Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 20 avril 2019
Antananarivo | 07h22
 

Editorial

Jeu d’échecs en bois de rose

lundi 21 juillet 2014 | Ndimby A.

Je ricane en contemplant depuis quelques semaines certaines stratégies dans le secteur du bois de rose. On se souvient de ces déclarations fracassantes d’il y a deux semaines sur un projet de brûler les stocks de bois de rose, du moins "ceux qui se seraient détériorés". Déjà, cela me semble très curieux : si le bois de rose a tellement de valeur, c’est qu’il a des qualités imputrescibles, et n’a donc pas vocation à s’abimer après quelques années dans les stocks. Qui a donc intérêt à brûler quelques rondins, si ce n’est pour créer un écran de fumée utile pour qui aurait besoin de se mettre derrière ?

JPEG - 550.1 ko
Jeu d’échecs classique en buis et bois de rose. Source : http://www.le-palais-des-echecs.com

Mes convictions tendent plutôt vers une tentative de manipulation de l’opinion publique. En annonçant une pseudo-intention de brûler des stocks de bois de rose, les initiateurs de cette stratégie cousue de fil blanc voulaient générer une levée de boucliers contre cette mesure inacceptable. Objectif ? Pousser le maximum de personnes à protester publiquement contre ces destructions, et à demander qu’une solution a priori plus intelligente soit mise en place : une vente qui puisse profiter aux finances de l’État. C’est un peu une stratégie de pêche artisanale : on s’agite d’un côté afin de pousser les poissons vers le côté où le filet les attend. Et quand on voit le nombre de "poissons" qui sont allés remuer leur queue dans les rails de la stratégie, on se dit qu’il y a quand même beaucoup de naïfs (pour rester poli) qui ont accepté de participer à la farce. Il n’y a qu’à faire le décompte de ceux qui se sont empressés de s’exprimer dans ce sens sur les réseaux sociaux, ou durant les émissions radios dans lesquelles les auditeurs peuvent intervenir en direct.

Vendre les stocks de bois de rose : n’est-ce pas déjà ce qu’Andry Rajoelina et sa clique avaient projeté de faire avec un décret scélérat avant de quitter le pouvoir, mais qu’ils n’avaient pu mettre en œuvre grâce à l’opposition des partenaires techniques et financiers et de la société civile ? Par conséquent, manipuler l’opinion publique pour qu’elle se mette à soutenir l’idée d’une vente immédiate n’est en définitive qu’une grosse ficelle tactique dont les bénéficiaires finaux ne pourront être que les milieux politico-financiers qui sont de mèche avec les trafiquants. Andry Rajoelina s’était agité pour un forcing des ventes avant les élections présidentielles et législatives. Et maintenant, à la veille des élections communales, le stratagème pour pousser à une vente bâclée réapparaît.

Certaines institutions, qui sont pourtant a priori de bonne foi, se sont même rendues complices involontaires pour animer le buzz autour de cette pseudo-destruction. L’Ambassade américaine à Madagascar s’est par exemple fendue d’un sondage à partir de sa page Facebook, en posant les questions suivantes, dont la neutralité est évidente : « Selon votre opinion, de quelle manière le gouvernement Malgache devrait-il agir face à ces stocks de bois de rose récemment saisis ? (…) Faut-il les brûler ou les détruire pour que personne ne puisse en profiter (de la même façon que l’ivoire illégal a été détruit après la saisie ; ou vendre les bois de rose et utiliser les fonds pour protéger l’environnement ? ». C’est comme si on posait une question faussement innocente du style « vous préférez qu’on vous donne un gâteau ou une gifle ? ». Qui va s’attendre à ce que les partisans de la gifle soient l’opinion majoritaire ?

Vendre les stocks : bonne idée, à condition que …

De manière générale, l’idée de vendre ces stocks de bois de rose pour renforcer les finances publiques est une excellente idée. Après cinq ans de transition dirigée par un type dont la seule université a été les dance-floors, Madagascar s’est enfoncé dans un ensemble de problèmes socio-économiques gravissimes. Les besoins sont donc innombrables pour relancer le processus de développement. Il y a des routes à réhabiliter ; la sécurité urbaine et rurale à assurer ; des enseignants FRAM à payer ; des centres de santé à remettre à flots ; les criquets à éradiquer ; les ordures à enlever ; le secteur privé à soutenir ; Air Madagascar à sortir des zones de turbulence etc. Face à tous ces défis, la recette des bois précieux, estimée à 20 millions d’euros, serait donc appréciable.

Mais de manière spécifique, la vente de bois de rose ne sera une excellente idée que dans des conditions extrêmement solides de bonne gouvernance et de transparence, aussi bien sur l’origine des bois vendus que de la destination du produit des ventes. Or, dans le flou non artistique total qui règne actuellement sur le secteur, la mise en œuvre d’une vente ne fera que profiter aux trafiquants et à leurs complices, et favoriser de nouvelles coupes. Quand l’État n’a manifestement pas la capacité à assurer son autorité sur l’étendue du territoire à sa charge, ni dans ses parcs nationaux, ni dans les entrepôts de bois de rose saisi et placé sous sa garde (dont certains sont dans des camps militaires), ni le long de ses côtes, on se demande comment une vente de bois de rose dans ces conditions pourrait-elle véritablement être faite au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, et pas au nom de l’intérêt supérieur de la ration de certains groupes de la winning coalition aux commandes depuis la Transition, et ont l’appétit nécessaire pour manger la manne du bois précieux depuis des années [1].

Malgré les déclarations grandiloquentes de Monsieur Rajoelina, du Premier ministre Beriziky, du Premier ministre Kolo et du Président Rajaonarimampianina, force est de constater que chaque semaine apporte son lot de nouvelles sur des bateaux attrapés avec des cargaisons de bois de rose dans des ports en Afrique ou en Asie. Si ces bateaux sont arrivés là, c’est qu’ils ont bien dû partir de quelque part. Et s’ils sont partis, c’est que beaucoup de monde a fermé les yeux, du fait d’incompétence, d’impuissance ou de corruption. Et on peut se demander à quoi sert aux contribuables la plus-d’une-centaine de généraux qu’ils payent à ne rien, faire, au vu de leurs résultats dans la lutte contre le banditisme, les dahalo et la protection des côtes.

Mais il y a sans doute des opportunités d’avancer des pions. « L’accès à l’information traduit concrètement le droit des citoyens à connaître les fondements des décisions prises par toutes administrations publiques. Ce droit constitue la base de la bonne gouvernance. Un projet de loi existe depuis 2008 mais son adoption n’était pas encore rendue possible au vue du contexte de transition politique » affirme le communiqué du Conseil des ministres en date du 10 juillet 2014. Il faut donc que la société civile prenne l’État à son propre jeu en exigeant la publication de certaines informations sur les propriétaires de stocks et de bateaux saisis, et demander des comptes sur le suivi de ces affaires qui paraissent dans la presse. La transparence de l’information et le refus de l’impunité sont déjà de bonnes étapes vers l’état de Droit [2].

Nous avions déjà eu l’occasion d’exprimer notre scepticisme sur l’efficacité à attendre de la lutte contre ce trafic (relire à ce propos Ça ne sent pas la rose, sauf celle du bois, daté du 22 avril 2014 mais qui reste toujours d’actualité sur la question des réseaux). Ce qui a changé depuis, c’est que le Comité de pilotage (impuissant et inefficace) a été dissout au profit d’un Comité interministériel dont ont été exclus les empêcheurs de tourner en rond, à commencer par la Banque mondiale et l’Alliance Voahary Gasy. Le ministre Anthelme Ramparany a donc eu les mains libres pour tripatouiller un plan d’action foireux qu’il est ensuite allé présenter à la CITES à Genève au mois de juin. Et ce qui doit arriver à tous les plans foireux arriva : Fiasco total, ont titré nos confrères de la Gazette de la Grande Ile. La copie doit donc être revue et corrigée. Mais d’ici là, combien de bateaux chargés de bois de rose vont encore être attrapés à Zanzibar, Singapour, Mombasa, Colombo ou ailleurs ?

"Nofinofy mbola sarotra amboarina, Ny ho avin’ity Gasikara" (Gangstabab)

Notes

[1Et on, se demande aussi quel est l’intérêt dans ce contexte de revendiquer les fameuses îles éparses, alors que l’État n’est même pas fichu de veiller sur l’île non éparse.

[2L’expérience d’autres pays montre que la société civile peut conquérir des luttes qui semblent perdues d’avance, comme au Gabon où Marc Ona Essingui a reçu le Prix Goldman 2009 (l’équivalent du Prix Nobel dans l’environnement) pour avoir su s’opposer à l’État et aux intérêts économiques pour protéger la forêt gabonaise.

41 commentaires

Vos commentaires

  • 21 juillet 2014 à 09:45 | Rakotozafy (#1655)

    Le Ministre de l’nvironnement a peut être raisonner que ça ne fait qu’un Ariary par habitant, c’est insignifiant !

    Je lui suggère de les donner aux producteurs de charbon de bois, de cette manière on sauve nos forets.

    Evidemment c’est une manière de se moquer de lui.

    • 21 juillet 2014 à 09:47 | Rakotozafy (#1655) répond à Rakotozafy

      Mille excuses c’est un Euro et non un Ariary

    • 21 juillet 2014 à 16:23 | Bena (#2721) répond à Rakotozafy

      cela devient très sensible car on risque la prison dès qu’on touche au gros ...poissons.

  • 21 juillet 2014 à 10:01 | Jipo (#4988)

    Ndimby bonjour et merci pour ce retour tant attendu .
    En effet , cette initiative de bruler ce bois est à l’ image de la gestion ( catastrophique ) de tout ce monde qui jette l’ argent qu’ il n’ a pas par les fenêtres, ne dit-on pas que l’ homme ne respecte que ce qu’ il a durement acquis ?
    Concernant toutes ces aides , tombées du ciel , pour ne pas dire du camion, comment voulez-vous qu’ ils soient capables d’ en faire un usage autre ? .
    Oui ce bois doit etre vendu, en toute transparence, et les trafiquants dénoncés et emprisonnés, aussi ministres soient-ils .
    Pas d’ impunité pour ces profiteurs sans scrupules .
    Merci à vous et bonne journée .

  • 21 juillet 2014 à 10:14 | manga (#6995)

    La décision prise me laisse perplexe dans tous les cas de figure :
    - Un rapport d’expertise s’avère indispensable avant toute décision.
    - Le terme "destruction" pour des produits locaux n’est valable que pour des denrées pouvant nuire à la santé d’autrui
    - Le taux de dépréciation varie selon le cas, donc dire que le lot est voué à la destruction confirme que le Gouvernement a opté la "solution de facilité" : réduire en cendre toute une richesse ne fait qu’appauvrir
    - A supposer que telle est la seule et unique voie : beaucoup de choses se cachent derrière et ce n’est que pour protéger les acteurs pour alléger voire camoufler les crimes commis.
    - Les artisans locaux avaient soumis une proposition équitable à ce sujet.
    - Si Destruction en vaut, le foyer est composé à 80% de ruraux qui ne peuvent avoir accès ni à l’électricité tant bien qu’au gaz.
    Me permettant d’aborder le deuxième volet :
    - Si le gouvernement se permet de ne pouvoir sauvegarder ses biens chez lui, comment peut-il prétendre obtenir gains de cause sur les produits qui ont été frauduleusement exportés ?
    - En avouant qu’il est impossible de les rapatrier
    - En les mettant sur le marché (enchères) où le prix sera uniquement fixé par les "interessés",
    - Frais de douanes, d’emmagasinage et dérivés, transports déduits.
    Ne sont autres qu’une prétention bien déplacée pour en tirer bénéfice.
    Rien que des zones d’ombre qui riment avec incompétence ou conspiration de la part du Gouvernement pour être plus précis

    • 21 juillet 2014 à 15:44 | Isandra (#7070) répond à manga

      Les posts de Manga de ce dernier temps,...fustigent les actions de ce régime,...c’est une déviation ou un réveil,...Nous vous avons déjà prévenu, on ne pourra pas espérer grande chose de cette équipe des apprentis,...

  • 21 juillet 2014 à 10:15 | Isandra (#7070)

    Ndimby ré-apparaît encore une fois comme d’hab avec des griffes réservées uniquement contre Rajoelina,...même si celui-ci quitte le pouvoir, il y a plus de six mois...,

    Il feint d’oublier que c’est Hery maintenant le Président qui a plus que plein pouvoir de diriger le pays, faute d’opposition sérieuse,...et que Rajoelina ne détient plus aucun pouvoir de décision, ni de pression,...n’etant plus responsable de la situation de notre pays actuel,...si les choses ne bougent pas,...ce n’est plus sa responsabilité, d’autant plus ce régime a ignoré son offre de collaboration.

    Il feint d’oublier que cette trafic de bois de rose a commencé avant même la transition,...Ra8 n’avait-il pas promis qu’il va l’éradiquer...est ce qu’il y a réussi..?

    • 21 juillet 2014 à 10:37 | Rakotozafy (#1655) répond à Isandra

      Vous parlez du DJ qui a quitté le pouvoir depuis 6 mois et faites allusion à R8 qui l’a quitté depuis 5 ans, où est la logique ?

    • 21 juillet 2014 à 10:54 | Isandra (#7070) répond à Rakotozafy

      La logique...! Demandez à Ndimby, pourquoi a t il feint d’oublier de mentionner les noms de Ra8 et Gle Rabemanjara...,comme si ce trafic n’a existé que durant cette transition...?

    • 21 juillet 2014 à 11:08 | betoko (#413) répond à Isandra

      Effectivement Isandra ,

    • 21 juillet 2014 à 11:13 | betoko (#413) répond à Rakotozafy

      Je reviens à votre réponse concernant le retour de Marc Ravalomanana , Vous avez dit samedi dernier que son retour serait bénéfique pour la nation , franchement je pense que ce sera le contraire , ,car des troubles seront à craindre , et sûr et certains que les pro-Ravalomanana de toute tendance n’accepteront jamais qu’on le juge

    • 21 juillet 2014 à 11:17 | Rakotozafy (#1655) répond à Isandra

      C’est de vos réactions que je me posais la question de la logique, car vous reprochez les critiques qu’on adresse au du DJ qui a quitté le pouvoir depuis plus de six mois et vous ne manquez pas de soulever le cas de R8 qui a quité le pouvoir il y a plus de cinq ans

    • 21 juillet 2014 à 11:22 | Rakotozafy (#1655) répond à betoko

      Je fais partie des gens qui disent que le retour de R8 est bénéfiquement pour l’économie et surtout pour la stabiité.

      J’aimerais connaitre vos arguments pour etayer vos propos.

      Pour ma part le DJ a laissé une situation tellement catastrophique que n’importe qui peut faire mieux, 2% de croissance 8 % d’inflation sans parler de la balance de paiement, de la justice, de la liberté en général.

    • 21 juillet 2014 à 11:25 | manga (#6995) répond à betoko

      Betoko,
      Votre crainte est là votre, on ne demande que respecter la teneur de la FdR telle comme elle l’est. Quant au pouvoir de décision, laissons la Justice faire son travail en toute équité, elle ne devra en aucun cas permettre à ceux qui en ont envie d’être au-dessus de la Loi.

    • 21 juillet 2014 à 12:15 | Isandra (#7070) répond à Rakotozafy

      C’est oubli de Ndimby de mentionner Ra8, pourtant dans son époque ce trafic a déjà existé,...que je voulais mettre en exergue sur mes dernières phrases...et je ne fait que rappeler les faits, ne dis aucun moment non plus que celui-ci est le responsable de la situation actuelle..., même s’il ne peut pas nier qu’il était co-responsable de près et de loin de l’enlisement de cette crise, d’où la prolongation de cette transition...

    • 21 juillet 2014 à 16:17 | Isandra (#7070) répond à Rakotozafy

      Rajoelina a pu atteindre 2% de croissance, malgré la crise(il ne fallait pas oublier...), les blocages de tous azimuts manigancés par Ra8,...alors que ce dernier n’avait pu faire que 8%,..pourtant, il a bénéficié des financements et des aides des milliards de dollars.Il y a des réalisations certes, mais, elles ne sont pas proportionnelles aux fonds utilisés,...

    • 21 juillet 2014 à 17:48 | Rakotozafy (#1655) répond à Isandra

      Mais qui a provoqué la crise, c’est bien le DJ non, il a promis de tas de choses durant 5 ans et la croissance est restée à 2%.

      Si vous pensez que 8 % est insignifiant, je vous demande de citer des pays qui ont fait ce taux sans l’exploitation du sous-sol ?

      Au passage le DJ s’est servi de la richesse du sous-sol pour faire ce taux. Et la population n’en a même pas profitée.

    • 21 juillet 2014 à 18:47 | Isandra (#7070) répond à Rakotozafy

      Donc pour vous, c’est le record du monde,...le meilleur Président du monde...Si l’on ne regarde que le taux, vous avez tout à fait raison, toutefois, quand on compare sur le PIB par Habitant, et la croissance en dollar, vous pourriez changer d’avis :

      - Prenons le PIB par habitant de Brésil : 11.400 avec taux de croissance 7%, ce qui donne une croissance de 746$ par habitant.

      - Maurice à coté de nous, PIB/habitant : 8.120, croissance en taux 4%, en dollars 313/habitant.

      - Notre PIB par habitant 1.011 avec 8% taux de croissance, ce qui en résulte une croissance en dollar de 75 par habitant.

      Plus le PIB est élevé, plus le taux baisse.

    • 21 juillet 2014 à 18:49 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Qui a provoqué la crise..? c’était Ra8,...personne ne l’avait obligé de verrouiller tous les appareils administratifs aux opposants, de fermer leur radios,...Voilà l’origine de cette crise.

    • 22 juillet 2014 à 09:31 | Rakotozafy (#1655) répond à Isandra

      Ce n’est pas le record du monde : mais c’est une performance pour un pays qui n’a pas exploité le sous-sol.

      Dans tous les cas figure les taux de croissance ne se comparent pas, parce qu’elles n’ont pas la même origine, pour preuve en France le taux de croissance est < à 2% et on y vit mieux qu’à Madagascar.

      le PIB par habitant ne veut rien dire non plus, car tout dépend du coup de la vie dans le pays, donnez l’équivalent de un Dollar par jour à une famille elle vivra mieux que celle qui percoive le SMIG.

      Concernant la crise, certes du temps de R8 ce n’était pas le paradis ; mais durant les 5 ans du DJ c’est l’enfer ou pire, on revient 40 ans en arrière.

  • 21 juillet 2014 à 11:05 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    Dans de telles situations, l’absence de décision de nos gouvernants favorise le reste.
    Il ne faut pas s’étonner si tout le monde en profite pour se servir à leurs guises sur les richesses appartenant à des fous (Harenan’adala tompo).
    Et ceux qui sont au pouvoir disposent toujours d’une longueur d’avance dans cette situation et la population n’auraient plus que ses yeux pour pleurer ou ses espoirs pour vivre comme le dernier des imbéciles.

  • 21 juillet 2014 à 11:21 | betoko (#413)

    Tout le monde connait tous les barons du trafic des bois de rose , et personne n’ose les arrêter , on se demande pour quoi ? Pourtant Hery Rajaonarimampianina nous parle tout le temps du rétablissement de droit
    Autre chose , l’ambassadeur SUISSE avait déclaré dans le journal de la gazette de la grande île que c’est une fierté pour la Suisse d’avoir un compatriote comme premier ministre malgache .
    Ah je ne savais pas que KOLO Roger possède aussi la nationalité suisse , donc il a trois nationalité, malgache, française, et suisse . A Dieu les îles éparses et si c’était le cas on pourrait traduire KOLO Roger de haute trahison un jour , s’il nous vende nos îles éparses

  • 21 juillet 2014 à 11:29 | rasoulou (#4222)

    Le bois de rose c’est comme le TECK . BOIS DE VENE au Viet-Nam : imputrescibles, spécial pour les meubles de jardin (ne s’abîme pas même sous la pluie) ou autres : statuettes, sculptures, coffres etc....

    • 21 juillet 2014 à 11:34 | rasoulou (#4222) répond à rasoulou

      Malgré le fait que les deux bois sont incomparables : le bois de rose a de grand valeur que le Teck et le Pallissadre......!

    • 21 juillet 2014 à 11:34 | rasoulou (#4222) répond à rasoulou

      grande valeur

  • 21 juillet 2014 à 11:34 | VVSII (#7949)

    Bonjour,

    http://siteresources.worldbank.org/INTMADAGASCARINFRENCH/Resources/VersUnAgenda.pdf

    C’est lundi, c’est cadeau. Juste pour rétablir certaines vérités et démystifier la légendaire réussite économique de Ravalomanana. Au passage un bilan incontestable de la situation qui prévaut à Madagascar. 2010 n’est pas si loin et reste d’actualité. Et... miraculeusement, un listing de pistes à travailler pour un essor durable. On regrettera seulement de ne jamais rencontrer de technocrates malgaches exposant ce genre d’analyse. On regrettera de constater que le travail existe mais qu’il n’est guère pris en considération par nos politiques. Mais pas de quoi s’étonner après tout. Tout ce qui vient de l’extérieur et qui n’est ni sonnant, ni trébuchant est refusé en bloc. Encore plus quand cela vient de la Banque Mondiale. De toute façon monotâche, il faut croire que le peuple malgache, en tout cas celui connecté, préfère cancaner sur le retour improbable du laitier en chef. Et brûler ses richesses. Un peu comme le palais de la Reine...qui je suppose, souffrirait encore quelques aménagements en bois de rose.

    • 21 juillet 2014 à 12:48 | VVSII (#7949) répond à VVSII

      2008 et non 2010

    • 22 juillet 2014 à 09:23 | olivier (#7062) répond à VVSII

      Merci pour le lien..

      Prendre en considération le travail de J. Morisset équivaut a reconnaitre ses torts...pour une classe politique d’un niveau abyssalement bas...ainsi que pour de pseudo-intellectuels de salon, plus aptes à donner des conseils qu’à les mettre en application eux même...

      Voilà pourquoi, et vous le dites mieux que moi, les partisans de Pierre Paul ou Jacques préfèrent garder leurs oeilleres et justifier l’injustifiable...

      Tant qu’il y aura de (fausses) bonnes excuses...la vie sera plus facilement supportable pour tous les menteurs et néanmoins incapables...

      OR

  • 21 juillet 2014 à 13:06 | Tojo (#6209)

    Je suis d’accord avec cet article mais puisqu’il s’agit de Ndimby, j’émets toujours un certain bémol : Dans le fond, il n’y a rien de faux dans l’article et il a raison de dénoncer toutes les co.neries de l’actuel régime. Sauf qu’il n’y a rien là qui pourrait nous pousser à "ricaner" car la situation ne fait pas rire, du tout.

    Ensuite, le fait que Ra8 soit à l’origine des trafics de bois de rose importe peu maintenant puisque le bonhomme est en exil, et depuis 6 ans, ceux qui l’ont succédé ne l’ont jamais condamné pour ce trafic de bois de rose. Donc, on peut attaquer Ra8 pour autre chose mais pas pour le cas de bois de rose et surtout lorsque les plaignants sont les pires des trafiquants de bois de rose (Rajoelina et Hery).

    En outre, Ndimby doit comprendre c’est son entêtement à vouloir défendre Ra8 coûte que coûte qui a poussé Hery à se faire élire président. Il a même cru un moment que l’ouverture "feinte" de Hery envers le TIM de guy Rivo était sincère. Cela m’a énormément étonné, de la part de Ndimby, lui qui est né et a vécu et vit encore dans la culture d’ikotofetsy sy Imahaka comme l’actuel président. Maintenant que le HVM culbute le TIM, Ndimby prétend retrouver sa langue et et sa plume. Donc, peu crédible.

    Une leçon qui peine à entrer dans la tête de tous ceux qui soutiennent encore Ra8 : Tant que vous présentez Ra8 comme une alternative, alors ses successeurs pourront prétendre rester longtemps au pouvoir, car Ra8, le peuple l’a honni. Cherchez donc une autre alternative. Vous n’en avez donc réellement plus ? Pourquoi se soumettre à une telle ruine ?

    Enfin, le retour de Ra8 à Madagascar ne devrait même pas être un problème. les successeurs de Ra8, sont Rajoelina et Hery. Deux blaireaux de Tananarive. Aucun des deux ne maîtrisent Tanà. Donc, tant que le président est natif de Tanà et issu des trafiquants, Ra8 restera en exil à jamais. Ce n’est pas que Ra8 sait mieux qu’eux pour diriger le pays, mais parce que Ra8 se montre plus fort qu’eux en magouilles et aux jeux criminels s’il revienne au pays, donc Ra8 va les pourchasser et les culbuter jusqu’à tsiafahy.

    Je m’interroge sincèrement : Cela fait 13 ans ininterrompus que Madagascar est gouverné par les enfants d’Antananarivo, et on a assisté à une constante logique de BAROA. Y-a-t-il de cause à effet à cela ? Car ce n’est pas possible que Antananarivo n’arrive pas à enfanter un président autre que des pires des espèces : un laitier, un dj et maintenant un comptable parricide. Qu’est ce qui se passe les enfants ?

    • 21 juillet 2014 à 14:03 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Tojo

      Bonjour,

      C’est parce que les enfants d’Antananarivo confectionnent les règles du jeu tout en restant également Joueurs et Juges-Arbitres et qu’ils ne crachent pas sur la richesse mal acquise même s’ils se déclarent tous comme étant de bons chrétiens.
      Et la suite c’est le pays et sa population qui trinquent.

    • 21 juillet 2014 à 15:27 | Rakotozafy (#1655) répond à Tojo

      C’est triste de raisonner ainsi, pour ma part il n’y a qu’un seul Gasy à Dago.

      Comment voulez-vous sortir de la pauvreté en mettant en évidence les origines des Dirigeants ? Comme si ce fait est un critère immuable de l’intelligence.

    • 21 juillet 2014 à 16:01 | elena (#3066) répond à Tojo

      C’est curieux, j’ai beau chercher mais dans le texte de Ndimby je ne vois pas où il parle de Ra8,j’ai peut-être mal lu.
      Il y en a toujours qui trouvent le moyen de parler de Ra8, attendez donc qu’il soit là et qu’il agisse. Décidément pour certains, Ra8 est une obsession. Profitez qu’il soit en exil, ne parlez pas trop de lui, vous allez finir par le faire rentrer à force de penser à lui !!!!
      Au moins avec vous, on ne l’oublie pas.
      C’est comme les MacCain(cf jipo !!)
      Et bravo pour le retour de Ndimby.

    • 21 juillet 2014 à 16:40 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à elena

      Face c’est ANR et pile c’est RA8 donc il serait impossible d’écrire sur l’un sans se référer à l’autre implicitement.

    • 21 juillet 2014 à 17:23 | Isandra (#7070) répond à Tojo

      Si on suit bien votre raisonnement, peut être, les enfants de fianarantsoa qui pourraient nous sortir dans cet mer..dier,... :), car n’oubliez pas, non plus que Madagascar avait été dirigé par les enfants des autres provinces que fianar et Tana pendant 45 ans,...

      Tout cela nous prouve que ce n’est pas question ethnique, ni question de connaissance qui nous bloque, c’est une question d’état d’esprit,...

    • 21 juillet 2014 à 18:54 | elena (#3066) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Oui, mais ANR fait partie maintenant du passé et RA8, dont on parle tant, fait partie d’un proche avenir. Inch Allah !

  • 21 juillet 2014 à 14:02 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Le contexte et environnement qui entourent le traffic de Bdr à Madagascar ne font que mettre en exergue l’hypocrisie typiquement malagasy, et à la longue, tout le monde finira par considerer ce traffîc comme étant un moyen hors institution de redistribution de richesse au profit de ceux...qui sont aptes à contenir et manipuler, et entretenir et canaliser la mentalité des pauvres de ce pays vers le progrés.
    Mais le progrés en question est celui voulu et souhaité par la nouvelle classe de bourgeoisie locale créee par la transition, des petits modèles de Ravalomanana qui vont dominer le monde politique et économique dans les régions.
    Les membres de cette nouvelle bourgeoisie font déja partie des institutions qualifiées de démocratiques de ce pays, à la fois du pouvoir executif que législatif, et ils seront aussi les futurs partenaires des investisseurs étrangers qui vont oeuvrer dans l’exploitations des ressources du pays.
    L’Indonesie de Suharto, la Corée du Sud, la Thailande, et actuellement Myanmar et l’Egypte ont pratiqué cette manière selon les époques du démarrage de leur développement au vu et au su des puissances étrangères et des bailleurs de fonds. Ces derniers s’accomodent fort bien de cette pratique car elle améliore l’efficacité des investissements en réduisant les pots de vin à faire car les décideurs locaux sont aussi des entrepreneurs en quête de profit.

    Les puissances étrangeres et bailleurs de fonds ont des redoutables moyens de pression pour faire arrêter ce traffic s’ils le veulent mais ils ne s’y sont pas impliquer efficacement pour le faire. Car ils veulent travailler avec des politiciens qui leur sont redevables. Ainsi, les acteurs politiques agissants sont limités à quelques dynasties familiales, gages de stabilité. Bref, Madagascar est en train de s’embarquer dans cette aventure.

    • 21 juillet 2014 à 19:53 | Jipo (#4988) répond à Vohitra

      Entre politichiens redevables ou politichiens corruptibles , il semble que la corruption en arrange plus d’ un, et certains acteurs économiques nationaux l’ ont compris depuis belle lurette .
      Quand on est riche à milliards , dans une monnaie de singe, dont aucun Pays ne veut , autant l’ utiliser pour le pouvoir , ce qu’ ils font .

  • 21 juillet 2014 à 15:05 | jules (#2904)

    En fait, tout est pourri ou en passe de l’etre à Mada, le seule truc qui ne pourrisse pas c’est le bois de rose....

    • 21 juillet 2014 à 17:09 | Isandra (#7070) répond à jules

      Comme la mentalité de Jules, d’ailleurs,...

  • 21 juillet 2014 à 20:23 | jules (#2904)

    le vol reliant Marseille-Moroni de la compagnie Air Madagascar prévu jeudi 17 juillet a connu un retard de 40 heures suite à un problème technique, a-t-on rapporté. D’après un responsable auprès de la Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile Sud-est, "il s’agissait d’un contrôle technique d’exploitation. Nous avons repéré plusieurs choses qui n’étaient pas conformes aux normes, et qui pouvaient engager la sécurité des passagers", a-t-il souligné.
    La question qui reste en suspend ,c’est de savoir quand va se crascher un avion d’airmad....

  • 22 juillet 2014 à 13:29 | jansi (#6474)

    Le bois de rose fait des victimes collatéraux bien différents des véritables trafiquants, commanditaires et autre hommes de mains : journalistes, tangalamena, etc...
    Il est plus qu’urgent de traiter ce dossier avec le plus d’attention et d’efficacité jusqu’à la condamnation des vrais coupables du trafic.

    Autrement, les responsables étatiques doivent savoir supporter les critiques sur leur laxisme et leur incompétence.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS