Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 octobre 2021
Antananarivo | 00h18
 

Tourisme

Isalo

Doublement victime

vendredi 26 septembre 2008 | Antso Rajaobelison, RAW
Le parc est actuellement fermé, au grand dam des touristes.

Victime d’acte de banditisme mortel et de mesures de sécurité qui sont apparemment inadaptées, le parc de Ranohira est fermé aux touristes.

Les mesures de sécurité prises suite à l’attaque du bureau de l’ANGAP (Agence nationale de gestion des aires protégées) de Ranohira étonnent plus d’un. En effet, toute la journée du jeudi 25 septembre, l’accès du Parc National d’Isalo leur a été interdit, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Plus d’une centaine de touristes, surpris par l’événement, ne peuvent que se résigner à un changement de destination pour profiter de leur séjour dans la Grande Ile.

Une telle décision cause un bouleversement économique, et pénalise toute la région qui vit principalement de son activité touristique car 50% des droits de visite du Parc sont affectés aux actions de développement de la Commune rurale de Ranohira, soit une estimation de 400 millions d’Ariary par an.

Deux gardiens du parc, morts

L’origine de cette décision a été l’attaque qui s’est déroulée hier, entre 1 heure et 3 heures du matin, au bureau de l’ANGAP, non loin du poste de police. Ne disposant d’aucun établissement bancaire, cette institution est obligée de sécuriser les recettes collectées dans un coffre-fort, et procède à un versement hebdomadaire à Ihosy. Au cours de cet acte de banditisme, ce coffre renfermant les recettes de plusieurs jours a été dérobé. Les deux gardiens du site ont été agressés et ont succombé et les bandits se sont servi du minibus de l’ANGAP pour s’enfuir. Celui-ci a été retrouvé plus tard à Ilakaka. Jusqu’à l’heure, la recherche des coupables continue.

En tout cas, une agression de la sorte contre des sites touristiques ne peut que nuire à l’image du pays et surtout à la destination Madagascar. Or, personne n’est sans savoir que le tourisme est le plus rapide pourvoyeur de devises et le premier véhicule de promotion pour faire connaître Madagascar.

Dès lors, et encore une fois, la fermeture du parc est, à beaucoup d’égards, néfaste à cette politique poursuivie par l’Etat et les promoteurs du tourisme. Cela n’empêche que la sécurité et la mort des deux gardiens soient déplorables, voire pitoyables.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS