Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 4 mars 2021
Antananarivo | 02h20
 

Tribune libre

Pétition

Halte aux expulsions des familles malgaches

mardi 21 février 2012

Destinataires : Monsieur Le Président de la Transition,Monsieur Le Premier Ministre, Monsieur Le Vice Premier Ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Madame le Ministre de la Justice, Madame Le Ministre de la Population, Madame Le Ministre des Mines, Monsieur Le Ministre de l’Agriculture, Monsieur Le Ministre de l’Environnement et de la Forêt, Monsieur Le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Le Ministre du Tourisme,

Collectif pour la Défense des Terres Malgaches - TANY
Maison des Associations du 11ème arrondissement - Boîte 89
8, rue du général Renault - 75011 - PARIS

à

Monsieur Hajo ANDRIANAINARIVELO
Vice Premier Ministre en charge du Développement
et de l’Aménagement du Territoire
ANTANANARIVO

Monsieur Le Vice Premier Ministre,

La pétition intitulée HALTE AUX EXPULSIONS DES FAMILLES MALGACHES ET A L’ACCAPAREMENT DES TERRES A MADAGASCAR que le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches–TANY avait adressée aux autorités malgaches au mois de septembre, continue à être signée par de nombreux citoyens du monde

En effet, aucune décision ni mesure concrète pour empêcher les expulsions de familles malgaches des terres sur lesquelles elles vivent, souvent depuis plusieurs décennies, n’a encore été prise par les autorités, alors que la majorité des familles ne dispose d’aucun recours.

Nous transmettons de nouveau la pétition en vous demandant d’agir pour arrêter définitivement les expulsions et de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les populations.

Comptant sur une prompte réaction de votre part dans le sens de la sauvegarde des intérêts de la majorité de la population malgache et de la défense de la souveraineté nationale

Nous vous présentons, Monsieur Le Vice Premier Ministre, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Au nom
- des membres du Collectif pour la Défense des Terres Malgaches – TANY
- et des 6207 citoyens résidant dans les pays suivants – Madagascar, France, Angleterre, Belgique, Angleterre, La Réunion, Suisse, Allemagne, Canada, Italie, Etats-Unis, Sénégal, Nouvelle-Calédonie, Espagne, Australie, Portugal, Grèce, Luxembourg, Polynésie Française, Martinique, Guadeloupe, Côte d’Ivoire, Guyane française, Mali, Afrique du Sud, Autriche, Algérie, Burkina Faso, Danemark, Ecosse, Indonésie, Kenya, Maroc, Maurice, Niger, Norvège, Andorre, Arabie Saoudite, Argentine, Bénin, Corée du Sud, Ethiopie, Finlande, Guinée-Bissau, Inde, Irlande, Japon, Maurice, Mauritanie, Mayotte, Mexique, Monaco, Nicaragua, Nigeria, Pays-Bas, Philippines, Puerto Rico, Qatar, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Roumanie, Suède, Tanzanie, Thaïlande, Tunisie – qui ont signé à ce jour la pétition sur le site du Collectif TANY ou de notre partenaire Cyberacteurs.
http://terresmalgaches.info/spip.php?article40
http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=452

Paris, le 20 février 2012

Mamy Rakotondrainibe, présidente du Collectif TANY

patrimoinemalgache@gmail.com
http://terresmalgaches.info
http://www.facebook.com/TANYterresmalgaches


HALTE AUX EXPULSIONS DES FAMILLES MALGACHES ET A L’ACCAPAREMENT DES TERRES A MADAGASCAR

Les expulsions de familles malgaches des terres sur lesquelles elles vivent, souvent depuis plusieurs générations, sont de plus en plus fréquentes et massives. Cette situation est devenue intolérable à Madagascar.

La majorité des familles ne disposent d’aucun recours. En cas de conflit, seule la possession d’un titre ou d’un certificat foncier permet d’entreprendre des actions en justice.

Mais un dixième seulement des terrains a fait l’objet d’immatriculation et de certification.

De nombreuses surfaces ont gardé leur statut colonial. Elles ne peuvent pas faire l’objet d’une demande de certificat foncier et les démarches pour l’obtention d’un titre ne sont pas à la portée des populations.

De nombreuses familles expulsées ne reçoivent strictement aucune compensation. Des indemnisations sont quelquefois prévues, sans règle précise, et leurs montants s’avèrent dérisoires par rapport aux préjudices subis.

Les causes d’expulsions sont multiples :

- La vente ou la location d’un terrain à un investisseur national ou étranger en vue de faire de l’agrobusiness ou de construire un complexe immobilier ou touristique
- L’octroi ou la location de terrains d’exploitation minière à une société étrangère par l’Etat
- Le développement des aires protégées de conservation de la nature
- La revendication de terres par des descendants d’un titulaire de titre foncier qui ne se sont pas manifestés pendant des années

L’aggravation et l’ampleur des expulsions s’expliquent par plusieurs aspects.

- On évalue à deux millions le nombre de plaintes déposées par des populations en situation de détresse. A cet égard, l’association des Sans-Abri de Madagascar (Fikambanan’ny Malagasy Tsy Manan-Kialofana) fait surtout mention de terres occupées par des étrangers. Elle revendique la libération des victimes emprisonnées pour avoir résisté.
- Désormais, la distinction entre les investisseurs étrangers et nationaux devient difficile. Auparavant, les lois malgaches interdisaient la vente de terres aux étrangers. Mais depuis 2003, les sociétés étrangères peuvent acheter des terres à Madagascar à travers une filiale malgache.
- Les nationaux participent activement aux accaparements et à la concentration des terres entre les mains de riches sociétés ou personnages, au détriment des simples citoyens et surtout des paysans.
- Selon une circulaire datée du 20 octobre 2010 du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation relative aux procédures d’acquisitions de terrains de plus de 2 500 ha à Madagascar, un « titre spécial » est délivré aux investisseurs pour valider un bail emphytéotique.

Afin de lutter contre les expulsions de familles malgaches et les accaparements des terres à Madagascar, le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches - TANY émet les revendications suivantes :

- Nous demandons l’arrêt immédiat des expulsions des paysans et des populations malgaches de leurs terres. Nous soutenons la lutte des citoyens Malgaches des villes et des zones rurales de toutes les régions contre l’accaparement des terres et dénonçons les actes de corruption liés à ce phénomène actuel à Madagascar.
- Les responsables et les autorités malgaches doivent protéger les droits des familles, qui vivent depuis plusieurs décennies sur des terres qu’elles ont mises en valeur, et agir rapidement pour trouver des solutions efficaces.
- Nous exigeons la transparence totale sur les ventes de terres et contrats de location signés dans le passé pour que les citoyens malgaches soient informés de l’état actuel des ventes réalisées et baux emphytéotiques contractés. Il est urgent de mettre en place des structures et procédures impliquant les populations concernées ainsi que la société civile dans toutes les transactions avec les investisseurs étrangers et nationaux sur les terres, dans tous les domaines notamment agricole et minier.
- Les autorités et responsables malgaches à tous les niveaux doivent interdire immédiatement la vente de terres aux étrangers. Elles doivent publier les termes et critères d’approbation des contrats de location de terrains prévus par la circulaire du 20 octobre 2010. Expulsées de leurs terres, les populations malgaches se retrouvent sans abri, sans travail, sans possibilité de se nourrir, de développer leur savoir-faire et leurs cultures traditionnelles. Les transferts de vastes surfaces ont des conséquences irréversibles en termes d’appauvrissement et de perte de souveraineté des Malgaches.
- De nouvelles règlementations sur les investissements et des lois favorables aux populations malgaches les plus vulnérables doivent être mises en place, notamment pour la sécurisation et l’attribution de terres à tous les paysans qui travaillent pour l’agriculture vivrière dans toutes les régions de Madagascar.
- Ni la protection de la nature, de la faune et de la biodiversité malgaches, ni les investissements prétendument nécessaires au développement du pays ne doivent passer par l’expulsion des Malgaches de leurs terres et par la perte de leurs droits élémentaires.
- 80% des Malgaches sont pauvres, la majorité travaille dans l’agriculture familiale. Au lieu d’expulser les paysans malgaches et condamner leurs petites exploitations, il faut plus que jamais les soutenir et les renforcer. Telle est la véritable garantie de l’autosuffisance alimentaire de Madagascar et au-delà d’un développement humain et durable du pays.

Pétition mise en ligne le 4 août 2011

14 commentaires

Vos commentaires

  • 21 février 2012 à 08:50 | mpihomehy (#5162)

    Qu’en est-il alors des terres accaparées par le Monsieur d’Ankadinandriana Atsinanana ? LOL

  • 21 février 2012 à 10:37 | GasyRay Gasy Reny (#2021)

    Toujours cette association de Terres malagasy ! Rentrez au pays pour faire votre lutte ! je vous donnerai volontiers un local à Ambodin’Isotry s’il le faut.
    Dans tous les pays du monde on peut louer des terres aux étragers pour promouvoir le developpement, pourquoi pas à Madagascar. Mais ces gens qui ont fui leur pays veulent le maintenir dans la pauvreté pour qu’ils puissent y venir tous les dix ans en tant que vacanciers d’Andilambato parlant la langue de leur pays d’hôte avec fierté et se croyant des parents riches pour leurs familles pauvres !
    Nulle comme mentalité ! Et le MT qui arrive toujours à denicher ces genres de lettre alors qu’il y a des problèmes plus urgents dans le pays qui ne trouvent pas de place ici !

    • 21 février 2012 à 12:20 | Spikizi (#6238) répond à GasyRay Gasy Reny

      Oui halte aux expulsions mais oui au développement et non à l’anarchie ! cher collectif, pouvez vous nous donner la surface de Mcar ?la surface habitée ?exploitée ?en friche ? ...
      A voir votre "pétition", on dirait que vous aviez qqch contre les agribusinessman non !? avouez-le !

    • 21 février 2012 à 12:30 | hafatra (#1895) répond à GasyRay Gasy Reny

      Atoa/Rtoa Gasyray_gasreny,

      Ireto misy fitsipika vitsivitsy tsara tadidiana :

      1-Na aiza na aiza misy anao dia zonao ny miteny sy mitsikera .

      2-Toraka izany koa dia anjara sy andraikitry ny tsirairay ny milaza sy manambara ny zava-misy sy ny tranga eto an-tanindrazana

      3-Ny tanin’ny malagasy dia tsy entam-barotra fa manana ny hasiny . Azo atao tsara anefa ny mampiasa azy amin’ny famokarana.

      Raiso tompoko ny haja sy voninahitra atolotro anao.

    • 23 février 2012 à 02:03 | Désiré (#6482) répond à GasyRay Gasy Reny

      Monsieur, c’est navrant de vous lire ainsi car ne pensez surtout parce que l’on vit à l’étranger qu’on crie de loin et on ne réagit pas aux souffrances des pauvres gens dans ce pays. Si seulement vous avez assisté au désarroi des paysans d’ Ambalamanasy - TOAMASINA II (Août 2010) voir leurs maisons détruites par ordre d’ un dénomé H. et qui lui actuellement continue de térroriser les peuples d’Ambalamanasy, vous n’ oserez jamais vous exprimer comme vous l’avez fait, à moins que vous êtes inhumain aussi. Ce dénommé H. est parait-il un gendre d’un ancien colon qui pose ses piquets de 4 mètres en valiha pour délimiter ses soit-disant terrains. C’EST HONTEUX et INHUMAIN. Je les ai vu de mes yeux, je ne raconte pas de bobard. C’est halucinant ses piquets vous savez !!! Ces paysans ont peur et personne ne les protège. Au nom de quoi ils n’ont pas droit de vivre en paix sur un terrain qui était une forêt vierge avant 1974. Cela fait 30 ans déjà qu’ils l’ont entretenu. Soyez plutôt solidaire envers eux ........

  • 21 février 2012 à 13:18 | che taranaka (#99)

    Ry tapaka sy namana,

    - Aoka hadio ny fo-tsika satria ADIDY amin’ny TANINDRAZANA ny FIAROVANA Azy

    - ADIDIN’NY REHETRA IO FIAROVANA NY TANINDRAZANA IO....na ny eto an-toerana na ny any dilambato...

    - Ilaina ny FAMPADROSOANA ..kanefa tsy HIVAROTRA TANINDRAZANA isika..

    - PARTENARIAT izay ahazahontsika TOMBONTSOA aloha izay vao ny tombotsoan’ny VAHINY no TANJONA...

    matetika anefa dia isika FADIRANOVANA fa ny VAZAHA na ny KARANA (ao afrika io) indray no tafita..

    marina io momban’ny tany fa izany koa ny momban’ny akora-tany...

    FOTOANA NY FITRANDRAHANA IZAO NO MISY ETO DAGO KA AOKA ISIKA HANDRAY ANDRAIKITRA MBA TSY AMPI-DOZA NY TANINDRAZANA SY NY TARANAKA..

    MAHEREZA..MIFANKATIAVA
    MASINA NY TANINDRAZANA

  • 21 février 2012 à 16:08 | valisoa (#6454)

    Bon, cher collectif,

    quand ça vous arrange, il faut rester dans la légalité !
    quand il s’agit des personnes qui occupent ILLEGALEMENT (car pas de papier !!), il faut faire une pétition. Il ne s’agit pas juste de faire des remarques sur tout ce qui bouge pour que l’on voit que vous vous interessez à la vie des malgaches à Madagascar.
    N’est-ce pas juste une façon de vous soulager la conscience ? Au lieu de ça, rentrez chez vous et faites vraiment bouger les choses !!

    Déjà il faudrait qu’une (stupide) pétition ait sa valeur juridique !!

    • 23 février 2012 à 02:06 | Désiré (#6482) répond à valisoa

      Monsieur, c’est navrant de vous lire ainsi car ne pensez surtout parce que l’on vit à l’étranger qu’on crie de loin et on ne réagit pas aux souffrances des pauvres gens dans ce pays. Si seulement vous avez assisté au désarroi des paysans d’ Ambalamanasy - TOAMASINA II (Août 2010) voir leurs maisons détruites par ordre d’ un dénomé H. et qui lui actuellement continue de térroriser les peuples d’Ambalamanasy, vous n’ oserez jamais vous exprimer comme vous l’avez fait, à moins que vous êtes inhumain aussi. Ce dénommé H. est parait-il un gendre d’un ancien colon qui pose ses piquets de 4 mètres en valiha pour délimiter ses soit-disant terrains. C’EST HONTEUX et INHUMAIN. Je les ai vu de mes yeux, je ne raconte pas de bobard. C’est halucinant ses piquets vous savez !!! Ces paysans ont peur et personne ne les protège. Au nom de quoi ils n’ont pas droit de vivre en paix sur un terrain qui était une forêt vierge avant 1974. Cela fait 30 ans déjà qu’ils l’ont entretenu. Soyez plutôt solidaire envers eux ........

    • 26 février 2012 à 20:48 | australe (#4568) répond à Désiré

      Ce qui est honteux c est des Malgaches qui volent des etrangers en les faisants expulses pour leur voler leur investissement comme un certain ANDRIAMISEZA ALAIN ça c est HONTEUX mais c est un fils de magistrat des hauts plateaux alors on couvre bien l affaire

  • 21 février 2012 à 18:12 | Jipo (#4988)

    le collectif fait ce qu ’il peut à son niveau , que chacun fasse quelque chose au lieu de critiquer le premier, qui agit , en se confortant dans son immobilisme, comment voulez-vous que les choses avancent ,
    Si ce que fait le collectif Tany ne vous convient pas , servez-vous en pour faire mieux , au lieu de vous contenter de critiquer comme tout bon cancre qui se respecte.

  • 22 février 2012 à 01:18 | brugola (#6480)

    Ma bravo questo Collettivo, pero’ magari voi la villetta in Francia od in Italia o in riva al mare ve la comprate !! Venite ad investire qui in Madagascar invece di parlare dall’estero

  • 22 février 2012 à 03:17 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Voilà une question récurrente que le Colonel Rarsimandrava s’en est occupée quand il était ministre de l’Intérieur ...
    Depuis, personne ne s’en occupe sérieusement d’où tous nos problèmes fonciers et relationnels... qui concernent tout le monde vivant à M/car, qu’il soit Malagasy ou étranger ... propriétaires, locataires,occupation à titre gratuit, usufruitiers, nu-propriétaires, fermage, bail emphythéotique, ...

    Et cette lacune et abandon minent, qu’on le veuille ou non, notre développement économique en passant par les exploitations minières, forestières, agricoles à l’échelle mondiale ... pour aboutir aux quelques ares de manioc ou de riz ou maïs ... de nos petits paysans.
    Ravalomanana , en passant à la présidence, s’est offert des concessions de rizières à Vohidiala (Ambatondrazaka) ...
    Ni le Bianco, ni le SAMIFIN, ni le Fisc n’ont rien vu ...

    Faire une pétition sur les problèmes fonciers, une interpellation dans ce sens c’est un début mais ’faut faire plus en faisant appel à des lobbies touristiques, écologiques, pharmaceutiques, ... qui en tirent profit de cette lacune de la réglementation foncière à M/car.
    L’art et la manière d’inviter intelligemment ce beau monde à manifester leur volonté.

    Là y a du boulot de longue haleine où pratiquement tous les départements ministériels sont concernés directement ou indirectement.

    Là, il nous faut une loi claire, toute simple suivie de decrets d’application illico-presto au niveau de chaque ministère, d’arrêtés, dans le plus bref délai, au niveau des collectivités locales ... PRATIQUEMENT, au même moment pour ne laisser aucune chance aux opportunistes etc ...
    Autrement, ... On va toujours se faire avoir ...

    Eh oui, c’est aussi simple que çà !

    Facile à dire, soit !

    Mais face à un gouvernement indiscipliné où tout le monde se tire dans les pattes ...
    Un Premier Ministre qui ne se fait pas écouter et respecter, on est loin de sortir de l’auberge.
    - Le ministre de l’Intérieur en grisbi avec ses homologues de la Justice, de la Décentralisation, ...
    - Le ministre du Commerce désobeïssant de son ministre de tutelle, le Ministre de l’Economie et des Finances,...

    Il est clair que l’autorité des ministéres régaliens est sur la sellette. Idem le Premier Ministre, ni écouté, ni respecté par certains membres de son gouvernement... C’est grave !!!

    M. Omer Beriziky risque de se faire taper partout et par tous et toutes ... à cause de sa conception "diplomatique" du pouvoir ...

    Veloma !

    • 22 février 2012 à 04:56 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Le Premier Ministre Jean Omer Beriziky et son Gouvernement de transition représentent l’EXECUTIF et Chef de l’Administration à Madagascar.Point barre.

      Reste au Premier Ministre de démontrer publiquement : QUI EST LE CAPITAINE ??

      Basile RAMAHEFARISOA
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 26 février 2012 à 20:44 | australe (#4568)

    CE COLLECTIF DE DEFENSE C EST VRAIMENT N IMPORTE QUOI
    IL Y A ENORMEMENT DE TERRAINS a Mada, et c est bien que des etrangers puissent en acheter, vous avez peur qu il n’y en ai plus pour vous ?
    Eux ils viennent et ils investissent pour y faire travailler des Nationaux et bien souvent malheureusement des personnes malhonnetes les fonts expulsees pour avoir des terrains avec un bati a moindre cout ?
    Et c est souvent des personnes de Tana qui font ça alors arretez votre blabla et venez investire mon oncle vous preteras un bungalow pour votre association de speudo protection des pauvres, c est vous le danger de notre Pays... Pas ceux qui viennent y investire pour que nous mangions
    Mamy

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS