Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 30 novembre 2020
Antananarivo | 08h15
 

Société

Arrestation des présumés tueurs en serie

Emeutes sanglantes à Vohémar

lundi 23 juillet 2007 | Alphonse M.

Trois personnes présumées auteurs de meurtres en serie à Vohémar ont été appréhendées. La population locale dont de nombreuses femmes ont manifesté, samedi dernier, pour réclamer justice. Mais cette manifestation s’est soldée par un affrontement sanglant. Le bureau de la gendarmerie a été également réduit en cendres.

Situation électrique dans la ville de Vohémar suite à l’arrestation des individus présumés auteurs de meurtres en serie. Bureau de la gendarmerie incendié, deux personnes blessées par balles, tel est le bilan des émeutes qui se sont produits le samedi dernier à Vohémar après l’arrestation d’un élément de la gendarmerie, un employé du CISCO (Circonscription Scolaire) et un garagiste. Après avoir eu des informations sur cette affaire, des centaines de femmes et proches parents des victimes ont organisé une marche pacifique à travers la ville avant d’atterrir au camp de la gendarmerie. Arrivant aux alentours de la caserne, la foule a exigé la sortie des personnes arrêtées ainsi que l’annonce publique de leurs complices. La tension a monté de plusieurs crans quand les manifestants ont commencé à s’infiltrer dans l’enceinte du camp tout en jetant des pierres contre les éléments de la gendarmerie. Du coup, les gendarmes ont riposté en tirant en l’air avec des balles réelles. Bilan : deux personnes ont été blessées par balles dont un enfant ainsi qu’un homme touché au pied.

Le bureau de la gendarmerie incendié

Selon les témoins occulaires, l’affrontement a duré plusieurs heures avant que les gendarmes ne prennent la fuite pour éviter le pire, emmenant avec eux les personnes arrêtées. Furieux, les manifestants ont brûlé le bureau de la gendarmerie et une voiture appartenant aux forces de l’ordre. D’après toujours nos sources, les sujets du baccalauréat, déposés au bureau de la gendarmerie pour leur sécurité, ont été également réduits en cendres. Mais, dès hier, on a signalé que les responsables ont déjà pris les mesures nécessaires pour que l’examen se tienne convenablement dès aujourd’hui.

Bien que l’enquête préliminaire des personnes arrêtées n’aient pas encore débuté, on vient d’apprendre, d’une source autorisée que le gendarme impliquée dans cette affaire a déjà avoué et a dénoncé ses complices dont des personnes hautement placées. Toutefois, il a promis qu’il va tout « cracher » devant le juge d’instruction.

Les déclarations de ce gendarme ont provoqué une panique en haut lieu, selon le député local Ramaromisy Auguste. « Que les criminels soient sanctionnés », a-t-il averti. Quant au sénateur Betiana Bruno, il a accusé les autorités locales d’être à l’origine de cet affrontement sanglant. Selon cet élu, les autorités n’ont pas pris leurs responsabilités à temps pour éviter les débordements. Pourquoi, n’ont-elles pas pris l’initiative de rassurer la population pour que la vérité soit établie ? Des voix s’élèvent pour que l’enquête soit confiée aux élements de l’EMMO/Fiv mais non pas à la gendarmerie uniquement. Un climat de méfiance s’installe à Vohémar suite à cette affaire. Hier, plusieurs centaines de personnes se sont encore rassemblées au camp de la gendarmerie, non seulement pour manifester en vue d’éclaircir ces actes criminels, mais aussi pour une veillée funèbre pour l’épouse d’un gendarme qui a été parmi les victimes. La capitale de l’Ankarana est actuellemt sous le choc en attendant l’issue de cette affaire.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS