Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 22 août 2019
Antananarivo | 00h52
 

Développement

Journées du BTP

L’UE félicite l’initiative

mardi 3 juin 2014

Le salon organisé par le Syndicat des entreprises de bâtiment et travaux publics (SEBTP) a ouvert ses portes ce lundi 2 juin 2014 au Carlton à Anosy, en présence du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, du Premier ministre Roger Kolo et de nombreux membres du gouvernement, de l’ambassadeur de l’Union européenne (UE), Leonidas Tezapsidis et d’autres membres du corps diplomatique. Ce fut l’occasion pour l’ambassadeur européen, Leonidas Tezapsidis, de féliciter l’initiative du secteur privé et de réitérer la volonté de l’UE d’accompagner le développement du pays, notamment le secteur privé dans son rôle de pourvoyeur d’emplois et de richesses.

« L’UE est consciente de l’importance de la réhabilitation et de la construction d’infrastructures pour la relance de l’activité économique, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté. L’accès à l’énergie, l’amélioration des transports, l’accès à l’eau et l’assainissement, ou encore les infrastructures productives sont essentiels », a déclaré l’ambassadeur européen.

Les journées du BTP sont une excellente occasion et opportunité pour faire un état des lieux du secteur, identifier les problèmes et réfléchir ensemble, secteur public, secteur privé et partenaires techniques et financiers (PTF) à des solutions et coopérations au bénéfice du développement socioéconomique de Madagascar.

Pour rappel

Le portefeuille des programmes en cours financés par l’UE s’élève à 360 millions d’euros.

Dans le secteur des infrastructures, l’UE s’est engagée dans différents domaines – pour un total avoisinant les 100 millions d’€ :
- Interventions d’urgence suite aux dégâts climatiques (flexibilité de réponse dans tous les secteurs : adduction et distribution d’eau, d’énergie, de transports etc) – € 40 millions, en cours ;
- Réhabilitation de la RN12A (Vangaindrano - Fort Dauphin) et de la RN5 (Mananara - Maroantsetra) – € 50 millions, en cours ;
- Travaux de réparation des infrastructures de transport suite aux dégâts de la tempête tropicale Hubert - € 5 millions, terminé.

La programmation de l’enveloppe nationale du 11ème Fonds européen de développement (FED), couvrant la période 2014-2020, va être officiellement lancée par le Commissaire européen au développement durant sa visite à Madagascar du 11 au 13 juin. Cette programmation se fera conjointement avec le gouvernement, en coordination avec les PTF, et en concertation étroite avec le secteur privé et la société civile.

En ce qui concerne les infrastructures, l’UE va promouvoir une approche mixte : une combinaison des dons de l’UE et des prêts d’organisations financières internationales, dont la Banque européenne d’investissement (BEI).

En tout cas, les petits entrepreneurs souhaitent vivement qu’ils bénéficient de tous les marchés engendrés par ces financements européens pour qu’ils aient un réel impact dans les ménages. Trop souvent ces marchés des bâtiments et travaux publics reviennent à quelques grandes entreprises.

Recueilli par Valis

7 commentaires

Vos commentaires

  • 3 juin 2014 à 09:17 | Midabetsy (#8062)

    "Trop souvent ces marchés des bâtiments et travaux publics reviennent à quelques grandes entreprises." DONT 98% ONT LEURS SIÈGE DANS LA CAPITALE.
    Ainsi les 90% des mains d’œuvres sont des originaires de la capitale. C’est ce qui s’est passé durant des années.

  • 3 juin 2014 à 11:20 | Eloim (#8244)

    J’ai été choqué et mal apprivoisé par le propos de MTP en disant que les grandes Sociétés étrangères de BTP n’ont pas confiance à nos ingénieurs ni à nos techniciens formés sur place. Ils osent amener avec des soudeurs, des conducteurs d’engins, de ceci cela. Alors, et notre ambition nationale ? c’est peut être pour cette raison que les bailleurs hésitent de nous apporter les aides nécessaires pour pouvoir mener à terme le projet de développement dicté d’en haut. Même nos dirigeants n’ont pas confiance à NOUS - malgaches malgré que nous nous sommes partis de la même base à l’école. Si cette attitude de rejeter les SORTANTS de notre pays continue incessamment, il n’y aura de progrès comptabilisable chez nous.

  • 3 juin 2014 à 14:43 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    BBJT,

    Pour se développer convenablement, nos dirigeants doivent miser sur l’Epargne nationale au lieu de quémander l’épargne des autres pour se plaindre après (la majorité des financements obtenus revient aux pays donateurs).
    La mobilisation de l’épargne nationale est indispensable car elle forme les Capitaux nécessaires à tout Investissement orienté vers le développement qui par la suite donne lieu à des rédistributions de Revenu aux nationaux (E-K-I-R).
    Il faut que les malgaches aient l’esprit d’entreprise et consomment "made in Madagascar" pour accompagner nos entreprises citoyennes.
    Les revenus des bois de rose sont largement suffisants pour la mise en place d’une banque de développement.

    • 3 juin 2014 à 15:29 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Cher monsieur , les revenus du BDR sont depuis belle lurette investis ou placés sur les comptes des dirigeants, à l’ étranger, si ce n’ est offshore et bien sur : paradis fiscal.
      Madagascar étant un paradis mais pas fiscal, puisque tout ce qui y est investi s’ évapore comme une bouteille d’ alcool laissée ouverte , qui plus est sous le soleil .
      Vos supers dirigeants l’ ont compris depuis longtemps, c’ est bien pour s’ accaparer ces richesses qu’ ils ont viré les " kolons " et par patriotisme qu’ ils investissent à l’ étranger .
      Une confiance & un Amour inégalé dans leur pays et compatriotes , vous pouvez continuer à regarder les mouches qui passent, en toute quiétude ...

    • 3 juin 2014 à 16:28 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Jipo

      Bonjour,

      N’en déplaise à mes compatriotes mais le néocolonialisme a de bel jour devant lui dans notre pays avec des élites incapables de transformer nos richesses naturelles (sol et sous-sol) en atout pour un développement endogène.
      Avant les opérateurs en bois de rose disposaient des comptes en banque avec des dépôts conséquents et du jour au lendemain, par une loi scélérate on les a poussés vers l’informel, pire que les trafiquants de drogue, et voilà le résultat : un pays riche dans sa tête/sa pensée et trois fois rien dans son budget.
      Chez nous on essaie en vain d’attraper les mouches avec du vinaigre : c’est mal gache.

    • 3 juin 2014 à 18:42 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire beau jour

  • 3 juin 2014 à 20:08 | Radepy (#7163)

    Allez donc constater les travaux de constructions d’écoles, des CSBII ou encore des puits d’eau potable et diverses infrastructures d’assainissements, de réhabilitations financés par nos Bailleurs traditionnels (BM) depuis seulement quelques années dans les différentes régions, vous nous direz ce que ... !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS