Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 20 octobre 2020
Antananarivo | 22h20
 

Economie

Conseil des ministres

L’Etat malgache veut rapatrier les 25,5 kg d’or saisis à Maurice

jeudi 8 octobre | Mandimbisoa R.

En attendant la mise en place de la réserve de l’or auprès de la Banque centrale de Madagascar (BCM), l’Etat malgache a pris la décision de rapatrier les 25,5 kilos d’or saisis à Maurice à l’issue d’un trafic de haut niveau au début de l’année 2019. Le rapport du conseil des ministres du mercredi 7 octobre indique que l’Etat va commencer une concertation diplomatique avec l’île Maurice concernant le rapatriement de cette quantité de métal jaune à la Banque centrale.

Une décision de justice est déjà sortie concernant la nécessité de rapatrier ces 25,5 kilos d’or à Madagascar. Elle fixe également l’amende que devrait payer les auteurs de ce trafic. Cette fois-ci, quatre départements ministériels dont le ministère des mines et des ressources stratégiques et le ministère des affaires étrangères devraient se concerter pour assurer leur rapatriement à Madagascar.

Lors du conseil des ministres du 30 septembre, l’exécutif malgache a décidé de saisir et de considérer comme biens de la Banque centrale l’or et les richesses nationaux saisis à l’extérieur à l’issue d’un trafic.

Ces 25,5 kilos d’or ont été saisis à l’aéroport de Maurice le 10 janvier 2019 par les officiers de la Mauritius Revenue Authority, l’équivalence de l’administration fiscale à Madagascar, à l’issue de l’interpellation de trois voyageurs malgaches en transit à l’île Maurice. Deux d’entre eux devaient se rendre à Mumbai et le troisième à Dubaï. Les fonctionnaires mauriciennes avaient également découvert 60 000 euros et 7 000 dollars avec eux.

Lors de l’enquête, les trois hommes avaient déclaré que le métal et l’argent devaient servir à la fabrique des bijoux en Inde et à Dubaï et qu’ils prévoyaient de les revendre à Madagascar par la suite. Mais aucun d’entre eux ne disposait de documents pouvant soutenir leurs dires d’où la décision de autorités mauriciennes de saisir l’or et l’argent.

Pour rappel, l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la Banque centrale de Madagascar dans le cadre de la constitution de la réserve d’or sera clôturé ce jeudi 8 octobre. Les opérateurs miniers qui vont contribuer à la mise place de celle-ci devront être connues à l’issue du dépouillement des dossiers dans la journée même.

34 commentaires

Vos commentaires

  • 8 octobre à 08:13 | betoko (#413)

    La population aimerait connaître les noms de ces 3 trafiquants et aussi de leur commanditaire s’il y en a et où sont ils maintenant .
    Comment se fait il qu’ils ont pu embarquer à Ivato avec 25 kls d’or dans leur valise ou bien des complices hauts placés ont interdit aux douaniers de les fouiller ?

    • 8 octobre à 08:59 | Patrick le lyonnais (#1439) répond à betoko

      Pas besoin de complices hauts placés. Un billet de 20.000 Ar suffit.

    • 8 octobre à 14:07 | Jacques (#434) répond à betoko

      Ne te presse pas pour savoir le commanditaire, le jomaka-dadanaivo, tu risques d’avoir des surprises. On cause de l’or ici, ce métal qui fait tourner bien de coco. Il y a des gens qui se décarcassent pour dégoter la moindre pépite et qui se font arnaquer par des semblants de négociants et puis il y a ceux qui ne bougent pas le petit doigt pour s’en approprier parce qu’il sont puissants à l’exemple du bac-3 avec ses fameuses mallettes vers Dubaï.

      Alors si on ne livre pas de noms c’est qu’il y a des raisons.

  • 8 octobre à 08:50 | Ra-Jao (#282)

    Bekoto
    Votre question est pertinente. La douane à Ivato est sûrement complice de ces sorties frauduleuses de 25 kg d’or et 60000€ et de 7000$.. Il faut justifier par une attestation délivrée par un établissement agréé toute sortie de devise de plus 7500€. Qui a donné l’ordre au douanier de ne pas fouiller ces 3 trafiquants ? Ça ne peut-être qu’une personne haut placée.
    Est ce que cette affaire aura une suite ou sera classée comme toute celle qui touche les amis du régime ?

    • 8 octobre à 09:08 | betoko (#413) répond à Ra-Jao

      Plusieurs hypothèses sont aussi possible, il suffit de connaître un ou des garagistes qui travaillent à l’aéroport. Vous enregistrez vos bagages et un bagagiste le récupère , et avant de le mettre en soute , vous lui dites moyennant une certaine somme , tu mets ces lingots d’or et ces devises dedans . Avant la prise de fonction d’Andry Rajoelina , des caméras de surveillance étaient installés partout justement pour éviter ces magouilles , hélas , certains ont trouvé le moyen de les contourner
      À ce propos j’avais eu l’occasion de discuter avec un attaché militaire de l’ambassade de France , je lui avais relaté l ’histoire d’un passager Karana qui avait remis 5000 Ar à un policier pour que celui ci ne fouille pas son bagage à main et je lui ai dit à ce colonel , imaginez que c’est un terroriste qui avait mis une bombe dans son bagage à main

    • 9 octobre à 23:24 | Ngeda (#10235) répond à Ra-Jao

      - Ra-Jao une petite claque ( de doigts ) STP et tu vas comprendre. Nuance, c’est l’Etat Mauricien qui a constaté qu’il y avait Trafics, il les a saisis. Ce qui est repugnant dans cette affaire, le Ministre Malagasy des Mines qui se veut être un Patriote, demande le rapatriement de ces Lingots d’or. Quelle pourriture !

  • 8 octobre à 08:58 | Patrick le lyonnais (#1439)

    25,5 kg x 52.280 € (cours du 07/10) = 1.333.140 € ; ça peut nourrir 450.000 personnes pendant 1 jour ou 2.

    • 8 octobre à 09:14 | betoko (#413) répond à Patrick le lyonnais

      Fort possible

    • 8 octobre à 14:37 | lé kopé (#10607) répond à Patrick le lyonnais

      Mr Betoko,
      Comme d’habitude , vous connaissez des gens hauts placés , mais une question ,profitez vous de leurs connaissances , ou vous vous contentez seulement de les énumérer .Apparemment , leurs cultures ne sont pas contagieuses ?C’est bien dommage , car après les Enseignants expatriés , les officiers Généraux et bien d’autres éminences grises , vous voilà en compagnie d’un attaché Militaire .Quelle promotion !!! En attendant , les portes du Palais ne vous sont pas ouvertes , malgré les appels du pied que vous faites à l’endroit d’Isandra .Mais a-t-elle vraiment les moyens de ses ambitions ?Le doute subsiste , car on n’annonce pas en public de telles fonctions , ne serait ce que par "droit de réserve ".

  • 8 octobre à 09:51 | Besorongola (#10635)

    TRAFIQUES EN TOUT GENRE EN 2019 !

    INTRODUCTIONS D’ARMES DE GUERRE, FRONTIÈRE PASSOIR, SORTIE ILLICITE D’OR ET ESCROQUERIES, FUITES ROCAMBOLESQUES STYLE HOUCINE ARFAT BIS.... ON AURA TOUT VU DANS CE PAYS DE MADAGASCAR !

    Président de la Fédération Malgache de Foot Ball depuis le 7 février 2020. Raoul Rabekoto est en cavale depuis cette date. Un mandat d’arrêt international a été émis à la demande de la France en septembre. Il aurait détourné 25 millions € de la Caisse nationale de prévoyance.
    Fabrice Floch • Publié le 7 octobre 2020 à 11h59, mis à jour le 7 octobre 2020 à 12h27

    Le ballon ne tourne pas franchement rond à Madagascar. La Fédération Malgache de Football a perdu sa tête depuis le 7 février 2020. C’est à cette date que remonte la dernière apparition physique du président, Raoul Rabekoto. "On ne sait pas où il est", confiait un employé à RFI, qui écrivait le 27 février dernier : "on échange régulièrement avec lui par SMS sur les affaires courantes, mais personne ne le questionne sur son lieu de séjour."

    Le patron de la FMF qui est l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale était convoqué par la justice française, le 9 septembre 2020, pour être entendu au sujet d’un détournement présumé de 25 millions d’euros. Il n’a pas répondu à l’invitation. Une semaine plus tard, la France a demandé qu’un mandat d’arrêt international soit émis à l’encontre de Raoul Romain Arizaka-Rabekoto.

    Le président de la Fédération de foot de Mada s’enfuit par La Réunion

    Le Monde est parvenu obtenir quelques informations concernant la cavale rocambolesque du président de la FMF. Le suspect n’avait plus le droit de quitter le territoire, depuis le 3 février 2020. La justice Malgache a des accords d’extradition avec la France depuis 1973. Les deux services qui partagent une histoire commune, travaillent régulièrement ensemble. Cette collaboration est parfois délicate compte tenu du manque de moyens des services judiciaires de la Grande île.

    C’est une fois encore le cas concernant Raoul Rabekoto. L’homme aurait quitté Madagascar à bord d’une vedette rapide à Ambaja en direction des Comores. Là, le visage dissimulé derrière des lunettes noires et sous une casquette, il a embarqué dans un avion vers La Réunion, puis l’Europe. Il serait désormais caché en Suisse. Au mois de mars 2020, quatre hommes ont été interpellés pour l’avoir aidé à fuir le pays écrit laverite.mg.

    Le président en cavale participe à des visioconférences avec la FIFA

    Cette situation déroutante oblige le vice-président, Alfred Randriamanampisoa, à diriger la Fédération. Interrogé sur l’attitude de son "patron", il se borne à rappeler : "il est toujours présumé innocent, puisqu’il n’y a pas eu ni procès ni condamnation", et de poursuivre note le quotidien, "s’il est condamné, la FIFA prendra une décision."

    En coulisse, à Madagascar, cette situation pour le moins ubuesque fait grincer des dents et des voix s’élèvent pour demander que soit mis un terme à cette situation : "préjudiciable pour l’image du football local".
    En attendant un dénouement ou une décision de la FIFA, Raoul Rabekoto, reste le président. Il a d’ailleurs participé dernièrement à une visioconférence organisée par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA).

    SOURCE. : Réunion premiere.

  • 8 octobre à 10:00 | Besorongola (#10635)

    3 Malgaches en Transit à l’île Maurice pour se rendre à Dubai et Mumbai (Inde) sont forcément des trafiquants exquis pour les douaniers mauriciens C’esr triste qu’on en arrive à cette mauvaise réputation des Malgaches !

    • 8 octobre à 10:05 | betoko (#413) répond à Besorongola

      Partout dans le monde des trafics en tout genre existent .Les grandes puissances luttent contre les trafics de drogue depuis au moins 50 ans et quel résultat ?
      Air Cocaïne vous connaissez ? Cela s’était passé en France

  • 8 octobre à 10:14 | Shalom (#2831)

    Arrêtons l’hypocrisie.
    25 kg alors qu’en 2017, le World Gold Council a totalisé pour Madagasikara 2,7 tonnes d’or exportées.
    Quels sont ces vols à Madagasikara, où l’avion quitte Antananarivo avec des frets (c’est pourtant des avions de transport) et revient à Ivato soi disant vide ? Et que la douane ne fouillera jamais.
    Heureusement que le bois de rose ne rentre pas dans l’avion.

    • 8 octobre à 10:29 | betoko (#413) répond à Shalom

      De quels frets , de quelle compagnie aérienne vers quel pays et pour le compte de qui ?
      Jusqu’à ce jour un seul trafiquant s’est fait épinglé pour trafic d’or vers Dubaï C’est Rado Rafalimanana

  • 8 octobre à 10:24 | betoko (#413)

    Lors de l’enquête les trois hommes avaient déclaré que l’or et l’argent devaient servir à fabriquer des bijoux en Inde et à Dubaï et de les revendre à Madagascar plus tard
    Qui pourrait croire à cela ? Des bijoutiers on en trouve dans tout Tana .
    Ce trafic sert à acheter des biens d’équipement et dans voitures sans facture et de les exporter à Madagascar . Si le service des impôts travaille correctement , ces agents trouveront des marchandises sans factures du côté de Tsaralalana et aussi des voitures de lux avec des plaques d’immatriculation de Dubaï

  • 8 octobre à 10:57 | betoko (#413)

    A propos de trafic et de corruption, à lire dans le journal La Gazette de la grande ile, Chronique de Razafilahy , Suspicion de corruption , reaction prévisible au sommet .

  • 8 octobre à 11:09 | Hery Rak (#10294)

    Oa leretsy eeeee, resaka famerenana volamena dia hanaovana article lavabe hoan’ny sasany. Normal raha tsy nandroso ity firenena ity hatrizay. on aime compliqué les choses. Tsy mba ny hampiasana azy any aoriana no mba resahina. Zao no mahavoa anareo mahay loatra reto ka na zavatra tokony ho mora aza dia asarotina.

  • 8 octobre à 11:26 | dominique (#9242)

    Si j’étais des dirigeants Mauriciens je répondrais aux dirigeants de Madagascar :::::: : VOUS avez entendu parler de quelque chose vous ?????? .......... En sens inverse la solution serai vite trouvée croyez moi .... c’est disparu !!! ??? on a du nous les voler ! je dit la vérité monsieur ...
    encore une histoire a la sauce Malgache a mourir de rire en faire un film a succès .....

    • 8 octobre à 11:48 | betoko (#413) répond à dominique

      Vous n’êtes pas au courant des accords douanières entre les îles on dirait C’est inscrit dans les accords de la commission de l’océan indien , et à mon retour de Paris , j’avais discuté avec une douanière gradee à Ivato qui me disait que aussi bien dans l’océan indien qu’en Europe , des coopérations douanières existent entre les pays

    • 8 octobre à 12:13 | dominique (#9242) répond à dominique

      Betoko ..... vous ne savez pas certainement que le jours de la signature anti corruption et des accords douaniers et de tout ce qui n’arrange pas Madagascar en général ; ses représentants avaient soit oublié ? ou cassé ? leurs stylos a bille pour imposer leurs signatures ???? NON vous n’êtes pas au parfum .....

  • 8 octobre à 12:47 | Ra-Jao (#282)

    Bekoto,
    J’ai remarqué que vous tentez toujours de minimiser les infractions dans notre pays : "Partout dans le monde des trafics en tout genre existent ".
    Quelle leçon vous voulez transmettre à nos enfants ? Continuons à être malhonnête, nous ne sommes pas différent des voyous et escrocs du monde.
    Je vous vois venir quand vous aurez la preuve que votre Prezidà et son équipe ne sont pas si intègres comme vous voulez le croire : ils sont pareils que tous les dirigeants qu’il a succédé

    • 8 octobre à 13:04 | betoko (#413) répond à Ra-Jao

      Je n’ai jamais affirmé que tout le monde est clean chez nous , déjà selon midi-madagascar des fonctionnaires du service des domaines et UN ministre se sont faits épinglés dernièrement par le Bianco .En ce qui concerne Andry Rajoelina , je ne dis pas qu’il est clean et je ne dis pas non plus qu’il est corrompu car personne jusqu’à ce jour n’est capable de nous apporter la moindre preuve
      Ketakandriana disait sur TV5 monde qu’Andry Rajoelina possède des biens mal-acquis en France , pour quoi elle n’avait apporté aucune preuve ?
      Bon nombres de familles malagasy possèdent des biens en France , est ce que ceux sont des biens mal-acquis ?

  • 8 octobre à 13:55 | Vohitra (#7654)

    L’idée n’est pas si mauvaise en soi, admettons, mais elle manque de clarté et de visibilité dans le futur…

    D’abord, il faudra faire la part des choses entre l’or monétaire et l’or en tant que relique barbare…

    Et si on veut bien tirer profit de nos ressources, il faudra d’abord disposer de raffinerie dans ce sens…

    L’idée de constituer de réserve d’or, or monétaire s’entend, ne peut se faire que dans le cadre d’une politique monétaire à long terme pour notre cas, mais d’ici là, que comptons-nous en faire au juste ?

    Au cours de la dernière décennie, combien de tonnage de cette ressource précieuse provenant de Madagascar avait fait objet de transactions internationales sur le marché mondial, mais qui n’avaient jamais été ni comptabilisées ni documentées ni identifiées ? En somme, rien que des exportations illicites ayant vu et connu la main invisible de beaucoup de détenteurs d’autorités politique dans le pays…

    Si le pouvoir voudrait bien agir dans le bons sens, au moins, il devrait diligenter des investigations sérieuses dans ce sens afin d’identifier les auteurs ainsi que les mécanismes adoptés pour s’y faire, et ce n’est qu’après qu’il pourra assainir la filière et réussir à protéger et valoriser nos ressources…ici encore, le populisme ambiant est à l’œuvre…

    Tant que l’essentiel de notre réserve de changes est constitué par le « dollar américain », ainsi que la plupart de nos échanges commerciaux libellés avec cette devise, constituer de réserve en or monétaire ne sert pas à grand-chose, et elle servira mieux l’économie nationale par la vente sur le marché mondial en toute transparence et en se protégeant de la corruption active venant des responsables locaux…

    Il ne faudra pas perdre à l’esprit que les pays qui s’adonnent actuellement à la course effrénée dans l’accumulation de l’or monétaire sont ceux qui pour des raisons diverses ceux qui envisagent de progressivement dans la dédollarisation de leur économie dans le but essentiel de pouvoir échapper à l’extraterritorialité des droits américains pour des géopolitiques liés au commerce mondial et les immenses prérogatives du Département du Trésor américain…

    On se souvient encore de la récente mésaventure vénézuélienne avec ses propres réserves en or…le Venezuela avait déposé ses propres stock d’or auprès de la Banque d’Angleterre, d’une valeur estimée à USD 1 milliard, et actuellement, compte tenu de ses difficultés économiques, ce pays veut en disposer souverainement à travers sa Banque Centrale, la Banque d’Angleterre avait refusé sa mise à disposition au Venezuela sous prétexte que le Royaume Uni ne reconnait que Juan Guaido en tant que chef de l’exécutif de ce pays, et il faudra une décision de justice au niveau de la Cour suprême anglaise pour y trancher alors que le chef d’Etat légal du Venezuela est et reste encore Mr Maduros actuellement… et le Venezuela était obligé de mentionner et préciser que ce stock sera à vendre sur le marché, et que les recettes de la vente seront gérées par le PNUD afin que le pays puisse s’approvisionner en biens de premières nécessités…d’où l’enjeu stratégique de disponibilité réserve d’or pour un pays…

    Bref, l’action engagée par le pouvoir politique Malagasy n’est pas si mauvaise en soi mais c’est la visibilité dans le futur, la politique nationale qui la gouverne, les lacunes en matière d’intégrité et de transparence, la faiblesse de la démocratie et de la redevabilité socio-politique locale, les antécédents de lacune judiciaire manifeste au sein de l’administration…tous ces paramètres qui font défaut actuellement animent les doutes légitimes sur la faisabilité de l’action dans notre pays…et surtout, surtout, l’inexistence d’un décentralisation effective…qui risque de générer des sources de conflit ouvert sur le plan politique…

  • 8 octobre à 14:44 | Isandra (#7070)

    Président Andry Rajoelina à Taolagnaro - Les projets de développement sur la bonne voie :

    "Pour le dernier jour de sa tournée dans le Sud, le Président Andry Rajoelina a visité plusieurs projets de développement à Taolagnaro, dans la Région Anosy. Parmi eux, la réhabilitation de l’axe RNT 12A reliant Vagaindrano et Taolagnaro. Au cours de la descente, le Chef de l’Etat a été accompagné par le ministre de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo. L’exécution des travaux de chaussée a été faite via le système HIMO (Haute Intensité de main-d’œuvre) sous la supervision d’une entreprise malagasy.

    L’objectif étant de fournir une source de revenu à la population locale. Seuls le compactage et le bitumage ont été faits par des engins. Le projet est financé par l’Union européenne et entre dans le cadre d’une stratégie commune en vue du développement socio - économique de la Région en contribuant au désenclavement de Taolagnaro.

    Les travaux se divisent en 5 parties distinctes dont la première partie entre Ebakika et Manambato, la 2nde reliant Manambato et Esama, la 3ème Esama et Befasy, la 4ème concernant Befasy et Masihanaka, et enfin la 5ème partie relie Masihanaka et Vangaindrano. Outre l’axe routier, le projet comprend également la construction de ponts à plusieurs endroits et ce en coopération avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale. Le chantier s’étendra jusqu’à l’année prochaine.

    Aménagement des espaces agricoles

    Lundi, le Président Andry Rajoelina avait inauguré le « Tranoben’ny Tantsaha Mpamokatra Rezionaly », toujours dans la capitale de l’Anosy. Cette infrastructure vise à donner un espace pour la valorisation des paysans agriculteurs. L’arrivée de plusieurs experts en agriculture, élevage et pêche est prévue d’ici quelques mois pour accompagner les paysans. Le Président s’est déjà entretenu avec le ministère de tutelle à ce sujet. L’irrigation et l’adduction d’eau, destinée à la production agricole, seront particulièrement mises en avant. Malgré l’existence de plusieurs espaces cultivables, cette partie du sud de la Grande île est toujours en proie à la malnutrition. L’Etat prévoit ainsi d’y remédier en appliquant des stratégies afin d’exploiter correctement ces terrains.

    L’homme fort du pays a, par la suite, pris la direction d’Ambinanibe, au tournant de la RN13, où est prévu un projet d’extension de la ville de Taolagnaro. Ce fut l’occasion pour le Président de réitérer le concours entre les gouverneurs régionaux. Il a ainsi promis que le budget accordé à ces responsables pourra être doublé voire triplé en fonction des réalisations dans chaque Région. Le Chef de l’Etat a annoncé la prochaine construction d’une université « manara - penitra » pour les jeunes étudiants de Taolagnaro. Cette journée marathon du Président s’est clôturée par la distribution de kits solaires aux habitants du Fokontany d’Aloalovoky." Laverite.mg

    • 8 octobre à 15:02 | dominique (#9242) répond à Isandra

      Arrête de nous conter tes idioties illuminées par pitié tu nous fait plus mal au ventre que ta tisane même si elle est inefficace dans sont emploie toi au moins tu l’est pour nous refiler la diarrhée .

    • 8 octobre à 15:59 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      TANDIS QUE RAJOELINA PROMET LA LUNE , LE RÉUNION EST EN ACTION !

      La famine ne concerne pas que certains villages ou certains secteurs du Sud de la Grande île, mais bien l’ensemble de la région.

      Neuf victimes supplémentaires
      Et la situation s’aggrave d’heure en heure. L’alerte a été lancée à Amboasary la semaine dernière suite au décès de huit mois enfants, mais comme l’explique Rija Rasolondraibe, notre correspondant à Madagascar, le problème dure en fait depuis le mois de juin dernier. Depuis, au moins neuf autres personnes ont perdu la vie du fait de la famine.

      Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

      Le point sur la situation à Madagascar, le 7 octobre

      L’Etat malgache promet d’intervenir et certains villages ont déjà commencé à recevoir des aides. Le week-end dernier, le président malgache Andry Rajoelina s’est même rendu sur place, en promettant l’installation de "centres nutritionnels d’urgence", mais en réalité, l’Etat tout comme ses partenaires internationaux sont encore en pleine évaluation de la situation.

      Ci-dessous les précisions de Rija Rasolondraibe, le correspondant de Réunion La 1ère à Madagascar :

      Famine à Madagascar : Rija Rasolondraibe en direct de la grande île

      A La Réunion, une chaîne de solidarité commence à s’organiser, mais là encore, il faudra certainement du temps avant que tout ne soit opérationnel. Car le Grand Sud malgache est une région isolée. Il n’y a plus non plus de liaisons aériennes vers Madagascar. Pour le moment, il est ainsi extrêmement compliqué d’envoyer des dons.

      Pour l’heure, la France n’a pas encore mobilisé ses moyens pour venir en aide à cette population malgache. Car comme l’explique Camille Goyet, directrice de cabinet du préfet, l’Etat malgache doit demander officiellement l’aide de La France avant toute intervention.

      Ne faites pas de dons pas à n’importe qui...
      Camille Goyet appelle également les Réunionnais qui souhaitent aider les Malgaches à être vigilants. Elle invite ainsi ces derniers à ne faire de dons qu’aux associations et ONG qui sont connues et qui ont une vraie légitimité, comme la Piroi, par exemple. "Parce que c’est le risque qu’il peut aussi y avoir lorsqu’il y a un appel à la solidarité : on a des personnes qui en profitent. Donc il faut bien faire attention".

    • 8 octobre à 19:12 | Ra-Jao (#282) répond à Isandra

      Isandra,
      Ne croyez pas que je prie pour que Rajoelina échoue. Au contraire, j’aimerai que tous ses actions puissent nous remonter du trou où il a mis le pays lors de son mandat inconstitutionnel de 2009 pour le bien de notre peuple.
      Mais comme il dit Astérix, ny asa vita no hifampitsarana. J’applaudirai avec vous et Bekoto si c’est le cas dans très bientôt, je l’espère. Pour l’instant, je ne peux pas encore chanter avec vous.

    • 8 octobre à 20:26 | Maestro (#7313) répond à Isandra

      @ Ra Jao

      Du pragmatisme, voir les choses telles qu’elles se présentent. C’est le clé de la réussite dixit une personne que j’étranglerai volontiers. Mais je m’aperçois quelque part qu’il avait raison ce Terroriste, Madagascar est pauvre et ce qui compte pour certains c’est le Miami, Colisée, tramway et j’en passe. Moi Président je donne 5€ à chaque tête !!!!!! Et par jour. 2,5 % de mes ...

  • 8 octobre à 15:03 | kartell (#8302)

    Ne poussons pas la plaisanterie trop loin en faisant de ces minuscules 25 kgs d’or, une affaire d’état en comparaison avec les comptes détenus par les potentats à Maurice ....
    Un rien semble amuser la galerie, alors que la fête commence !.....

    • 8 octobre à 15:40 | dominique (#9242) répond à kartell

      a mon humble avis l’affaire d’état est plus importante pour régler la dette de air Madagascar envers Air France en plus jugée au tribunal pour non payement de la location leasing contractée ça s’élève a 46 Million de dollars et plus d’innombrables dettes trop longues a énumérer !!!! c’est autre chose que les 25 Kg d’or car a mon humble avis cette compagnie est plutôt au bord du gouffre quoi que des rigolos vantards en dises ! car en plus avec ce qui se passe en ce moment et avec l’autre taré de président qui ne sait plus quoi inventer comme conneries cette compagnie est pratiquement immobilisée ; enfin quand on ne possède pas un avion correcte en total prop^riété on s’en fout un peut c’est évident ; c’est plutôt les passages qui sont archis volés sur tout qui en payent les pots cassés de leurs conneries c’est autre chose que son or qu’il a peur que l’on lui vol ( histoire des voleurs volés ) c’est amusant ça !!!...

  • 8 octobre à 15:48 | arsonist (#10169)

    A l’instar de leur chef , le DJ dont le niveau d’instruction frôle celui d’une classe de 3e du secondaire , ce gouvernement , cette administration ainsi que tous les foza considèrent l’or comme une richesse .
    Sur ce cas particulier dont l’évidence n’est plus à démontrer les foza sont comme tout le monde .

    Mais il existe d’autres richesses qui ne sont pas générées pas les produits miniers , elles , mais dont l’importance sont à dix mille lieues de l’esprit uniquement mercantile des foza .

    Comme par exemple la faune gasy . Et particulièrement les lémuriens .
    Ce serait un miracle que les foza saisissent l’idée que l’environnement et la faune sont des richesses , mais d’un autre genre .

    Heureusement , des pays étrangers font ce qu’ils peuvent pour tenter de sauver ces espèces en voie d’extinction .

    https://www.liberation.fr/terre/2020/07/16/les-lemuriens-en-danger-critique-d-extinction_1794315

    P.S. Evidemment , il est inimaginable que les foza demandent le rapatriement des lémuriens , comme les foza demandent la restitution cet or retrouvé à Mauritius Island . Et encore moins comme l’exigence des Chinois de leur remettre tous les pandas qui naissent dans zoos hors du territoire chinois .

    • 8 octobre à 18:07 | betoko (#413) répond à arsonist

      Cette histoire des lémuriens n’est pas nouveau , je l’avais déjà entendu depuis la première republique .Les gouvernements successifs font tout leur possible pour lutter contre le feu de brousse et le tavy. En ce moment le ciel de Tana est très pollué à cause du feu de brousse et pas facile de trouver les auteurs

    • 8 octobre à 18:15 | Besorongola (#10635) répond à arsonist

      RIEN DE RÉJOUISSANT QUAND ON PARLE DE MADAGASCAR !

      𝖑𝖊 𝕸𝖔𝖓𝖉𝖊.
      A Madagascar, les avortements clandestins se multiplient depuis le confinement
      Deuxième cause de mortalité maternelle après les hémorragies post-accouchement, l’IVG, interdit dans l’île, constitue un problème de santé publique et demeure un tabou.

      Par Laure Verneau Publié hier à 20h00, mis à jour hier à 20h32

      Temps deLecture 4 min.

      Partager sur Facebook

      Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique »

      « C’était un homme marié et je ne le savais pas… » En prononçant ces mots, les yeux d’Anja* s’embuent. Hors de question pour cette jeune femme de 20 ans, qui a déjà du mal à assumer un premier enfant de 4 ans, d’en élever un second. D’autant que ce bébé illégitime aurait conduit sa famille vers « une mise à mort sociale ». Alors la petite porteuse d’eau s’est rendue à l’évidence qu’elle n’avait que l’avortement comme solution. Un geste interdit dans son pays.

      A Madagascar, « les avortements clandestins représentent la deuxième cause de mortalité maternelle après les hémorragies post-accouchement », explique Céline Lesavre, coordinatrice du programme de santé reproductive et sexuelle au sein de Médecins du Monde (MdM). Si les statistiques manquent, ce geste s’est multiplié dans les arrière-salles des cliniques ou des cabinets depuis l’arrivée du coronavirus.

      Lire aussi « Je n’ai pas vraiment le choix » : à Madagascar, le Covid-19 entraîne une hausse de la prostitution
      « Pendant le confinement, on a observé une baisse de 40 % des nouvelles utilisatrices du planning familial aux Centres de santé de base (CSB). Il est évident que le confinement a eu un impact sur les violences basées sur le genre, qui ont augmenté, et leur corrélat : les grossesses non désirées », précise l’humanitaire, consciente du parcours du combattant de ces femmes.

      Assise dans sa maisonnette à la lisière d’un bas quartier de la capitale Antananarivo, elle s’en veut, ressassant sans fin que « c’est lui qui n’a pas voulu mettre de préservatif, parce qu’il ne ressentait pas de plaisir ». En présence de sa cousine Annie*, son aînée de 3 ans, elle puise la force de raconter son cauchemar.

      Panique et terreur
      Sa panique d’abord, quand durant près deux mois elle a attendu jour après jour la venue de ses règles. La terreur ensuite, quand elle s’est finalement rendue à l’évidence que dans un pays à l’arrêt sous le coup de mesures sanitaires, il allait lui falloir trouver les 50 000 ariary (quelque 10 euros) d’un avortement, quand elle n’en gagne qu’entre 2 000 et 3 000 ariary chaque jour. Là encore, pas d’autre choix que de se prostituer.

      Et quand la mort dans l’âme elle a commencé à vendre son corps, Anja a vite compris qu’il lui restait une autre galère : trouver quelqu’un qui veuille bien pratiquer une interruption volontaire de grossesse, geste interdit

      « Je suis allée voir un docteur en centre-ville, sur les conseils d’un ami. J’ai fait le chemin à pied, précise-t-elle, en l’absence de transport pendant le confinement. » Après s’être vue refuser par le praticien débordé, elle a réussi à s’introduire pour le « supplier à genoux » d’interrompre la grossesse.

  • 9 octobre à 20:38 | ASSISE (#10453)

    Raha mbola misy volamena 100g mihoatra mivoaka eo Ivato na amin’ny seranam-piaramanidina gasy dia tsikombakomban’ny fahefana no dikany.

    Nahoana ny entan’olona, vahoaka majinika nitady ravin’ahitra no voasava ohatra ireny feno fiara luxe sy toaka henjana ireny, VOASAVA. Anefa entana mivoaka, mandalo pôlisy, zandary, douanes, sava tànana, fitsirihana scanner. Nahoana no misy mampandre ny fahefana Môrisianina ?

    25kg io fa oviana no vanim-potoana nisian’ny nahatrarana volamena maro lanja tratra tao Maurice ? Tsy lazaina ny toerana hafa.

    Nisy hatramin’ny 60Kg tratra tao, Fanjakan’iza ? Tsy nanao fangatahana fanakanana sy fanadiadina mihintsy i Dago. Mazava ho azy, tsy nisy niverina volamena maro nandalo tao Maurice nihazo an’i Dubaï sy Inde.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS