Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 5 août 2021
Antananarivo | 12h45
 

Transport

Hausse des frais de transport

L’ATT met en garde et affiche les tarifs normaux

mercredi 30 décembre 2020 | Mandimbisoa R.

Les jours de fête sont synonymes de galères pour les usagers des taxis-brousse de certaines zones régionales et de la plupart des zones nationales, notamment pour ceux qui empruntent l’axe sud de Madagascar. L’improbable hausse de frais de transport, pouvant atteindre deux ou trois fois le montant de frais normal, en est la cause. Tana-Antsirabe a déjà atteint par exemple 30 000 ariary pour un frais de 10 000 ariary en période normale.

Des transporteurs y procèdent à l’augmentation des frais de transport systématiques prétextant la rareté des véhicules qui assurent la ligne alors que le nombre des passagers qui quittent la capitale est nombreux, par rapport à ceux qui se rendent à Antananarivo. Ce déséquilibre entre le nombre des passagers des trajets aller et retour aurait causé un important manque à gagner pour les transporteurs d’où leurs décisions, presque unilatérales, de procéder à cette hausse que beaucoup de voyageurs désapprouvent.

Les usagers de ces transports en commun publics estiment que c’est à cause du manque d’organisation au niveau des gares routières opérationnelles, notamment pour la gare routière du Fasan’ny Karana, en cause. Les transporteurs ne s’y rendent plus et s’organisent mutuellement avec certains voyageurs et les attendent à Anosy, dans les environs du palais de verre du Sénat, ou dans les environs d’Ankadimbahoaka, prenant la sortie de la RN7 vers le sud.

Mais il n’y a pas les voyageurs qui s’en lassent, le ministère chargé des Transports, par le biais de l’Agence de transport terrestre (ATT), hausse également le ton par rapport à cette pratique jugée illégale. Ces derniers temps, elle multiplie ainsi la sensibilisation et le contrôle sur les lieux pour appliquer la politique du maintien de frais de transport pour les zones nationales en cette période de fêtes. La veille de la fête de la Nativité, le ministère de tutelle s’est déjà rendu à la gare routière du Fasan’ny Karana pour résoudre le problème.

Des panneaux signalant les tarifs normaux, sans aucune hausse, qui devraient être appliqués au niveau des gares routières, par les différentes coopératives qui assurent les liaisons entre Antananarivo et les différents points de destinations du sud de Madagascar, ont été installés. À ces tarifs s’ajoutent les inscriptions selon lesquelles l’augmentation des frais est punie par la loi en vigueur dans le pays. Reste à savoir l’application de ces dispositions notamment à la veille des fêtes de la Saint-Sylvestre où le nombre des passagers qui quittent la capitale est encore très nombreux.

51 commentaires

Vos commentaires

  • 30 décembre 2020 à 09:13 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo aalikoum

    On ne sait plus si c’est l’ATT ou le "pompier" n’est-ce pas ?

  • 30 décembre 2020 à 09:35 | Stomato (#3476)

    >>Des panneaux signalant les tarifs normaux, sans aucune hausse, qui devraient être appliqués au niveau des gares routières, par les différentes coopératives qui assurent les liaisons entre Antananarivo et les différents points de destinations du sud de Madagascar, ont été installés.<<

    Ne pas oublier de faire mention du montant des prélèvements effectués par les forces de l’ordre en différents points de "péage"...

  • 30 décembre 2020 à 09:37 | Besorongola (#10635)

    L’HISTOIRE EST UN ÉTERNEL RECOMMENCEMENT !
    À croire qu’avec un président jeune, beau gosse, dynamique, charismatique visionnaire...’. tout ça ne se reproduira plus mais hélas’
    N’ous sommes en Avril 2018 L’ATT cherche un consensus avec les transporteurs car e’ pleine nouvelle crise politique dans le but d’enterrer Rajao....
    jeudi 12 avril 2018 | Ny Aina Rahaga
    L’Agence des transports terrestre (ATT) a immédiatement réagi après la hausse du frais de transport déclarée par l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) et de l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS). L’ATT a convoqué une réunion avec les représentants des transporteurs dans la Capitale afin de discuter de cette hausse annoncée pour le 25 Avril prochain. Selon les explications reçues de la part de l’ATT, la hausse est actuellement suspendue le temps des pourparlers avec les transporteurs. L’ATT a mis en place une commission composée de huit représentants des transporteurs, des représentants de quelques ministères concernés et l’ATT elle-même.

    EN DÉCEMBRE 2020 CETTE HAUSSE DE CARBURANT PERSISTE !
    Si bien que cette hausse soit légitime, du fait de la hausse du carburant, les usagers des transports en commun ne devraient pas être les victimes désignés. L’Etat a un rôle, sinon le premier, dans la gestion de l’inflation et des mesures à prendre par rapport à cela. Pour maintenir le frais de transport à 400 Ariary, ou pour amoindrir l’augmentation qui devient incontournable, l’Etat et l’ATT misent toujours sur les subventions accordées aux transporteurs. Or, l’on a appris qu’actuellement, près de 600 transporteurs n’auraient pas encore touché de subventions de la part de l’Etat faute de dossiers...

    ANJOZOROBE BIS !
    Une enquête est actuellement ouverte concernant l’affaire sur la carrière de Béryl d’Amparafaravola ». La déclaration est du ministère de Défense nationale qui a dû modifier par trois fois son communiqué relatif à cette « affaire » pour pouvoir apporter finalement sa réaction officielle. Il s’agit notamment d’un présumé cas de bavure militaire lors de laquelle, les hommes en treillis auraient torturé 18 individus en les obligeant à se sodomiser et, auraient tué un civil.
    Sous Rajao l’affaire d’Anjozorobe a défrayé la chronique à l’époque eh ben Rajoelina tombe sur le même revers. Un mort et des blessés par les Gendarmes chez les pauvres paysans qui exploitent les mines de pierres précieuses à Ampasika Amparafaravola. Après l’émeute d’Imerintsiatosika suite au décès d’un manifestant, la Brigade de la Gendarmerie a été réduite en cendre !

    Cela prouve que le peuple affamé n’a plus rien à perdre tandis que pendant ce temps à IAVOLOHA les Ministres prêtent allégeance à Rajoelina en se prostetnant un à un devant lui avec des présents.
    C’esr une scène irréaliste pour un pays qui relève à peine du Covid-19 et dehors le cyclone Charane ravage le pays et ni le, président ni aucun ministre ne fait une déclaration de solidarité envers les sinistrés. Soit disant ils sont tous en vacances sauf les forces de l’ordre pour tuer ’es petites gens ! .

    • 30 décembre 2020 à 10:26 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Croyez-vous que deux ans, dont une année blanche, suffisent pour effacer les mauvaises habitudes, qui commencent à s’enraciner depuis cinq ans. Ce qu’il faut noter cette prompte réaction des autorités.

      N’allez pas trop vite en besogne, Cette affaire d’Amparafaravola ne ressemble pas du tout à celle dAnjozorobe dans laquelle Mathieu fils de Rajao a été impliqué, elles ne celui qui aurait tiré sur la victime. Peut être, on peut la comparer à celle d’Antsakabary, si on regarde du côté de la bavure des forces de l’ordre.

      Il est à signaler que sur deux affaires Anjozorobe et d’Antsakabary, il n’y avait aucune suite transcendante judiciaire, c’était l’impunité totale.

    • 30 décembre 2020 à 10:41 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Cette ambiance n’est pas du tout comparable à celle de l’époque de Rajao, la vindicte populaire presque partout :

      « A moins d’une semaine d’intervalle, une vindicte populaire sur une femme a eu lieu à Mananjary et une autre a eu lieu à Mampikony avec le vandalisme et mise à feu des habitations de la gendarmerie. Comme d’habitude, aucune autorité n’a condamnée ouvertement ni pris des mesures contre ceux qui ont tué la femme à Mananjary. On se demande d’ailleurs où étaient les censées être autorités pendant que les gens mettent à mort la femme à Mananjary au vu et au su de tous. Aucune réaction officielle ni de la gendarmerie, ni de la justice, ni des ministres, ni les autorités locales et nationales. Pressé de question sur les vindictes populaires, le Premier ministre n’a pas vraiment commenté le cas de Mananjary mais a plutôt accusé les politiciens (de l’opposition) d’être derrière de la vindicte populaire de Mampikony.

      Tout est prétexte à la vindicte populaire actuellement, proportionnellement à l’accroissement de la pauvreté et de la corruption : vols en tout genre, accident de la route, soupçon de rapt, de vol ou meurtres (une rumeur suffit). Les autorités locales en sous-nombre laissent faire. Les autorités nationales ne pipent mot et ne font rien mais se contentent de répéter que « nous sommes dans un Etat de droit », sans être convaincants ni convaincus. »

      https://www.madagascar-tribune.com/Les-vindictes-populaires-prouvent,22646.html

      Et cette vindicte populaire, on n’entend plus maintenant, comme le kidnapping.

  • 30 décembre 2020 à 09:55 | vatomena (#8391)

    de plus en plus les forces de l’ordre sont perçus comme ennemis du peuple.il arrivera ce qu"il arriva aux FRS de Tsiranana

    • 30 décembre 2020 à 11:04 | betoko (#413) répond à vatomena

      Comme ce qui se sont passés aux États Unis et en France

  • 30 décembre 2020 à 10:29 | Besorongola (#10635)

    POURQUOI LES VILLAGEOIS N’ONT PAS LE DROIT D’EXPLOITER LES CARRIERES DE PIERRES PRÉCIEUSES DANS CE PAYS ?

    Le Code Minier de 2005 [1] en vigueur actuellement est réputé mondialement pour sa forte tendance à favoriser les sociétés minières au détriment de l’Etat et de la population malagasy [2]. Sa révision ou sa refonte dans le sens d’une amélioration des conséquences positives pour les Malagasy s’avère donc indispensable, même si cela ne plaira pas aux sociétés minières et aux organismes protecteurs du secteur privé au niveau national et international.... Ouvrir le lien ci-dessous pour ceux qui veulent en savoir plus....

    https://www.madagascar-tribune.com/La-revision-du-Code-Minier-malgache-doit-etre-realisee-mais-en-integrant-toutes.html

  • 30 décembre 2020 à 10:53 | Isandra (#7070)

    « La mise en œuvre de la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité ont marqué l’année finissante par des actions spectaculaires en parallèle à certaines défaillances dénoncées dans le système.
    Le régime a fait de l’éradication des pratiques erronées son cheval de bataille pour le décollage du développement national dans la transparence. Tout a été ainsi mis en œuvre pour écarter les velléités de résistance au courant d’idées adopté par les nouveaux dirigeants décidés à sortir le pays du bourbier.
    Des responsables indélicats ont fait ainsi l’objet de poursuites judiciaires engagées dans le but d’assainir la gestion de la nation afin de permettre la concrétisation des objectifs annoncés. La stratégie a porté ses fruits en favorisant la détection de certaines lacunes dans plusieurs secteurs de l’administration publique à l’origine de la stagnation endémique du développement.
    Aucune tolérance n’est acceptée dans ce cadre pour le succès de l’opération. Les sanctions pleuvent sans égard aux requêtes et pressions de quelque nature que ce soit, afin d’atteindre le but fixé pour une bonne gouvernance de l’Etat puisqu’il faut séparer les bons grains de l’ivraie pour rationaliser la production. L’initiative a déjà prouvé son efficacité dans plusieurs domaines par des résultats plus que probants depuis sa mise en marche.
    Le mot a été lancé dès l’avènement du pouvoir par une mise en garde à l’endroit des habitués de la gabegie ancrée dans les mœurs au niveau des services publics devenus le point focal de l’impunité depuis des décennies. La République a dorénavant annoncé l’ouverture de la chasse à ses anciens intouchables. » Newsmada.

    • 30 décembre 2020 à 11:14 | betoko (#413) répond à Isandra

      A quand les demandes d’extradition des anciens responsables qui sont à l’extérieur de Madagascar , jusqu’à maintenant ce ne sont que des lampistes qui sont en prison .
      Selon certaines sources Louis Ranjava se la coule douce en Suisse et pourquoi des enfants de Didier Ratsiraka qui ont détourné des milliards d’ariary sont intouchables y compris leur bien mal acquis tel que l’immeuble Pradon à Antanimena par exemple

    • 30 décembre 2020 à 11:30 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Betoko,

      Toute chose a son temps.

      Voyez-vous le comportement des députés pour valider la suite des affaires concernant des anciennes hautes personnalités,...?

      Pour le moment, la priorité de ce régime, surtout en amont, c’est d’effacer toutes ces mauvaises pratiques, pour qu’elles ne se reproduisent plus, et d’assainir toutes les administrations de la corruption et des fraudes en tout genre.

  • 30 décembre 2020 à 11:30 | Shalom (#2831)

    Raha vao nivoaka ilay resaka CVO dia maro ireo nilaza fa tsy ahomby velively io ary ity valan’aretina ity NO HO ATAON’NY FITONDRANA SY NY MPOMBA AZY HOA FIALANA-BALA.
    Be ireo mpisolelaka teto no nilaza fa voafehy avokoa ny antota rehetra ary filoha mahavita azy i Bokassa gasy.
    Mahagaga ary tena mahagaga fa asa na VERY SAINA NA MARARY SAINA IRETO MPISOLELAKA KA MANADINO IZANY RESAKA IZANY.
    Dia indreo fa lasa ala-pà isaky izay misy tsikera fa TAONA FOTSY HONO, ILAY VALAN’ARETINA HONO sns sns …
    Tranon-dainga, kabary ambony vavahady, démagozia, tranon-dainga, tranon-dainga … im-pito mandifotr’olona : ny mitovy ihany no miaraka sy mifanohana.

    Jereo ny fanontanian’ilay hoe betoko dadanaivo jomak’ … : hoy izy : f’inona no hankahalaina an’i Bokassa gasy DJ kilasy T9, avelao hono izy hamita ny "mandat"-ny dia ho hita eo.
    Novalian’i Besorongola na Rainingory (tsy tsaroako azafady) hoe ary ity ianao mitsikera lava an-dRavalomanana (kanefa tsy filoha intsony io tary io), indrindra ianareo tsy nahandry fa nitsikera ary nanongana mihitsy an-dRavalomanana sy Rajaonarimampianina.
    Tsy novalian’i takaka ilay resaka mandrak’ity androany.

    Foza, fopla, tranon-dainga iray trano, mpiatsaravelatsihy, tsy ampy fandinihana, fatra-panilika ny ratsy hoe nataon’ny hafa na izy tenanay aza no nanao izany.
    Misesefa misesefa fa tsy olana f’aza manody ny goavy manta.

    • 30 décembre 2020 à 11:55 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      « Raha vao nivoaka ilay resaka CVO dia maro ireo nilaza fa tsy ahomby velively io ary ity valan’aretina ity NO HO ATAON’NY FITONDRANA SY NY MPOMBA AZY HOA FIALANA-BALA. »

      Asa na manao fanahiniana le rangahy ity, na izy mihitsy no tsy mahatakatra.

      Efa nolazaina, fa ny aretina no sitran’ity CVO ity, fa tsy ny krizy vokatrin’ny ity areti-mandringana ity. Io tambavy io tsy afaka hanokatra ny seranana mikantona any ivelany any, izay mahatonga ny tsy fahatongavan’ny mpizahantany sy ny fiantonan’ny fanondranana entana.

      Ary na dia nandaitra aza ny CVO izay maro ny porofo, dia tsy ny olona rehetra no afaka nisotro azy io no hon’ ny aretina mitaiza io na famafisan-katoka fotsiny izao. Eo ihany koa ny tsy faharahan’ny fitsinjarana ilay tambavy. Ka na dia maro aza ny nisotro, niparitaka ihany ilay aretina, noho ireo antony ireo, satria tsy entina majika amparitaka eny amin’ ny rivotra fotsiny dia voaaro sy sitrana ny rehetra, fa tambavy izay misotro azy ihany no iasany, ka nahavoatery ny fitondrana nampihatra ny fihomboana izay nahatongan’ny fikantsonan’ny fiodonan’ny toe-karena sy ny raharaham-panjakana maro.

      Ohatra any Angleterre efa maro ny natao vaksiny, kanefa mitombo be tato ho ato ny viandions valan’aretina io. Tsy hoe ilay vaksiny no tsy mahomby, fa mbola maro ny tsy mbola vita.

      Ny teto amintsika moa, dia voafehy tsara ny fimparitahany, ary haingana ny fahasitranan’izay voa noho io tambavy io.

    • 30 décembre 2020 à 13:30 | Shalom (#2831) répond à Shalom

      Hoy ity robot ity hoe :
      Ny teto amintsika moa, dia voafehy tsara ny fimparitahany, ary haingana ny fahasitranan’izay voa noho io tambavy io.

      Izay indrindra no milaza fa lainga ny voasoratra etsy ambony.
      Ny firenen-drehetra nikatsoka satria tsy nahafehy fa i DJ Bokassa gasy nahafehy koa inona ny olana, inona no nanakan’azy hanatanteraka ny valan’asany ?
      F’angaha ny fifandraisana tamin’ny firenen-kafa teo amin’ny fanondranana na fanafarana entana nikatona, tsia, ny fifaneraseran’ny olona no tsy natao fa ny entana nandeha foana ?
      F’angaha tsy nahazo fanampiana foana ny fitondrana na nandritra ny fihobohana aza ?

      Koa inona no nanakana azy hanao izay noheverina fa tokony ho atao ?

      Ankehitriny izany tsy misy intsony ny olana hoy ireto kaondrana.
      Tokony handroso amin’izay izany ny politikan’i DJ Bokassa gasy.
      Miara miandry sy miara ahita isika rehetra satria efa tsy tiany ny hiara-miasa amin’ny malagasy hafa, vitany irery hono io.

      Ity anefa aho eto, tapaho ny lohako fa hilaza indray ireto afaka fotoana vitsy fa hoe ny "Andafy" sy ny mpanohitra indray no manakana ireto dondrona hanatanteraka izay kinasany.
      Ho lazaina ihany koa fa ny rivo-doza, ny korontana ataon’ny vahoaka noho ny tsy fahaiza-mitondran’ny ekipan’i Bokassa gasy no manakana ny fanatanterahan’asa, inty aho eto f’izany indray no soratra handalo eto.

    • 30 décembre 2020 à 14:41 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Tena tsy mahalala zavatra mihitsy Ity rangahy ity, fa manao tombatombana fotsiny.

      Ireny firenena hanondranana sy hanafarana entana ireny indrindra no mihiboka ny ankabeazany, ka lasa izay tena zavatra tena essentiel no afarany sy afaka hafarana.

      Ny mpiasa fandin-tseranana tao Tamatave rahateo nisy fotoana nihimboka, ka nahatonga ny fikatsonan’ny fanondranana. Ankoatr’ireo orin’asa teto Antananarivo sy Tamatave mpanondrana izay voatery nikantona

      Tsy azo tsinontsiniavina koa ireo entana ahondrana amin’ny avion, izay nijanona tanteraka nohon’ny fikatonan’ny seranana.

      Etsy an-daniny tsy afaka tonga hijery ireo tetik’asa hokasaina hatao ireo mpiombon’antoka sasany hamatsy vola an’ireny.

  • 30 décembre 2020 à 11:32 | Shalom (#2831)

    Momba ilay resaka miaramila tany Amparafaravola.

    Fanontaniana :
    Inona no antony tokony hiandrasan’ny miaramila ilay toerana ?

    F’izay anie ilay nolazaina teto hoe mahamay ny fitondrana ho any Antsihanaka ka hoe ny seranam-piaramanidina no aisan’ny ho karakarainy haingana ; ary io ilay namafisin’i Vohitra hoe : volamena sy vatosoa amin’iny faritr’Amparafaravola iny no tiany ho trandrahina.

    Porofo mivaingana izao fa tsy ny filan’ny vahoaka no laharam-pahamehan’i DJ Bokassa gasy fa ny fitrandrahana ny harena an-kibon’ny tany ho azy sy ny akôlitany.

    Mbola hisy ny "bavures" toa izao ho ataon’ireo miaramila miambina ny eny amin’ny faritr’Ambilobe, izay nolazaina fony voa niakatra ho filoha ilay dondrona mpangalatra io fa ho resaka etanôla hono kanefa efa fantatry ny maro fa resaka volamena no tiana hotrandrahana.

    O ! Ry vahoaka, mbola hitampi-maso ihany ve isika sa taom-baovao fihetsehana io mitady ho tonga io ?

    • 30 décembre 2020 à 14:11 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Nahoana no asiana miaramila ?

      Izany ve dia fanontaniana tokony ampetraka. Fa nahoana no tsy tokony asiana, kanefa harena(béryl)mimbananaka ny ao, tahak’ireny banky atahorana hisy hatroba ireny ?

      Rehefa mba manao théorie de complot hoa mba ataovy maranitra kokoa. Raha tena te hitrandraka ireny harena ireny manonkana ho azy samy irery hoazy no tanjon’ity fitondrana ity, dia tsy namboarin’izany ny lalana, satria raha vita eo ny lalana dia maro ny mpandrahara mety ho tonga any, no ho be mpahita ny afera. Kanefa raha tsy dia tsara ny fidirana any, dia vitsy no mahita sy tonga any, kanefa rizareo afaka mampiasa angidim-by sy raoplanina, ny afera amin izay tsy dia be mpahita, tahakan’ny fanaon-drizareo teo aloha.

      Ny an’ ity fitondrana ity, ny toerana be harena sy mamokatra no atao laharam-pahamehana ho vahana amin’ ny fitokana-monina, mba ahafahana mamoaka an’ireny. Izay mifanohitra amin ny tamin’i Ravalo hoe izay faritra ahafahan’ny TIKO mivarotra ny entany no atao laharam-pahamehana.

    • 30 décembre 2020 à 22:02 | Shalom (#2831) répond à Shalom

      Mindrana ny fitenin’i Vohitra aho ka milaza hoe sagnagna marin tokoa itony robot itony.

      Mba mahafantatra ny andraikitra (mission) napetraka ho an’ny miaramila ve itony no dedadedaka manoratra zavatra tsy fantatra toa izao ?
      Izao no atao hoe FAHAKAONDRANANA.
      F’angaha rehefa hoe omen’ny "filou" baiko dia tsy maintsy manaraka ? Na asainy mihinan-tay aza izany dia homana ?
      Tsy izany no miaramila nianarako, ary izany indrindra no tsy nanekeko ny hobaikon’ny olona toa an-dry amiralin-dranom-potaka sy Mahasampo rahalahim-bodiny.
      Tsy hanompo ny AREMA sy ny vadin-dry zalahy no nitondrako bokotra teto an-tsoroko.
      Koa ny ankehitriny : tsy fanompoana an’i DJ bokassa gasy sy ny tombotsoan’izy samy akôlita velively no asan’ny miaramila.

      Ny andraikitry ny miaramila ? Vakio ary ianaro ny CJSN ho an’ny kaondrana tsy mahalala, rehefa mahay io sampan-dalàna fohy io dia mitenena ary miresaha amin’izany ny atao hoe miaramila fa raha tsy izany akombony ity vava fa manala-baraka.

      Tsy fitaovana fampiasana arak’izay tiana ilana ny miaramila.
      Anisan’ny toe-javatra tsy maintsy hovana ny fiheverana sy fampiasana ny miaramila ankehitrio, andrim-panjakana ny tafika ary ny firenena sy ny vahoaka no arovany fa tsy fitaovana natao hiarovana ny mpitondra ny miaramila.

  • 30 décembre 2020 à 12:18 | Besorongola (#10635)

    ATAO HOE JAMBA SY MARENINA IZAY TIA (Hasambarana /Solo)

    # 30 décembre à 10:41 | Isandra (#7070) répond à Besorongola ^

    Besorongola,

    Et cette vindicte populaire, on n’entend plus maintenant, comme le kidnapping.affirme Isandra...

    S’il n’y avait pas le confinement les vindictes populaires auraient été pires en 2020.
    La vindicte populaire n’est pas seulement le tribunal populaire ou règlements de compte entre particuliers mais surtout les gens mécontents qui s’attaquent aux forces de l’ordre et brûlent les casernes de la gendarmerie.
    En une seule année 2019, les vindictes populaires auront fait autant et même plus de victimes qu’ en 5 ans auparavant :

    1- Vindicte populaire record en ’ombre de victime.

    11 personnes décédées à Emanombo, Taolagnaro
    mercredi 9 octobre 2019 | Arena R.
    Que s’est-il réellement passé dans le district de Taolagnaro ? Le rapport de la gendarmerie fait état de 11 décès dans le fokontany Anonibe, commune rurale d’Emanombo. Ces individus auraient été victimes d’une vindicte populaire et ne seraient pas originaires de ce village où ils ont trouvé la mort. Les précisions reçues indiquent qu’ils font partie d’un « Dinabe », une sorte de conseil local de sécurité du fokontany Ezama, commune rurale Ranomafana, toujours dans le district de Taolagnaro.

    Le drame se serait passé le 3 octobre dernier, à la suite d’une dispute conjugale. Le mari, furieux et agressif, aurait ligoté sa femme avant de prendre la fuite. C’est le voisin qui l’aurait libérée, elle s’est rendue ensuite chez ses parents à Ezama, pour demander de l’aide. C’est là que le conseil « Dinabe » entre en jeu, puisqu’il a pris les choses en main. Ainsi, des membres du conseil se seraient rendus chez les parents du mari à Emanombo pour essayer d’éclaircir la situation.

    Malheureusement, le mari est resté introuvable. Le conseil s’est alors adressé à son frère pour réclamer une réparation. Comme il est de coutume dans le Sud, la réparation réclamée était des zébus. Alors que les négociations se poursuivaient et que rien n’aurait été conclu, des membres du conseil avaient sorti les bovidés dans un champ. Ce geste aurait alors provoqué l’ire de la population d’Emanombo d’où les affrontements.

    Les corps des 11 personnes décédées n’ont pas pu être récupérés que deux jours après les affrontements, soit le 5 octobre selon les informations de la gendarmerie nationale. Il aurait même fallu la mobilisation des forces de l’ordre accompagnées de la famille des victimes pour les récupérer.

    Les membres du « Dinabe » de la commune rurale Ranomafana et la famille des victimes ont formulé une plainte. Une enquête est actuellement ouverte mais aucune arrestation n’a encore eu lieu. Le procureur de Taolagnaro aurait donné l’ordre de ne pas encore procéder à des arrestations pour éviter d’envenimer une situation suffisamment tendue.

    Les forces de l’ordre sont à la recherche du mari fuyard, et mènent des enquêtes auprès de la population. La gendarmerie a dû renforcer ses éléments auprès de la poste avancée de Ranomafana afin de maintenir l’ordre et éviter de nouveaux risques d’affrontement.

    2- Sécurité

    Le commissariat central de Sainte-Marie incendié
    vendredi 22 novembre 2019 | Mandimbisoa R.
    Le commissariat central de la police de Sainte-Marie, région Analanjirofo, a été incendié mercredi. Une foule en furie, à la recherche d’un présumé meurtrier et violeur d’une femme, s’en est pris au commissariat de police de la ville après avoir entendu sur une chaîne de radio locale que le présumé coupable est placé en garde à vue dans ce commissariat. Ce, malgré les explications de la police qui indiquait qu’aucune arrestation n’a encore été faite sur ce meurtre.

    Ce nouveau cas de vindicte populaire arrive plus d’un après le meurtre de trois policiers survenus a Fénérive Est, toujours dans la région d’Analanjirofo, il y a quelques mois. Préoccupé par la situation, le gouvernement a dépêché le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tinaharivelo Razafimahefa sur place. Il s’est rendu sur les lieux hier pour tenter de résoudre le problème. A Sainte-Marie, il a particulièrement pointé du doigt la destruction du commissariat de police. « C’est un bien public, appartenant à tous les Malgaches, qu’il aurait fallu le préserver et non le détruire sur fond de rumeurs », regrette-t-il.

    Après avoir présenté ses condoléances à la famille de la victime, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation a indiqué que l’enquête concernant le meurtre devrait être ouverte. Pareillement, une autre enquête sur l’incendie du commissariat central de la police de Sainte-Marie sera menée. Il s’agit, qualifie-t-il, d’un véritable trouble à l’ordre public et d’un acte de déstabilisation. Lors de cette descente à Sainte-Marie, le ministre a appelé la population au calme notamment à quelques jours des élections communales et municipales.

    3- Et il y a quelques semaines la Brigade de la Gendarmerie d’ Imerintsiatosika est partie en fumée suite à une vindicte populaire.

    • 30 décembre 2020 à 13:02 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Je vous signale que la mesure de confinement a principalement été appliquée seulement, dans les provinces de Tana et Tamatave, mais, non pas dans toutes les régions de Madagascar. La vie des certaines régions continuent normalement comme si rien n’était, même si les mesurettes y ont été appliqués telle la réunion public, etc, mais, en général, leur quotidiens restaient les mêmes qu’auparavant.

      C’est normal, si vous avez constaté encore l’existence de cette justice populaire en 2019, parce que certains anciens responsables HVM, qui s’habituent au laxisme, ont encore été à leur place et non encore remplacés, et n’ont pas suivi les nouvelles consignes.

      Cette pratique se raréfie et s’estompe actuellement, parce que les populations voient que les autorités prennent en main la sécurité, et commencent à avoir confiance à ces dernières.

    • 30 décembre 2020 à 13:21 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      A l’époque de HVM, cette pratique s’est répandu presque partout à Madagascar.

      « Une femme battue et brûlée

      Fin octobre, une femme a été battue et brûlée à Mananjary, une commune située sur la côte est. Selon les médias locaux, les forces de l’ordre, chassées par la foule, n’auraient pas réussi à s’interposer. Cette femme était accusée d’avoir jeté de la viande de porc à l’intérieur d’un lieu sacré pour les Antambahoakas, une ethnie locale dont certaines règles ressemblent à celles de l’islam. »

      Toujours sur la côte est, mais un peu plus au Nord, près de Vatomandry, trois individus – qui étaient accusés d’avoir dérobé des ossements humains – ont également été battus par la foule. L’un d’eux est décédé.

      Un scénario semblable s’est produit dans le nord de l’île, à Amboangibe : quatre individus – accusés cette fois d’avoir volé de l’argent et de la vanille à un commerçant – ont été battus à mort par la population. Là encore, les forces de l’ordre ne sont pas intervenues.

      Une gendarmerie incendiée

      Par ailleurs, une gendarmerie et des véhicules ont récemment été brûlés par la foule à Mampikony, dans le nord de l’île. Des habitants s’étaient rendus sur place, afin de lyncher des jumeaux suspectés de meurtre et qui avaient été arrêtés. Faute d’y être parvenus, ils s’étaient alors vengés en incendiant les lieux. Ces émeutes auraient fait un mort et quatre blessés. » les observateurs.

  • 30 décembre 2020 à 12:31 | Turping (#1235)

    On constate qu’au pays où l’appauvrissement ne fait que s’agrandir perpétuellement ,les tarifs du transports et les prix des PPN s’envolent alors que les salaires et les niveaux de vie des citoyens lambda baissent .Ce phénomène n’est pas difficile à comprendre sans être un économiste quand l’inflation qui se traduit par la dépréciation de la monnaie ariary bat son record .A côté ,il n’y a pas de création de richesse car la "corruption " reste le maître .Chacun fait ce qui lui semble bon du moment que l’anarchisme perdure .Les uns montent contre les autres.

  • 30 décembre 2020 à 12:35 | Turping (#1235)

    Les tarifs des transports ,.....
    Apparemment ,le confinement n’a pas fait baisser les prix des carburants à la pompe alors que logiquement cela ne devrait pas être le cas en constatant la baisse du prix du baril de pétrole pendant ce laps de temps.

  • 30 décembre 2020 à 12:45 | lancaster (#10636)

    Mais qu’estce qu’on attend pour ouvrir la gare routière d’Ambohimanambola ? Les autorités ne valent ils vraiment rien devant les transporteurs et autres chauffeurs de taxibrousse.? Le bordel, les installations illicites sur la digue elle même, les pickpockets, la criminalité du fasankarana, le manque d’hygiene Source de toutes les maladies etc... c’est autant de raisons largement suffisantes pour abandonner le fasankarana . Hélas, le ministère, l’ATT, les forces de l’ordre, sont tous impuissants face aux transporteurs, aux vendeurs à la sauvette, aux rabatteurs etc... il est faux de dire que la majorité des voyageurs regrette le fasankarana et trouve le Bypass bien loin. Les voyageurs veulent une gare routière propre, organisée, securisee. C’etait La même levée de boucliers de la part des transporteurs quand il avait fallu déplacer la plateforme routière d’anosibe vers le fasankarana « provisoirement. » en 2001. Ce fut fait . Mais comme le secteur du transport routier est un secteur bordélique, il faut à tout prix un ministère et un ATT capables de solutionner cette situation . On verra ce que raconteront les responsables lors du bilan gouvernemental de janvier 2021

    • 30 décembre 2020 à 13:36 | Besorongola (#10635) répond à lancaster

      Lancaster.
      La dernière fois Rajoelina ne voulait pas ouvrir la Gare Routiere FISANDRATANA d’Ambojimanambola soit-disant pour une raison de norme environnementale mais en réalité c’est la couleur bleue de cette gare et le fronton Fisandratana qui lui gênent .

    • 30 décembre 2020 à 15:03 | Turping (#1235) répond à lancaster

      Lancaster,
      La gare routière d’Ambodivona a été transférée à Antohomadinika après 67 ha sur la route d’Ivato , pour désengorger la capitale ,c’est une bonne chose même si ce n’est pas suffisant encore .Qui était derrière cette initiative ?
      - La problématique liée au transport ,il faut qu’on le sache en réitérant toujours ce qu’il faut faire ,c’est la création des voies et routes supplémentaires .
      - Dans ce cas ,l’idéal c’est le rétablissement des lignes ferroviaires au prix attractif moins cher .Depuis le 19 Décembre ,la ligne ferroviaire reliant Fianarantsoa /Manakara ( FCE) a été rétablie ,c’est une petite avancée car il faut tout remettre dans l’ordre toutes les lignes ferroviaires reliant Antanarivo /Tamatave et Antsirabe ,voire la construction d’autres lignes ferroviaire vu la démographie qui explose .Une partie de l’IEM mais non pas l’immergence devrait passer par là.
      - On en a parlé du tramway ,etc,.....logiquement ce ne n’est pas du fictif tout cela pour répondre aux besoins de la population .La productivité ,les transports ont un lien de causalité .A côté on parle des embouteillages monstres sans qu’il y ait de solutions alternatives pour résorber cette problématique qui ne date pas d’hier.

    • 30 décembre 2020 à 15:13 | Turping (#1235) répond à lancaster

      De plus les routes dans un état calamiteux demandent beaucoup d’entretiens .Ce qui n’est gagné surtout pendant les saisons de pluies .

  • 30 décembre 2020 à 12:50 | lé kopé (#10607)

    Les bavures des forces de l’ordre les plus connues sont :Antsakabary , Anjozorobe , et récemment Amparafaravola . Aucune suite dans les enquêtes n’ a été annoncée , et ces dernières n’ont jamais abouti. Cherchez l’erreur ? Sans parler des bavures policières lors des arrestations comme celles de Berija devant les caméras, mais aussi du Cl Charles qui a été torturé à mort en prison .Et cela , avec tous les régimes confondus ... Il faudrait que toutes ces injustices s’arrêtent , mais pour y arriver , une prise de conscience collective devrait s’amorcer , au lieu de profiter de quelques avantages réservés à une minorité corrompue .

  • 30 décembre 2020 à 13:29 | Besorongola (#10635)

    RAJOELINA N’Y EST POUR RIEN !

    Dans tous les pays du monde, le Coronavirus n’a pas que d’inconvénient. Il y a en 2020 des avantages inattendus provoqués par le confinement

    1- La nature respire et reprend son droit devant le plus grand des prédateurs pollueurs qu’est l’homme. La couche d’ozone qui nous protège de l’ultra violet provoqué par les rayons solaires est moins attaquée avec la disparitions des véhicules à moteur qui émettent le CO2...

    2-Comme les gens restent chez eux, les malfaiteurs cambrioleurs étaient au chomage technique et les forces de l’ordre constatent une apparence de sécurité malgré eux. Seul Isandra qui voit ici que la sécurité était rétablie à Madagascar grâce à aux actions de Rajoelina.

    3- Dans un quartier chaud de Toamasina, les gens voulaient en découdre avec un voleur présumé (vindicte populaire) et ce dernier acculé crie "j’ai le Covid-19" et en. quelques secondes les gens se sont déguerpis...
    4- Les gens ont tellement peur d’attraper le virus et chacun se méfie de l’autre et l’absence de tout contact physique diminue les rixes et les bagarres...
    Aucun gouvernement ne considère ces avantages comme le fruit de ses actions sauf exception là où vous savez !

  • 30 décembre 2020 à 13:38 | lancaster (#10636)

    Puisque nous sommes dans le domaine des transports, circulation et routes, signalons le cas du petit échangeur sur la route digue de Tana / rocade de la Francophonie à Ambodihady . Une réception technique a-t-elle été effectuée avec l’entreprise chinoise par les ministères concernés car on a l’air d’etre Face à une infrastructure inachevée mais déjà livrée à la circulation urbaine.
    Qui est responsable des signalisations routières ? Les automobilistes et autres véhicules circulent à leur façon et se font piquer par les policiers qui appliquent une réglementation inexistante.
    Voilà un exemple d’une désorganisation des ministères de tutelle de cette infrastructures : TP , Police, ou Transports ? Le département de l’amenagement Du territoire doit aussi se démener un peu car les installations illicites sur la digue même à Ambodihady se multiplient à vitesse tgv.
    Cette même route digue, très fréquentée, comporte des nids d’autruche un peu partout tout au long du trajet entre Andranomena jusqu’a Ankadibahoaka en passant devant l’enfer de fasankarana. Quand verra ton une amélioration de cette infrastructure indispensable au fonctionnement de la circulation ?
    La, on ne parle que de Tana. Quid des autres villes et localités ?
    Nos ministères ne sont ils pas à la hauteur de leurs tâches élémentaires ?

  • 30 décembre 2020 à 13:39 | Shalom (#2831)

    @ 30 décembre à 13:02 | Isandra (#7070) répond à Besorongola ^
    Besorongola,
    Je vous signale que la mesure de confinement a principalement été appliquée seulement, dans les provinces de Tana et Tamatave, mais, non pas dans toutes les régions de Madagascar. La vie des certaines régions continuent normalement comme si rien n’était, même si les mesurettes y ont été appliqués telle la réunion public, etc, mais, en général, leur quotidiens restaient les mêmes qu’auparavant.


    Et alors pourquoi les promesses électorales pour les provinces n’ont pas pu être réalisées alors que dans ces zones les "quotidiens restaient les mêmes" ?
    Et d’autant que les régions ont des gouverneurs, soi disant le relais de l’état en ces lieux.
    Qui ont empêché les autres provinces de produire ?

    Les robots ne réfléchissent pas avant d’écrire et ne disent que des c.onneries.

    • 30 décembre 2020 à 13:54 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      C’est facile de le savoir, la poutre, si on sait utiliser un peu le cerveau.

      Parce que les partenaires qui devraient collaborer ou coopérer dans la réalisation sont bloqués à l’extérieur, et que les fonctionnaires des ministères qui devaient les superviser comme certaines sociétés sont bloqués ou confinés à Tana, avec les matériaux à Tamatave, etc

    • 30 décembre 2020 à 13:57 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Shalom,

      Cependant, quelques réalisations sont faites dans ces régions, telles écoles manara-penitra, les stades, la lutte contre les insécurités, etc qui n’ont pas besoin des partenariats avec les étrangers dans le cadre de 3P.

    • 30 décembre 2020 à 14:01 | Vohitra (#7654) répond à Shalom

      Tsy mandinika akory izay soratany eto anie izy e, voakarama hanoratra fotsiny izay hevitra bontolo mandalo ny atidohany izy...

      Etsy ambony izy miresaka ny fitsarambahoaka niseho tany Mananjary, tsy mba fantany akory angamba fa nanipy henakisoa tao anaty valabe ny antony namonoan ny Fokonolona ilay ramatoa io...

      Mbola ho hitany ny hatezerana sy fihetsehana vokatr io fanotana fady ao anaty Rovan Antananarivo io...

      Mba fantany ve fa tsy maintsy ra no fanadiovana ny fanotana fady ?

    • 30 décembre 2020 à 14:19 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Vohitra,

      Io moa samy manana ny mampiasa loha azy. Ny an’i Filoha ny fomba hampandrosoana ny firenena no mampiasa ny lohany sy mahamaik’azy, fa ny an-dringahindriana kosa ny fiarovana ny fadin-drazany.

      Tsy mahagaga raha tsy mety mifanojo mihitsy ny hevitra.

    • 30 décembre 2020 à 14:36 | Vohitra (#7654) répond à Shalom

      Tsy misy fandrosoana maharitra sy maritoerana mihintsy akory rehefa tsy mifanaraka amin ny kolontsaina manandanja...izany no nitranga teny Ambohitrimanjaka...

      Tsy maintsy ny vahoaka sarotiny amin ny kolontsainy sy ny fombany no ho tompon ny teny farany eto na ho ela na ho haingana...

      Ary tsy maintsy ho ringana sy potika ny mpanota fady sy ny mpanosihosy ny fiarahamonina...

      Efa mizotra ho any isika io ankehitriny...

    • 30 décembre 2020 à 14:50 | Besorongola (#10635) répond à Shalom

      Isandra.
      Si pour vous le retard du décollage fulgurant est dû à l’absence des techniciens étrangers qui vous dit qu’ils vont rêvenir en 2021 ?

      Ces gens là préfèrent rester dans leur pays même s’il y a plus de cas et de morts mais où les soins sont garantis en cas de contamination. A Mada, même si le cas est moindre ceux qui l’attrapent risquent gros ainsi il ne faut pas trop espérer leur retour rapide.
      Toutes les frontières restent fermées en 2021 et même si Rajoelina décide d’ouvrir unilatéralement la frontière Gasy les pays riches ne prendront pas de risque d’envoyer leurs techniciens à la casse pipe.
      Rajoelina sait bien qu’il n’y pourra rien et que la crise va durer et durcir et la seule maniere de masquer cette réalité c’est de bercer les malgaches avec des prophéties bidonnes.

    • 30 décembre 2020 à 14:51 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Vohitra,

      Efa mizotra ho any isika ankehitriny ?

      Samy manana ny maso lavitrany, mba tsy hatao hoe ny nofinofiny, fa hatreto aloha izay tsy mahatazanan’inonan’inona. Raha tsy hoe notakonan’Ikelimalaza ny masonay.

    • 30 décembre 2020 à 14:58 | Isandra (#7070) répond à Shalom

      Besorongola,

      Ces gens là ne sont pas comme vous, les andafy qui sont frileux, d’autant plus ils jouent leur image,...!

      Là-dessus, on n’est pas inquiet.

      De toutes façons, on sait se débrouille avec les moyens du bord. Le plus important, ce sont les financements.

    • 30 décembre 2020 à 15:28 | Vohitra (#7654) répond à Shalom

      Ny anareo maso efa jamba sy jembin ny fanetsehana fitombenana ka inona moa no mba ho hitanareo eo !

      Efa voafatotry ny lainga nafafinareo ianareo ankehitriny, ary lasa tandra vadin-koditra eo aminareo io, ary efa hijinja izay nafafinareo ianareo, aleo ny ho avy no hitsara azy...

    • 30 décembre 2020 à 22:13 | Shalom (#2831) répond à Shalom

      Resa-ketotra fotsiny nama ny filazana fa tsy tonga ny "partenaires" avy any ivelany.
      Teto Antananarivo anefa nisy ny fihibohana, nahoana no tafiditra teto ireo sinoa ka nanohy ny asa teo Imahamasina ?

      Hiaraha-mahita eo ny valin-teniny.
      Resaka marary kibo mivalana fotsiny itony.
      Manoratra ka dia manoratra fa tsy misy zava-mitombona na dia kely aza.
      Aiza no tsy hitsikera ry "vazahagasy taratasy" hoe manala-baraka itony robô itony ?

    • 30 décembre 2020 à 22:35 | Vohitra (#7654) répond à Shalom

      Shalom,

      Adihevitra atao amin ny sagnana ve moa tsy ho resaka bontolo fotsiny no arosony aminao eo e !

      Fa angaha moa tsy mbola tao anaty fihobohana no tonga nivezivezy teto ireo havana afrikanina nitondra fiaramanidina mpaka ranondolana namitahana vahoaka ?

      Torak izany koa ny avy any Maroc nanaritra hydroxychloroquine sy fanaovana fitiliana ary arovava...

      Inona no nanakana ny mpandraharaha tsy ho tonga raha nisy ny azony natao...

      Saingy izao : ny marina dia mbola tsy nivoaka ny vola fanampiana, dia mbola tsy nisy ny azo nailika sy natsipy...

      Raha ny fihobohana indray, fa iza moa no namory vahoaka tao anaty fihobohana teny Antanikatsaka, Alasora, coliseum Antsonjobe, sy tany Toliary, nefa hoe voarara ny mamory vahoaka ?

      Resabe fotsiny ny an i sagnana !

  • 30 décembre 2020 à 16:46 | Besorongola (#10635)

    Isandra.
    Permettez-moi de vous faire allonger un moment sur un divan comme chez le psy et de vous poser quelques questions.

    1- Quelle est votre place réelle dans l’équipe de Rajoelina.
    2- À part votre activité ici dans ce forum, qu’est-ce que vous avez apporté concrètement sur place pour faire élire Rajoelina ?

    Je pose ces questions car je doute que pour exister vous avez besoin de défendre coûte que coûte Rajoelina alors que lui-même n’a peut être pas votre zèle
    Ainsi je soupçonne comme tout le monde ici que vous n’êtes pas à Madagascar. J’ai une de mes nieces prête à donner sa vie pour Rajoelina parce qu’elle le trouve beau alors qu’elle est au chômage jusqu’à aujourd’hui. Je lui ai conseillé de demander à Rajoelina de l’embaucher ne serait-ce que faire femme de ménage à IAVOLOHA mais elle n’ose pas.

    Il ne faut pas être plus royaliste que le roi lui disais-je car même Rajoelina est peut être dans le doute vue la situation dans l’impasse où il se trouve actuellement pour réaliser ses velirano.
    Cette phrase plus royaliste que le roi est une devenue une phrase en vogue sous Louis XVI, et devenue proverbe

    Maxime inventée à la fin de l’Ancien Régime, donc à la veille de la Révolution. Sont visés les aristocrates qui défendent l’idée de monarchie et les intérêts du roi, avec plus d’ardeur que le roi lui-même. Il s’agit avant tout des privilégiés, noblesse, haut clergé, notables, tous ces gens attachés à leurs avantages acquis. Ils ne comprennent pas qu’en les défendant ainsi, ils jouent à plus ou moins long terme contre leurs intérêts, et contre le régime.
    Mais eux, je les comprends encore parce qu’ils défendent leur BEEFSTAEK mais vous quel privilllege défendez vous ?

  • 30 décembre 2020 à 18:13 | ANTICASTE (#10704)

    La dite Isandra ne répondra pas a ces questions !
    Quand les interrogations sont précises ,elle ne répond pas !
    Enfin je dis "elle" mais personne ne sait !
    Il faut avoir vu les couilles pour savoir que c’est un male !
    Donc cette personne se sent obligée de jouer les groupies de SM Razoel 1er !
    D’apres le peu d’information réelle distillée par ce personnage ,elle serait payée par son père qui aurait perdu de l’argent dans le passé et celui-ci tente de se refaire en faisant des affaires de corruption avec le pouvoir !
    Je crois que certain ici dans ces colonnes connaissent cette famille qu’il serait bon d’identifier !
    Ce sont en effet ces gens là qui empêche le développement de ce pays par les méthodes ancestrales de corruption ,enfin ce sue je dis ,tout le monde le sait mais personne ne dit et ne fait rien contre eux ,
    C’est la mafia séculaire xxl qui a conduit ce pays dans le gouffre et qui continuera ses méfaits jusqu’à la destruction totale !

  • 30 décembre 2020 à 18:51 | diego (#531)

    Bonjour,

    Miakatra ny vidim-bary, ny saran-dalana aminy ataoma. Dans les deux cas, le gouvernement intervient et dénonce :

    - c’est illégal !

    Cela signifie que les hauteurs, ou plutôt, les institutions qui sont responsables de ces hausses des prix savent qu’elles ont bafoué la loi, puisque les responsables politiques des secteurs concernés ont annoncé que c’est le cas. Il est donc difficile de croire que ces Institutions l’ignoraient.

    Les prix du riz et des transports se répercutent directement sur les familles moyennes et pauvres. C’est quelque chose que le gouvernement malgache et les institutions concernées doivent comprendre afin de trouver une politique stable, ne pénalisant pas les citoyens et ne mettant pas en difficulté financière les entreprises, les institutions coopératives....

    On peut constater que chacun agit dans son coin. Il n’y a donc pas, visiblement, une politique clairement définie, ou si elle existait, tout le monde s’amuserait à s’assoir dessus !

    Cela signifie exactement que le pays n’est pas gouverné en fait.

    La question qui se pose, à laquelle on doit trouver des réponses c’est, pourquoi Madagascar n’est pas gouverné ?

    Une autre question à laquelle les responsables politiques et les citoyennes et citoyens connaissent parfaitement bien la réponse et pourtant ignorée est, pourquoi Madagascar est si pauvre :

    - si le pays n’était pas gouverné, il ne se développerait pas !

    L’idiotie serait de ne pas se doter tous les moyens disponibles pour bien gouverner le pays.

    Le drame pour les élus et les gouvernants ce que la légalité de leurs mandats est continuellement questionnée par les citoyennes et citoyens.

    Autrement dit, les processus, les financements et les calendriers électoraux dans le pays sont jugés par la majorité des citoyennes et citoyens :

    - illégaux !

    Si tout était légal, la population accepterait facilement ses erreurs, en choisissant la mauvaise personne à la tête du pays par exemple, et les corrigerait dans le futur et non descendre dans la rue puisqu’on ne peut pas contester quelque chose de légal, sans contester la loi.

    On peut ne pas être content d’une loi. Pour cela, il faut demander aux parlementaires de la changer ou l’amender.

    Les parlementaires peuvent tout à fait voter une loi qui stipule que les prix du riz et le frais des transports, par exemple, sont libres, autrement dit, ils peuvent fluctuer selon la demande et l’offre.

    On verra bien ce que cela va donner....cela va être sportif pour tout le monde.......

    • 30 décembre 2020 à 19:46 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Bonsoir Diego,

      Une différence notable existe entre " Gouverner " et " Gouverner pour piller "...

      On peut gouverner, par la voie de la légalité républicaine ou non, et disposant d’une légitimité populaire ou non, mais à aucun moment, aucune légalité et/ou légitimité ne seront jamais attribuées à des objectifs de pillage...

  • 30 décembre 2020 à 21:39 | diego (#531)

    Bonjour Vohitra,

    Qu’est-ce que voulez dire ?

    Vous essayez, toujours, de m’expliquer quelque chose, mais je ne comprends rien.....

    Il faut, à mon sens, donner des explications claires aux idées que vous voulez faire comprendre.

    Cette accusation et ce procès récurent sur la Politique et les gouvernants n’ont aucun sens, l’origine des problèmes est bien connu :

    - pauvreté ou inexistence des processus politiques dans le pays !

    On parle ici de la responsabilité de toutes les institutions politiques, économiques et judiciaires et des membres de la Société Civile et des syndicats du pays.

    Le droit ne doit-il pas exister parce que les gouvernants, les autorités politiques et les Parlementaires, ceux-mêmes qui l’ont mis en en place et ceux qui doivent rigoureusement le protéger et l’améliorer, sont les premiers à le bafouer ?

    Le droit, c’est à dire, le droit privé et le droit public, qui gouverne en fait le pays. En tout cas, les gouvernants et les élus, personne, en principe, n’est au-dessus de la loi.

    Gouverner pour piller ne veut rien dire en droit. Quand on pille, on est en infraction, mécaniquement, on fait face à la Justice.

    Légalité veut dire conforme au droit.

    Alors, les comportements et les agissements illégaux de vos gouvernants ne sont pas légaux parce qu’ils dirigent le pays.

    Ce que cela signifie c’est qu’à Madagascar l’Etat, les Institutions et la Politique sont assez faibles, peu fiables et sont corrompus.

    Si le contraire était vrai, il serait concevable d’avoir un pays gouverné, à défaut d’être bien gouverné, des processus, des financements et des calendriers électoraux, respectant parfaitement bien la Constitution du pays, et non répondre aux exigences de la Communauté Internationale et des pays Bailleurs des Fonds, c’est dire perdre la souveraineté nationale !

    Le peuple et les dirigeants acceptent et respectent le droit, la loi, et ils savent que s’ils la transgressaient, ils feraient face à la Justice :

    - autrement dit, l’impunité est en fait le résultat de la faiblesse des Institutions Judiciaires, une faiblesse dont l’origine n’est autre que la politisation de ces institutions.

    Les critiques ne sont valables, et je dirais constructifs, que si l’on comprend les origines des problèmes.

    • 30 décembre 2020 à 22:15 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Diego,

      Vous savez tres bien ce que j ai voulu dire...

      Vous avez bien pose la question ci dessus si le pays est gouverne, non ?

      Et j ai juste apporte une petite precision : pour piller...

      Et cela depuis 45 ans deja...

      Et oui, il y avait 45 ans, jour pour jour, le 30 decembre 1975, la deuxieme Republique avait vu le jour...

      Le gouverner pour piller, c etait le point de depart...

  • 30 décembre 2020 à 22:34 | Shalom (#2831)

    Aiza ilay fandriampahalemana fa toa tsy voafehin’i DJ bokassa gasy velively ity izy ?
    Etsy Ankazobe anie ity no miseho fa tsy any Horombe akory e !


    Gazety Valosoa omaly talata :

    Tsy fandriampahalemana, RN4
    Misy manakan-dalana ny toerana alohan’ny hidirana an’Ankazobe. Miverina indray ny tsy fandriampahalemana, fanaka-nan-dalana ...


  • 31 décembre 2020 à 01:23 | Rainingory (#11012)

    Tsetsatsetsa tsy haritra ity hoy ny filazan’i Shalom izay, hainareo moa fa nanome fisandratana be ny kabarin’i Rajaonarimampianina teo i Ra-Fleury,

  • 31 décembre 2020 à 02:27 | Rainingory (#11012)

    An aside :
    If you have the opportunity to, get it.
    This is the history of 3 valuables women fighting for survival, taled by an american film director, Cam Cowan.
    Through part of their lives, this brings to the World an insight of life conditions on the Island.

    The trailer,
    https://www.madagasikarafilm.com/

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS