Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 12 mai 2021
Antananarivo | 16h22
 

Editorial

En attendant…

jeudi 15 janvier 2009 | RaJean

L’ultimatum d’Andry Rajoelina et consorts a expiré, hier. Très tôt le matin donc, l’on s’est attendu au pire, mais la montagne a semblé accoucher d’une souris. Certes, le maire a fait une déclaration assez tonitruante depuis son bureau de Mahamasina sur la « mauvaise gouvernance actuelle », l’absence de démocratie, selon lui, tout en dénonçant les préjudices et les peaux de banane glissées par le pouvoir dans sa gestion de la ville, essayant ainsi de rallier à sa cause les administrés et partant la population toute entière. Bref, du rechauffé et une stratégie politique des plus classiques. L’ultimatum a fait flop, hier, et cela ne risque –t-il pas de décourager les faucons et les aigris qui auraient voulu une manifestation à la hauteur de la fermeté de celui qui l’a proféré ? Mais, toujours dans son allocution, pour rassurer ses partisans, le maire a encore une fois appelé les habitants de la Capitale à venir le soutenir à Ambohijatovo, la « place de la démocratie » prouvant ainsi que « la lutte continue ». Rendez-vous donc ce samedi, mais nuance quand même, la manifestation sera pacifique, a recommandé le maire, comptant sur la sagesse des Tananariviens puisqu’il profitera de l’occasion pour faire son rapport d’activités après une année à tête de la Commune urbaine.

Du côté du pouvoir central, aucune réaction pour le moment. Mais les observateurs estiment quil n’autoriserait pas une manifestation en plein air. Un culte religieux y a été « interdit », à plus forte raison une manifestation politique ? D’ailleurs, une demande d’autorisation était- elle envoyée à la préfecture de Police, même pour la forme ? Aller à Ambohijatovo en faisant du forcing risque de faire dégénerer la situation. En effet, le pouvoir, empêtré dans ses problèmes sécuritaires avec ces évasions de prisonniers, et dernièrement cette mutinerie à la prison de Toamasina, ne va pas tolérer certainement d’autres perturbations et peut brandir la carte du « rassemblement politique interdit dans un Etat de droit pour sévir. Un certain Victor Wong et Henri Lecacheur en ont fait les amères expériences…

Quoi qu’il en soit, Andry Rajoelina semble décidé à tout braver, d’après ses propos. Et certains se demandent ce qui le pousse à se sacrifier politiquement ainsi…

Pour l’instant, la vie suit son cours normal, en attendant… samedi ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS