Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 14 août 2022
Antananarivo | 16h13
 

Economie

Exportation

Filière oignon : Prioriser le marché à l’échelle internationale

vendredi 26 octobre 2007 | Ax’s

Forte d’un rendement de plus de 6000t/an, la production malgache d’oignon traverse cependant un moment de stagnation ces dernières années surtout dans les parties sud de l’île. Certes, la difficulté de la collecte en est le principal obstacle, et le non respect de normes mondiales du calibrage (+45 millimètres) empêche souvent les collecteurs de s’investir. Cette difficulté majeure de normes de qualité, l’absence de certification de sa qualité ferment à ce produit l’accès à d’importants marchés, notamment en Europe et les Etats-Unis. Bien que Madagascar s’ouvre au commerce avec les îles voisines considérées parmi les grands consommateurs d’oignon, la Grande île n’est pas toujours en mesure d’honorer les commandes. Pour le cas d’exportation à l’île Maurice, chaque année la demande est de 9000 tonnes, seulement 6000 tonnes lui sont livrées et les 3000 restantes sont attribuées au marché local et à la consommation.Pour le cas des 11 communes du bassin de Mandrare, principales productrices d’oignon de la région Anosy, elles ont 35 à 40 tonnes de stock d’oignons de l’année 2006. C’est une situation fréquente à laquelle tous les producteurs du pays font souvent face . Ce sont surtout les variétés d’oignon rouge et « Noflaye » qui sont les plus demandées sur le marché. Notons que Madagascar figure au 64ème rang mondial concernant l’exportation d’oignons.Fort heureusement, ces producteurs ont connu un renversement de situation. Récemment, des collecteurs locaux et étrangers sont venus prendre ces stocks pour les écouler
sur le marché mondial. Etant donné que le principal et premier exportateur d’oignon dans le monde, en l’occurrence l’Inde, n’arrive plus à couvrir la demande sur le marché international.

Frappée par les inondations, l’Inde n’est plus en mesure de satisfaire comme d’habitude sa production de 5.500 000 tonnes d’oignons.

En tout cas, c’est une opportunité pour les opérateurs malgaches d’élargir leurs horizons sur le marché international bien que le volume d’exportation demeure insuffisant.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS