Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 avril 2019
Antananarivo | 08h51
 

Portrait

Honja Miharisoa Ramanandraibe

Junior Petroleum Engineer

lundi 28 juillet 2014
JPEG - 18.9 ko

Une jeune femme célibataire, Honja Miharisoa Ramanandraibe, est de ces jeunes Malgaches qui travaillent dans le secteur pétrolier amont ; c’est rare. Honja Miharisoa Ramanandraibe a effectué toutes ses études dans le pays. Elle a fait tilt lors de la Foire Internationale de Madagascar 2014 à Tanjombato, en présentant techniquement le process d’exploration de l’huile lourde de Tsimiroro. Elle maîtrise aussi bien la langue de Molière que celle de Shakespeare. À beaucoup d’égards, elle démontre qu’elle a bien su profiter de l’enseignement dispensé dans le pays par nos profs de lycées et d’universités. Elle est titulaire d’un Baccalauréat série D, et a obtenu son diplôme d’ingénieur en technologie pétrolière à l’École supérieure Polytechnique d’Antananarivo après avoir décroché la Licence es Sciences techniques en topographie et information géographique et foncière. Actuellement elle exerce au sein de la compagnie Madagascar Oil comme junior petroleum engineer au département Subsurface. Elle répond ci-après aux nombreux questionnements qui viennent à l’esprit des élèves des lycées et des parents et qui donnent un autre éclairage sur le secteur. Interview.

- Pourquoi avoir choisi le secteur pétrolier ? Y avez-vous déjà aspiré dès le lycée ou le CEG ? Ou qu’est-ce qui a déclenché chez vous ce choix ou cette voie généralement destinée au sexe masculin et réputée être rude ?

Au lycée, j’avais pour ambition de devenir docteur. Le secteur pétrolier n’était pas encore développé à ce moment et je ne savais même pas que Madagascar recelait une telle richesse. Mais depuis mon enfance, l’histoire de la terre m’intéressait beaucoup, tout ce qui touche la géologie me passionnait. C’est mon grand frère qui m’a orientée vers le domaine technique et après mon bacc, je rejoignais l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo. Cette passion pour la géologie, pour les aventures, cette envie d’explorer le monde et de découvrir de nouvelles choses ainsi que l’ambition de contribuer au développement du pays, m’ont poussée à me lancer dans cette filière en devenir à Madagascar, après 3 années d’études en topographie.

- Si vous deviez passer un message à la jeunesse malgache qui souhaite faire carrière dans les recherches et exploitation pétrolière, quelles sont les disciplines (matières) à ne pas négliger sinon à approfondir davantage ? Y a-t-il d’autres opportunités, d’autres branches, d’autres métiers, dans le domaine pétrolier qui s’offrent aux jeunes Malgaches ? Pouvez-vous décrire quelques-uns de ces branches pour donner un aperçu aux éventuels candidats ?

JPEG - 45.5 ko

Le secteur pétrolier est très vaste. Dans l’exploration pétrolière, plusieurs disciplines sont concernées telles que la géologie, la géophysique, l’environnement, le forage et l’exploitation proprement dite. Pour les ingénieurs pétroliers de l’ESPA, la formation académique se focalise surtout sur ces deux dernières disciplines mais on nous a également inculqué des notions de géologie et de géophysique, de management, de gestion de l’environnement...

Pour ceux qui envisagent d’intégrer ce domaine, il faudra, depuis les classes secondaires, renforcer les matières scientifiques ainsi que les langues, surtout l’anglais qui est généralement la langue de travail utilisée dans l’industrie pétrolière.

- Comment vivez-vous les travaux sur les chantiers ? Pouvez-vous décrire une de vos journées sur site ?

J’ai visité pour la première fois le site de Tsimiroro au mois de mars, un mois après mon entrée au sein de la compagnie. J’étais très impatiente d’y être. J’y ai passé 4 jours, week-end inclus.

Sur site, le rythme de travail est de 12 heures par jour. Tous les jours on doit se lever à 5 h pour se préparer et rejoindre le poste. Mais avant d’aller sur le terrain, le port des équipements de protection individuelle ou EPI tels que les chaussures ou bottes de sécurité, combinaison, casque, lunettes et gants, est obligatoire, la sécurité au travail étant une des priorités de la compagnie.

Au début, il a été quelque peu difficile de travailler sous la chaleur, avec une température allant quelquefois jusqu’à 40°C, mais je me suis vite adaptée. De plus, au moment où j’ai décidé d’entrer dans ce domaine, je savais ce qui m’attendait.

Bref, les travaux sur site à Tsimiroro constituent pour moi une expérience très enrichissante qui m’a permis de voir de plus près et de comprendre les principaux rôles des ingénieurs pétroliers dans cette industrie.

- En tant que femme et travaillant sur site dans une compagnie pétrolière, bénéficiez-vous d’un traitement spécifique ou discriminatoire ?

Travailler au sein d’une compagnie pétrolière n’est pas différent du travail au sein de toute autre entreprise. À mon avis, de nos jours, il n’y a plus de travail pour les femmes ou pour les hommes. À compétences égales, seules la motivation et la volonté font la différence. Je ne fais ainsi l’objet d’aucun traitement de faveur ni d’aucune discrimination.

- Dites-nous combien de temps (par semaine, par mois dans l’année) passez-vous sur site et comment faites-vous pour jouir de vos congés ? Les week-ends, comment les passez-vous sur site ? Avez-vous des occasions informelles de contact ou de fréquenter les habitants des villages et communes environnants le site où vous travaillez ? Comment sont vos relations avec les populations mitoyennes ?

Comme je suis basée à Tanà, je ne me déplace à Tsimiroro que de manière ponctuelle. Sur site, le personnel travaille suivant un système de rotation bien défini. Du coup, les weekends y sont travaillés au même titre que des jours ouvrés, les travaux sur site devant continuer sans interruption.

J’ai déjà eu l’occasion de visiter les villages avoisinant le site. Les gens sont vraiment sympathiques, ils m’ont accueillie chaleureusement.

- Considérez-vous que le secteur pétrolier peut attirer les jeunes et dans quelle mesure : sécurité de l’emploi ? Possibilité de promotion et d’ouverture sur l’international ? Satisfaction intérieure d’être utile à la nation ? Rémunération et avantage de standard international ?

JPEG - 123.8 ko

Le secteur pétrolier est un domaine qui connaîtra bientôt un fort développement à Madagascar. Il présente ainsi de nombreuses opportunités de carrière pour les jeunes. Toutefois, le secteur requiert de nouvelles compétences et la main d’œuvre doit ainsi se préparer à répondre à ces besoins spécifiques. Parmi les besoins de ce secteur, on peut citer à titre d’exemple les techniciens en forage, les techniciens d’exploitation.

À l’opportunité d’emploi s’ajoute effectivement la satisfaction personnelle de faire partie de cette grande aventure qu’est l’exploitation pétrolière, riche en défis, de jouer un rôle dans la naissance de l’industrie pétrolière à Madagascar et de contribuer au développement du pays.

Recueilli par Bill

21 commentaires

Vos commentaires

  • 28 juillet 2014 à 10:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Etude secondaire sanctionnée par "Bac série D".
    Etude Supérieure :
    Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo (-ESPA-)
    Et le nom :
    - RAMANANDRAIBE"

    Etude bien orientée
    Avec de la bonne volonté et le goût de la réussite,sans oublier ==UN== nom,lourd à "PORTER".
    Bonne chance Mademoiselle Hanja Miharisoa RAMANANDRAIBE
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 juillet 2014 à 11:00 | zaho (#699) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour. pourquoi un Nom lourd à porter ? Je ne comprends pas et je souhaite que tu précises car, ce que tu as écrit n’est pas suffisant pour moi. Sois plus explicite.

    • 28 juillet 2014 à 11:25 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à zaho

      ="C’est un==NOM== prestigieux/patriote, pour un ou une Malgache"=
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 juillet 2014 à 11:31 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Pour compléter mon explication :
      - "J’ai deux noms de FAMILLE,à MADAGASCAR :
      - RAMAROSON
      et
      - RAMANANDRAIBE
      Deux ==NOMS== prestigieux/patriotes mais tout le temps en adversaire cordial.

    • 29 juillet 2014 à 03:51 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      O ry Bazila a !

      Ny anarana anie tanimboanjo ê !

      Ny anao dia tonga any amin’ireo mpanakarena no alehan’ny sainao ...

      Le nom le plus dur à porter sur ce forum et nulle part ailleurs est Ramahefarisoa.

      Ce qui importe c’est la réussite de nos progénitures, quel que soit le nom et l’origine ethnique, familiale, ...
      c’est leur soif d’apprendre, de comprendre et de servir M/car et les Malagasy avec désintérêt.

      Arrêtez donc de polluer intellectuellement et moralement vos potentiels jeunes lecteurs,
      ce n’est pas par votre style télégraphique de communication ponctué par des "point barre", ce n’est pas par vos propos de charretier que les jeunes vont apprendre et s’enrichir culturellement et intellectuellement.

      Respectez d’abord votre personne, soignez vos communications, reflets de votre personnalité, et on va vous écouter poliment Razoky Bazila.

      C’est pas compliqué à moins que vos parents vous ont éduqué et élevé ainsi ... Cà se soigne et se perfectionne.

      Personnellement, je vous prends à partir de vos propos et j’imagine facilement votre profil ... Cà ne me dérange pas du tout. De ma profession, j’en ai vu des vertes et pas mûres quel que soit l’âge ...

      Désolé Ra-Bazila ! Vous me faites penser à un chauffeur de mes grands parents ... Gentil, obéissant, serviable mais ... aucun savoir et prétentieux !!! Cà fait marrer ... et offre de l’animation.

  • 28 juillet 2014 à 11:02 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Une petite curisité de ma part.
    Au moment de l’arrivée de "ZAFY", au Pouvoir,j’avais rencontré une jeune ingénieur ==en agro==,mais à l’Ecole Véternaire de Maison Alfort,avec son "PATRON".
    En partant pour la NORVEGE,en stage,elle était célibataire mais à son retour,à Paris,elle m’avait annoncé les fiançailles avec un compatriote==habitant la Norvège==et je l’ai aidée personnellement pour acheter ses habits de mariage,à Paris.
    Ce qui m’a choqué de cette annonce heureuse de mariage :
    - "Du fait que son fiancé est fils de Pasteur ,il faut attendre la bénédiction d’une certaine NENY- LAVA !
    Quelle baliverne !
    Pour Moi.

    Honja Miharisoa :
    profitez de votre célibat pour montrer aux Malgaches et aux étrangers que "VOUS ÊTES CAPABLE POUR DEVELOPPER,CE BEAU PAYS,MADAGASCAR,==mais==pas une sauvage qu’on aime toujours dire dès qu’on parle des "MALGACHES" ;".
    ++"MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE"++

  • 28 juillet 2014 à 11:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    Juste 6mois dans le secteur et elle serait encore en période de stage.

    Le cursus scolaire et universitaire au pays est un plus pour cet article contrairement à d’autres qui ne voient que l’extérieur pour les bonnes formations.

    • 28 juillet 2014 à 11:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Madagascar possède des Ecoles ou Universités pouvant se rivaliser avec tous les établissements réputés,à l’extérieur de Madagascar.
      UN HANDICAP :
      - le stage en entreprise (- le premier emploi-),comme en Europe.
      Irons-nous jusqu’à adopter le système allemand,mais notre mentalité est formatée ==autrement==le bling-bling.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@glmail.com

    • 28 juillet 2014 à 16:23 | betoko (#413) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Pas du tout, pour devenir ingénieur en France il faut passer par les grandes écoles telles que Henry IV , faire math sup et math spé et leurs profs sont tous des agrégés par comme chez nous où il n’existe aucune école ou fac pour devenir agrégé même en médecine . On envoie en France certains prof de fac malgache faire des stages , un exemple de une dame qui a juste une capacité en droit aprés avoir suivi 18 mopis de stage en France est devenue inspecteur des finances , MDR je pense à Mme Andréas

    • 29 juillet 2014 à 04:44 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à betoko

      Betoko, comparaison n’est pas raison !

      M/car n’est pas La France. Pas le même contexte, pas le même environnement, pas la même identité.

      Je vous invite à lire, par curiosité, les dissertations d’un jeune bachelier français et d’un jeune Malagasy de même niveau et vous comprendrez ...

      Cela ne veut pas dire que je porte un jugement sur la politique d’éducation à M/car et sur le niveau intellectuel de nos jeunes qui ne produisent que ce qu’ils ont acquis. On a des EINSTEIN, EIFFEL, PASTEUR etc ... en puissance mais on ne se donne pas les moyens pour les déceler, les épanouir, ...

      Autrement, si je vous parle du "bit coin" ou du "burn out", ... Cà vous dit ?

      Il est probable que ni notre Président de la République, ni notre 1° Ministre, ni notre Ministre des Finances, ni notre Ministre du Travail, ni notre Ministre de la Famille ou son équivalent ne savent pas ce que çà veut dire ... Et vous ?

      M/car est encore loin de ces concepts vu notre niveau de développement. Et les jeunes européens s’y préparent dès à présent ... savent ce qu’on entend par ces termes anglo-saxons : "bit coin ... burn out", etc ...

      Pour conclure, nos jeunes diplômés n’ont aucun complexe à se faire, ont une bonne mentalité que la plupart de ses ainés et parents ont perdus ... Heureusement !

  • 28 juillet 2014 à 12:34 | Raol (#529)

    Mahafinaritra ary ohatra tsara ho an’ny tanora malagasy ny toa izao. Zavadehibe ary tena singa lehibe manainga ny fivoarana ny "indostria". Tsy sanatria hanamaivana ny lalampihofanana sasany, fa tena lehibe ary tsy ampy eto amintsika ny fanomezana lanja sy hasina ny teknika, ny teknika indostrialy no tiana tenenina eto : Simia, Mekanika, Elektronika, Elektrika, fifandraisan-davitra.... Eto amintsika no be ny injeniera zary lasa mivadika zavatra hafa rehefa miasa noho ny tsy fandraisana azy ireo (lasa mpamily taxi, mpanao saisie...). Ekena tokoa fa tsy manana traikefa tokoa ireo mpianatra vao nahazo diplaoma ireo, ary mety tsy ampy fampiharana noho ny tsy fahampian’ny hoenti-manana, na teknisiana tsotra, na injeniera, fa izao kosa, raha samy tsy te handray azy ireo ny tompon’ny orinasa fa hoe tsy ampy traikefa izy ireo, dia mba ho aiza moa ? Hamorona asa hoe ? Amin’ny vovoka sy ny rivotra ? Hita anefa ary voaporofo, fa tsy nanenina ireo orinasa nandray teknisiana tsy manana traikefa, fa ampy fahavononana sy risimpo kosa. Faharoa, tsy azo atao valalan’alika ny mpianatra malagasy mianatra eto Madagasikara. Voaporofo hatrany matetika fa raha mitaha amin’ny vazaha mitovy farim-paizana ara-akademika aminy ny mpianatra malagasy iray, ohatra nahazo diplaoma injeniera teto t@ ireo sekolim-panjakana, ka manohy fianarana any ivelany, dia mibaribary fa tsy latsadanja ireo mpianatra atao "valalan’alika" eto Madagasikara ireo. Fehiny, enga anie ka tsy ho olona iray na roa no hahita asa soamantsara toa izao, fa mba hanome "chance" ny maro an’isa ireo orinasa marobe ireo, ka tsy hanafaran’izy ireo vazaha foana, izay mikarama in-10 na in-20 eny farafahakeliny noho ny malagasy mitovy fahaizana aminy.

  • 28 juillet 2014 à 12:55 | betoko (#413)

    Cette jeune fille n’est pas la seule malgache qui a fait des études sup sur le pétrole ou autre , des ingénieurs femmes malgaches ou des agrégés on en croise partout que se soit aux USA au Canada ou en France . Je pense à feu aux doctoresses Mme Razanajao ,feu Mme Razanapara Juila , à Mme Ratokomanga A, agrégée de mathématique , Mme Rzafimanana agrégé de phyisique nucléaire etc.. Des femmes et des hommes brillants originaires de Madagascar on en trouve par tout Et moi diriez certains , Je ne suis qu’un pauvre technicien de surface

    • 28 juillet 2014 à 13:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      - "On parle de nos jeunes sortis (-ies-) de nos ECOLES.Point barre !

    • 28 juillet 2014 à 13:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      - "Technicien de surface",c’est le dada de notre po vr C..OM de jupe ;

    • 28 juillet 2014 à 18:23 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Vous n’ êtes qu’ un balayeur, roséfarisou, ceux qui ramassent les " détritus " sont des balayeurs, technicien de surface et juste pour vous donner un semblant de dignité, que vous n’ aurez jamais, c ’est bien ce qu’ on dit aux cancres de votre pure espèce, " si tu ne fais rien à l’ école ,tu seras balayeurs " ,
      n ’ est ce donc pas ce que vous êtes : " ai-je dit " !
      A vous faire photographier pour la gloire, la réussite d’ avoir eu le diplôme de technicien de surface , voir éboueur , promu concierge de service , quel CV roséfarisou, vous m’ en faite pâlir de jalousie .

  • 28 juillet 2014 à 16:13 | Razaka (#7817)

    J’en parle souvent ici, que le Politique ne s’occupe guerre de la Jeunesse malgache.
    Il y en un qui me posait tout le temps la question ‘’Quelle Jeunesse’’ ?
    Il fallait être aveugle pour ne pas le constater, car même moi qui ne vis pas sur place le constate.

    ## Actuellement, j’ai quelques relations avec des Jeunes diplômés de mon âge, qui ont fait leurs études à Madagascar.
    Quand on lit leurs Thèses, surtout en économie, c’est absolument phénoménal, dans le sens où, ces Publications de Recherches n’attendent qu’à être appliquées POUR et DANS le Développement de Madagascar.
    Même des Experts étrangers constatent la valeur de ces Thèses de nos Jeunes Diplômés locaux, qui n’ont pas à rougir de quoi que ce soit, tellement elles sont AUTHENTIQUES, UTILES et NECESSAIRES.
    Sauf que cela n’intéresse guerre le milieu Politique. J’ai une idée mais … en a assez comme çà …
    Je connais des Chefs d’Entreprises qui seraient tentés de faire du ‘’Business Unit’’ avec une de ces Thèses, mais le problème c’est que le Politique ne fait rien pour leur possible Conforme Réalisation.
    Pourquoi car :
    °° Absence de règles élémentaires et mobilisatrices au niveau du Fonctionnement des Institutions, qui demandent (par Ex) l’Indépendance Totale de BIANCO.
    °° Hésitation par manque de stabilité et beaucoup d’insécurités qui ne rassurent vraiment pas, même pour nos Investisseurs locaux. Aucune assurance de Circulations des Biens, des Matériels et des Hommes, sans qu’il y ait de DAHALO et d’Attaques possibles.

    ## Comment voulez-vous qu’il y ait un développement des Capitaines de l’Industries Malgaches ?
    °° Pas de politique économique de préférence nationale. Car malgré l’existence des Entrepreneurs Malgaches, parfois encore JEUNES (j’en connais), pourquoi ce sont les Indo-Pakistanais et certains Asiatiques qui règnent en maître depuis des décennies ? C’est facile comme question !
    Cela exige à la fois Une Indépendance Totale de BIANCO, mais aussi un Changement de Mentalité à adopter chez certains Jeunes que le Politique a la responsabilité et la charge d’en développer avec des Formations Ciblées et Mobilisatrices.
    °° Inexistence de Banques d’Affaires Malgaches ‘’bien encadrées’’ à taux Préférentiels au Service des Jeunes Créateurs d’Entreprises.
    °° Autre exemple, Qui sont les Actionnaires Majoritaires des Boîtes comme TELMA ? et Pourquoi ?

    ## Je suis d’accord avec Vous M. Betoko, bien sûr, il y a aussi les Jeunes diplômés des Ecoles occidentales comme mon cas, (de qui Quelqu’un manifeste ici, à des considérations péjoratives et discriminatoires) qui pourraient bien prendre part au redressement du Pays, mais les Conditions Politiques et Institutionnelles au préalables ne sont pas requises.
    Alors qu’on crie sans arrêt ‘’Madagascar Une & Indivisible’’.
    L’incohérence exprès des Idées fait partie de ces Manipulations qui freinent l’Union du Peuple Malagasy.
    Il n’y a donc pas que les vieux Sophistes du Politique qui ne considèrent pas les Jeunes comme il se doit, mais il y a aussi quelques mentalités rétrogrades du genre ‘’Je sais Tout’’ qui font de la Discrimination et qui tentent de fausser les Bonnes Règles du Jeux.

    Have a Great Day

  • 28 juillet 2014 à 18:13 | valoha (#7124)

    Mahafinaritra sy mahavelombolo loatra ny mahita Malagasy nianatra ka miasa sy mikaroka ny ampandroso ny eto an-toerana ! Tsy miankin-dava ny any ivelany ! Mitsikaraka, mifanome traikefa, mifanakalo hevitra hatrany ! Izany no isany tsara hanombohana azy ity !
    Raha mifanome-tanana, miara-mamaha sy mikaroka ny azo karohana rehetra eto isika dia hisy betsaka ny fanantenana !
    Tsy ampy anefa izany raha tsy manaraka ny lalan’ny kolon-tsaina Malagasy ! Mila mifototra @ ny soatoavina Malagasy ny asa aman-draharaha, ny fiainana, ny fiaraha-monina hiainan-tsika rehetra mba tsy ho tafitohana toa izao. Miala @ ny maha-Malagasy antsika, na avy aiza na avy aiza, na ny fahalalana, na ny fahendrena izany, mba hitondra mamy ho an’ny taranaka rehetra ho avy ! Diso mahate ho tia loatra izao mahita ny tanora vavy miasa, mikaroka, mampandroso ny sehatra fikarohana, fitrandrahana solika izao, ary tsara harahin’ny maro mba tsy hanafarana lava vahiny ny sehatra toa izao !
    Tokony atao ambonin-javatra hatrany anefa ny saina sy firehan-kevitra maha-Malagasy mba ho antsika rehetra avokoa ny vokatra sy ny hezaka rehetra, fa tsy hitavana ho an’ny lafratsa sy ny any ivelany lava !!!!

    • 28 juillet 2014 à 19:54 | Razaka (#7817) répond à valoha

      Bonjour ;

      Je crois comprendre ce que vous voulez dire M. Valoha.
      Donc j’adhère totalement à ce que vous dites.

      J’ai toujours dit ici que ‘Revenir à Nos Valeurs’ et ‘Respecter les Coutumes’ ne sont jamais contradictoires avec le ‘Développement INCLUSIF’ de Madagascar.

      Vous savez Valoha, en 1960, la Côte d’Ivoire était plus riche que la Corée du Sud.
      Or malgré des décennies d’une Hyper Coopération Américaine, ce Pays asiatique est resté intacte, quant à leur Coutume et quant à leur Valeur. C’est pour cela que la Corée Du Sud est ce qu’elle est actuellement.
      Où est la situation de la Côte d’Ivoire aujourd’hui même qu’il soit plus riche que nous ?
      Pour contenir toutes les facettes de la nouvelle concurrence globalisée au niveau mondiale, La Corée Du Sud est à même de subventionner ces Petit Salariés à bas salaire, avec du Social (Logement-Transports-Santé). La Corée a donc une politique MOBILISATRICE dans tous les sens du terme.
      Le Japon avec leur Conglomérats c’est très soudé au niveau de la Nation.

      Donc à croissance économique égale, tout développement économique n’est pas systématiquement INCLUSIF.
      Regarder le cas de Mozambique avec une croissance à 2 Chiffres, alors qu’il y a toujours les Pauvres.
      Car c’est de l’économie de Comptoir, (où juste une minorité en bénéficie) en plus basée systématiquement avec des Industries Lourdes (l’Aluminium par exemple) qui ne sont pas vraiment créateur d’Emplois.

      Chez nous, il faut que l’Etat implique les Pauvres dans les Facteurs de production surtout dans les Grosse Sociétés étrangères, quitte à Former les Jeunes, avec des études ciblés et efficaces pour les vrais besoins.

      La route est encore longue Valoha, car il faut absolument inventer de nouveaux Partenariats avec les étrangers. Il faudrait aller voir et négocier avec certains Pays du BRICS pour entamer une véritable RUPTURE du passé.
      Sans oublier notre Histoire, pour mieux Bâtir le Présent en fonction de ce que nous voulons être dans le Futur.

      Have a great Day

  • 29 juillet 2014 à 05:05 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Sincères félicitations à
    - Honja Miharisoa Ramanandraibe,
    - à ses parents,
    - à ses prof’,
    - à ses amis et camarades de classe,
    d’avoir contribué à sa réussite.

    " Nitoto nahafotsy, nahandro nahamasaka ", hoy ny Ntaolo.

    Qu’elle soit la locomotive de toute notre jeunesse comme tant d’autres dans divers domaines.

    Bonne continuation ary
    Andriamanitra anie homba anao mandrakariva.

    Misaotra betsaka !

  • 29 juillet 2014 à 08:38 | meloky (#637)

    Nous remercieons Dieu, car Sans Lui et l’effort du jeune femme, nous n’avons pas ce jeune Ingenieur. Que Dieu donc la benit !

    Le journaliste Rufin Rakotomaharo est nommé Directeur Général de l’ORTM suite à sa nomination prise en conseil des ministres : on espere que l’ORTM sera diffuse par satellite et gratuitement accessible pour tous a travers le monde !

  • 30 juillet 2014 à 12:47 | TRONDHEIM (#3518)

    Tsy hoe izay be resaka sy be commentaire eto akory no tena dadany !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS