Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 novembre 2019
Antananarivo | 14h49
 

Société

Expulsion du Père Urfer

L’ambassadeur de France interpelle

lundi 14 mai 2007 | Alphonse M.

L’expulsion du Père Sylvain Urfer pourrait affecter les relations entre Madagascar et la France ? Plus d’un s’interrogent sur les conséquences de la décision du ministère de l’Intérieur d’expulser ce prêtre d’origine française qui a vécu 33 ans à Madagascar. Frappé d’une mesure administrative d’annulation de visa de séjour et d’interdiction d’entrée dans le territoire malgache, le curé de la paroisse de l’église catholique d’Anosibe a quitté la Grande Ile le samedi matin à bord du vol régulier de la compagnie aérienne Air France. Pour l’instant toutes les autorités ont choisi le mutisme total. Personne n’a évoqué les motifs exacts de cette expulsion de ce prêtre au service des pauvres.

Toutefois, en marge de la conférence sur le MAP (Madagascar Action Plan) qui s’est tenue au ministère des Affaires étrangères sis à Anosy, l’ambassadeur de France à Madagascar Alain Leroy a publiquement interpellé le patron de ce département.

Selon notre source, ce diplomate a requis des motifs officiels justifiant l’expulsion de ce ressortissant français. Ces derniers temps, plusieurs personnes de nationalité française sont devenues de « personna non grata » à Madagascar. Le ministre des Affaires étrangères, le général Marcel Ranjeva n’a pas répondu à la question de cet ambassadeur dans la salle de réunion, mais il l’a reçu en audience dans son bureau après la conférence, audience dont nulle information n’a filtré jusqu’à maintenant.

Un traitement indigne

A noter que les amis, les religieux et religieuses ainsi que les fidèles de sa paroisse, venus nombreux à l’aéroport international d’Ivato pour témoigner de leur solidarité envers ce prêtre, n’ont pas pu rencontrer Père Urfer. Il a été directement embarqué dans l’avion qui l’a ramené vers la capitale française. Ce geste des autorités a provoqué l’ire au sein du cercle de ses amis. Quelques uns n’ont pas retenu leurs larmes devant ce traitement digne d’un bandit de grand chemin. Cette affaire va certainement empoisonné les relations déjà tendues entre la communauté catholique et le régime en place. Néanmoins, un haut responsable de l’ECAR (Eglise catholique romaine), présent lors d’une cérémonie à tanjombato, a publiquement épousé cette décision du gouvernement, car d’après lui, « ce père Urfer devrait-être expulsé depuis belle lurette ». Toutefois, il n’a pas évoqué les raisons justifiant une telle déclaration.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS