Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 17 juillet 2019
Antananarivo | 21h08
 

Politique

Présidentielle 2018

Edgard Razafindravahy et Andry Rajoelina, une alliance politico-économique ?

jeudi 13 décembre 2018 | Fanambinantsoa

Après avoir été à La Une du journal Express de Madagascar du 11 décembre 2018, Edgard Razafindravahy a été l’invité d’Annick Raherimanana dans le grand journal de la radio Antsiva le lendemain. Le « guide » (mpitari-dalana) du parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) a décidé de plonger dans la piscine, « nijoboka » comme disent les jeunes d’aujourd’hui pour signifier un comportement inattendue. Edgard ou « zoky Edgard » pour les militants de l’ADN estime en effet qu’il est de son droit et de son devoir de souscrire au « velirano » formulé publiquement par le candidat n° 13. Il est persuadé que ce « velirano » est plus qu’un engagement ; c’est une garantie, une assurance qui lie Andry Rajoelina à ceux qui y adhèrent et au peuple malgache.

A la question d’Annick Raherimanana de savoir si le « guide » de l’ADN va-t-il se lancer dans la propagande d’Andry Rajoelina et faire une déclaration publique pour le soutien qu’il lui apporte, « zoky Edgard » ne répond pas de manière explicite ; il élude la question. Il n’a pas non plus dit s’il va faire la propagande du candidat n°13. En tout cas, les réactions des sympathisants ADN de la veille dans l’émission nocturne d’Ismaël Razafinarivo, par rapport à la décision de leur « guide » sont très mitigées sinon négatives. Elles sont instructives d’un désaveu ou du moins d’une incompréhension de l’attitude du « guide ».

Si nous avons bien compris, « zoky Edgard » n’appelle pas directement les militants de l’ADN à voter pour le candidat n°13. Il a davantage insisté sur le fait que la refondation, le pilier de l’ADN est un processus, un labeur de longue haleine mais qu’à un moment donné il faut s’y mettre ; c’est aujourd’hui le moment opportun. Edgard Razafindravahy n’a pas osé être explicite sur la question pour vraisemblablement deux raisons. Il fallait ménager le groupe de presse et les journalistes de ses titres reconnus par leurs clients. Il fallait aussi éviter le risque d’un appel lancé dans le désert car les adhérents et sympathisants ADN peuvent faire la sourde oreille. Ils sont convaincus de la position du parti de ne pas se mouiller par rapport aux élections qu’ils jugent prématurées et précipitées. Et puis sont encore dans leur esprit les dénonciations des caractères communs (tous les mêmes) aux politiciens d’opportunisme et de cupidité.

Victime de la toute puissance de l’Etat Ravalomanana

En tout cas, le changement de comportement du « guide » est difficilement compréhensible. Lors du 1er tour, il s’est tu et n’a pas manqué de critiques à l’endroit de tous les acteurs directs et indirects de cette élection. Les adhérents et sympathisants du parti ADN étaient persuadés que le « guide » avait raison et a très bien fait de ne pas se mouiller, « tsy nijoboka » dans cette piscine où l’essentiel se résume à des invectives et à la capacité de financement de la campagne de propagande. Mais contre toutes attentes, le « guide » change de fusil d’épaule et pour le 2nd tour décide de plonger.

L’eau de cette piscine a-t-elle été changée ? Cette eau de la piscine est-elle propre ?

Quoi qu’il en soit, Edgard Razafindravahy a ses raisons. En réponse aux questions d’Annick Raherimanana, il évoque un pan de son passé d’entrepreneur/opérateur économique dans la filière riz et farine. Il a été la cible et la victime de la puissance publique incarnée par Marc Ravalomanana au pouvoir en son temps et à la fois propriétaire du grand groupe agro-alimentaire Tiko. Il n’a pas digéré la manière avec laquelle Marc Ravalomanana l’a dépossédé de ses biens au profit du groupe Tiko.

Nombre de ses biens immeubles lui ont été subtilisé par l’autorité au bénéfice du groupe Tiko, fait-il comprendre. Il avoue que c’est l’un de ses grandes motivations à se lancer dans la politique et à devenir un homme politique (mais pas un politicien).

A certains égards, est-ce pour satisfaire un relent de vengeance ou pour disposer d’un environnement propice au retour de ses biens entre ses mains qu’il approuve le « velirano » d’Andry Rajoelina ? Car le candidat n°13, l’homme fort de la Transition a crié haut et fort qu’aussitôt à la Présidence de la République, il décidera le retour des biens fonciers spoliés et confisqués par son adversaire à leurs propriétaires. Du coup, Edgard Razafindravahy espère bien lui aussi profiter de ce « velirano ».

Silence éloquent

Quant à la « refondation » ce serait donc implicitement pour la prochaine fois car c’est une œuvre de longue haleine, un processus. Edgard Razafindravahy a donc mis dans les placards des oubliettes les mésaventures qu’il a subies lors de l’élection du candidat de substitution du TGV/MAPAR pour l’élection présidentielle de 2013. Sur les deux candidats en lice pour choisir le remplaçant d’Andry Rajoelina –victime du « ni-ni », le TGV/MAPAR a procédé à un vote qui a été en faveur d’Edgard Razafindravahy. Mais au dernier moment, Andry Rajoelina a désigné Hery Rajaonarimapianina comme son candidat à la magistrature suprême. Edgard Razafindravahy n’en tient pas rigueur ; c’est la politique. Mais dans le champ économique, il laisse transparaitre une certaine rancune, sinon un caractère féroce.

15 commentaires

Vos commentaires

  • 13 décembre 2018 à 10:53 | Isambilo (#4541)

    Razafindravahy et Andriantsitohaina ont toujours été les financiers de Rajoelina.
    Si Razafindravahy ne déclare pas publiquement son soutien à Rajaoelina, c’est pour pouvoir se ménager une porte de sortie au cas où Ravalomanana l’emporterait.
    Si Ravalomanana lui avait volé quelque chose, il avait tout le temps de récupérer ses biens pendant la transition. S’il ne l’a pas fait, c’est qu’il ya certainement d’autres facteurs en jeu. Même en exil en Afrique du Sud, Ravalomanana continuait à avoir une puissance de nuisance vis à vis de ses adversaires. D’ailleurs, il est rentré comme si de rien n’était.

    • 14 décembre 2018 à 14:04 | Ibalitakely (#9342) répond à Isambilo

      Raha manana ambo-po i Gagàra dia izy ireny natao valalan’amboa tamin’ny 2013 ireny ka ny faha telo teo @ Futura Andranomena indray no natolotra & notohanan’I André RAJOËL ka lasa filoha, prezidà mantsy e, dia nangina mandrakizay raha pôlitika no lazaina. Fa fantatra ihany kanefa moa fa I Gagàra no nanome sopapa an’i zandrikely hoe ny vola azon’ialahy tany @ Wisco-bdr-sns dia na any Dubaï na any amin’ny mère patrie na eto Maorisy no “fotsiana”.

  • 13 décembre 2018 à 11:07 | dirk_cab (#6503)

    Que dire de plus ?

    Tout ceci démontre encore une fois le manque de réflexion de la part de "certains" qui voudraient parvenir à la gestion de ce pays .

    Lamentable comme mentalité ! Madagascar ne pourrait pas aller loin avec ce genre d’individus à cerveau limité !

  • 13 décembre 2018 à 11:13 | Eloim (#8244)

    Est-ce qu’on a le droit de parler éthique politique ?
    Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que Mr Edgard était le candidat élu officiellement du TGV lors du congrès de 2013 à Andranomena - Tana.
    Malgré ses périples (Madaraid) durant 4 années après avoir rejeté son alliance avec les cravates bleues, il s’est bien rendu compte que le quotient apporté par son électorat ne pourrait pas lui satisfaire de se défiler avec les grandes pointures du pays.
    Une raison pour laquelle il désiste de se mettre sur la voie de la course à cette élection présidentielle.
    Il a fait son choix. Il rallie son ami de toujours et venir l’épauler afin de lui prêter main forte au sein même du gouvernement de celui portant le dossard N°13. La question : pourquoi hésiter et attendre la veille de ce deuxième tour d’apporter une telle si importante contribution ? Une bonne décision, non ?

    • 13 décembre 2018 à 16:14 | akam (#7944) répond à Eloim

      Ce n’est pas qu’un ami c’est son beau-frere. Ou est le bleme ? copinage,nepotisme, jeux de mains...sont couranst dans cette ile.

  • 13 décembre 2018 à 11:52 | betoko (#413)

    Normal si Edgar se tourne vers Andry Rajoelina vu ce que Ra8 lui avait fait subir avec l’entreprise Kobama et aussi l’entreprise See bord
    A lire l’interview de l’ex ambassadeur Niels Marquard dans le journal L’Express de Madagascar en 2009 concernant les abus de pouvoir de Marc Ravalomanana
    A lire aussi le discours de l’ex ambassadeur de France Jean Marc Châtaignier le 14 juillet 2009 concernant les abus de pouvoir de Ra8

  • 13 décembre 2018 à 12:05 | betoko (#413)

    Erratum
    A lire l’interview de l’ex Ambassadeur des États Unis Niels Marquard dans le journal L’Express de Madagascar le 10 Mai 2010
    Vous pouvez consulter les archives de ce journal L’Express à son siège sociale à Ankorondrana

  • 13 décembre 2018 à 16:58 | Rainilita (#10532)

    Déplorable ! Vraiment aucune fierté ! Je ne sais pas le but qu’il cherche mais Razafindravahy qui aurait mieux fait de se taire ne fait que ternir son image et se suicider politiquement. Combien de ses partisans vont encore rester avec cet immature ?

    • 13 décembre 2018 à 17:26 | betoko (#413) répond à Rainilita

      Au contraire Edgard Razafindrava a raison Si j’ai été à sa place j’agirai de la même manière
      Je retirée ce que j’avais écrit plus haut Lisez l’interview de l’ambassadeur des États Unis dans Express de Madagascar du 10 Mai 2010
      En ce moment Ra 8 ment à chaque meeting car s’il ne sera pas réélu soit l’exile soit la prison pour lui

  • 13 décembre 2018 à 21:25 | ASSISE (#10453)

    Marina ny azy.

    Nanao safidy ny hijoboka izy.

    1-/ Kandidà TGV izy no natsipy toa zôrdira rehefa nahita an’i Rajao ny TGV-MAPAR
    2-/ Advà an-dRa8 izy t@ fandraharahana, nahita fiainana izy ary nisedra sy nizaka.
    3-/ ADN, efa nisara-nono t@ TGV izy eto, nanomana ny ho avy vaovao.

    Ireo no hanaovana sadify.

    Lavitra loatra angamba ilay ho avy vaovao ka ny ADN no hatao takalo, na ho any na tsy hoany. Sanatria ka ho faty momoka ny herim-po sy ny asa fanangana nandaniana andro sy harena ho an-ny ADN.

    Ny 1-/ namana sady filohan’ny antoko nanosika ho kandidà

    Ny 2-/ mpandraharaha advà, henjana.

    Manam-panahy, manam-pahaizana, manam-bola Ingahy, mahereza no azo ambara.

    Efa nisafidy dia efa tsara.

  • 13 décembre 2018 à 21:53 | Jacques (#434)

    Opportuniste, roublard, saligaud. Comme ses "pairs", toujours à l’affût d’une occasion pour changer de veste.

  • 13 décembre 2018 à 23:28 | lysnorine (#9752)

    « Cour commerciale : La STANDARD BANK réclame plus de Rs 64M à Edgar RAZAFINDRAVAHY »

    Dia mbola azo itokiana ihany ve ny mpanao pôlitika nanana fihetsika tahaka izao teo amin’ny fifampiraharahany tamin’ny BANKY noho ny fanaovanany raharaham-barotra na business ! Mampalahelo ihany Ramalagasy raha mbola mihaino ny kobaka am-bava sy volana hatenda hirahirainy sy ny filazana habobo faneliny, (izany « federalisma sahaza » izany, endrika vaovaon’ny PADESM sy ny « politique des races »-n’i Galliéni amin’izao taon-jato faha 21izay mifanindran-dalana rahateo amin’ny fivarotana tanindrazana amin’ny Môrisianina !)

    Cour commerciale : La STANDARD BANK réclame plus de Rs 64M à Edgar RAZAFINDRAVAHY
    issu.com 18 juin 2011/midi madagasikara 29 juin 2011

    EDGAR RAZAFINDRAVAHY est un puissant homme d’affaire très influent dans son pays. Cependant, c’est à Maurice qu’il s’est installé pour tout gérer. Ce qui explique que c’est avec la Cour commerciale de Port-Louis qu’il a quelques démêlés pour un PRÊT de 3 565 170 euros contracté auprès de la Standard Bank en 2008.

    La LETTRE DE CRÉDIT avait été octroyée au groupe PREY (Maurice) Ltée, maintenant PLACÉE SOUS ADMINISTRATION JUDICIAIRE. Les Receiver Managers en sont Michel Chan Sui Ko et Paul Gérald Lincoln de la société Ernst and Young. Quant à la chaîne de boulangerie Mouf’rey, elle est enregistrée comme une « société anonyme » selon les lois malgaches.

    Les CONDITIONS DE PRÊT étaient claires, les boîtes appartenant à d’Edgar Razafindravahy ne pouvaient utiliser plus de 1,7 million d’euros. L’intérêt avait été fixé à 3,2% par an et le taux calculé sur le London Interbank Offered Rate.

    Selon la Standard Bank, le remboursement était étalé sur une période de cinq ans, avec une période moratoire d’une année. ENGAGEMENT QUE L’HOMME D’AFFAIRES N’A PAS PU RESPECTER . Malgré des rappels de la banque, Edgar Razafindravahy A JOUÉ À L’ABONNÉ ABSENT.

    L’affaire a été entendue une première fois le mercredi 8 juin et sera de nouveau appelée le 22 courant devant le juge Paul Lam Shang Leen.

    Tout indique cependant que le puissant homme d’affaires malgache ne compte pas accepter un accord mais va se battre contre la plainte de la Standard Bank. Cette dernière a retenu les services de l’avocat Ravind Chetty et l’avoué Rajesh Bucktowonsing.

    PARTENAIRE DE LA SENTINELLE

    Edgar Razafindravahy a été longuement l’ennemi économique du président actuellement en exil, Marc Ravalomanana. Son entrée dans le paysage commercial a été une menace pour le monopole de « l’empire Ravalomanana » sur le marché des denrées alimentaires. Il fut, en effet, confronté à d’énormes difficultés dans la conduite de ses affaires, sous le régime Ravalomanana.

    Certains observateurs estiment que c’est Edgar Razafindravahy qui aurait dû prendre la place de Ravalomanana à sa sortie du pouvoir par la force. D’autre avancent qu’il a soutenu Rajoelina dans le putsch. Hypothèse très probable, car Andry Rajoelina l’a nommé président de la Délégation Spéciale de Tananarive. C’est, officiellement, sa première fonction en politique. Tout comme Ravalomanana, Edgar a son empire économique, soit le groupe Prey qui gère plusieurs sociétés dans l’agro-alimentaire, les services et les médias : Mouf’rey, Ecoprim, Sitram, Kobama,, « l’Express de Madagascar » (EN PARTENARIAT AVEC LA SENTINELLE DE MAURICE), groupe RTA et Radio Antsiva. Le groupe RTA contrôle une chaîne de télévision et deux stations de radio à Tananarive et une station de radio et une chaîne de télévision à Majunga et à Tamatave, deux autres grandes villes du pays.

    Le groupe est également derrière la création de « L’Hebdo de Madagascar », fruit d’un partenariat avec La Sentinelle de Maurice, et « Ao raha », quotidien d’actualité malgache.

    A la tête de la RTA, on retrouve un MAURICIEN,Selven Naidu, qui a été, quelques années de cela, directeur général de la Mauritius Film Development Corporation (MFDC)

  • 14 décembre 2018 à 11:43 | Rainilita (#10532)

    Betoko,
    Quoique vous dîtes, votre Razafindravahy est un opportuniste qui ne se gêne pas pour retourner sa veste. En fin de compte, l’ADN est-il vraiment un parti politique ou est-ce un "fantôme" que Razafindravahy fait apparaître au gré de sa fantaisie ? Il ne l’a même pas consulté ou est-ce que c’est une manière de dire aux partisans de l’ADN "écoutez les gars, l’ADN est terminé, je la recréerai plus tard si j’aurais de nouveau besoin de vous" ? Lisez ce que lysnorine a écrit pour mieux situer le personnage

  • 14 décembre 2018 à 17:54 | Anton (#8594)

    Pas un mot sur les délinquants (dans le collimateur de la Justice) ’retourneurs’ de veste, qui ont rallié Ra8 (c’est vrai qu’en définitive ces trois retors ne peuvent pour de multiples raisons -notamment l’impunité et leurs futures fructueuses collaborations dans les trafics douane et bois de rose- que s’entendre ) les sieurs Mbola Rajaonah et Laisoa dit Jaovato !
    Pourtant il y a peu ces deux étaient affublés ici de tous les noms d’oiseaux, de toutes les forfaitures ...rapidement oubliés depuis par tous les zélateurs.
    Concernant le premier, il ne recule devant rien pas mêmes les pires infamies relayés par Rolly Mercia sa flétrissure abjecte ; voir ci dessous :
    COMMUNIQUE DE L’AMBASSADE DE FRANCE
    "Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la Présidentielle une convocation du Parquet de Paris. A notre connaissance aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française. L’Ambassade de France comme les autres grands partenaires de Madagascar invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées".
    Il faut pas non plus, dans le même ordre, rester taisant devant l’assertion mensongère de Marco à propos de sa (soit disant) participation au financement de l’hôtel de ville de Tana
    Bien amicalement...

    • 14 décembre 2018 à 18:52 | lysnorine (#9752) répond à Anton

      COMMUNIQUE DE L’AMBASSADE DE FRANCE
      « Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la Présidentielle une convocation du Parquet de Paris. »

      Asa raha mba nanambara koa ny ambasady Frantsay any Môrisy fa laingan’ny gazety ny voalazan’itony lahatsoratra itony ?

      « Corruption alléguée en France : enquête sur un proche du pouvoir malgache présent dans l’offshore mauricien
      Defimedia.info 19 mai 2018
      1 Commentaire
      By Vel Moonien

      Les autorités financières mauriciennes ont été sollicitées par Paris dans une enquête sur l’homme d’affaires malgache Maminiaina Ravatomanga, dit Mamy, pour BLANCHIMENT en bande organisée et FRAUDES FISCALES . Ce milliardaire PROCHE de l’ex-président malgache Andry RAJOELINA , est soupçonné par le Parquet national financier (PNF) français d’avoir procédé à l’acquisition de biens immobiliers en région parisienne à travers un MONTAGE FINANCIER impliquant diverses SOCIÉTÉS, dont certaines sont basées à MAURICE .

      PDG du groupe malgache Sodiat, Mamy Ravatomanga a été sous le coup d’une enquête pour TRAFIC DE BOIS DE ROSE sous la présidence de Marc Ravalomanana. Il s’était RAPPROCHÉ d’Andry RAJOELINA, alors MAIRE de Tananarive, ce qui lui a évité des déboires auprès du Bureau indépendant anticorruption. Outre des soupçons de DÉTOURNEMENTS DE FONDS AU DÉTRIMENT DE LA JIRAMA , la compagnie nationale d’eau et d’électricité de la Grande île, ce sont ses MONTAGES OFFSHORE qui ont attiré l’attention du PNF en février 2016, a indiqué l’hebdomadaire français L’Express la semaine dernière.

      Présenté par le magazine américain Forbes comme l’une des dix plus grosses fortunes de Madagascar l’année dernière, son groupe est présent dans l’import-export, l’hôtellerie, la presse, le tourisme et la santé. Son nom est apparu dans les PANAMA PAPERS à la même époque en tant qu’ACTIONNAIRE d’une société offshore basée aux îles Vierges britanniques, ESSENTIAL TIME GROUP LIMITED . S’il se retrouve dans le viseur du juge français RENAUD VAN RUYMBEKE , c’est pour ses INVESTISSEMENTS à LEVALLOIS-PERRET , fief du maire Patrick BALKANY, en 2011.

      Très influent auprès de l’actuel président malgache Hery Rajaonarimampianina dont il a financé la campagne électorale, Mamy Ravatomanga a acquis quatre appartements dépassant 4,5 millions d’euros, soit l’équivalent de Rs 180 millions. [...]

      Le PNF veut établir s’il ne s’est pas dispensé de déclaration d’impôt sur la fortune, les non-résidents étrangers étant aussi assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune - rebaptisé impôt sur la fortune immobilière en 2018 - lorsque la valeur de leurs biens immobiliers dépassent 1,3 million d’euros (Rs 52 millions).

      Ses comptes et ceux de sa femme ne démontrant AUCUN TRANSFERT DE FONDS , l’Office central de répression de la grande délinquance financière a découvert un MONTAGE compliqué mêlant SOCIÉTÉS CIVILES IMMOBILIÈRES françaises, SOCIÉTS OFFSHORE mauriciennes et autres. Les enquêteurs veulent ainsi établir s’il y a eu INFRACTION. D’autant qu’il a SIÉGÉ au sein du conseil d’administration de la JIRAMA jusqu’en 2014. […]

      À Port-Louis, l’Hôtel du gouvernement se montre TRÈS DISCRET SUR CETTE AFFAIRE.

      Misy fanehoan-kevitra iray avy amina mpamaky ity lahatsoratra ity tsara ho marihina
      Fuzzytruthseeker • il y a 7 mois

      Around the time of the Rojoelina [sic] /Ravalomanana rivalry (BTW : Andry Rojoelina [sic] is the son of Colonel Roger Yves Rajoelina, WHO FOUGHT BY THE SIDE OF THE WAR-CRIMINAL FRENCH FORCES AGAINST THE ALGERIAN "FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE " of all-time hero Ahmad BEN BELLA ), I denounced, in THE ECONOMIST newsmagazine [...] I was, then, simultaneously, fighting administratively the high-treason looting of the Angolan Sovereign Fund by Eduardo Dos Santos and his daughter Isabel. My denunciations were made in comments signed MoralScientist in response to blog articles in the news-website columns of The Economist Newsmagazine). The Economist was presenting Rojoelina [sic] as a SAVIOUR FOR MADAGASCAR . After a couple or so of my comments to different blogs, including on Angola, the moderator of The Economist posted his own response to my comments remarking that I am too anti-Western and too Anglo-phobic ; they then STOPPED PUBLISHING MY COMMENTS ....

      That was before WIKILEAKS had reached cruising speed, and LONG BEFORE the PANAMA PAPERS ...after some time, I received an e-mail from The Economist wondering why I was not commenting any more ! I could not believe myself. But, I DID NOT RESUME COMMENTING .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS