Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 25 avril 2019
Antananarivo | 08h29
 

Editorial

Ho aiza ?

vendredi 11 janvier 2013 | Sahondra Rabenarivo

Quand j’ai commencé ma carrière professionnelle aux Etats-Unis, c’est-à-dire quand j’étais en bas de l’échelle hiérarchique des juristes de mon cabinet, ma tâche principale était de compiler et de mettre à jour ce qu’on appelait une « closing checklist ». C’était la liste de tout ce qu’il fallait faire avant de pouvoir clôturer une transaction (une vente, un prêt, un IPO [1]). Une checklist pouvait faire une trentaine de pages, et les réunions hebdomadaires puis quotidiennes des équipes travaillant le dossier, permettaient à la junior de service de noter, au fur et à mesure, les tâches accomplies. Le closing – le transfert des fonds—aurait alors lieu quand tout était complet. Souvent, il y avait une date butoir très stricte à respecter.

Une version ou une autre de la closing checklist perpétue, consciemment ou inconsciemment, nos vies professionnelles et privées : le plan de travail annuel, la planification d’un important événement familial, les projets personnels. Car, normalement, le progrès, comme la vie, se fait petit à petit, un jour à la fois.

Il nous faut une closing checklist pour la sortie de crise. La feuille de route en est une ; mais de manière très générale. Personne ne semble avoir fait le plan de travail et le calendrier pour sa mise en oeuvre intégrale. La liste, pour être efficace, doit être intégrale et prévoir tous les détails, tous les acteurs. Elle doit surtout englober la volonté des parties à clôturer l’affaire. Or, comme par exemple pour la rubrique loi d’amnistie, il y avait des tâches et actions qui allaient bien au-delà du simple vote de la loi. Mais on s’est quasiment arrêté là, après l’avoir concocté de manière sournoise.

Même scénario pour les élections. La liste électorale pour 2013 doit être entérinée, c’est-à-dire saisie, imprimée, vérifiée par les électeurs et corrigée à nouveau, avant le 15 avril 2013. On semble, apparemment, être à la fin du recensement, mais je me demande... Par ailleurs, nul ne peut être candidat s’il n’est pas inscrit sur la liste électorale, et nul ne peut être inscrit s’il est condamné pour quelque raison que ce soit. Sur la checklist alors : la liste électorale qui devrait venir après la loi d’amnistie doit être clôturée pour pouvoir établir la liste des candidats, qui est nécessaire pour établir le bulletin unique qui devra être expliqué au peuple, avant que celui-ci ne vote. On travaille les étapes en désordre.

Enfin, pour le pays, en voilà une bien bonne et compliquée checklist, car par quel bout commencer , n’est-ce-pas ? Contrairement à la culture actuelle d’enrichissement sans cause, de belle voiture et sac Hermès sans avoir travaillé (ou pire, avoir volé), le progrès ne peut venir que par une approche systématique, lente, pleine de sacrifices et de checklist après checklist, secteur par secteur, d’année en année. Pas de promesses présidentielles farfelues ou de réalisations passagères mais de développement véritable et durable : une nouvelle route ici n’effacera pas le manque d’entretien et la dégradation des milliers de kilomètres d’autres routes là-bas. Le progrès, ce n’est pas un hôpital construit, c’est l’amélioration de l’état de santé de tous. C’est bien plus difficile. Le prochain président ne fera que poser les fondations de la reconstruction, et encore, car il y aura beaucoup, beaucoup de dégâts à nettoyer d’abord. Arrêtons de croire au miracle.

Ce dont on n’a pas l’impression à Madagascar est de travailler tous vers un même objectif, vers un closing. Chacun fait ce qu’il veut, dans une anarchie et un égoïsme perpétuels. Ho aiza ihany ary isika izany ? Apparemment pas là où la majorité veut aller. Pas vers la sortie de crise. Par vers le progrès. Au moment où la junior va cocher la case « ni-ni » comme « accomplie », on change unilatéralement, avec mégalomanie et égoïsme, la donne. On se demande alors quel sera la checklist du plan B - le « et, et » -, et toutes les étapes et échéances pour y arriver. Ho aiza ? Ary oviana vao ho tonga ?

Notes

[1IPO : Inital public offering

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS