous couvrir de ridicule (et vous ne l’aurez pas volé) et lui attribuer une soi-disant vertu d’abnégation pose sérieusement la question de votre santé mentale !

  • 27 juin 2014 à 10:42 | zanadralambo (#7305)

    Ripailles, orgies…hier dans les hautes sphères de ce nouveau pouvoir qui, au fond, n’est pas si clean que ça : on a fêté quoi, au juste ? 54 ans d’indépendance, il paraît...

    54 ans, un âge plus que mûr pour un homme…mais un âge peut-être un peu jeune pour l’anniversaire de l’indépendance d’un pays. Une indépendance formelle, octroyée sur les cendres, sur le bûcher d’une monarchie légitime, qu’on a voulu à tout prix abattre, sacrifier. De peur que le patriotisme merina, socle de cette monarchie multi-séculaire, ne revendique une vraie souveraineté à la place de cette République bananière qu’on a montée de toutes pièces ; avec l’aide d’un Padesm scélérat qui, jusqu’à nos jours continue son œuvre nocive. Les relents nauséabonds de la cause côtière ne sont pas morts, camarades !

    54 ans d’ « indépendance », on en a fait quoi au juste ? Certes, deux périodes que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître ont entretenu l’illusion de lendemains meilleurs. Les 14 premières années où la France paternaliste de De Gaulle a permis au régime néo-colonial de Tsiranana de nous bercer dans une certaine douceur de vivre. Et les 2 ans de transition du gouvernement Ramanantsoa qui ont suivi, dont justement les tenants de la cause côtière, avec la complicité de quelques renégats merina, ont eu la peau. Ces 54 ans de faux-semblants ne nous auront finalement apporté que désillusions. Les larmes et le sang versés sur l’autel de cette République de voyous seront-ils seulement payés de retour un jour ?…Au nom de cette République bananière, fille aînée d’une indépendance au goût plus amer que doux, les décadents de la révolution de 1975 ont renversé la table, avec tout ce qu’il y avait dessus. Le désordre, l’anarchie devinrent la règle sous le joug d’un amiral au génie dévastateur. Quelques hommes de bonne volonté ( Razanamasy, oui, il n’a pas complètement failli ; Ratsirahonana avant qu’il ne devienne le gâteux opportuniste et malfaisant qu’il est hélas devenu ; Ravalomanana avant que son égo surdimensionné l’entraîne vers les sentiers de perdition…) ont essayé de redresser la barre. Qu’un jeune écervelé, le pire timonier que notre pays ait connu, en perte de boussole, la tourne et la retourne dans tous les sens pour arriver au chaos où l’on est.

    Triste bilan, triste rétrospective, triste réalité, hélas, mille fois hélas…La forme d’état que la France nous a imposée en 1960 ne sied pas à notre société. Les turpitudes des représentants de cette République, les simagrées des députés qui veulent singer les assemblées des pays démocratiques en en revendiquant les droits mais en en oubliant , en en refusant les devoirs fondamentaux, sont le signe de la décrépitude ambiante et croissante d’un système à bout de souffle. Ce n’est plus « démocratie, attention, danger », c’est tout simplement « survie, attention, danger » ! 54 ans d’indépendance sont là pour attester de cette triste réalité. 54 ans d’un tunnel dont je ne vois toujours pas le bout. La petite lumière qui semble poindre est à la
    merci d’un coup d’état qui réduira à néant la très maigre lueur d’espoir qui entretient, à nouveau, un début d’illusion…

    …Pleure, ô mon pays bien aimé !

    • 27 juin 2014 à 11:54 | walesa (#5863) répond à zanadralambo

      Merci Zanadralambo pour votre commentaire sur ces 54 années de l’independence du Madagascar. Tout est juste et vrai, que vous avez écrits. Je ne peux que me sousigner au dessous de vos paroles. La realité est dur et les degats occasionné par nos dirigents en commencant par l’amiral autoproclamé sans flotte et en finissant par le "président" autoproclamé Andry le Nul sont presque i r r e c o u p e r a b l e s ! Car se ne pas seulement la vie economique du pays qui a subi la catastrophe totale, mais surtout les pertes irrecouperables au niveau de la mentalité des peuples. Si je pourrai paraphraser : bye bye fomban’drazana, respect pour les hommes et pour la loi des ancetres et bienvenu au hafetsena, "kapoiko ny adala !" et chacun pour soi !

    • 27 juin 2014 à 12:53 | Isandra (#7070) répond à zanadralambo

      On savait où vous vouliez en venir,...que la république n’est pas faite pour nous, laquelle est la seule source de tous ce maux...,mais ce n’est pas garantie non plus que si après l’indépendance nous avions opté la monarchie, aujourd’hui, Madagascar aurait été fait partie de pays émergents,...que tout le peuple aurait pu profiter équitablement nos richesses,...aucune région n’aurait été délaissé, et que la décentralisation aurait été effective...

    • 27 juin 2014 à 13:14 | Radôdôsy (#164) répond à zanadralambo

      Quand je vois qu’il y a encore des bonnes personnes dans notre pays, je me désespère pas, ne serait-ce que 10% de la population.

    • 27 juin 2014 à 13:22 | alamino (#809) répond à zanadralambo

      bjr

      tena marina

      kanary poakaty

      corruption sy fiatsarahmabelatsihy

    • 27 juin 2014 à 15:38 | tsimahafotsy (#6734) répond à zanadralambo

      Salut cher compatriote Zanadralambo !
      Je souscris entièrement sur le bilan que vous faites sur ces 54 ans d’indépendance et de ceux qui nous ont conduit à ce désastre.
      Mais avouez quand même que les héritiers de Ranavalona et les Andriana n’ont pas fait grand chose pour combattre le système des néo-colons.
      Pourquoi De Gaulle et Focart ont échoué au Maroc ? Pourquoi les Marocains ont-ils réussi à restaurer la monarchie et vivent sans coup d’état comme les pays africains ex-colonies françaises ? Comparaison n’est pas raison, mais dire que nous aurions mieux fait comme les Marocains, j’en doute.
      La république permet l’égalité, la fraternité, la liberté, elle permet à tout un chacun, selon ses mérites et son patriotisme d’accéder aux plus hauts pouvoirs.
      La république a permis à un Barak Obama de succéder à un blanc raciste et un 1 bécile de première le dénommé Georges W. Bush au pouvoir suprême.
      La république a permis à Mandela de devenir président et d’abolir l’apartheid.
      La République est bananière quand ce sont des singes, des babakoto qui s’en prévalent. Nous n’avons que des babakoto aux pouvoirs, mais n’oublions pas que notre "référence" la France a mis deux siècles après la Bastille pour avoir un système politique pérenne et solide.
      Le temps de la politique n’est pas le temps des hommes et le temps des hommes n’est pas le temps d’une nation.

    • 27 juin 2014 à 18:21 | Jipo (#4988) répond à tsimahafotsy

      Vous faites penser à la Suisse équatoriale.
      Les premiers vous diront il n’ y a pas l’ feu au lac, les autres se contenteront d’ un moramora be , on n’ est plus à un siècle près , mais le temps comme le bois : travaillent-t-ils pour eux ?

    • 27 juin 2014 à 22:03 | Turping (#1235) répond à zanadralambo

      Salut l’ami Zanadralambo,
      - Vous ,vous intervenez moins sur ce forum ,mais le contenu de vos messages est toujours pertinent,compréhensible.
      - Rien à signaler (RAS) ,vous réjoignez les fonds de pensée .
      Amicalement

    • 27 juin 2014 à 23:02 | Paulo Il leone (#6618) répond à zanadralambo

      Au fond, il semblerait que l’indépendance n’ait pas apporté grand chose de bon pour le peuple Malgache. Il aurait fallu y penser avant de succomber au chant des sirènes de l’indépendance chérie !
      Honte éternelle à Ratsiraka et ses émules !
      Que de regrets, que d’occasions gâchées !
      Comme le diit mon coiffeur, un sage d’entre les sages, "La victoire est brillante...mais l’échec est mat !"

    • 28 juin 2014 à 16:13 | zanadralambo (#7305) répond à tsimahafotsy

      Salut, cher compatriote, toujours ravi de discuter avec vous, même si nos avis divergent sur la forme de l’Etat qui sied à notre pays.
      La République permet l’égalité, la fraternité, la liberté, elle permet à tout un chacun, selon ses mérites et son patriotisme d’accéder aux plus hauts pouvoirs. Je suis d’accord avec vous, cela se vérifie dans les pays démocratiques, la France, malgré quelques vicissitudes en est le meilleur exemple. Mais cette République là ne peut marcher que dans un pays développé. Dans les pays du tiers-monde où le petit peuple lutte pour sa survie quotidienne, les beaux principes républicains ne peuvent être qu’un luxe. Sa priorité, c’est la sécurité de sa personne et de ses biens, c’est d’assurer la pitance de ses enfants, de les mettre dans une école. Ce sont les voyous qui vont se draper des valeurs républicaines pour continuer de se livrer au dépeçage des richesses de leur nation, c’est une réalité incontournable, que ce soit en Afrique , en Asie ou, il ya encore quelques années en Amérique latine.
      Le système monarchique, une monarchie constitutionnelle encore une fois, Turping en a souvent fait la démonstration, nous évitera le spectre d’un coup d’état qui mettra en place une dictature militaire. Au moindre faux pas du pouvoir en place, les opportunistes de tous bords ne se gêneront pas pour faire un énième 13 mai. Une monarchie constitutionnelle mettra en place un symbole de la nation, un homme ou une femme au dessus de la mêlée ; il aura naturellement vocation à unifier déjà les Merina (la majorité de notre population, qu’on le veuille ou non, qui votera, heureusement ou malheureusement, évidemment pour un de ses fils) ; ce qui évitera ces crises cycliques qui nous mèneront définitivement vers le chaos.
      Les ampajaka régissent la communauté de vie de plusieurs de nos contrées sur les côtes. Pourquoi l’Imerina, berceau de notre civilisation, ne peut y avoir droit ?

      Sinon, je partage votre indignation quant aux habitudes de certains andriana. La philosophie esclavagiste qui pollue l’esprit de nombre de nos compatriotes dépasse mon entendement. A nous de tout faire pour éradiquer ce comportement digne du moyen-âge…

    • 28 juin 2014 à 16:17 | zanadralambo (#7305) répond à Turping

      Bonjour, ami Turping. Je suis moins présent sur le forum par manque de temps. Mais je suis toujours avec intérêt les débats qui montrent notre attachement à la terre de nos ancêtres.
      Nous partageons depuis le début les mêmes convictions que 54 ans de gabegies et d’anarchie nous ont amenées à avoir. L’hypocrisie, l’affairisme, le copinage qui semblent toujours, malgré des efforts notables de quelques dirigeants un peu plus honnêtes que les autres, animer les tenants de cette République ne sont pas près de changer une bataille perdue d’avance avec la clique de bandits qui régit le système pourri de nos Institutions.
      Je suis tombé sur votre discussion avec Rahasimbery (qui me semble, au-delà de nos divergences, quelqu’un de bien), bien sûr que vous avez raison , il y a au moins 2 races au Maroc ( l’esclavage dont les Arabes se dédouanent pour le mettre sur le dos des seuls Européens est passé par là). Et quand vous rappelez que le royaume merina a été reconnu au-delà de nos frontières (des ambassadeurs de Radama ont été reçus avec les honneurs dans les grandes cours européennes), que les souverains de l’époque ont été les garants de la nation, peut-on encore contester le rôle historique de la monarchie merina dans la construction et l’évolution de ce pays ? Sa contribution à l’unité de ce pays que le politiquement correct voudrait effacer ne souffre d’aucune contestation.
      Bien à vous, Turping.

  • 27 juin 2014 à 10:58 | Isandra (#7070)

    Il cherche quoi d’autre,...Mahamasina a été plein comme un oeuf, c’est le plus important non...,même si l’on savait que des Taxibe ont transporté des populations de fokontany payés, pour y assister,...

    La réconciliation nationale ne se décrète pas,...les bons discours ne suffisent pas. Attendez-vous que cela marche toute seule,...Il faut que les initiateurs fassent des gestes,...des actions, des propositions convainquant,...qu’on veut vraiment la procéder, et surtout arrêtez de faire tous ces cirques...,sinon tout cela reste vain et stérile, ça vaut même pas la peine de la prononcer dans tous vos discours....

    • 27 juin 2014 à 11:23 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ....des propositions convainquant qui nous montre qu’on veut vraiment la procéder,...

    • 27 juin 2014 à 12:05 | walesa (#5863) répond à Isandra

      Panem et circem ! Le peuple ne demande que ça et on le comprends !

    • 27 juin 2014 à 14:47 | Isandra (#7070) répond à walesa

      Bon,...avec histoire des décisions anti-constitution, les marchandages à l’assemblée,...rajoutons ces assistants payants,...ce régime est mal démarré. On ne sait plus jusqu’où iront-ils...

  • 27 juin 2014 à 11:18 | Rahasimbery (#8396)

    Turping,
    Je n’ai aucun doute sur le fait que quelques uns, parmi nos compatriotes, nourrissent le vœu pieux de restaurer un régime monarchique. Encore faut-il qu’ils aient le moyen de leur rêve. Certes, le "royaume de Madagascar", l’appellation de l’époque, eut une reconnaissance officielle. Il est cependant un constat qui mérite amplement d’être mentionné : L’unification du pays, initiée par la monarchie Merina, incarnée par la personne de Ramboasalama, n’est jamais arrivée à son terme. Le 19ème siècle s’avérait être insuffisant pour l’achever. Loin s’en faut, une double menace pesait sur ce processus : pendant que des luttes intestines l’affaiblissaient épisodiquement de l’intérieur ; l’appétit colonial des grandes puissances européennes n’ayant aucune limite finît par l’abattre. Madagascar en paya le prix fort. Et nous connaissons la suite. Vous aimez répéter le rôle décisif des colons lors de l’indépendance, pour aussitôt les dédouaner d’une totale responsabilité quant à notre situation actuelle. « Plateau d’argent » dites-vous.
    - Oui, Madagascar a été « peu décolonisé », la formule est de Françoise Raison-Jourde. Tout a été mis en œuvre pour occulter au maximum les événements de 47. En ligne de fond, nous retrouvons l’éviction du MDRM de l’échiquier politique et la promotion de Tsiranana, PADESM, pour assoir la première république et de facto, la présence française. La « politique des races » entamée par Gallieni, une cinquantaine d’années plus tôt, hantait toujours l’esprit des stratèges coloniaux à la veille de la décolonisation : réduction de l’opposition MDRM/PADESM en 2 pôles ethniques, voire même raciaux pour les plus zélés (Merina-côtiers ; Asiatiques-Africains) ; ce qui implicitement, légitimait la république (la France) comme une force indispensable, unificatrice ; et inversement, envoyait l’aspiration nationaliste des groupes tels le PANAMA, le MDRM au tapis. La force du ressentiment l’a emporté sur celle du rassemblement. Est républicain celui qui non seulement adhère aux principes fondamentaux (liberté-égalité-fraternité) de la république mais aussi, celui qui y croit, et ceci, envers et contre ses adversaires, y compris le colonialisme. Tsiranana n’a jamais cru en Madagascar, il a cru en la France (civilisation supérieure). Une politique « souveraine » digne de ce nom assume sa part de responsabilité en priorisant ce qui est de son ressort (sa légitimité) et ce qui ne l’est pas, le reste du monde.
    (- Les considérer revenait à remettre en cause l’entreprise coloniale dans son ensemble. Ce qui, compte tenu de la situation française de l’époque, un pays tout juste sorti d’une guerre ravageuse, signifiait une perte significative de ses ressources propres. Outre le plan Marshall, la reconstruction avait un prix. Les colonies. Et le génie de De Gaulle, c’est d’avoir contenté les Américains sur la forme, la décolonisation, et d’avoir su au fond maintenir le pré carré français vaille que vaille. Et dois-je souligner que celle-ci n’est pas notre Histoire)

    - Cette Histoire est bel et bien écrite mais hélas, elle est en passe d’être oubliée. Son caractère « politique » la rend indicible, inaudible pour un peuple aussi dépolitisé que les Malagasy. Pour moi, un avis personnel donc, le colonialisme a gagné à Madagascar. Sa réussite politique est proportionnelle à son implantation durable dans l’idéologie du pouvoir national : la ligne de fracture susdite. (Le pacte républicain n’y existe pas) Historiquement, il s’est rendu indispensable en imposant sa périodicité : précoloniale, coloniale, postcoloniale. Au regard de 2000 ans d’Histoire, 60 années nous paraissent insurmontable. Ce faisant, il a réduit l’imaginaire historique des Malagasy à des formes réactionnaires et vindicatives. Quand nous pensons Histoire ; nous souffrons, nous nous accusons les uns des autres et ensuite, nous nous représentons un Tribunal. L’Histoire du crime est-elle un crime historique ? Il faut faire preuve d’un grand discernement pour arriver à bout de cette question. Cette perception causant en partie le brouillage de nos perspectives conditionne notre réel. Ailleurs, j’ai évoqué notre« passé trouble. » Sans doute, il est plus que nécessaire d’établir une connexion (virtuelle, car c’est toujours le présent qui imagine son passé) entre le passé et le présent mais elle ne devrait pas se faire au détriment de l’actualité : nous sommes dans une situation d’impouvoir. Il n’y a rien de pire que la fuite dans l’Histoire. Si elle nous aide à comprendre le présent, elle ne nous sera d’aucune utilité dans nos actes militants. Comprendre n’est pas militer. En d’autres termes, vouloir la monarchie, c’est aussi « pouvoir » vivre comme un monarque. Est-ce le cas ? Chacun jugera de ce que bon lui semble, mais en attendant, nos ressources naturelles font l’objet d’une convoitise accrue des autres pays, nos enfants se prostituent allègrement, nous voulons coûte que coûte quitter le pays parce qu’il incarne l’enfer en personne et la liste est longue.

    - N’accordons pas trop d’importance à l’Histoire, au risque de méconnaitre les injustices présentes. Les historiens diront que l’anachronisme est un péché mortel. Cela dit, tous les patriotes Malagasy s’en réfèrent encore pour appuyer leur revendication politique : « La faute aux…, Les Malagasy d’abord ! » Cela, peu ou prou, relève de l’Histoire. Du moins, du rapport que nous entretenons avec elle. La partageons-nous ? Dans quelle mesure façonne-t-elle notre imaginaire ? Quand elle s’actualise, selon que l’on s’identifiait, s’identifie aux dominants ou aux dominés, quel est son impact réel dans nos esprits ? Peut-on avancer l’hypothèse d’une Histoire commune, partagée par tous les Malagasy ? Comment la fabrique-t-on ? Enfin, à quoi peut-elle bien nous servir ? Derechef, plus qu’elle nous donne de réponses, elle soulève de nombreuses questions auxquelles, par négligence ou volontairement, nous évitons d’aborder. Nous ne bénéficions pas encore d’un climat bienveillant pour s’attaquer à l’Histoire.

    • 27 juin 2014 à 15:20 | Rahasimbery (#8396) répond à Rahasimbery

      "La réconciliation", à défaut d’être un appel fraternel puisant sa racine dans un pacte politique (national : les valeurs, les intérêts, les visées, les urgences etc.), est un aveu d’impuissance. Malgré toute la bonne volonté du discours présidentiel, l’absence de quelques anciens () éclaire singulièrement le cercle vicieux dans lequel notre "système politique" est embourbé.
      - Quiconque aurait la charge de diriger ce pays, composera avec des éléments perturbateurs. L’ampleur des forces de division est telle, que les rallier sous la même bannière ne sera pas une mince affaire. A mes heures perdues, J’ose imaginer que le clivage est d’ordre idéologique (démocratie, monarchie, république, libéralisme, communisme etc.), là au moins, les écoliers (antiquité-féodalité-renaissance, etc.) sauront sur quel pied danser, et où mettre des beaux mots dans des belles analyses. Mais au regard de notre passé, les idéologies n’ont eu que des effets lénitifs. Tsiranana était-il républicain ? Ratsiraka était-il marxiste ? Et Ravalomanana et Zafy étaient-ils libéraux ? Rajoelina n’était-il qu’un disc jockey ? L’imparfait du verbe « être » est le dénominateur commun de toutes ces questions. Dois-je rappeler que le pouvoir s’exerce au présent et que l’enjeu premier de la politique est d’organiser l’ensemble du pays en vue d’un avenir commun ? C’est ici et maintenant que le monde se façonne. C’est ici et maintenant que les forces se rapportent les unes des autres. C’est ici et maintenant que les batailles se livrent. Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, « l’ici et maintenant » est une pensée lancinante : la main quémandeuse, les yeux larmoyants, la haine de soi qui aboutit fatalement à celle des autres, l’auto flagellation et enfin, l’imbécilité soupçonneuse qui au fond amenuise tous les élans créatifs.
      - L’adversité, à l’échelle nationale, ne peut générer d’émulation que dans la mesure où tous les acteurs s’entendent au minimum sur un arsenal de règles. (Le monde actuel est impitoyable car force est d’observer qu’un pacte mondial n’existe pas. Il y a des alliances, des pôles de puissance mais leurs relations sont souvent conflictuelles) En effet, ce pacte politique aura le mérite de redéfinir la notion d’opposition et d’instaurer à court ou à long terme un climat bienveillant, apaisé. Pour ce faire, une bonne dose de confiance nous sera nécessaire. « Même si je ferme les yeux, ta présence m’est bienveillante. » Qui parmi nous pourra en dire autant ? Au-delà même de la politique, interrogeons notre expérience quotidienne, personnelle : comment se comportons-nous avec nos proches ? Mesurons-nous la portée de nos paroles, de nos actes ? Suis-je intègre avec mes propres principes ? Le Chrétien, le Républicain, le monarchiste, le communiste, le libéral incarnent-ils leurs idéaux ?

    • 27 juin 2014 à 16:01 | Jipo (#4988) répond à Rahasimbery

      L’ ideal : utopie ou moteur permettant à l’ espoir , voir la nature humaine dans le meilleur des cas de vivre, si non survivre ?
      L’ ideal, cible à atteindre ou but servant de bouclier à des esprits malins pour profiter de la naiveté dupe ?
      L’ idéal comme objectif ou poupée chiffon que l’ on agite pour justifier qu’ il n est pas encore atteint, et que par courtoisie on laissera au successeur.
      L’ idéal comme pour les miracles prévoir un délai...

    • 27 juin 2014 à 16:12 | Rahasimbery (#8396) répond à Jipo

      Idéal comme volonté de vivre ce que nous pensons être juste.

    • 27 juin 2014 à 16:36 | Rahasimbery (#8396) répond à Rahasimbery

      - Décloisonner la pensée de sa tour d’argent, de son luxe abstrait pour la mettre au service du quotidien, du vivre ensemble.
      - Sa puissance se mesure à son "pouvoir" de transformation.
      - Elle n’exige que dans les limites de son "pouvoir"

    • 27 juin 2014 à 18:33 | Jipo (#4988) répond à Rahasimbery

      l’ idéal est le nec plus ultra de ce que l’ on peut imaginer, souhaiter.
      Vouloir le vivre est le souhait le plus élémentaire de la nature humaine, mais avant d’ en arriver là , sans vouloir rabaisser la barre , déjà se contenter d’ une équité généralisée, dans sa majorité pour le moins , sachant que la perfection n’ est pas de ce monde, et que le mieux peut etre l’ ennemi du bien .
      Un vivre ensemble, avec ses hauts et bas dans un premier temps sera pas mal , avant de viser l’ idéal qui n’ est pas toujours le même pour tout un chacun , tout comme la notion de justice d’ ailleurs :
      Au plaisir .

    • 27 juin 2014 à 21:50 | Turping (#1235) répond à Rahasimbery

      Rahasimbery ,
      - Je m’excuse de ne pas pouvoir vous répondre au bon moment.Je ne reste pas scotché 24h/24 devant l’internet avec le boulot à côté .
      - En parlant le régime monarchique ,peut-être que nous ne parlons pas vraiment sur les mêmes longueurs d’onde.
      - Madagascar peu décolonisé comme vous dîtes , à mon avis n’est pas le justificatif démontrant le non dévéloppement de Madgascar si vous voulez mettre la responsabilité aux politicards malgaches depuis l’indépendance .
      - Il y a un paradoxes avec vos dires par rapporet à la réalité .
      - Sachez que la colonisation signie ,imposition de force ,d’acculturation d’une civilisation à celle d’un pays dominé ,colonisé .
      - Le livre intititulé par Françoise Raison Bourde ,c’est comme un livre parmi d’autres racontant les chroniques de la colonisation à leurs façons.
      - Un contre exemple ,c’est le cas du Maroc par exemple .C’est parce qu’il n’existe pas de multiraces au Maroc ? à discuter !
      - Une chose que vous n’avez pas évoqué ,c’est la politique "de diviser pour mieu régner" pour introniser la dévise coloniale :Beaucoup de pays africains ont tombé sous les panneaux en se rejetant les fautes mutuellement car la perte de la notion d’identité culturelle a engendré des divisions ethniques ,les failles avec les 18 races ethniques à Madagascar.
      - L’unification de Madagascar n’a jamais fait l’objet d’une problématique de fond ni la raison pour laquelle Galliéni expliquant l’arrivée de Galliéni pour pacifier Madagascar (un raisonnement qui ne tient pas débout de votre argument) car il n ’y avait jamais eu de confrontations ethniques sanglantes ,de guerres civiles en parlant de rapport de force.
      - Certes qu’il y eût domination de la monarchie Mérina en reconnaissant même l’existence de Jean René comme le monarque de Betsimisaraka sous Radama 1er ,etc,...ailleurs .
      - La monarchie mérina n’a jamais fait l’objet de guerre fratricide ethnique .Par contre elle a été reconnue mondialement et successivement depuis son histoire même si d’autres rois ou reines voulurent s’imposèrent sur les côtes.
      - L’histoire du mouvement insurrectionnel de Madgascar fut concocté ,organisés par Raseta ,Ravoahangy ,Jacques Rabemanjara juste après la deuxième guerre mondiale comme en Inde.
      - L’histoire de "Madagascar peu décolonisé " que vous racontez plutôt s’explique par la continuité de la néocolonisation .Et c’est la raison pour pour laquelle ,la France voulut s’imposer coûte que coûte de manière à ce que la République " octroyée sur un plateau d’argent " dont je parle souvent n’était pas vraiment à l’initiative des vrais combattants malgaches de l’indépendance mais plutôt une indépendance manigancée par la mère patrie de manière à ce que les Hommes de confidence ,de collaboration qu’elle choisisse prenne la relève ,....enfin pour diriger encore Madagascar .
      - Ils ont mis en place la formation du PADESM (parti des déshérités ),un côtier à la tête de la première République car les vrais initiateurs de l’insurrection ,de l’indépendance furent emprisonnés .
      - Tsiranana ,l’Homme de paille était un épouvantail .
      - L’événément de 1972 ,lors de sa chute n’a pas remis en question la vraie identité culturelle malgache ,basique commedans les pays asiatiques ,le Maroc,....car le manque de visions collectives chez les politicards malgaches minés par les divisions ethniques mais non tribales (inventées par la colonisation ) ne dépassent pas encore le stade de dévéloppement réel jusqu’à maintenant .bien sûr ,que les malgaches ,les politicards sont avant tout les responsables dans cette histoire car au lieu d’avancer ,les dirigeants veulent se subsituer aux rois et reines .
      - Ceux que beaucoup de forumistes confondent dans leurs débats ,c’est de mélanger l’ingérence républicaine transformée en une République bananière à ceux des monarques qui furent "garant " de la nation .

    • 27 juin 2014 à 21:55 | Turping (#1235) répond à Turping

      Erreurs de frappe:paradoxe ; rapport ;mieux ,...

    • 28 juin 2014 à 02:39 | Rahasimbery (#8396) répond à Rahasimbery

      Turping,
      Je crois me souvenir de n’avoir jamais avancé le mot "développement" dans mes précédents écrits. Le mot le plus souvent évoqué est celui d’ « Histoire ». Parce que j’estime que nous manquons de discernement par rapport à elle. Aussitôt que nous l’évoquons, la discorde et les débordements en tout genre prennent place en plein cœur du débat. Tout ce que vous avez relaté à propos de la politique coloniale par exemple (la division, les races, les ethnies, le MDRM, le PADESM etc.) est indiscutable. Il ne s’agit plus de jouer à qui mieux mieux, ni de brûler la terre rouge. Ces lieux communs, pour ceux qui aiment et puisent dans la discipline, au lieu d’être une matière à controverse, forment une base de réflexion solide. Vous et moi savons que nous en sommes loin ; presque tous les commentaires postés ici ayant une teneur historique sont soit vindicatifs, soit nostalgiques. Dans le premier cas, l’Histoire représente un tribunal à ciel ouvert dont les juges et les accusés sont savamment produits par l’imagination. Le second n’est rien moins que la manifestation évidente d’une perte irréversible, celle d’un passé glorieux ; la monarchie pour les uns (zanadralambo), l’indépendance pour les autres. Vous doutez bien que nous ne marchons plus dans les sentiers battus de l’Histoire. En fait, nous déterminons exclusivement notre présent par le passé. La fièvre du passé est le signe distinctif de tous les peuples décadents, c.-à-d., ceux qui ne tiennent plus leur destinée en main : l’érosion du présent, l’absence de maîtrise, la haine de l’actualité ; bref, l’impouvoir. Le plaisir que procure l’Histoire abstraite est un poison pour un peuple en redressement. Précisément parce que dans ce cas précis, l’Histoire est une fuite. Et que fuient-ils ? Leur condition réelle, actuelle, présente.
      En ce qui concerne Françoise Raison-Jourde, voici le fruit d’une table ronde qu’elle a organisée avec Solofo Randrianja , « La nation malgache au défi de l’ethnicité. », je pense qu’avant de se faire une idée sur une personne qui qu’elle soit, la moindre des choses , c’est de se confronter avec ses idées.

    • 28 juin 2014 à 08:34 | Turping (#1235)

      Bonjour,
      Merci pour votre réponse .
      - L’histoire ,le passé nous permet d’améliorer le présent ,de se projeter vers le futur(nous sommes d’accord) .Solofo Randrianja est un politologue ,un enseignant chercheur malgache connu .
      - Oui, chacun de nous en commençant par les politicards devrait se poser la question quant au défi réel à relever ,le défi qui nous attend car l’avenir de nos enfants ,petits enfants dépend du mode de gouvernance ,du changement en rupture avec les 54années d’errements politiques stériles sans cap .Mener une guerre sempiternelle sans fin où le pouvoir ne sert qu’assouvir à son égo n’est qu’une sorte de cartographie dérisoire si le changement et les reformes ne seront au rendez-vous.
      - La paupérisation ,les conflits d’intérêts à s’accaparer du pouvoir pour s’asséoir sur le peuple après ont tendance à marquer le terrain comme les phéromones injectées sur tous les coins de la rue , les spectres engendrés de la division, le manquement d’ambition et d’organisation collective à utiliser les atouts et les perspectives qu’offrent ce pays pour tourner la page du passé.Enfin d’un moins qu’on espère ,une nation forte institutionnalisée , autour de l’identité et de solidarité nationale .
      - Constatation : le pays reste sous dévéloppé ,moins dévéloppé encore que pendant la période coloniale alors que paradoxalement on aurait pu faire beaucoup mieux.A méditer !

  • 27 juin 2014 à 11:57 | Jipo (#4988)

    Marc Ravalomanana, ne fait pas partie du plan de réconciliation tant prôné par Hery, pour le redressement du Pays qu’ il a le plaisir d’ administrer.
    Marc Ravalomanana n’ est pas considéré comme Malgache, puisque n’ ayant pas droit contrairement aux didié & norbert, avec un sourire droit échappé d’ un bocal à formol , pour la commémoration d’ un tel succès & du devoir accompli...

  • 27 juin 2014 à 12:32 | iarivo (#5822)

    Les malagasy et les proto-malagasy ont vécu et évolué pendant plus de 10 000 ans dans une société, une culture, une pensée féodale basé sur le culte de la personnalité, l’adoration du "mpanjaka" et son adoration divine !!!

    Cet état des lieux a été perturbé, ébranlé, rompu, cassé, par 70 années de colonisation qui a remis en question toutes les certitudes du passé, la vision du monde et celle de la société future ...

    La féodalité c’est l’asservissement au souverain, la vassalité, le culte du "mpanjaka", le rejet de soi-même pour se mettre au service de son "filoha" et le servit aveuglement, donc fanatiquement !!!

    Pourtant, depuis plus de 30 ans, une groupe de citoyens-patriotes malagasy ont rêvé d’un nouveau Madagascar, d’une société malagasy libre de tout obscurantisme et ouverte sur le monde et la différence, une société fraternelle, égalitaire et juste.

    Une telle société ne pouvait que se baser sur un état de droit et des Institutions républicaines, démocratiques et laïques !!!

    Bref, l’opposé ABSOLU de ce que les malagasy et les proto-malagasy ont vécu pendant plus de 10 000 ans !!!

    Pourtant une grande majorité d’entre-nous sont encore resté avec cette mentalité féodale !!!

    Etre citoyen est incompatible avec l’asservissement au pouvoir, le culte de la personnalité mais nécessite une prise de conscience, une auto-responsabilité et de se prendre en main soi-même sans rien attendre de l’Etat providence, d’un quelconque souverain, d’un gourou !!!

    Madagascar a vécu plus de 30 ans de lutte pour la mise en place de cet Etat de droit, de ses Institutions républicaines, démocratiques et laïques, pour bâtir cette société moderne sans renier aux héritages du passé lorsqu’ils ne sont pas destructifs,

    Lala Norbert Ratsirahonana est de ceux qui ont participé à cette lutte décennale, une participation discrète, bénévole, sans demander ni réclamer de quelconques privilèges ou autres avantages.

    Mais chaque individu qui était parvenu à la magistrature suprême avait aussitôt cherché à détourner le pouvoir en leur faveur, pour leur profit personnel, en manipulant les Institutions et la Constitution, aidé par la naïveté de la masse populaire encore majoritairement plongé dans l’obscurantisme de la féodalité, facilement manipulable !!!

    La lutte n’est pas encore terminé et se poursuivra aussi longtemps que les objectifs ne seront pas atteint, le "bâton de relais" de cette lutte sera transmis de génération en génération !!!

    Vive Madagascar, Une et Indivisible !!!

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes, respectées par tous !!!

    La lutte continue ...

    dans leur dévotion à leur gourou

    • 27 juin 2014 à 12:45 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Ou voulez-vous en venir ???

    • 27 juin 2014 à 13:24 | Jacques (#434) répond à Jipo

      Jipo, iarivo est un raconteur d’histoires, il ne vous répondra pas.

    • 27 juin 2014 à 13:46 | Jipo (#4988) répond à Jacques

      Si la population est immature au point de n’ etre capable : que de vouer un culte à la personnalité en place ( ce dont je doute ) : c ’est grave .
      Et de croire que c ’est la solution ad hoc pour les mentalités locales ?
      Les fomba ont la vie dure, mais ce n’ est pas une raison pour en abuser ☻ .

    • 27 juin 2014 à 14:26 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      C’est pourtant bien le cas !!!

      Philibert Tsiranana avait été vénéré comme étant le "Père de l’Indépendance" de Madagascar !!!

      Didier Ratsiraka comme le "Grand Timonier" de la résolution socialiste malagasy, avec son boky mena !!!

      marc ravalomanana comme le "Messie", le génie et visionnaire avec son Evangile selon Saint-Marc !!!

      Tout au long de ces 54 ans d’indépendance, tous les hommes d’Etat au pouvoir ont été réélu sans aucune difficulté, par pure respect du raiamandreny, sauf deux exceptions, Philibert Tsiranana/Général Ramanantsoa en 1973 et Albert Zafy/Didier Ratsiraka en 1996 car le titulaire de la magistrature du moment était en situation de faiblesse.

      Les élections de fin 2013 le confirme aussi, les merina-protestants-FJKM vont voter en masse pour leur chef spirituel (par l’intermédiaire de son remplaçant) qui n’est autre que le vice-président de la FJKM, leur congrégation.

      Hery Rajaonarimampianina va lui aussi utiliser (manipuler) cette "immaturité" des masses populaires pour se donner l’image d’être celui qui a apporté la prospérité et l’abondance à Madagascar quitte à piétiner la Constitution et les lois pour cela !!!

    • 27 juin 2014 à 14:36 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Les fomba ont la vie dure et c’est bien une des raisons pour faire le nécessaire pour que nous n’en abusons pas.

      Si la grande majorité des masses populaires dont dans cet état d’esprit, il est du devoir pour la minorité qui en est consciente d’agir et de réagir pour mettre en place un etat de droit et des institutions républicaines, démocratiques et laïques, et de les faire respecter.

      C’est bien là le rôle et les objectifs de ces citoyens-patriotes qui ont lutté pendant plus de 30 ans, continue et continueront de lutter aussi longtemps que cela sera nécessaire.

    • 27 juin 2014 à 15:03 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Ne pensez-vous pas que ce sont les individus sus cités qui se comportent comme des monarques , imposant leurs 4 volontés à leurs compatriotes qui n’ ont d’ autre choix que de s’ agenouiller ?
      Est-ce une tare génétique ou un laxisme général, inculqué avec le "ouim’ sier " ?
      les religieux n’ ont pas non plus tenu leur rôle ni leur place, piétinant allègrement dans les plates bandes des voisins , pour conserver leurs privilèges .
      Il y a comme un gout de fatalité dans votre raisonnement et non analyse, auquel je ne peux me joindre , bien qu’ en partie vraisemblable .
      Revenir aux temps de la royauté dans notre monde actuel, autant demander à revenir au moyen âge ou à l’ obscurantisme.
      Il faut vivre avec son temps et s’ adapter, refuser de le faire ne peut qu’ entretenir le Pays dans sa situation , à savoir un PMA et la proie des prédateurs.
      Ne me dites pas que seul un régime monarchique comme le suggère Turping est la solution .
      Le seul avantage est que ses richesses resteraient sur le sol malgache : et encore ...

    • 27 juin 2014 à 15:19 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Role et objectifs des citoyens Patriotes ???
      De deux choses l’ une .
      Soit ces citoyens ne sont pas si patriotes que vous ne voulez bien l’ entendre et ne remplissent pas leurs " rôles "
      Soit les objectifs sont trop hauts ou au dessus de leurs capacités, car après 30 ans ( comme vous dites ) c ’est qu’ ils ont soit le mauvais logiciel, soit ils se trompent de " lutte ou combat ", il y a comme quelquechose qui empêche la roue de tourner , leurs enrichissements personnels en est une des réponses.

    • 27 juin 2014 à 15:25 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Où au-je insinué que le régime monarchique serait la seule solution alors que j’écris et reécris partout que le seul devenir de Madagascar ne pourra être que le système républicain, démocratique et laïc ???

      C’est une réalité bien vivante et concrète qu’il faudra encore pendant de longues années protéger, enrichir et perfectionner, dans une évolution permanente et continue.

    • 27 juin 2014 à 15:44 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Comment pouvait-il en être autrement alors que Madagascar était quasiment mis en quarantaine de par la seule volonté de la CI qui voulait s’ingérer dans les affaires intérieures malagasy ???

      Alors qu’il y avait abus, dérapage, manipulations malsaines et autres détournement (pas seulement financière) au sommet de l’État malagasy, le peuple malagasy devait-il demander l’autorisation à la CI comme si nous étions leur colonie, leur sujet, leur vassal ???

      La majorité des malagasy, y compris parmi les intellectuels bac+24, pense et réagisse comme du temps de la monarchie (féodalité), d’où leurs aversions à s’intéresser à la vie politique et civique qui, pour eux, relève de la compétence du mpanjaka et de ses démembrements !!!

      Est-ce pour cela que la minorité consciente (de ses droits, de ses devoirs et de ses obligations au sein d’une République), responsable et militante devrait se taire et laisser faire ???

    • 27 juin 2014 à 16:17 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Inculquer les notions de République, de Démocratie ou de Laïcité, ainsi que des droits, des devoirs et des obligations qui vont avec, est difficile, ardu et colossal quand la majorité de nos concitoyens vivent encore mentalement en pleine féodalité et que la quasi totalité de ceux qui sont parvenus au pouvoir par la voie des urnes utilise et manipule cet état d’esprit pour se comporter comme des monarques à qui tout leur serait permis !!!

      Pour eux, être élu au suffrage universel direct c’est leur donner le statut de mpanjaka et donc d’agir en tant que tel.

      marc ravalomanana, Didier Ratsiraka, Albert Zafy et même Philibert Tsiranana sont passé par là, et Hery Rajaonarimampianina semble tenter de suivre le même chemin avec "sa mission sacrée" ...

    • 27 juin 2014 à 16:21 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      La minorité " consciente " : surtout de ses droits et amnésique sur ses devoirs .
      Qui vous parle de demander quoi que ce soit à qui que ce soit.
      La politique de la main tendue ne faisant pas partie de vos devoirs si elle fait partie de vos droits, que vous n’ oubliez pas de revendiquer .

      "Est-ce pour cela que la minorité consciente (de ses droits, de ses devoirs et de ses obligations au sein d’une République), responsable et militante devrait se taire et laisser faire ???"
      Pour ses " droits " , contrairement à ses " devoirs et obligations ", elle n’ a jamais oublié de se taire .
      Vous me faite l’ apologie du culte du martyre ou du persécuté ?
      Avez-vous attendu quiconque ou demandé la permission de qui que ce soit pour spolier le pays et vos compatriotes comme jamais Personne ne s’ est permis de le faire ?
      Un peu de rationalité, pour ne pas dire d’ honnêteté vous rendrait plus crédible .

    • 27 juin 2014 à 16:30 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Sur votre denier passage , nous sommes d’ accord, c ’est même ce que je disais plus haut .
      Par contre inculquer le minimum de droit et de devoir, est avant d’ etre, " une tache ardue " : un DEVOIR .
      Pour les gouvernants de l’ inculquer et pour les administrés de l’ apprendre .
      On enseigne les devoirs avant de prétendre aux droits, et quand on en montre l’ exemple, ça ne gâche rien et dérange personne, le problème c ’est faites ce que je dis mais pas ce que je fais.
      L’ un ne peut aller sans l’ autre , ce que les dirigeants successifs ont occulté ou négligé , mettant la charrue avant les boeufs .

    • 27 juin 2014 à 17:38 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Quand Madagascar est mise en quarantaine (suspension des subventions internationales, retrait du bénéfice de l’AGOA, ...) pour cause d’ingérence de la CI dans les affaires intérieures malagasy basée (l’ingérence) sur des motifs fallacieux, que devait faire l’État malagasy ???

      Baisser la culotte, s’agennouiller devant la CI, implorer la pitié ou que sais-je encore ???

      Le gouvernement de Transition, avant et après la signature de la feuille de route, se devait de rémunérer l’ensemble de ses fonctionnaires, de faire tourner l’économie du pays et gérer autant que possible les affaires courantes, mais sans financement extérieur comment pouvait-il joindre les deux bouts ???

      Il nous fallait donc se débrouiller avec les moyens de bord, nos propres moyens et trouver de nouvelles sources de financement qui compenseraient l’absence de subvention.

      Le commerce du bois de rose, les redevances minières ont fait partie de ces nouvelles sources de financement afin que l’État malagasy puisse assumer ses obligations et ses responsabilites.

      Dans tous cela il y a certainement eu des fuites, des dérapages et des détournements, mais comment pouvait-il en être autrement alors que Madagascar se trouvait quasiment en état, une situation de guerre et qu’il fallait regrouper dans cette lutte le maximum de sympathisants venant de tout les bords ???

    • 27 juin 2014 à 18:21 | walesa (#5863) répond à Jipo

      Que se soit le regime présidentiel ou monarchique ou autre encore, ils auront tous la tache presque impossible à faire pour redresser le pays après ces 54 ans du cataclysme politico-economico-social permanent. Et si le redressement de l’economie du pays et de ses structures pourra voir un jour, il n’est plus possible redresser la mentalité des gens foutus après tant d’années de la reigne d’un système mafieux et corrompu. Trouver des hommes honnets à la tete d’une monarchie sera autant difficile que pour un régime democratique parlementaire.

    • 27 juin 2014 à 18:38 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Vous justifiez l’ inacceptable , ce que vous dites,( payer les fonctionnaires : pour ce qu’ ils foutent ...) , fallait y penser avant, n’ étaient-ils pas payés avant , sans piller le patrimoine national appartenant aux générations futures et qu’ ont laissé les ancêtres ?

    • 27 juin 2014 à 18:42 | Jipo (#4988) répond à walesa

      j’ en suis bien conscient mais ne pense pas qu’ un régime monarchique soit la solution,je verrai plus un régime communiste qu’ autre chose, mais ce n’ est qu’ un avis personnel , qui se heurtera forcément au mur des monopoles et privilèges de certains, mais comme ils ne représentent qu’ une minorité , bien que puissante je m’ en ficherais .

    • 27 juin 2014 à 19:12 | walesa (#5863) répond à Jipo

      J’ai voulu dire, qu’il n y a aucune personne qui pourrait assumer la bonne gestion du pays car tous sont foutus. Et un juste s’il y exsiste, ne peut rien fair seul cavalier Pour n’importe quelle parti politique ou n’importe quel régime.

    • 27 juin 2014 à 20:54 | iarivo (#5822) répond à Jipo

      Il fallait y penser avant QUOI ?

      Avant que la CI mette Madagascar en quarantaine suite aux multiples demandes suppliantes et incessantes des "Zanak’ i Dada", et priver ainsi le peuple malagasy de tout moyen de survie ???

      Quand la Révolution Orange a été élaboré et mise en application rien ne prévoyait que la CI viendrait s’ingérer dans les affaires intérieures malagasy et violerait ainsi la souveraineté nationale !!!

      Face aux diverses malversations dont le chef de l’Etat de l’époque était soupçonné, il fallait bien que les citoyens-patriotes se mobilise et agisse pour le neutralise et le mette hors d’état de nuire.

      C’est une affaire malgacho-malagasy, qui ne concernait que les malagasy et devait être effectué exclusivement par les malagasy eux-mêmes, par DEVOIR !!!

      L’ingérence de la CI et ses diverses pressions (inadmissibles) envers les autorités nationales malagasy ont poussé Madagascar et le peuple malagasy vers le bas, la détresse, plongeant la Grande-Île dans une grave crise socio-économique.

      La CI n’avait pas nous à dicter et à nous imposer ses points de vue sur ces évènements puisqu’elle n’avait rien à foutre à Madagascar, c’est aux malagasy eux-mêmes de résoudre leur propre problème, à leur façon, comme cela se passe en France, aux Etats-Unis, au japon, etc.

      >>> Cette ingérence de la CI dans les affaires intérieures nationales malagasy a créer les conditions nécessaires pour donner naissance à un véritable génocide, un crime contre l’humanité !!!

      Dans quelques années, après avoir pris suffisamment de recul par rapport à ces évènements, nous pourrons constater sans aucune ambiguïté que dans cette affaire (génocide/crime contre l’humanité) :
      - le RESPONSABLE pourrait fort bien être la CI
      - et le COUPABLE, les "Zanak’i Dada" et leur gourou-charlatan !!!

      Comme ce fut le cas en Libye, en Syrie, en Indochine, en Irak, en Afghanistan et dans des dizaines d’autres pays !!!

      Nous y apporterons la réponse qu’il faudra le moment venu !!!

      Vive Madagascar, Une et Indivisible !!!

      Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !!!

      La lutte continue ...

    • 27 juin 2014 à 22:40 | Radepy (#7163) répond à iarivo

      "La lutte continue" dites-vous ? Je n’en suis pas certain, à moins que la 4ème République réussisse la répartition équitable ... sinon, une République Fédérale vaincra ! La Nation et sa politique évolueront par rapport aux ressources naturelles et la richesse des Régions.

    • 28 juin 2014 à 16:26 | zanadralambo (#7305) répond à iarivo

      ...Bizarre, tout le monde a eu droit à une piqure de rappel...Sauf le dernier abruti qui pourtant nous a conduits droit dans la m...
      La mémoire sélective, Iarivo en a fait son crédo. Bravo !!!

  • 27 juin 2014 à 13:02 | bbernard (#6880)

    Ils y étaient surtout parce qu’il y avait une bonne gamelle après la cérémonie. Ces pique-assiette n’en finiront donc jamais de se gaver devant la population affamée ?

    • 27 juin 2014 à 23:05 | Paulo Il leone (#6618) répond à bbernard

      Exactement ! pas besoin d’en dire plus : vous avez résumé la situation !
      Il est urgent d’attendre... et en attendant, de continuer comme avant !

  • 27 juin 2014 à 14:06 | meloky (#637)

     !!!! Pas de discussion ni inconvenient ; mais seulement une signe de respect volontier pour la patrie :

    " Les patriotes respectent toujours la nation et la patrie, malgre toutes eventualites politiques, ou personnelles" C’est ca la sagesse qu’un bon citoyen (mais non pas parfait citoyen) se doit pour sa propre nation"

    Mes respects pour les anciens leaders et les peuples qui savent montrer telle unique attitude !!!

    • 27 juin 2014 à 15:24 | Jipo (#4988) répond à meloky

      Vous avez raison les anciens leader ont été des patriotes exemplaires, ils auraient tors de se priver de continuer à l’ etre et expatrier le fruit de leur patriotisme , comme ils l’ ont quasiment tous fait, avec des admirateurs comme vous :
      Ils vous payent combien ?

  • 27 juin 2014 à 15:26 | Rahasimbery (#8396)

    "La réconciliation", à défaut d’être un appel fraternel puisant sa racine dans un pacte politique (national : les valeurs, les intérêts, les visées, les urgences etc.), est un aveu d’impuissance. Malgré toute la bonne volonté du discours présidentiel, l’absence de quelques anciens () éclaire singulièrement le cercle vicieux dans lequel notre "système politique" est embourbé.
    - Quiconque aurait la charge de diriger ce pays, composera avec des éléments perturbateurs. L’ampleur des forces de division est telle, que les rallier sous la même bannière ne sera pas une mince affaire. A mes heures perdues, J’ose imaginer que le clivage est d’ordre idéologique (démocratie, monarchie, république, libéralisme, communisme etc.), là au moins, les écoliers (antiquité-féodalité-renaissance, etc.) sauront sur quel pied danser, et où mettre des beaux mots dans des belles analyses. Mais au regard de notre passé, les idéologies n’ont eu que des effets lénitifs. Tsiranana était-il républicain ? Ratsiraka était-il marxiste ? Et Ravalomanana et Zafy étaient-ils libéraux ? Rajoelina n’était-il qu’un disc jockey ? L’imparfait du verbe « être » est le dénominateur commun de toutes ces questions. Dois-je rappeler que le pouvoir s’exerce au présent et que l’enjeu premier de la politique est d’organiser l’ensemble du pays en vue d’un avenir commun ? C’est ici et maintenant que le monde se façonne. C’est ici et maintenant que les forces se rapportent les unes des autres. C’est ici et maintenant que les batailles se livrent. Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, « l’ici et maintenant » est une pensée lancinante : la main quémandeuse, les yeux larmoyants, la haine de soi qui aboutit fatalement à celle des autres, l’auto flagellation et enfin, l’imbécilité soupçonneuse qui au fond amenuise tous les élans créatifs.
    - L’adversité, à l’échelle nationale, ne peut générer d’émulation que dans la mesure où tous les acteurs s’entendent au minimum sur un arsenal de règles. (Le monde actuel est impitoyable car force est d’observer qu’un pacte mondial n’existe pas. Il y a des alliances, des pôles de puissance mais leurs relations sont souvent conflictuelles) En effet, ce pacte politique aura le mérite de redéfinir la notion d’opposition et d’instaurer à court ou à long terme un climat bienveillant, apaisé. Pour ce faire, une bonne dose de confiance nous sera nécessaire. « Même si je ferme les yeux, ta présence m’est bienveillante. » Qui parmi nous pourra en dire autant ? Au-delà même de la politique, interrogeons notre expérience quotidienne, personnelle : comment se comportons-nous avec nos proches ? Mesurons-nous la portée de nos paroles, de nos actes ? Suis-je intègre avec mes propres principes ? Le Chrétien, le Républicain, le monarchiste, le communiste, le libéral incarnent-ils leurs idéaux ?

  • 27 juin 2014 à 16:54 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne fête à tous.

    La critique est facile contrairement à la prise de responsabilité pour écrire l’avenir.
    Nous sommes tous semblables sauf que ceux qui nous ont devancés avaient le courage de défendre et d’appliquer ce qu’ils pensaient comme étant bon pour le pays. Tandis que nous autres on perd encore tout en jouant au médecin après la mort.
    Attelons tous à regarder vers l’avenir au lieu de se lamenter sur un passé révolu dont on ne peut que constater car à eux ce qu’ils ont bâtis et à nous ce que nous allons laisser pour la postérité.
    Les générations futures vont nous juger comme nous jugeons ceux qui nous ont précédés.

  • 27 juin 2014 à 17:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Réconciliation Nationale = Grand Pardon = Amnistie Générale"-
    (-même si le Président Marc RAVALOMANANA n’a pas besoin d’Amnistie-)
    +++++"MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE"++++++
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 juin 2014 à 17:25 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Didier RATSIKA et Lala Norbert RATSIRAHONANA sont des "HOMMES d’Etat" dévoués à la cause malgache..
      Ils donnent ==un bon exemple==aux acteurs politiques Malgaches.
      =="L’Amour de leur Pays"==MADAGASCAR
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 juin 2014 à 17:57 | walesa (#5863) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Pardonnez-moi Mr, mais je ne vois que la désolation dans laquelle Madagascar s’ engouffre de l’année en année et ce surtout après la prise du pouvoir d’amiral sans flotte dans les années soixante-dixièmes et jusqua la fin de la reigne d’un certain Andry le Nul. S’ils ont l’amour pour leur patrie, qu’ils restituent toute la richesse du pays abimé ou volé par leur gestes et agissements irresponsables à travers de ces decennies. Mais dommage, car si on peut reconstituer un jour l’economie du Pays, reconstituer une bonne mentalité des hommes s’averera très difficile sinon impossible ! Dans ce contexte parler de Ratsiraka qui donne un bon exemple est pour moi totalement deplacé.

    • 27 juin 2014 à 18:22 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      rectification
      Didier RATSIRAKA

    • 27 juin 2014 à 18:46 | Jipo (#4988) répond à walesa

      C ’est son petit lait, mentor et pain quotidien, qui se ressemble s’ assemble, après s’ etre barré la queue entre les jambes , avoir spolié et entubé leurs compatriotes , ils viennent encore vous narguer en vous dictant ce qu’ il faut que vous fassiez , du bazil koi ...

  • 27 juin 2014 à 18:37 | iarivo (#5822)

    En réponse à Rahasimbery qui semble tourner en rond ...

    Depuis 54 ans, avec son retour à l’indépendance et à la souveraineté nationale, Madagascar se trouve dans une situation transitoire, certes longue mais bien transitoire donc temporaire.

    Nous subissons véritablement une révolution qui perdure depuis plus de 60 ans, une révolution dans les esprits, une révolution dans les pensées, bref, une véritable révolution culturelle où tout les points de repère de jadis sont remis en question !!!

    Sans aucune exagération, nous opérons notre propre mutation, une profonde mutation irréversible dans notre manière de penser, d’agir et de vivre.

    - nous passons de l’ancien régime (monarchie) vers le nouveau régime (république) ...
    - nous passons de l’ancien monde (féodalité et obscurentisme) vers le nouveau monde (démocratie, auto-responsabilisation, ...) ...

    Ce passage nous impose un changement profond et indispensable dans nos comportements, nos croyances, notre manière de penser et d’appréhender le monde extérieur, au monde actuel et futur, aux relations humaines et nos rapports avec notre environnement.

    Un changement est toujours difficile à aborder, voir difficile à accepter et conduit à des crises identitaires, ces différentes crises que nous subissons au cours de ces 50 dernières années.

    Pourtant nous devons l’accepter si nous voulons évoluer, nous adapter à la mondialisation dans un monde qui devient fe plus en plus petit et qu’il faudra partager.

    C’est bien pour cela que cette lutte que nous menons pour établir un véritable État de droit avec des Institutions républicaines, démocratiques et laïques, prémices d’une société moderne, fraternelle, égalitaire et juste, se poursuivra aussi longtemps que cela sera nécessaire.

    • 27 juin 2014 à 23:14 | Radepy (#7163) répond à iarivo

      Mais beaucoup de nostalgiques de la période monarchique n’ont pas compris là où vous voulez en venir : "nous opérons notre propre mutation ...". Iarivo, vous êtes trop intelligent dans une communauté égocentrique où les conflits d’intérêts ne manquent pas. Voyez-vous la confrontation actuelle entre les leaders des Hauts-plateaux, Hery / Rajoelina / Ravalomanana ?
      De l’autre côté, ils évoluent au fur et à mesure des récentes découvertes des ressources naturelles à valeur inestimable ...

    • 28 juin 2014 à 02:23 | Rahasimbery (#8396) répond à iarivo

      Oui, vous avez raison, je tourne en rond. Cependant, mes pas ne dépassent pas les limites de la terre. Contrairement à d’autres qui crient révolution avec des battements d’ailes...

  • 28 juin 2014 à 08:07 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    SEM Lala Norbert RATSIRAHONANA a affirmé être présent lors des cérémonies
    - tant à Mahamasina
    - qu’à Iavoloha
    car pour LUI,
    - le 26 juin,fête de l’indépendance de Madagascar,est la "Fête de l’Etat Major" et également la "Fête de tous les Malgaches".
    Aucune opinion politique ne pourra et ne devrait ==bouder==cette fête a souligné SEM Norbert Lala RATSIRAHONANA.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 28 juin 2014 à 09:00 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Monsieur le Président Marc RAVALOMANANA a déclaré qu’il voulait honorer ==son invitation==à assister ,à Madagascar,aux festivités de la célébration de la "Fête Nationale".
    - "LAISSEZ-PASSER" ????
    D’après le Président Marc RAVALOMANANA,il a demandé le 02 mai 2014,le renouvellement de ==son Passeport Diplomatique"==auprès du Ministère des Affaires Etrangères de Madagascar.
    Mais jusqu’à présent,ce dernier ne donne pas suite.
    - "Suite à l’invitation ==officielle==qui m’ a été envoyée pour assister aux festivités==pour assister aux festivités du 26 juin 2014,à Madagascar,j’ai demandé ==un laissez-passer==,mais je n’ai pas eu une suite favorable,a expliqué ,a expliqué le Président Marc RAVALOMANANA.

    - "A titre personnel :"A quel cirque se trouve le MAE de Madagascar ?Attention ARISOA,le terrain est glissant Basile RAMAHEFARISOA-1943,b.ramahefarisoa@gmail.com"

    - "Si on me délivre mon passeport ou un laissez-passer,je peux prendre un avion privé (-j’ai le moyen-) pour être à Antananarivo==avant==le début de la cérémonie à Mahamasina,le 26 juin 2014.Si on me demande de retourner en Afrique du Sud,après la cérémonie,==IL N’Y A PAS DE PROBLEMES==

    Malgré la situation qui ne lui est pas favorable,le Président Marc RAVALOMANANA==n’entend pas basculer==dans l’OPPOSITION au Régime Hery RAJAONARIMAMPIANINA.
    - "JE SUIS UN HOMME DE PAROLE et DE PRINCIPE.CE N’EST PAS PARCE QU’ON NE ME DELIVRE PAS MON PASSEPORT QUE JE RETIRE MON SOUTIEN à SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA", a déclaré le Président Marc RAVALOMANANA

    En tout cas,
    - la rencontre qui a eu lieu le 24 mai 2014,à SANDTON,==entre SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA et le Président Marc RAVALOMANANA a marqué le début== de soutien mutuel==entre les deux Personnalités Malgaches==pour l’intérêt supérieur de la Nation

    - "MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE"-

    Nous avons discuté à Sandton :
    - du développement de Madagascar
    - et de la reconquête de la confiance des bailleurs de fonds.
    Et ce,en vue :
    - de la Restauration de l’Etat de Droit
    - et de la Bonne Gouvernance,dans notre Pays,a fait savoir le Président Marc RAVALOMANANA.

    - "Réconciliation Nationale=Grand Pardon=Amnistie Générale"-
    Monsieur le Président Marc RAVALOMANANA n’a pas besoin d’Amnistie.

    ="NOUS POURRONS FAIRE MIEUX QUE MANDELA et MUGABE".

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 28 juin 2014 à 09:33 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Les absents ont tort".,surtout pour la célébration d’une "Fête Nationale pour l’Indépendance d’un Pays souverain".
    - Le Président Andry Nirina RAJOELINA,présent,au Pays.==.rien à cirer== de l’invitation de SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA et de son épouse
    - Le Président Albert ZAFY,toujours avec "SES CONTRADICTIONS"
    - occupé à préparer le programme de Réconciliation mais le Professeur ne reconnaît pas le régime légal de SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA.
    - Le Président Marc RAVALOMANANA,==ABSENT==pas de sa faute mais==l’incohérence== du Ministre des Affaires Etrangères de Madagascar.(-manque de logique-)
    BONJOUR L’HYPOCRISIE !
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 28 juin 2014 à 09:41 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Quelle surprise ! mais ...je commence à comprendre..."SA POSITION".
    LA GAZETTE DE LA GRANDE ÎLE bénéficie d’un financement bancaire mauricien.
    =="MADAGASCAR AUX MALGACHES".Point barre !
    Basile RAM%AHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS