Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Société

Coronavirus

L’État reste prudent pour éviter le chaos économique

lundi 23 mars | Mandimbisoa R.

Les entreprises privées peuvent mettre en place leurs propres organisations pour rester opérationnelles. Contrairement au secteur public, le secteur privé a le choix de fermer totalement leurs portes ou de poursuivre leurs activités, tout en respectant certaines conditions imposées par le gouvernement concernant la protection sanitaire de leurs employés. En proclamant ces mesures, dans le cadre du confinement des deux principales régions de l’île, Analamanga et Antsinanana, pour les protéger contre la propagation du coronavirus, le président de la République, Andry Rajoelina veut surtout préserver l’économie nationale.

En effet, analystes et économistes s’accordent à dire que cette crise sanitaire et les mesures connexes prises au niveau de chaque pays touché auront d’importants impacts sur l’économie de chaque pays, et au niveau mondial. Les pays en voie de développement comme Madagascar encourent notamment d’importants dégâts économiques si aucune mesure n’est prise. Conscient de cette situation, Andry Rajoelina a en effet dû prendre les mesures qu’il estime adéquates à la situation actuelle.

Pour les services publics, la fermeture est quasi-totale. Autrement dit, la machine administrative tournera désormais au ralenti ou presque puisqu’une exception est faite pour les domaines de la santé, de la justice, de la sécurité publique, de la société d’eau et d’électricité et de la voirie. Les services stratégiques et prioritaires comme la pharmacie, les stations-service de distribution de carburants et les banques ainsi que les commerces des produits alimentaires restent également ouverts.

Cette prudence des dirigeants malgaches se faisait déjà sentir lors de l’annonce de suspension des vols en provenance de l’Europe et des pays principalement touchés par le coronavirus le 10 mars dernier. Le chef de l’État avait choisi ces mesures au lieu de fermer totalement les frontières au risque de semer le chaos économique dans le pays. Malheureusement, la fermeture de l’espace aérien malgache n’a pas pu empêcher les vecteurs de la maladie de s’introduire dans le pays.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 23 mars à 12:55 | lancaster (#10636)

    On comprends les difficultés encourues par de telles décisions. Aucun pays ne peut se targuer d’avoir trouvé les bonnes solutions idoines pour arrêter la propagation du virus. La Chine a adopté des mesures adaptées au système sociopolitique en vigueur dans ce pays. Les chinois (et les allemands) sont des peuples beaucoup plus disciplinés que les français et les latins en général. Même les Usa paniquent et passent de contradiction en contradiction. On a vu aussi es multiples revirements des anglais.
    À Mada, et en Afrique en général, les situations sont toute autre. La pauvreté vient aggraver la situation.
    En tout cas, l’heure est à la solidarité entre tous à Mada. Il y a sûrement des imperfections. Ce ne seront pas les critiques destructives sans fin qui règleront les problèmes. Il faut proposer des solutions.
    Nous sommes en état de guerre. Comme le dit un professeur en médecine, adjoint du Prof Raoult, une star mondiale dans la recherche médicale, rien ne sert de critiquer leurs actions. Ils ont guéri 24 malades du COVID19 sans passer par les protocoles habituels des chercheurs et des Labos. Ils ont choisi de guérir selon leurs méthodes, tout en laissant les labos continuer leurs travaux qui ne trouveront pas des résultats avant 6 a 8 semaines. Des malades auront décédés entre-temps.
    Personne ne critique personne. Chacun travaille pour trouver des solutions. C’est le cas du gouvernement et des autorités sanitaires Malagasy.
    On fera le bilan après la crise.
    Bon courage à tous les habitants de Madagascar .

  • 23 mars à 13:05 | Isandra (#7070)

    Conscient de cette situation, Andry Rajoelina a en effet dû prendre les mesures qu’il estime adéquates à la situation actuelle.

    Rien à ajouter.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS